Google+ Badge

vendredi 30 juin 2017

LOBBY LGBT : AUJOURD' HUI PMA, DEMAIN GPA ???

Aujourd’hui la PMA, demain la GPA, après-demain l’utérus artificiel et le transhumanisme

A peine le gouvernement du président Emmanuel Macron est-il installé que le lobby “lesbien, gay, bisexuel et transgenre” réimpose son agenda et ses revendications contre-nature. 


"Notre objectif est bien de traduire d'un point de vue législatif l'avis" du Comité consultatif national d'éthique, qui "va dans le sens des positions d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle", a déclaré le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, rappelant que le président-bankster des Rothschild s'était alors "prononcé en faveur de l'extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires".

Une fois de plus ressurgit, au mépris du réel et de l’ordre naturel, ce caprice des milieux homosexuels et lesbiens de vouloir se procurer des enfants comme s’il s’agissait d’une simple marchandise ou d’un animal de compagnie. 



Répétons-le : le “droit à l’enfant” n’existe pas !



Vers un nouvel ordre sexuel mondial

Le parallèle est frappant. A peine François Hollande était-il élu président de la république qu’il chargeait Christiane Taubira de dénaturer le mariage pour autoriser l’union en mairie de deux personnes de même sexe, permettant dans la foulée à des duos homosexuels d’adopter des enfants. 


Et à peine Emmanuel Macron est-il élu président de la république qu’il charge son gouvernement de permettre aux lesbiennes de recourir à la procréation médicalement assistée. 

Or, on sait que chacune de ces étapes en entraine une autre, dans le cadre du processus démoniaque qui nous conduit vers un nouvel ordre sexuel mondial totalitaire et entièrement contraire à l’ordre naturel.
 Après la PMA viendra évidemment le temps de la GPA puis, comble de la folie humaine, celui de l’utérus artificiel imaginé par les adeptes du transhumanisme. 

Car ces fous “se prennent pour des Dieux”.

Tirer les leçons des précédentes compromissions

La bataille qui s’annonce impose de tirer les leçons de l’échec de la Manif pour Tous à empêcher le vote de la loi Taubira. 


Malgré des mobilisations de foules importantes, le ton festif et équivoque de ces manifestations n’avait nullement impressionner le gouvernement de l’époque et les copinages avec l’UMP n’avaient servi à rien. 

Cette fois, les Français qui veulent réellement s’opposer à ce plan démoniaque devront choisir en connaissance de cause. 


Soit une stratégie bisounours qui donne bonne conscience aux bien-pensants mais est inexorablement vouée à l’échec. 
Soit une stratégie de rupture avec le système, acceptant de marteler les vérités et principes de la loi naturelle et des commandements de Dieu.

 Car ce combat est éminemment eschatologique et nos adversaires en sont, eux, pleinement conscients.

Dès à présent, toutes les bonnes volontés peuvent nous contacter. Cette fois, que tous les catholiques agissent en catholiques !

Alain Escada,
président de Civitas

RAPPEL ! LA LETTRE OUVERTE DE CARL LANG !

Lettre ouverte de Carl LANG aux militants nationaux




Rassemblons la Droite nationale sur ses valeurs et organisons l’Alliance des Patriotes.


 Lettre ouverte de Carl LANG aux militants nationaux


 

La droite nationale française, riche de ses personnalités et sensibilités, vit un des tournants de son histoire avec le départ de Jean-Marie Le Pen de la présidence du Front national. 

Le vieux modèle du parti unique autour d’une seule personnalité disposant des pleins pouvoirs avait douloureusement montré ses limites au moment de la rupture avec les partisans de Bruno Mégret, ainsi qu’avec les anciens et récents départs forcés, les exclusions et les suspensions d’un très grand nombre de cadres et militants comme Jacques Peyrat, Jacques Bompard, Bernard Antony, Marie-France Stirbois et tant d’autres…


 Ce modèle est aujourd’hui totalement archaïque, inadapté aux réalités humaines et à l’évolution de la société française ainsi qu’aux nécessités politiques du futur. 


Les modes de fonctionnement à établir d’une nouvelle droite nationale unie et conquérante doivent tourner le dos à ceux du siècle dernier.


 Dorénavant, chaque militant de la cause nationale doit être respecté et associé pleinement et réellement aux décisions et aux projets, en privilégiant l’organisation décentralisée, locale et régionale et l’enracinement électoral.

Dans l’expression actuelle de la légitime résistance nationale, nous voyons émerger une multitude de remarquables initiatives individuelles ou collectives, culturelles, médiatiques ou politiques.

Ces démarches qui sont souvent locales ou régionales procèdent toutes d’une même volonté de défense de nos identités et de nos valeurs.

 

Elles démontrent la capacité d’une partie du peuple français à refuser le déclin historique, la soumission culturelle, l’abandon de nos valeurs et de nos droits ainsi que la colonisation étrangère.
 

C’est cette synthèse identitaire de nos traditions, cultures et héritages, locaux, provinciaux, nationaux et européens qui doit pouvoir s’exprimer et se réaliser politiquement.
 Il faut que chacun prenne conscience que c’est par la coopération de toutes nos initiatives que s’organiseront les succès de demain.


Il est par ailleurs clair que face au véritable défi de civilisation imposé par la colonisation migratoire et l’islamisme révolutionnaire, l’affirmation de notre héritage historique, de notre identité française, de nos racines chrétiennes et de nos valeurs spirituelles sont un socle puissant et salvateur de convictions, de liberté et d’actions en faveur de nos compatriotes. 


Si notre pays a un corps physique et géographique et un esprit culturel et politique, notre rôle est aussi de préserver et de défendre en priorité l’âme de la France. 


N’oublions pas que notre identité nationale est la communion, naturelle, historique, culturelle et spirituelle entre le peuple français et la terre de France.

 Une France sans âme ne serait plus rien d’autre qu’une pitoyable et dérisoire République citoyenne et laïque.

 Comme il est dangereux et affligeant d’entendre aujourd’hui, de la part de personnages qui prétendent obtenir une part de la droite nationale en héritage, proférer des discours jacobins, laïcistes et républicains.

Cette pensée obtuse, archaïque et ringarde mène de toute évidence aux idéologies sectaires et aux cultures de mort. 


Nous devons aussi, en réponse au déclin économique et social réaffirmer notre attachement aux notions de libertés économiques, de promotion de l’initiative privée, de refus du collectivisme, de promotion de la propriété individuelle et du modèle familial traditionnel.



C’est sur la base d’un Etat véritablement national, d’une politique économique protectrice, d’une politique sociale et familiale réservée exclusivement aux Français que nous pourrons offrir une voie alternative au libéral-mondialisme, au socialo-mondialisme et au pouvoir totalitaire du cartel bancaire et de la finance mondiale.
 

La résistance sur nos valeurs, le renouveau et l’adaptation de notre projet national aux défis du siècle et la volonté de rassemblement, par une alliance politique et électorale des mouvements nationaux, constituent les vecteurs essentiels de la reconquête et de la libération  nationales.
 

Cette démarche politique et cette stratégie peuvent être facilitées si le nouveau président du Front national est porteur de nos valeurs, de nos principes et est, comme nous, un militant de l’union et de la réconciliation de tout le camp national.


Quoi qu’il advienne, Le Parti de la France, s’imposera, en 2017 / 2018  , comme un véritable mode de résistance en remplissant sa mission de défense du peuple français et des intérêts de la France.


Il le fera en ouvrant grand ses portes à tous les militants de la droite nationale soucieux de la survie de la France française. 



Carl LANG



http://www.parti-de-la-france.fr/forms/Contact_f1.html

 


LA JUSTICE ET LE PLATEAU DES " 1000 VACHES " ???

29 juin 2017


C'est le dernier épisode d'une lutte entre éleveurs et opposants à une agriculture "productiviste" : la justice administrative a donné, jeudi 29 juin, son feu vert à l'augmentation du cheptel de bovins de la ferme dite des "1 000 vaches", jusqu'ici limité par l'Etat à 500 têtes.
Le tribunal administratif d'Amiens en a décidé ainsi et annulé les sanctions financières prises par la préfecture à l'encontre de l'exploitant, la SCEA (Société civile d'exploitation agricole) Côte de la justice, financée par un puissant groupe régional de BTP, le groupe Ramery.
Cette ferme géante, dont la taille envisagée est sans précédent en France, est située à Drucat, non loin d'Abbeville. 
Un permis d'exploitation avait été délivré en 2013 pour un troupeau limité à 500 têtes de bétail. 
Ouverte en septembre 2014, la ferme compte actuellement près de 800 vaches. "Notre dossier a été construit pour 1 000 vaches, si on nous ramène à 500 vaches, ça peut être compliqué", soulignait Michel Welter, le directeur de l'exploitation.

Un élevage "source de pollution", selon Ségolène Royal


L'enquête publique sur l'extension du cheptel s'était soldée par un avis favorable. "Face à la suppression des quotas, à la libéralisation du marché, et à la concurrence européenne, ce type de ferme est une réponse pour faire face aux importations de lait (Allemagne, Danemark)", avaient soutenu les enquêteurs. 
Mais pour Ségolène Royal, alors ministre de l'Ecologie, ce projet entraînait "des modifications et augmentations substantielles de plusieurs sources de pollution, notamment l'augmentation de la quantité d'effluents, l'impact sur les odeurs liées au stockage de fumier et de lisier ou l'impact lié au trafic routier supplémentaire".
Le projet était aussi contesté localement par des détracteurs de l'agriculture industrielle, notamment l'association Novissen, qui revendique 3 000 adhérents, et la Confédération paysanne. 
Réélue ce mois-ci députée de la Somme, l'ex-secrétaire d'Etat à la Biodiversité Barbara Pompili fait partie des opposants, qui avaient mené des opérations empêchant l'entrée et la sortie de bovins et de camions.

L'Etat peut faire appel

La justice ne s'est pas, néanmoins, prononcée sur le fond. 
Le tribunal d'Amiens s'est borné à estimer que l'absence de réponse dans un délai de deux mois de la préfecture au projet d'accroissement du cheptel valait validation tacite.
 Il s'est appuyé sur une disposition législative selon laquelle"le silence gardé pendant deux mois par l'autorité administrative sur une demande vaut décision d'acceptation".

"C'est une victoire importante pour l'exploitation, la confirmation de ce que nous disons depuis deux ans alors que tout le monde nous riait au nez", s'est félicité Pierre-Etienne Bodard, avocat de la SCEA. 
Cette décision ne clôt pas définitivement le dossier, cependant, l'État ayant la possibilité de faire appel. 
La préfecture de la Somme n'a fait aucun commentaire.

ISLAMISME: VALLS / MÉLENCHON ! AMBIANCE !

Valls accuse Mélenchon d’être mouillé avec les islamistes : c’est la guerre !

Publié le 29 juin 2017 - par -
Share
 

Pour Manuel Valls, la gauche est en difficulté sur les questions d’identité. Et d’enfoncer le clou avec La France insoumise en particulier, soupçonnée de se compromettre avec l’islam politique, voire avec les islamistes.

Même si à première vue, on voit mal ce qui sépare le reconstructeur de l’islam de France http://www.lejdd.fr/Politique/Manuel-Valls-Reconstruire-l-islam-de-France-800035, du complice de la députée Obono, c’est de la dynamite pour le gouvernement Macron II.

« Constatant que son adversaire aux législatives, Farida Amrani, « n’a rien dit » après avoir reçu le soutien pour le second tour de l’humoriste Dieudonné, condamné pour incitation à la haine, Manuel Valls estime qu' »à gauche, on n’est pas à l’aise sur ce sujet-là » : http://www.lepoint.fr/politique/pour-valls-la-france-insoumise-se-compromet-avec-l-islam-politique-27-06-2017-2138572_20.php#

« « Il y a une complaisance, parce qu’il y a une gêne et une culpabilité. Les musulmans sont le prolétariat du XXIe siècle, et en plus il y a une question religieuse… Mais on ne peut pas être naïf », assène le député de l’Essonne.
Elu de justesse dans la première circonscription de l’Essonne, il estime que Jean-Luc Mélenchon est « dangereux ».
Pour lui, la gauche doit trouver « sa propre réponse » à ces questions, pour ne pas laisser « un espace à l’extrême droite, ou à la France insoumise, qui se compromet avec l’islam politique, voire avec les islamistes » source http://www.lepoint.fr/politique/pour-valls-la-france-insoumise-se-compromet-avec-l-islam-politique-27-06-2017-2138572_20.php#


Le pedigree des loulous-députés
Bref rappel des égo qui veulent en découdre gentiment sous les ors de la république. Pas sur le pré, s’entend.

– Manuel Valls alias Valls matricule 49.3 est l’un des rats qui ont quitté le rafiot Hollande, mais avec des biscuits empoisonnés. Toute honte bue, le centriste de la gauche, fébrile rocardien, désormais ex socialiste et accroché aux basques de Macron  – qui n’en voulait pas – Valls a du mal à s’inventer une nouvelle histoire. 
Rappelons utilement son vrai visage : interview choc d’Emmanuel Ratier :



Pourtant de haute extraction, Manuel Valls devrait savoir que lorsque l’on est invité, on ne repart pas avec l’argenterie. Pas plus que l’on ne crache dans le potage, on ne dénigre ensuite ses hôtes : https://ripostelaique.com/une-valls-de-la-traitrise-en-trois-temps.html


Moyennant quoi le richissime Valls déguisé en mendiant de l’amour de la France s’attire quelques foudres.
https://ripostelaique.com/le-general-martinez-a-pointe-du-doigt-la-trahison-de-valls-et-des-siens-face-a-lislam.html :
Après une lettre ouverte à Hollande, la création des Volontaires Pour la France, le militaire (2S) s’est adressé à Valls dans des termes sans équivoque.

« …Quel pacte voulez-vous passer avec ceux qui rejettent nos valeurs, nos traditions, nos modes de vie, avec ceux qui rejettent nos lois et veulent imposer les leurs ? Un pacte avec le diable ? Pourquoi pas un traité qui abandonnerait à ceux encore minoritaires tous les droits quand on sait – mais peut-être ne le savez-vous pas – que dans les pays où ils sont majoritaires ils n’accordent aucun droit aux minorités ? Il ne s’agit pas de passer un pacte. 
Ce serait signer un aveu de faiblesse compris comme l’acceptation de la dhimmitude, c’est à dire de la soumission. Il s’agit au contraire, et il serait grand temps, de soumettre l’islam en France à nos règles et de lui poser nos conditions.
 Et ceux qui ne les acceptent pas doivent partir. Au besoin, il faudra même les expulser… ». 


Il aura donc beau courir le Valls pour freiner sa chute comme Mario du Salaire de la peur, c’est plus qu’un cardan qui va lui péter dans la transmission :
https://ripostelaique.com/le-menteur-professionnel-valls-nous-baratine-sur-les-retraites.html
https://ripostelaique.com/meme-le-npa-de-poutou-veut-la-peau-de-valls.html


La France insoumise conteste l’élection de Valls et est à ses trousses

« Candidate dans la 1re circonscription de l’Essonne face à Manuel Valls, Farida Amrani n’a toujours pas reconnu sa défaite aux élections législatives, dénonçant depuis l’annonce des résultats des irrégularités. Ce mercredi 28 juin, celle qui concourrait sous les couleurs de la France insoumise est allée déposé un recours au Conseil constitutionnel accompagnée de son suppléant Ulysse Rabaté et de son avocat Hervé Tourniquet. »
: http://www.huffingtonpost.fr/2017/06/28/farida-amrani-adversaire-de-manuel-valls-a-vry-publie-des-el_a_23005983/


Les patriotes eux n’oublieront pas le sinistre ministre de l’Intérieur, acteur du désarmement des citoyens
http://ripostelaique.com/valls-cazeneuve-incitent-lue-a-desarmer-citoyens.html


– Jean-Luc Mélenchon, néo petit père des peuples. Fonctionnaire de la révolution, plein aux as, maigre curriculum vitae en entreprise, scorie parlementaire gauchiste, caïd de la France insoumise, chef de l’anti-France. 
Elément utile au système Macron.
https://ripostelaique.com/militants-de-gauche-virez-le-camarade-depute-melenchon-complice-dobono.html


Besancenot avait commandé : « Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), avatar de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR de Krivine et de Besancenot), avait publié un communiqué le 17 août dernier qui s’intitulait : « Stop à l’islamophobie d’État ! Non à l’interdiction des burkinis ! »  http://ripostelaique.com/trois-chants-lenine-speciale-dedicace-npa-pro-burkini.htm


Mélenchon avait acquiescé :  « … Ah, vous voulez légiférer sur les habits maintenant ? Mais enfin où va-t-on ? Vous allez faire une police du vêtement ? Mesurer la longueur des jupes ? Et celles des barbes, pour savoir qui est un hipster  (Ndlr JC ce terme n’est pas choisi au hasard) et qui est un fondamentaliste ? » http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/election-presidentielle-2017/20160828.OBS6982/melenchon-le-burkini-et-les-hipsters.html    http://ripostelaique.com/melenchon-besancenot-deux-soumis-a-lislam-deux-planches-pourries.html

Un sujet estival qui ne manque pas de revenir dans l’actualité 2017 (1).

Mélenchon : la double inconstance
Imposteur et menteur jusqu’au trognon :
« La verve de Jean-Luc Mélenchon cache mal un homme politique pétri de contradictions : il se prétend insoumis et anti-système, mais fut sénateur pendant 20 ans, il tonne contre l’hypocrisie mais il prend la pose dans la presse people… 
Si vous en avez par-dessus la tête d’entendre parler du burkini, les projets présidentiels nettement anti-libéraux de Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), pourront peut-être vous apporter une distraction bienvenue ! 
Lui aussi en a assez des « guerres de religion » et de « la surenchère sécuritaire… » http://www.contrepoints.org/2016/08/30/264204-melenchon-revolutionnaire-senateur

Vidéo d’un Mélenchon pro immigration en 2012 :
http://dai.ly/xm4h72
http://dai.ly/xm4h72

et les propos qui fâchent aujourd’hui dans les strates de gauchos-bobos :  http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/09/09/25002-20160909ARTFIG00170-les-positions-de-melenchon-sur-l-immigration-crispent-a-gauche.php

« … Le candidat de la «France insoumise» multiplie les prises de positions inhabituelles pour un cadre de la gauche radicale, et s’oppose notamment à l’installation des réfugiés en France… Une ligne qui fait bondir nombre de ses concurrents à la gauche du PS, cités dans Libération ce vendredi. «Si le programme de Mélenchon, c’est “on ferme les frontières et on trie les réfugiés”, ça ne va pas le faire… »
Ainsi le règlement de comptes Valls vs Mélenchon risque de faire quelques victimes au sein de l’hémicycle. Les islamistes eux attendent leur heure.


Jacques CHASSAING    http://ripostelaique.com/


(1) http://www.leprogres.fr/loire/2017/06/27/le-burkini-interdit-au-bassin-du-parc-de-loisirs-a-lorette
« On ne veut pas de tenues agressives et provocatrices ».
 Le maire de Lorette, Gérard Tardy, assume. Dans un arrêté municipal, l’élu du Gier interdit le port du burkini et des voiles  aux abords et dans le bassin de baignade du Parc de loisirs des Blondières, inauguré vendredi dernier. 
Le site, payant, s’étend sur deux bassins et près de 4000 m2. »

LIRE: LA LONGUE MONTÉE DE L' IGNORANCE !



Dimitri Casali : « On apprend à l’élève…à apprendre. 

Pour au final ne rien apprendre.» [Interview]

casali


30/06/2017 – 07h00 Paris (Breizh-Info.com) – Dimitri Casali est historien, spécialiste de l’enseignement de l’histoire, auteur d’une quarantaine d’ouvrages, et ancien enseignant en zone d’éducation prioritaire, une expérience essentielle selon lui par rapport à la défense de ses convictions . Il vient de publier un ouvrage, important, intitulé « la longue montée de l’ignorance ».

Un livre qui est un véritable coup de massue sur la tête des fossoyeurs de l’Education nationale qui se sont succédés depuis plusieurs décennies, avec comme conséquence l’émergence de générations de moins en moins cultivées, et donc de moins en moins libres et à même de vivre ensemble dans le pays qui est le leur, avec son histoire, sa culture.


 Voici la présentation de l’éditeur, First :
Comment enrayer la longue montée des obscurantismes et préparer un avenir plus éclairé? Un essai  de Dimitri Casali, historien de débats et polémiste engagé.
Nous croyons tous aujourd’hui à l’idée réconfortante selon laquelle l’histoire humaine se déroule comme un progrès continu. Les connaissances semblent s’accumuler naturellement en direction d’un savoir collectif et individuel de plus en plus riche, précis, exact. 

Chaque jour, la science nous épate de ses découvertes.

Et pourtant, nous nous trouvons aujourd’hui face à un paradoxe gigantesque. Dans cette utopie hyperconnectée et hyperinformée, l’ignorance gagne chaque jour du terrain et les exemples se multiplient d’obscurantismes qui se renforcent autour de nous.
Partout, grâce à Internet, les théories du complot les plus farfelues se propagent avec une facilité déconcertante sur Google, Facebook, Twitter et Wikipédia. Dans le monde, les théories créationnistes connaissent un engouement spectaculaire ; 46 % des Américains croient que la Terre a moins de 10 000 ans. Le monde arabe compte un quart d’analphabètes.
En France, 7 % de la population demeure illettrée (soit 3 millions de personnes) et l’école est en plein effondrement (27e rang au classement PISA).
L’ignorance est encore à l’oeuvre, de façon sanglante, avec la destruction par Daech des cités de Palmyre, Nimroud et Hatra. 
Aujourd’hui, l’Europe est abasourdie de découvrir que ces djihadistes, prêts à payer de leur vie pour répandre la haine, ont été élevés sur son sol, éduqués dans ses écoles. Ces phénomènes révèlent quelque chose d’un processus profond, global, que jusqu’ici nous avons refusé de regarder en face : la longue montée de l’ignorance.

La longue montée de l’ignorance – First – 16,95 €


La longue montée de l’ignorance est un ouvrage important à lire, pour comprendre ce qui a échoué, et pour éviter que des générations qui arrivent soient encore sacrifiées sur l’autel d’apprentis sorciers dangereux, et mal intentionnés.

 Il en va de la cohésion d’une civilisation, une cohésion que nous avons évoquée avec l’auteur (voir ci-dessous).


Breizh-info.com : Pouvez vous nous définir ce qu’est l’ignorance en France, vous qui publiez un livre consacré à sa « longue montée » ?

Dimitri Casali : Depuis une vingtaine d’années, je constate une montée de l’ignorance, qui va à rebours de la connaissance.  Je m’appuie sur de nombreuses statistiques et études. Je cite les chiffres qui corrobore l’effondrement de notre école républicaine, classée aujourd’hui 27ème au classement PISA alors qu’en l’an 2000 nous étions 10ème, et dans les années 80, les premières enquêtes internationales nous situaient dans les 5 premiers.
J’établis une corrélation entre l’effondrement de notre école et la perte de confiance envers les professionnels de la connaissance, que sont les savants, les experts, les professeurs. On peut d’ailleurs remarquer que ces derniers sont de moins en moins  présents à la télévision. 
La baisse du niveau de culture générale chez les hommes politiques qui est de plus en plus déplorable, est la conséquence de cette remise en cause.
Tous les symptômes sont là. L’épreuve de culture générale a été supprimée en 2011 à Sciences Po et en 2015 à l’ENA pour remplacer par une épreuve sur l’action publique. 
C’est une question dramatique, car c’est une rupture avec les Humanités, qui constituaient le fondement de notre savoir, de la connaissance enseignée depuis des générations. Cette remise en cause est principalement due à la révolution numérique qui génère l’illusion du savoir. Internet qui est un merveilleux instrument pour les plus de 40 ans peut se révéler être aussi un véritable vecteur d’ignorance pour les jeunes de 15 à 25 ans.


Breizh-info.com : Les générations d’aujourd’hui ne sont-t-elles pas victimes des conséquences de décennies de « pédagogisme » façon Meirieu ? 
On voit des bloggueurs aujourd’hui avoir la même « valeur » aux yeux d’individus que des scientifiques, des savants, on voit des élèves dont la parole aurait la même « valeur » que celle d’un élève …n’est-ce pas là un aboutissement ?

Dimitri Casali : C’est le sujet de la deuxième partie de mon livre sur la responsabilité des pédagogistes , qui sont souvent les conseillers au plus au niveau de l’Education nationale ; on parle souvent de Philippe Meirieu, on peut citer aussi François Dubet. 
Ils reprennent les thèses de Bourdieu en particulier, qui ont fait beaucoup de mal à notre société. Ces thèses prônent la déconstruction, il faut déraciner à tout  prix, couper l’homme de ses racines pour créer un homme nouveau citoyen du monde et non plus citoyen français. En faire un bon petit consommateur, un bon employé docile sans valeurs n’y repère et sans aucune connaissance pour mieux pouvoir le manipuler. 

Ce nivellement par le bas – on le voit avec la réforme  du collège de Najat Vallaud Belkacem – a des conséquences dramatiques sur le niveau de nos élèves. Amener une classe d’âge à 90% de réussite au baccalauréat est un non sens total. Les étudiants en première année de faculté se fracassent ensuite sur le mur  de la réalité où plus de 50 % sont recalés parce qu’ils ne sont pas au niveau.

Vouloir sans cesse niveler, couper les racines de notre culture, de notre histoire, dans un pays aussi ancien que la France, (plus vieil Etat-nation du monde) est un véritable suicide collectif. Aujourd’hui, plus de 83 millions de touristes viennent visiter la France, pour sa culture (Versailles, le Musée du Louvre ..). Ne pas vouloir transmettre les valeurs essentielles de notre culture c’est se tirer une balle dans le pied. 
Pour les 15-25 ans, les racines, les valeurs traditionnelles n’ont plus aucun sens. Il n’y a plus d’identité culturelle de la France et encore moins d‘identité nationale, il n’y a plus aucune filiation spirituelle avec les générations précédentes.


Breizh-info.com : Ne va-t-on pas aboutir à une société et c’est déjà le cas un peu aujourd’hui – totalement barbare ? Multiplication des violences, communautarisme, conflit avec les générations issues de l’immigration , société qui explose…en partie les conséquences de ce suicide de l’Education nationale ?

Dimitri Casali : C’est exactement cela. Cette génération des 15-25 ans ne lit plus un seul livre, toutes les études le montrent. C’est la génération du vide spirituel et historique. 
 Alors que la jeunesse est faite pour connaitre de grands élans spirituels ou d’imagination culturelle, il n’y a plus rien que le vide. Cela laisse la place à de dangereuses idéologies comme l’islamisme.
 D’ailleurs, les sites de propagande islamiste recrutent énormément sur les réseaux sociaux. L’islamisme radical se substitue à nos valeurs traditionnelles chrétiennes et républicaines et comble ce vide spirituel et ce manque de filiation. 
Cela touche aussi bien les jeunes issus de l’immigration que les jeunes Français de souche, puisqu’il y a énormément de conversions nouvelles à la religion musulmane.


Breizh-info.com : Lorsque l’on évoque votre livre avec des personnes biberonnées à la pédagogie Meirieu, elles nous expliquent que le niveau scolaire ne baisse pas, que l’Education nationale ne s’effondre pas. 
Que les enfants d’aujourd’hui sont beaucoup plus ouverts sur le monde, qu’il est faux de dire qu’ils ont moins de compétences, qu’elles sont différentes …
Dimitri Casali : C’est rhétorique des fameuse compétences qu’un élève doit acquérir à tout prix. Depuis 2005 on a remplacé la transmission traditionnelle par le savoir et la connaissance par les compétences. Ceci est la résultante de cette école pédagogiste : apprendre à l’élève à apprendre, qu’il construise lui-même son savoir. Et au final ne rien apprendre de tout. 
Questionnez un élève de 3e sur ses connaissances en histoire et vous verrez le résultat de cette réforme. Prenez un manuel de 5ème d’histoire aujourd’hui, prenez le manuel Malet et Isaac encore opérationnel en 1981.  Il y avait 100 pages de cours sur Louis XIV complet et équilibré. Savez vous combien il y’en a aujourd’hui ? 4….

A ce genre de personnes, je dis simplement qu’ils interrogent leurs enfants, neveux ou nièces. Ils constateront bien que ceci n’ont aucun référent historique et chronologique solide. Aucune base fondamentale de tout ce qui constitue l’essence même de la France – ces grandes périodes que sont les cathédrales de Saint Louis, la Renaissance, les Lumières, la Monarchie, l’Empire. Les deux piliers de la France  sont son héritage chrétien et monarchique et son héritage républicain et laïc. Malheureusement les 2 premiers sont volontairement occultés l’avantage des 2 derniers. Alors que l’histoire de France est un bloc !
Il y a une vraie volonté de gommer, d’annihiler cet héritage chrétien et monarchique pour faire des individus hors sol sans attachement à leur patrie. Dans les instructions officielles de l’Education nationale il est précisé qu’il faut former à la citoyenneté du monde et non plus à la citoyenneté française.
On ne peut pas affronter l’avenir si l’on ne connait pas ses racines qui permettent d’expliquer le présent et d’aller de l’avant. C’est une génération de dirigeants irresponsables qui veulent réformer l’Ecole pour changer la société.
Dans le classement PISA, les dix premiers pays sont asiatiques. Dans les années 80, des observateurs japonais venaient pourtant observer le système scolaire français pour le copier pour l’exporter au Japon. Aujourd’hui, ils sont dans les 3-4 premiers et nous nous sommes 27ème. En 37 ans, il y’a eu un renversement, un bouleversement. Il faut réagir. 
Il y a encore – et je le dis dans la dernière partie de mon livre – de l’espoir, des solutions. Il faut revenir aux fondamentaux : transmettre notre grande culture française qui a longtemps ébloui le monde, multiplier le budget de la culture par 10.  Etre intransigeant sur les valeurs essentielles républicaines, la laïcité. Faire respecter l’Etat de droit, honorer nos pères et tout ce qui a fait la France d’autrefois. 
Malheureusement on n’en prend pas le chemin – il n’y a qu’à voir ce qu’il s’est passé avec ces députés mélenchonistes refusant de saluer le nouveau président de l’Assemblée nationale – . Au nom de la désobéissance civile, tous donnent le mauvais exemple à notre jeunesse. 
Ce sont pourtant des élus de la Nation, ce n’est pas avec ce genre de comportement qu’on va redonner foi et confiance en notre pays.

Il faut que la France retrouve confiance en elle pour l’avenir, que cesse cette haine de soi, cette détestation de soi qui est distiller à longueur de journée avec  la repentance, le politiquement correct, via un certain enseignement à l’école de la République  et aussi via nos dirigeants politiques.


Breizh-Info.com : Un mot sur le nouveau ministre de l’Education nationale, qui succède à une Najat Vallaud Belkacem détestée par toute une partie de la population ?

Dimitri Casali : Ce fût une divine surprise pour moi, car de nombreux noms circulaient notamment dont un certaine personne proche des Frères Musulmans. Lorsque Jean-Michel Blanquer fut nommé, ce fut un vrai soulagement pour moi. J’ai eu la chance, l’honneur même, de l’affronter dans un débat courtois (voir ci-dessous).
Il connait son domaine, c’est un homme brillant, peut être suffisamment malin pour réussir à réformer le Mammouth mais il lui faudra du courage car cela ne sera pas être facile. Mais il faut y croire, il y a des raisons d’espérer. 
Cela ne se fera pas en un seul quinquenat, mais déjà s’il pouvait remettre l’école républicaine sur des bases solides ; le retour aux fables de La Fontaine qu’il a fait hier, est une première bonne chose.  Il faut avoir conscience que l’an passé, la ministre avait autorisé certains exemples en grammaire puisés chez l’humoriste Kev Adams au lieu de La Fontaine ou de Victor Hugo. On revient de loin !


Breizh-info.com :  Vous avez évoqué l’importance de la culture, au delà de l’Education nationale. Cela fait plusieurs décennies que le cinéma français ne joue plus aucun rôle en terme de transmetteur pour la jeunesse, notamment au niveau historique – contrairement aux Etats-Unis ou à l’Europe de l’Est. Quid ?

Dimitri Casali : Question très intéressante.  J’ai écrit un livre sur l’histoire de France racontée par le cinéma. Mais surtout dans Le Nouveau manuel d’histoire (La Martinière) j’ai puisé des exemples abondants dans le cinéma. Je suis un des rares à parler de Pierre Schoendoerffer (L’Honneur d’un capitaine, Dien Bien Phu, Le Crabe-Tambour …) concernant les guerres de décolonisation, puisque ce sont les derniers grands films d’histoire qui ont été réalisés en France sur notre histoire. Depuis plus rien. 
Parce qu’on ne peut pas dire qu’Indigènes ou Hors la loi soient des films historiques dignes de ce nom. Ces deux films sont un monceau de contre-vérités, de mensonges et vous avez raison, depuis une vingtaine d’années, c’est le néant.

C’est une conséquence  de la loi mémorielle de Madame Taubira, de 2001, qui officialise la repentance et la culpabilité de la France la pierre angulaire de l’enseignement de l’histoire. Dans les médias français on voit bien qu’il est presque interdit de faire un film sur Napoléon 1er. 
 C’était d’ailleurs une revendication expresse du CRAN (collectif représentatif des associations noires) d’interdire le financement de films sur Napoléon 1er.  Cette loi Taubira, comme le refus de Jacques Chirac de commémorer la bataille d’Austerlitz en 2005 constituent la rupture fondamentale dans la volonté politique de transmettre notre histoire.

Cette loi Taubira stipule que la traite atlantique – et uniquement elle – est un crime contre l’humanité. Elle n’évoque jamais la traite orientale et la traite intra-africaine , beaucoup plus  grave puisqu’un africain sur 4 a pratiqué l’esclavage à l’arrivée des Européens. 
Et encore aujourd’hui, il y’a 25 millions d’esclaves selon le dernier rapport de l’ONU. Mais cela Madame Taubira et quand on l’a interviewé, ( l’Express en 2006), elle explique qu’elle n’a pas évoqué ces traites car il ne fallait surtout pas culpabiliser les petits maghrébins dans nos banlieues.  

16 ans après cette loi, il n’y a plus aucun film qui évoque notre histoire, et cela, aucun analyste, aucun observateur ne l’a repéré – comme je n’arrête pas de le clamer depuis dix ans. 
Je combats pour préserver l’histoire de France, une des plus belles du monde entier, j’en suis convaincu. Nous sommes le seul pays au monde à avoir autant honte de notre histoire. 
Heureusement que les étrangers qui viennent visiter notre pays nous rappellent combien son histoire et sa culture sont grandes et belles sinon nous les aurions oubliées… 

Si l’on veut marcher vers le futur il faut toujours retourner à ses racines… 
Propos recueillis par Yann Vallerie


Crédit photo :  DR [cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

L' ÉOLIEN; LE GOUVERNEMENT AU PIED DU MUR !

28 juin 2017





 

 

Après Sivens et Notre Dame des Landes, Bouriège, Saint Nicolas des Biefs, Bransat, les monts du Forez,  et bien d’autres deviennent un risque majeur d’émeutes publiques pour le gouvernement, tant l’opinion publique est scandalisée.

Les mécontents sont désormais majoritaires. 
Les promoteurs éoliens passent en force en peignant leurs matraques en vert pour jouer leurs derniers coups et presser le citron jusqu'à la dernière goutte. 
L'Espagne et le Portugal ont totalement stoppé les frais et l'Allemagne amorce un fort ralentissement. L'éolien est saturé et de plus les installations existantes ont un rendement décevant en ne dépassant pas un jour sur cinq dans une année. 
Pourquoi continuer le saccage du territoire dans un investissement absurde "en dépit du bon sens" selon le terme de Nicolas Hulot lui-même ? 
Depuis l'origine en 2006, le nouveau ministre a toujours vu à juste raison les éoliennes uniquement sur des friches industrielles occasionnelles proches des lieux de consommation, comme un appoint astucieux et non comme un produit fiscal spéculatif, trop souvent lié aux soupçons de corruption. Les errements des dernières années montrent à quel point il est devenu absurde au nom de la seule finance.
S'il persiste, les retours vont être une multiplication des ZAD anti éoliennes pour le fric dans les prochains mois.
 La saturation est désormais majoritaire dans l’opinion. 
 Des fortunes colossales ont profité de ce système subventionné à 100% par une taxe publique pour procéder à des opérations plus financières qu'industrielles.
La plus célèbre est le pactole privé de plus d’un milliard constitué au Luxembourg au profit personnel de quelques dirigeants de la division énergies renouvelables d’EDF, une société nationale. Le sentiment d’oppression n’en est que plus cruel, surtout chez les ménages qui viennent de subir pour rien une augmentation de 35% de leur facture en quelques années, et tout cela pour entretenir un système hautement spéculatif et financier avant tout via la CSPE.
 Faut il rappeler ce monde à l'envers où tous les risques portent sur le consommateur et où le financier gagne quasiment sans risque grâce à des tarifs garantis d'avance par le contribuable, sans aucun contrôle de résultat, et au triple du prix du marché actuel de l'énergie électrique ?
Le Préfet de l’Aude vient d’envoyer les forces de l’ordre à Bouriège pour aider un promoteur à forcer le passage. Une propriété privée va être saccagée par le passage de 60 camions alors qu’elle n’est pas concernée et que les propriétaires ont porté plainte. 
 Les habitants sont scandalisés par ce déni de démocratie, qui se passe en plus sur un joyau historique médiéval roman de Saint Pierre le Clair, dégradé par un groupement de financiers éoliens sans aucun scrupule.
Dans l’Allier, des sources pompées pendant plusieurs semaines sur le site éolien de Saint Nicolas des Biefs inquiètent la police de l'eau.  
Ces inondations sont qualifiées de fuites mineures par un expert miraculeux venu contredire toutes les thèses antérieures.  
A Bransat, une installation éolienne induit un préjudice immobilier et économique de plusieurs millions d’euros par an sur un rayon de 10 kilomètres.A Saint just en Chevalet, un promoteur controlé par un mystérieux investisseur egyptien menace le site touristique du château d'Urfé et l'économie de tout un canton. 
Des petites stations de tourisme vert du Forez risquent de se retrouver jonchées d'éoliennes.
 La Lozère a des pans entiers de son territoire totalement défigurés.
Plus de 10 milliards investis pour à peine 4% de l’énergie nationale seulement un jour sur cinq, des avantages fiscaux exorbitants, tout cela subventionné à 100% par le public sans risque,  et au bout un échec cuisant. Les promoteurs éoliens le savent bien. 

Un échec cuisant décrit par les professionnels de l'éolien eux-mêmes

Le seul fabricant français de mâts d’éoliennes, Franceole, qui connaissait déjà des difficultés depuis plusieurs années, vient d’être placé en redressement judiciaire dans une situation critique pour ses 160 employés, alors qu’on nous racontait que ce secteur était « porteur » et créateur d’emplois. 
 Cette entreprise reflète l'ensemble du secteur puisque chaque éolienne a besoin d'un mât. Le communiqué officiel de Franceole explique très bien le désarroi actuel de l'éolien en bout de course :
"Une surcapacité au niveau européen de plus de 30 % : 16.500 sections manufacturables pour un besoin de 11.000, certains de nos voisins comme l’Espagne ou le Portugal ayant stoppé leurs installations, d’autres comme l’Allemagne amorçant un ralentissement marqué 
Une concurrence intra-européenne forte sur les coûts de productions, due à des niveaux de salaire différents, particulièrement dans les pays de la Péninsule ibérique 
 Une directive européenne anti-dumping favorisant des importations extra-européenne (Chine, ….), à bas prix sur les produits finis.Une incertitude sur l’arrêté tarifaire induisant un attentisme des développeurs et des financeurs de parcs français qui diffère des projets nécessaires à notre charge régulière."
Cette situation catastrophique, décrite par un acteur majeur du secteur éolien en France et en Europe va sans aucun doute ouvrir les yeux du gouvernement avant que de multiples ZAD ne viennent ouvrir ses oreilles… 
 Le modèle actuel des énergies renouvelables est une calamité économique et même écologique car ces installations ont un bilan carbone désastreux, contrairement aux apparences.  
Chaque éolienne installée nécessite une centrale thermique pour la remplacer les 80% du temps où elle ne produit pas en rythme annuel. 
Chaque nouvelle éolienne engendre quatre fois sa production en rejets CO2 puisque le nucléaire n'est pas assez souple..
Le solaire connait également de grosses difficultés avec le naufrage de Sillia ex Bosch qui laisse 400 emplois sur le carreau depuis son lancement et les multiples dépôts de bilan chez les fabricants allemands comme Q cell, Conergy etc... 

La finance s'est ruée sur les systèmes subventionnés au détriment des vraies énergies renouvelables délaissées à tort.
ET AUSSI


29 juin 2017

 

 

Nicolas Hulot, le nouveau ministre de la Transition écologique, va devoir faire face à un autre scandale écologique et environnemental : le projet de centrale industrielle de 62 éoliennes plantées entre les îles d’Yeu et de Noirmoutier, dont une partie des territoires est en zone Natura 2000 !

Depuis quelques années le projet – porté par l’ancien gouvernement et en particulier par Ségolène Royal – avance tranquillement, ....
En effet, ce projet, qui pourrait voir le jour en 2023, après extinction des différents recours juridiques envisagés par les associations locales, constitue à n’en pas douter une incroyable atteinte au paysage et au cadre de vie des habitants et un énorme scandale financier tant les sommes en jeu sont considérables au détriment des contribuables français et des consommateurs.

Un scandale écologique particulièrement impactant

Les îles d’Yeu et de Noirmoutier constituent des joyaux environnementaux de l’atlantique. Une grande partie du territoire de ces îles est d’ailleurs protégée au titre des zones Natura 2000 afin de préserver l’authenticité et le charme de ses dunes, ses oiseaux et toute sa biodiversité associée.  
C’est d’ailleurs ce qui attire les nombreux touristes du monde entier qui viennent goûter au plaisir de cette côte sauvage particulièrement préservée et riche en matière environnementale.
Le projet est tout bonnement gigantesque, il s’agit d’installer sur la côte, à une distance de 12 à 18 kilomètres des deux îles, une « île » artificielle de 62 éoliennes de 220 mètres de haut pales comprises sur une surface cumulée de 80 km2 soit plus que la surface des îles d’Yeu et de Noirmoutier cumulée. 
 Ces aérogénérateurs seront installés sur des « mini-tours Eiffel » qui seront scellées au fond marin grâce à d’importantes excavations et à l’infiltration de béton pour les socler. Les travaux auront d’énormes impacts environnementaux.
Les différentes simulations qui ont été réalisées et présentées sont édifiantes. Le coucher de soleil côté Noirmoutier est tout simplement anéanti par une haie gigantesque de plusieurs rangs d’éoliennes sur 13 kilomètres de long entre les deux îles. 
La nuit durant, le clignotement des points rouges des 62 éoliennes détruit totalement la sérénité des lieux et constitue une pollution visuelle indiscutable.
Cet impact sur le cadre de vie des habitants et sur les merveilleux paysages dunaires des îles ne prend pas en compte les nombreux enjeux pour la biodiversité : impact sur les espèces aquatiques, sur les oiseaux, la biodiversité, le ravinement potentiel des côtes dû aux travaux…
Encore tout récemment, la Ligue de protection des oiseaux a souligné une mortalité accrue des oiseaux due aux éoliennes dans les zones protégées.
 Allain Bougrain-Dubourg, son président, devait préciser sur France Info : « Nous sommes favorables aux énergies renouvelables. Mais pas n'importe où, pas n'importe comment. 
Si vous mettez de l'éolien sur une zone de migrations, vous êtes sûr que vous allez avoir un impact épouvantable. » il ajoute : « Nous ne voulons pas d'éoliennes… dans les zones Natura 2000. »
 Et nous ne parlons même pas des enjeux environnementaux des lignes à haute tension qui seront installées sous la mer…

Des enjeux financiers considérables pour les consommateurs

À ces enjeux environnementaux particulièrement impactants qui devraient avoir d’énormes conséquences sur l’acceptabilité sociale s’ajoutent d’énormes enjeux financiers. 
En effet, l’appel d’offres porté par l’État français prévoit un tarif de rachat astronomique promis aux industriels producteurs d’électricité d’environ 225 euros le mégawatt. 
Si l’on prend en compte les simulations d’électricité produite par cette centrale éolienne, soit 1 900 gigawatts par an, et si le prix retenu se situe aux alentours de 225 euros le magawatt, la centrale éolienne située entre Yeu et Noirmoutier devrait rapporter 420 millions d’euros par an pendant 25 ans pour un investissement de seulement 2 milliards d’euros.
Cet argent ne vient pas de n’importe où. Il est prélevé sur la facture d’électricité des consommateurs au titre de la CSPE (contribution au service publique de l’électricité) et financé en partie par le contribuable, EDF ne parvenant plus à compenser ce qu’il doit payer au titre de l’énergie d’origine éolienne.
Ce sont donc les consommateurs et les contribuables qui verront leur facture d’électricité et d’impôt exploser qui paieront cet argent au profit de consortiums financiers à qui l’on ne peut pas reprocher de vouloir essayer de profiter de cette manne financière gigantesque dilapidée par l’État.
Ce surplus d’achat de courant est d’ailleurs aujourd’hui devenu obsolète puisque tout récemment le journal les Échos rapportait qu’un grand nombre de parcs éoliens off-shore étaient rentables avec un prix de rachat de 60 euros le mégawatt sans subvention. 
Il n’y a donc aucune raison que l’argent des Français soit détourné par une surfacturation du prix de rachat qui n’a plus de raison d’être.
C’est pour cette raison qu’un collectif écologiste « TOUCHE PAS À NOS ÎLES ! » s’est monté afin d’alerter les citoyens et les pouvoirs publics sur le risque environnemental très grave que courraient les îles d’yeu et de Noirmoutier si cette centrale éolienne devait voir le jour in fine.