mercredi 27 mai 2020

APRÈS L' ÉTUDE DU LANCET : COUP DE GUEULE ......TRIBUNE LIBRE !

Après l’étude du Lancet : coup de gueule contre tous ceux qui prennent les auditeurs et les lecteurs de leurs boniments pour des cons (L’Agora)





64192929 - big pharma word cloud concept

 

Ces très discrets lobbies pharmaceutiques

 Très actifs en coulisse, les lobbies pharmaceutiques sont très discrets voire transparents dans les médias, mais on les sent omniprésents dans toutes les manœuvres tordues qui leurs permettent de faire de l’argent sans le moindre souci de la santé des patients. 

A ceux qui douteraient de ces manœuvres tordues, je recommande de visionner le film de 2005 : The constant Gardener  ou le film documentaire de 2016: La fille de Brest  (sur l’affaire du médiator). 

Ces lobbies utilisent toute la gamme des moyens (pressions, intimidations, corruptions des politiques et des professionnels de santé, falsifications, moyens financiers illimités) pour arriver à leurs fins : promouvoir et imposer leurs nouveaux médicaments toujours plus chers en détruisant la concurrence et les gêneurs par tous les moyens.


Ces lobbies sont rarement poursuivis et condamnés pour leurs activités coupables. 

Toutefois, le procès des laboratoires Servier et des cadres de l’Agence du Médicament poursuivis dans l’affaire du Médiator devrait reprendre le 2 juin prochain pour une vingtaine de jours d’audience. 

Peut être verra-t-on enfin condamné en juin, 13 ans après le démarrage de l’affaire, ceux qui auraient dû l’être depuis longtemps et qui sont l’exemple même des conflits d’intérêt que l’on retrouve encore aujourd’hui.

Une étude qui ne tient pas la route

 Sans avoir à chercher bien loin, on s’aperçoit très vite que l’étude anti-chloroquine publiée par le Lancet, revue médicale US, a été téléguidée par « Big pharma » et ne tient pas la route.


L’article (court) qui fait le point le plus complet, le plus argumenté et, de mon point de vue, le plus objectif sur cette étude est celui du docteur Nicole Delepine, ancienne chef du service d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches.


Elle y dresse le portrait des trois auteurs et de leurs liens avec « Big pharma ». 

Elle nous montre la main mise progressive de Big Pharma sur les revues médicales spécialisées au point, par exemple, d’entraîner la démission de deux rédacteurs en chef du New England journal of medicine pour les mêmes raisons d’incompatibilité de l’éthique scientifique et la soumission aux marchands de Big Pharma. 

Le Lancet est donc devenu, lui aussi, une revue soumise aux dollars de Big pharma…

Nicole Delepine fait enfin le procès de cette étude en montrant ses biais. 
Il s’agit d’une étude sur registres, rétrospective, non randomisée, sans groupe témoin tiré au sort, toutes exigences répétées au centuple sur les médias pour critiquer les travaux de Raoult, qui eux au moins étaient prospectifs.


En clair, Big pharma avait ses complices au sein de l’Agence du médicament dans l’affaire du Médiator. 
Big pharma a trouvé également ses complices dans l’affaire de la chloroquine. 

Les trois compères qui ont signé l’étude pour une poignée de dollars, bien sûr, et la rédaction de la revue médicale « Lancet »… Honte à cette rédaction et aux trois « corrompus ».


Le lecteur visionnera avec intérêt la réaction du professeur Didier Raoult (9 minutes) sur cette étude anti-chloroquine publiée par le Lancet.

A voir également sur ce sujet la courte interview sur RT de Alain Houpert, sénateur LR de la Côte d’Or et radiologue (6 minutes).

La réaction quasi « jubilatoire » des médias mainstream

 Ce qui est amusant et bien sûr « cousu de fil blanc », c’est la réaction quasi « jubilatoire » des médias mainstream agissant comme « un orchestre » pour suivre et donner de l’ampleur à l’ « innocente » dépêche AFP donnant le signal de la curée anti-chloroquine et anti-Raoult.

A propos de cette symphonie médiatique « bien réglée », il convient de rappeler quelques faits établis :
– La direction du « vent » médiatique est, à l’évidence, donnée par le propriétaire du média qui paye les salaires de ses journalistes et promeut les plus zélés. 
Il se trouve qu’en France, les médias mainstream sont, pour la plupart, propriétés d’un petit gang de milliardaires, appartenant à une même « communauté »: celle qui nous a vendu la gouvernance française actuelle…
 Il se trouve qu’entre les milliardaires de Big pharma et ceux qui contrôlent les médias (et l’exécutif français) existe une certaine « fraternité » et que chacun trouve son compte dans la solidarité et l’entraide.

– Il ne faut pas oublier non plus que les USA sont à quelques mois de l’élection présidentielle. Trump est engagé dans une lutte à mort contre les démocrates, contre les médias mainstream US menés par CNN, le New York Time et le Washington Post et contre « l’État profond » qui lui préfèrerait un président « marionnette » moins imprévisible et plus facile à contrôler. Tout ce qui peut décrédibiliser Trump est donc bon à prendre. 
Or Trump avait pris fait et cause pour la chloroquine. Faire mousser l’étude anti-chloroquine, c’est tout simplement un moyen de plus pour décrédibiliser Trump…
Cette grande unanimité « spontanée » des médias mainstream français est bien trop belle pour être honnête. Leur réaction « en meute » ne renforcera pas leur crédibilité, ni leur audience.

 

La France dans le peloton de tête des rares « nullocraties » de la planète

 Enfin, juste un dernier mot sur nos politiques et notre désormais fameux « conseil scientifique » dont les liens présents et passés avec Big pharma mériteraient d’être investigués sérieusement. 

Les résultats calamiteux de la gestion de cette épidémie, l’impréparation, l’inefficacité, le mensonge permanent, les mauvaises stratégies, l’essai clinique « Discovery » qui a tourné au fiasco et dont on attendra longtemps les résultats alors que l’épidémie touche à sa fin ; tout cela a hissé la France dans le peloton de tête des rares « nullocraties » de la planète.


La reprise jubilatoire, par le ministre de la Santé, des conclusions d’une étude plus que douteuse, téléguidée par « Big pharma », et réalisée par ses petits soldats sans le moindre contrôle, alors même que le traitement Raoult a manifestement obtenu des résultats convaincants à Marseille et n’a pas d’alternative crédible et efficace, est tout simplement pitoyable et fait atteindre à notre pays le stade peu enviable de la « voyoucratie »…


Ces manières de faire de notre gouvernance et la faillite qui guette notre pays ne seront pas sans conséquences sur notre système de santé.


Par le Général (2s) Dominique Delawarde


Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression.
 Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.
Illustration : DR [cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine



ET AUSSI

Tous les tocards, vendus aux labos, en mission pour démolir Raoult

Publié le 26 mai 2020 - par  




Je l’avoue, nous vivons une époque formidable. 

Ce virus a au moins eu le mérite de révéler le niveau de connerie, ou de jobardise, d’une bonne partie de la population et l’incompétence, la corruption des prétendues élites.


Grâce à lui, merci Covid, j’ai relu « L’étrange défaite » de Marc Bloch. 

Force est de constater qu’en 80 ans la situation n’a guère évolué, nous y sommes en plein dedans, les Pz divisons sont remplacées par un virus, c’est juste la différence… 

C’est le rassurant de l’affaire, on se dit c’est intrinsèque à la mentalité française, c’est même une marque de fabrique, c’est génétique.

La connerie marche à fond en ce moment, le vecteur est le virus et la cible symbolique, le Pr Raoult.

Lui c’est bon, il a la totale. 

Le gars est une sommité mondiale dans son domaine, précision Raoult représente l’IHU de Marseille reconnu mondialement, il n’est pas seul, il a autour de lui des profs de son niveau, ce ne sont pas des rigolos, quand ils parlent épidémie, a priori tu les écoutes ; lui a décidé, comme un entraîneur d’une grande équipe, ou un grand officier, de se mettre en avant pour protéger la troupe.


Ben non, en France, c’est quasiment devenu un bricolo, un mec qui n’y connaît rien, bientôt ils vont nous expliquer qu’il est le fils du Dr Knock.


C’est la mentalité française, une fois de plus, quand il y a un champion local, on lui casse les reins. 


C’est la préférence étrangère.




Depuis hier c’est le festival, ils ont l’étude du Lancet, c’est fête… Véran a foncé dessus, je vais y revenir, ma loi du boomerang va encore s’appliquer, ça paraît bizarre, je suis d’accord, mais vous allez voir.

Dans la journée j’ai navigué sur les chaînes de désinfos, de temps en temps il faut subir la propagande ! C’est un supplice, je suis d’accord. C’est le boulot !

Sur BFMacron ou Menteur, c’est au choix, nous avons frôlé le sublime, c’était l’émission de Cruchot, il y avait comme invités le grand spécialiste en tout, le bon Dr Ichou, le médecin de carnaval ; il a un cabinet médical dans le XVIe, faut pas déconner hein, pas à Bobigny ! 

S’il a des patients, à mon avis ils sont suicidaires, comme avec la Milhau de Cnuls et autres cuistres caducés.


Le grand épidémiologiste Nicolas Domenach est intervenu pour dire que Raoult est un populiste.


En face, seule contre tous, une doctoresse pro-Raoult qui a utilisé son protocole pour soigner des malades de la Covid, dont des médecins. 

Là où on atteint presque le sublime comme dit plus haut, une petite journaleuse de plateau a posé la question qui tue, «  Vous ne pouvez pas prouver que votre traitement a guéri vos patients ». Toi ma cocotte, tu auras du mal à prouver que tu as un cerveau. 

Cette bécasse a fait du sophisme médicinal, comme Jourdain sans le savoir.

Faut la comprendre, elle tente de sauver sa place, j’ai oublié son nom à cette gourdasse. 

M. Drahi, l’homme qui valait 50 milliards de dettes, va virer du monde sur RadioMosquéeMacron et BFMacron, il n’y aura pas que les petites mains, les seconds couteaux de l’antenne vont aussi dégager, si je puis la rassurer, Bourdin va probablement être solidaire… de son patron.


Ensuite je me suis fadé sur Cnuls, l’émission de Lolo Ferrari, la tueuse d’audience et ex-suceuse de Sarko, c’est de notoriété publique, parmi les invités nous avions Juvin le prof de médecine de je ne sais plus quel hosto et maire LR de la Garenne-Colombes, il a limite traité Raoult et son équipe d’escrocs.

 Le mec a fait son cirque sur les plateaux pour assurer sa réélection et surtout c’est un fonctionnaire, ne n’oublions pas, il tient à garder son poste, ses crédits. 

Il paraît qu’en public il dit tout le contraire de ce qu’il pense réellement, bon. 

Qu’attendre d’un élu LR même prof de médecine ? 

Et en vedette américaine, le Dr Deray, je ne vais pas dire, il a quelques petits conflits d’intérêts avec les labos, lui c’est une bande annonce vivante pour les labos, qui a tenu les mêmes propos à limite de la diffamation envers les Marseillais. 

En résumé, les bandes de bordilles sont en action. Les sans-couilles sont au rendez-vous, les pourris aussi, comme l’OMS.

Raoult en a pris plein la tête .Voilà, enfin, ça y est, on lui a fait la peau ! 

C’est confirmé, son protocole ne sert à rien et il est dangereux, dixit Lancet. L’OMS au service de Bill Gates le vaccinotueur (je sais c’est du complotisme), va bientôt interdire la quinine.

 Ils attendent tous le vaccin miracle de Bill comme a dit la nageuse obèse Maracineanu.


De fait, la question qui devrait être posée, plutôt les questions, aux médecins de télé, aux charlatans télévisuels, aux pétasses journaleuses qui sont devenues spécialistes de la spécialité en une nuit, j’espère torride, sont simples :
  • Bonjour Docteur, je suis malade, j’ai la Covid
  • Je vous donne du Doliprane, revenez quand vous serez mourant
  • C’est suffisant ?
  • Oui, c’est comme ça, c’est la science ! Comme dirait Emma, je tiens à ma place et mes honoraires, surtout à ces derniers, vous me faites perdre mon temps, je dois aller sur Cnuls-BFMacron, ça paie mieux et c’est moins fatigant.

Ensuite,
  • Mme la journaleuse de BFM WC, vous êtes malade (j’ai pas dit du cerveau que vous n’avez pas), vous allez voir votre médecin et il vous fait cette réponse, vous en pensez quoi ? Faut prendre une décision. 
  • C’est valable pour toute la caste politico-merdiatico- corrompue. C’est drôle, dans ce cas de figure, ils ont tous pris la chloro en douce.

En plus Raoul a raison, le Doliprane c’est un poison pour le foie.  Bizarre, lui est en vente libre.

Le vrai scandale est la suppression de la liberté de prescription pour les médecins et celle, plus grave, pour les patients d’accepter, refuser ou exiger un traitement ; oui c’est con mais les premiers concernés ce sont eux. 
À titre perso, ce n’est pas un foutriquet de bureaucrate qui doit me dire si je suis malade, ce que je dois faire. 
En fait c’est une dictature sanitaire qui se met en place, au nom du bien, comme toutes les dictatures.

Le boomerang ? Il arrive ! Ben oui, si l’on suit « l’étude du Lancet », déjà un des auteurs s’appelle Mehra, loin de moi de faire une allusion, ben elle démolit de fait Véran, qui l’utilise pour se trouver un alibi.


Les larbins, les faquins télévisuels, utilisent l’article du Lancet pour enfoncer Raoult, sauf que…

Déjà le patron du Lancet, la revue subventionnée par les labos, a dit qu’il publie n’importe quoi, comme l’Immonde en France ou le New York Times aux US.

La fameuse étude repose sur des cas hospitalisés avec des pathologies graves, en l’occurrence cardio-vasculaires, exactement le contraire du protocole Raoult. 

C’est sûr que donner la chloro à ce moment ne servait à rien, comme filer une chimio à un cancéreux en phase terminale, mettre de l’essence dans un moteur diésel, ou chercher un propos intelligent tenu par Jean-Jacques Bourdin.

Olivier, ton décret a autorisé l’usage de la chloro pour les patients hospitalisés en phase grave hospitalisés, comme les sujets de l’étude du Lancet. 

Je veux pas dire, si on cherche bien, t’es un peu dans la merde, tu as tout faux, c’est TON protocole qui est mis en cause ! 

 Heureusement pour toi, la merdiacratie avec ses larbins va étouffer l’affaire. 

Mais ma loi du boomerang va s’appliquer implacablement, tu ne pourras rien contre elle, c’est une loi de la physique, tôt ou tard il va revenir dans ta tronche.

Par Paul Le Poulpe     https://ripostelaique.com



 
                    
 

LE COÛT DE L' AIDE SOCIALE EN FRANCE !

Que pourrait-on faire avec les milliards d’euros annuels qui vont aux étrangers ?

Publié le 26 mai 2020 - par  




Puisque personne ne veut y aller, c’est moi m’y colle avec une étude empirique de l’équivalence coût de l’aide sociale en France.

Bien entendu, celle-ci méritera d’être affinée/confirmée par des experts économistes plus sachants que moi dans ce domaine.
 Mais bon, les bases sont là.


Le juge Charles Prat a dit que 42 % des bénéficiaires des allocations familiales seraient nées à l’étranger. 

Considérons donc que ce chiffre s’appliquerait à l’ensemble de l’aide sociale…
https://www.lefigaro.fr/social/le-magistrat-charles-prats-evoque-desormais-une-fraude-sociale-potentielle-de-30-milliards-d-euros-20200305


La question est : combien ça fait, 42 % de l’aide sociale ?
https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/06/04/quatre-questions-sur-les-aides-sociales-en-france_5309189_4355770.html

Vous avez remarqué qu’on vous donne toujours des pourcentages abstraits, sans vous dire combien ça fait en euros, et sans donner de points de comparaison de ce que l’on pourrait faire avec… : ce n’est pas un hasard. 
Car en fait, c’est terrifiant et ça rend fou.

Selon le journal Le Monde, qui n’est pas connu pour être de droite… les dépenses de protection sociale représentaient un total de 746,6 milliards d’euros en 2015, dont 701,2 milliards sont des prestations sociales, selon la Drees
Cela représente 32 % du produit intérieur brut français.

Je sais que jusqu’à ce jour, le chiffre estimé du coût annuel de l’immigration, donné par Gérard Pince, notamment, se montait à 130 milliards. 

Mais quand il a donné ce chiffre, le scandale des fausses cartes Vitale, dénoncé par le magistrat Charles Prats, n’était pas encore connu dans son ampleur. 
On serait donc à 160 milliards par an


Question : on fait quoi avec 160 milliards par an ?


Ça coûte combien, un porte-avions ?
Un porte-avions, c’est 3,5 milliards par an donc avec un an de budget versé aux étrangers on peut avoir 45 porte-avions (alors qu’on n’arrive même pas à en financer un deuxième…).
https://www.liberation.fr/politiques/2017/01/26/mais-combien-ca-coute-en-vrai-un-porte-avions_1544198


Ça coûte combien, un Rafale ?
80 millions d’euros – donc avec un an de budget versé aux étrangers on peut avoir 2000 Rafales par an (alors qu’on n’arrête pas de réduire les budgets…).
https://omnirole-rafale.com/le-rafale-en-chiffres/


Ça coûte combien, la construction d’un hôpital ?
 194 millions d’euros, donc avec un an de budget versé aux étrangers, on peut construire 800 hôpitaux par an (je vous rassure, on n’en a pas besoin d’autant…).
https://www.lesechos.fr/2017/02/melun-le-nouvel-hopital-sur-les-rails-167487


 Ça coûte combien, les retraites ?
310 milliards d’euros par an.
Donc, si on enlève les fraudes aux faux retraités (notamment dans les pays du Maghreb et d’Afrique où il y a nombre de retraités plus que centenaires…) on peut estimer qu’il n’y a plus aucun problème de financement des retraites, si on arrête de sponsoriser à perte la population étrangère.
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/finances-quel-budget-la-france-consacre-t-elle-aux-retraites_2978193.html
https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/de-faux-centenaires-residant-a-l-etranger-fraudent-ils-le-systeme-de-retraites-francais_3745693.html


Ça coûte combien, la CSG ? (contribution sociale généralisée) qui alourdit énormément les impôts avec son taux de 9,20 % qui vient en supplément des impôts rapporte 100 milliards d’euros par an.
https://www.tacotax.fr/guides/impot-sur-le-revenu/csg-crds-definition-calcul/taux-csg
https://www.lesechos.fr/2017/05/un-impot-qui-vaudra-bientot-100-milliards-171616


Dès lors que l’ensemble des cotisations sociales s’élève à 17,2 %  (9,20 % de CSG + 0,5 % de CRDS (contribution à la dette sociale) + 7,5 % de prélèvement de solidarité).

Ça veut dire que l’ensemble des cotisations sociales qui tuent nos entreprises, nos salariés, et nos salaires rapporte 187 milliards d’euros et étouffe complètement la compétitivité de notre économie.


C’est pratiquement la somme que nous coûte l’immigration.

(NB – prélèvement de solidarité, ça veut dire pour beaucoup, payer les voilées pour qu’elles fassent des gosses…).


Cela signifie que :
  • Le cercle vicieux et infernal est total : il faut toujours plus d’impôts et de dépenses sociales pour couvrir les frais des étrangers qui arrivent tous les jours plus nombreux : c’est le tonneau des Danaïdes.
  • Si on arrête de donner chaque année à des étrangers 160 milliards de nos dépenses, on peut éviter pour chaque Français une imposition de 17,2 %.
  •  
Ça veut dire que :
  • celui qui gagne 1 500 €/mois verrait son salaire passer à 1 811 €/mois soit 3 732 €/an
  • celui qui gagne 2 000 €/mois verrait son salaire passer à 2 415 €/mois soit 4 980 €/an
  • celui qui gagne 3 000 €/mois verrait son salaire passer à 3 623 €/mois soit 7 476 €/an.

Avouez qu’avec ce surplus de paye, beaucoup pourraient partir ou améliorer leurs vacances… ou payer des études à leurs enfants, ou beaucoup d’autres choses bien plus utiles… que de financer un étranger, irrégulier ou pas.

Mais non, il faut payer les étrangers et multiplier les voilées, les aides aux enfants de la polygamie, futur chômeurs non assimilés, et haineux de la France etc.

Bien entendu, vous pouvez faire vos propres calculs, les affiner, et trouver vos propres comparaisons (éducation, police, salaires, maison, emprunts, etc.). 
Ainsi, vous pouvez, si vous estimez que mon chiffre de 160 milliards est excessif, le diviser par deux, ou même par trois. Et vous arriverez tout de même à des résultats très spectaculaires.


J’invite tout le monde à peaufiner cette étude et ces comparaisons, et à élargir les exemples que je donne sur le thèm : que pourrait-on faire de tout cet argent donné aux étrangers ?


Mais il est temps de mettre les pieds dans le plat !

Par Albert Nollet


ET AUSSI



Il est sûr que l’immigration coûte très cher à notre pays, mais …


Par Jean de Maistre

 

Il est sûr que l’immigration coûte très cher à notre pays, mais on ne peut réduire ce problème à sa dimension économique ou financière. 

L’immigration ne coûterait-elle rien, ou enrichirait-elle notre pays qu’elle serait encore néfaste et dangereuse, pour des raisons culturelles et civilisationnelles.

Nous laissons s’installer sur notre sol une idéologie théologico-politique totalitaire, l’islam, et à ce propos je garde toujours en mémoire les paroles du poète kabyle Ferhat Mehenni :
  » L’islam, c’est l’islamisme au repos, et l’islamisme, c’est l’islam en mouvement. C’est une seule et même affaire. L’un et l’autre se réclament d’un seul et même Coran.  »

Un sondage de l’Institut Montaigne révélait que 25 % des musulmans en France jugeaient que la charia devait prévaloir sur les lois de la Cité et ce pourcentage s’élevait à 35 chez les 18/25 ans.

 Il faut que ce soit un écrivain algérien, Boualem Sansal, qui nous alerte et dénonce notre aveuglement en parlant de l’installation en France d’une multitude de petites républiques islamiques.


Nous entrons dans une logique de partition territoriale, acceptée par les autorités comme le montraient ces récentes consignes données par un haut responsable de la police, de ne pas faire de contrôle de confinement dans les zones où on pratique majoritairement le ramadan, etc.

Les remarques que je peux faire n’ont rien à voir avec du racisme et j’ai la plus grande sympathie pour les arabes chrétiens (persécutés en permanence en terre d’islam) et même athées ou agnostiques, et l’islam, pour autant que je le sache n’est pas une race.

Les transformations civilisationnelles causées par l’immigration de masse arabo-musulmane et africaine crèvent les yeux et nous ne sommes certainement qu’au début d’un processus catastrophique, d’autant plus que dans cette immigration se manifestent de plus en plus une indifférence à l’égard de notre pays, un refus de s’intégrer et à plus forte raison de s’assimiler et même une haine à l’égard des Français, comme le savent tous ceux qui scrutent cet égout que sont les réseaux sociaux et sur lesquels se déversent un racisme anti-blanc totalement décomplexé.

Haine de la France, de sa culture et de son histoire qui se manifeste par exemple dans les milieux  » décoloniaux  » et  » racisés  » qui partent à la conquête de l’université. 

Alors une fois de plus, l’immigration enrichirait-elle la France qu’elle serait condamnable.

Dépêchons-nous de dire ces vérités avant que la loi Avia, digne de la Corée du Nord ou de la Chine communiste ne nous interdise de le faire. 

Commentaire du 17.05.2020

 

© JSF – Peut être repris à condition de citer la source.     https://www.jesuisfrancais.blog/2020/05/27
  

IMMIGRATION: MÊME L' ONU DÉMENT LA GAUCHE ..........;


 
L’immigration illégale comme « investissement » pour l’avenir.


 Ainsi écrit le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) présentant l’étude The Scaling Fences : Voices of Irregular African Migrants to Europes, réalisée en interrogeant plus de 3 000 immigrants de 43 pays africains différents et installés dans 13 pays européens (mais près de la moitié des sondés vivent en Espagne et en Italie, c’est-à-dire les deux ports d’arrivée pour 90% d’entre eux).


Le dossier, même s’il est réalisé par une organisation hautement tiers-mondiste et immigrationniste comme les Nations Unies, confirme en réalité les thèses opposées. 

Parce qu’il dissipe la propagande selon laquelle les immigrés fuient les guerres, la famine et la pauvreté en quête d’asile politique, et qu’il y a donc un devoir moral d’ouvrir les frontières de l’Europe.


La réalité que racontent les « migrants » directement impliqués, qui sont presque tous arrivés en bateaux par les itinéraires gérés par le crime organisé, est complètement différente. 


Non seulement ils n’ont pas fui la faim ou la persécution politique, mais en fait la moitié d’entre eux étaient assez bien dans son pays d’origine, 49% avaient un emploi, dans de nombreux cas un salaire plus élevé et un niveau d’éducation supérieur à la moyenne de leurs compatriotes. 

50% des immigrants qui ont travaillé, lorsqu’on leur a demandé s’ils gagnaient suffisamment pour s’en sortir en Afrique, ont répondu positivement, 12% ont même affirmé qu’ils étaient en mesure d’économiser de l’argent. 

« En Gambie, j’ai eu une vie confortable, nous n’étions pas riches mais nos parents ont veillé à ce que nous soyons éduqués et soignés », explique Mahmadou.



Alors pourquoi payent-ils des sommes élevées pour voyager, risquant leur peau aussi ? 


Aziz du Sénégal répond:

« Au final, nous voulons tous les mêmes choses dans la vie : une bonne santé, des emplois décents, des opportunités pour nos familles et pour nous-mêmes. 
Et comme beaucoup de gens n’ont pas l’impression de les avoir en Afrique, ils viennent en Europe. »


Bref, des migrants économiques, purs et simples. 

« L’étude montre que ceux qui sont partis étaient relativement mieux lotis que leurs concitoyens », indique le rapport. 


Quelles sont les raisons les plus importantes qui vous ont poussé à partir pour l’Europe ? demande-t-on aux migrants interrogés. 60% répondent « travailler/envoyer de l’argent à la maison », 18% « famille, amis », 8% « éducation », mais personne ne mentionne des situations de danger à la maison ou d’avoir été forcé.


Il s’agit précisément d’un « investissement », même substantiel, en moyenne de 2700 dollars, souvent financé par des proches, pour se faire transporter illégalement en Europe puis, une fois sur place, chercher un emploi, une source de revenus, et donc envoyer de l’argent aux familles en Afrique.

 Les « investisseurs » dans le voyage attendent donc des profits, un « retour sur investissement » (Roi) écrit l’ONU en utilisant une expression financière. 

La valeur des « envois de fonds » que le parent immigré en Europe parvient à envoyer chez lui (78% le fait) nécessiterait « 40 ans pour générer une situation économique équivalente chez eux », écrit l’ONU. 

Le retour sur investissement, aussi risqué soit-il, est donc extrêmement tentant. 

La migration illégale peut représenter « un saut d’une génération en termes de mobilité sociale ». 



La chercheuse Anna Bono, experte de l’Afrique, a été la première en Italie à expliquer que c’est la classe moyenne africaine, urbanisée et, après tout, aisée, à partir pour l’Europe. 

« Les résultats de l’enquête du PNUD sont clairs – commente-t-elle sur La Bussola Quotidiana

Ils confirment que des centaines de milliers d’Africains sont entrés illégalement en Europe et, pour ne pas être rejetés, ils ont menti en prétendant être des réfugiés fuyant les guerres et les persécutions. »



Après celui d’un « vivre-ensemble » idyllique mais jamais atteint -bien au contraire c’est plutôt la guerre civile qui se profile-, c’est un autre pan de l’idéologie immigrationniste de la gauche radicale-chic qui s’effondre. 

Le roi est nu



Par Francesca de Villasmundo


Source:  https://www.medias-presse.info

mardi 26 mai 2020

BANLIEUES, RODÉOS ET ZONE DE NON DROIT !

Les banlieues en roue libre, par Etienne Lafage

Posted: 26 May 2020 05:25 AM PDT



Les « rodéos » se multiplient en France ces dernières semaines, provoquant de la colère, des blessés… Mais peu d’arrestations.

Nous ne sommes pas au Texas où des athlètes endurants chevauchent un cheval ou un taureau. 

A Lyon, Amiens ou en région parisienne, les cowboys ont un tout autre profil. 

Sur leurs motos, leurs quads ou dans leurs berlines, ils s’approprient les routes, les avenues ou des tronçons d’autoroute pour pratiquer un jeu qui a tout de dangereux et d’illégal.

Le phénomène existait déjà les étés précédents mais à la sortie du confinement, de nombreux quartiers ont vu ce phénomène prendre de l’ampleur. 

Dorénavant, c’est à plusieurs centaines de véhicules que ces jeunes déboulent sur les boulevards, sous le regard impuissant des forces de l’ordre, paralysés par les accusations de la chanteuse Camélia Jordana dans « On n’est pas couché » : selon elle les policiers « massacrent » des hommes et femmes pour leur couleur de peau…

Les riverains, excédés par les nuisances sonores et les dégradations, en deviennent les premières victimes. Bruits incessants, dégradation, pollution mais aussi blessures physiques. 

Dans la cité de Neuhof, à Strasbourg, ce sont deux enfants de 10 et 11 ans qui ont été blessés, mercredi 20 mai après avoir été percutés par un chauffard sur son scooter. 

Par chance, ils ne souffrent « que » de contusions multiples et de dents cassés, mais pas de fracture. Le conducteur « sans casque, a pris la fuite », rapporte les Dernières nouvelles d’Alsace. 

Mais cette fois, pas d’embrasement comme il y en a eu à Argenteuil plusieurs soirs d’affilée, après un accident impliquant un chauffard qui participait à un « run sauvage ».

Dans la métropole lyonnaise, le nombre de rodéos urbains se multiplient également, ces derniers jours. 

Le 20 mai, un motard de la police a été volontairement percuté à plusieurs reprises, alors qu’il intervenait avec ses collègues pour tenter de mettre fin à ce rodéo sauvage. 

Selon Lyon Mag, un individu circulant sur un puissant scooter a foncé plusieurs fois sur le motard, le faisant chuter. Blessé à la jambe, le policier s’est vu prescrire sept jours d’incapacité totale de travail (ITT). Les rodéos font des émules dans l’agglomération. 

A Bron, il s’est terminé par un feu d’artifice… tiré en direction des agents de police. A Vaulx-en-Velin, un rodéo sauvage a perturbé le réseau des transports en commun pendant un long moment. Les policiers ont interpellé une personne. 

Dans les Yvelines également, les motos sont de sorti pour les beaux jours. Villepreux, Sartrouville, Guyancourt, Trappes, Achères… 
Quelques conducteurs auraient été blessés après une chute ou des collisions avec d’autres automobilistes.

Dans la banlieue d’Amiens, ils étaient 200 à s’être donné rendez-vous dans la zone commerciale de Glisy.

 Les policiers sont intervenus et ont interrompu la soirée. 

Là encore, une personne a été interpellée et un véhicule a été confisqué, rapporte TF1.

L’adjointe du quartier Neuhof à Strasbourg au journal DNA le reconnaît, impuissante : 
« On a du mal à gérer les scooters dès qu’il fait beau, même pendant le confinement, ils n’ont pas arrêté ». 

La faute au beau temps, en quelque sorte ?

Par Etienne Lafage

Article paru dans Présent daté du 25 mai 2020

The post Les banlieues en roue libre, par Etienne Lafage appeared first on :: Novopress.info - arme de réinformation massive.


ET AUSSI


Camélia Jordana promeut la haine du flic, par Ivan Rioufol

Posted: 26 May 2020 08:10 AM PDT




Les minorités plaintives, qui se disent victimes de la “haine” française, ont trouvé en Camélia Jordana leur incendiaire tranquille. 


Samedi, sur France 2, la chanteuse a déclaré : “Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic, et j’en fais partie (…) 


Je parle des hommes et des femmes qui vont travailler tous les matins en banlieue et qui se font massacrer pour nulle autre raison que leur couleur de peau. C’est un fait !”. 


Dominique Sopo, président de SOS Racisme, a estimé que la jeune femme, petite fille d’un couple d’Algériens militants du FLN durant la guerre d’Algérie, “a tenu à dénoncer une réalité“. 

Sopo a précisé son propos dans un tweet : “Quand des noirs et des arabes demandent justice en dénonçant le racisme, le racisme s’abat sur eux“.

Quand les racistes beuglent contre les noirs et les arabes, il faut les écouter car, vous comprenez, ils sont en “insécurité culturelle””. 


Le député ex-LREM, Aurélien Taché, a également soutenu l’outrance de Camélia Jordana assimilant la police, composée également de noirs et d’arabes, à une force nazifiée. 

Aux Etats-Unis, c’est le candidat démocrate, Joe Biden, qui a estimé qu’un noir “n’est pas noir” s’il vote Donald Trump. 

Cet engrenage conflictuel et néoraciste, alimenté par des descendants d’indépendantistes algériens ayant pourtant rejoint la France, ou par des idéologues d’un “antiracisme” excluant les blancs, indigne peu les “progressistes”. 

Ceux-ci préfèrent, en tout, dénoncer la “réacosphère” ou de la “fachosphère”, ces lieux où la parole circule encore librement.

Je pourrais, il est vrai, ne pas relever les propos de la péronnelle. 



Ce n’est pas la première fois que le show biz, consommateur de pensées toutes faites, dit des âneries. 

Mais c’est parce que ce type de réflexion se répand et trouve ses défenseurs jusqu’à l’Assemblée nationale qu’il serait temps de s’inquiéter de l’impunité de ces fauteurs de guerre civile. 

Quand Camélia Jordana parle ainsi, elle porte la parole d’une contre-société. Celle-ci voit dans la police une force illégitime car étrangère, dès qu’un flic pénètre dans les territoires perdus par la République. 

La “partition” décrite par François Hollande, ou le “séparatisme” nommé ainsi par Emmanuel Macron, sont une même bombe à retardement. Or des minorités militantes tentent de l’amorcer dans l’apathie médiatique.

Sur le plateau, samedi, les appels induits à la résistance contre la France n’ont pas reçu de contradictions. Personne ne s’est levé pour dénoncer, non plus, le racisme des antiracistes. 



C’est ainsi qu’en Grande-Bretagne le scandale d’un réseau de proxénètes pakistanais ayant exploité des jeunes filles a été longtemps occulté, en dépit des alertes du journaliste Tommy Robinson, lâché de tous car jugé trop à droite (voir mes blogs de 2018). 

La ministre de l’Intérieur britannique, Priti Patel, vient de reconnaître, selon Valeurs Actuelles : “Ce qui est arrivé à ces enfants restera (…) sur la conscience de notre pays“. 

Camélia Jordana, se comportant comme en pays conquis, veut débattre avec Christophe Castaner pour lui dire son fait. Une explication avec un juge serait sûrement plus utile.

Par Ivan Rioufol

Texte daté du 25 mai 2020 et repris du blog d’Ivan Rioufol

The post Camélia Jordana promeut la haine du flic, par Ivan Rioufol appeared first on :: Novopress.info - arme de réinformation massive.



                  

L' ÉDITO DU DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL DU PARTI DE LA FRANCE !

Les grenouilles se cherchent (encore) un roi.

26 Mai 2020 | Editorial 


Par Jean-François Touzé, Délégué général du PdF


Eric Zemmour est un journaliste et intellectuel courageux non conforme et lucide. 
« Ah! Il ferait un bien bon candidat à la Présidentielle »…

Le Général de Villiers démissionne de son poste de Chef d’Etat major des armées et écrit un livre talentueux sur les valeurs militaires et patriotes. 
« Ah! Il ferait un bien bon candidat à la Présidentielle »…

Le Docteur Raoult, professeur reconnu et légitime, rompt avec les pratiques imposées par la médecine officielle et les laboratoires. 
« Ah! Il ferait un bien bon candidat à la Présidentielle »…

Michel Onfray, philosophe gauchisant découvre le populisme et le souverainisme comme monsieur Jourdain apprend que la prose existe. « Ah! Il ferait un bien bon candidat à la Présidentielle ».


Au demeurant, aucun d’entre eux, pour le moment, ne semble enclin à être candidat à la candidature.


Dans la mare des ombres et de la confusion où s’ébattent entre deux nénuphars circonstanciels, certaines grenouilles « Natio » à la recherche permanente d’un nouveau roi, les illusions n’ont jamais manqué non plus que les leurres d’un moment que furent — mais qui s’en souvient ? 
— Alain Madelin, Jacques Calvet le Général Lacaze ou Charles Million.   En pure perte!


Dans la période de périls majeurs que nous traversons, les cadres, les militants, les sympathisants, les électeurs de la Cause nationale ne peuvent être pareils à cette « gent marécageuse » qu’évoquait La Fontaine « espérant un géant nouveau ».


Nous ne pouvons compter sur sur nous. 

Et c’est parmi nous que nous devrons trouver le chef d’un temps, celui qui nous mènera à la bataille.

 

ET AUSSI

lundi, 25 mai 2020

Face à la menace d'extrême gauche notre camp doit se renforcer.

IMG_20170317_0007 copie.jpg
L'avis de Jean-François Touzé
 
Faut-il l'écrire une nouvelle fois ?   Sans doute !
 
Les conséquences économiques de la gestion gouvernementale du Coronavirus seront sans commune mesure avec les malheurs sanitaires qu'a engendrés l'épidémie.
 
La crise sociale qui vient, elle, sera dévastatrice.
 
L'extrême gauche et les syndicats révolutionnaires soufflent déjà sur les braises. 
 
Les actions de la CGT et de Sud contre Amazone et Renault en préfigurent d'autres bien plus lourdes de menaces pour l'ensemble des Français. 
 
La cible ? Les services publics et les entreprises stratégiques pour l'Etat qu'ils entendent paralyser.
 
L'ultra-gauche, quant à elle, est depuis longtemps entrée dans un processus pré-insurrectionnel où sabotages (contre les installations numériques des opérateurs numériques par exemple), noyautage des contestations et activisme mobilisent des forces organisées et cohérentes, d'autant plus redoutables qu'elles ont désormais fait leur jonction avec certaines organisations des cités et quelques éléments des milieux islamistes.
 
Comme toujours l'intelligentsia relaiera ces actions — en les "regrettant mais en les "comprenant" — et s'attaquera aux forces de sécurité dès lors qu'elles entameront un commencement de début d'esquisse de répression.
 
Les mouvements nationaux, dans ce contexte, seront, à un moment où un autre, dans la ligne de mire de ce front rouge, par ailleurs servi par le renforcement des lois destinées à juguler la liberté d'expression. 
Ils ne nous oublieront pas. 
 
Y compris physiquement pour tenter d'interdire toute action politique et tout rassemblement de la droite identitaire.
 
Il me semblerait dès lors sage et urgent que notre camp, dans le respect des formes et le cadre des lois, s'organise et se dote, en termes militants, d'encadrement, et de service d'ordre, des moyens unitaires de faire face.
 
 
15:00 Publié dans Jean-François Touzé


   

MARLÈNE SCHIAPPA ET LA RELIGION ? LU, VU ET ENTENDU !



Religion - 26 mai 2020

Une femme pour succéder au cardinal Barbarin : de quoi se mêle Marlène Schiappa ?




L' HISTOIRE SE RÉPÈTE-T-ELLE ? L' INVASION DES ALPES PAR LES MUSULMANS !

 
 
 
Invasions des Alpes par les musulmans
 
 
Publié par Abbé Alain Arbez  le 26 mai 2020
 

Au Moyen-Age, les musulmans sont désignés par le terme de Sarrazins. 

 Durant trois siècles, les incursions islamiques dans les régions alpines Savoie, Suisse, Italie, provoquent la dévastation : les massacres, le pillage, le rançonnage, la mise en esclavage, le contrôle des voies de circulation.

 Avec une prédilection de ces prédateurs féroces pour les églises, les monastères, les acquis économiques des villages, des places fortes, les trésors communautaires des lieux de culte.

Cette sombre période est peu décrite dans les médias, et pratiquement passée sous silence. 

Pourtant les travaux des historiens nous dévoilent à quel point, si peu de temps après la mort du prophète, les assaillants islamiques se sont lancés sans répit à l’assaut des foyers de civilisation de l’Occident chrétien, devenu le dar al harb, domaine de la guerre.

En 711, les disciples de Mahomet, mort en 632, entrent en Espagne wisigothique et au nombre de plusieurs milliers, les Arabes conquièrent la péninsule où ils s’établissent pour longtemps. 

Et de là, traversant les Pyrénées, ils envahissent le Languedoc Roussillon appelé Septimanie.

 Ils dévastent les villes du sud, ravagent Bordeaux et Perpignan,  et emmènent en Espagne islamisée et au Maghreb un nombre considérable de femmes, d’enfants et de jeunes hommes en esclavage.


Narbonne vaincue en 720, tous ses habitants sont passés au fil de l’épée, y compris les réfugiés goths ayant fui l’Espagne en raison des exactions de l’occupant. 

Cette ville devient la place forte des musulmans à partir de laquelle ils vont lancer de nombreuses expéditions vers le nord, correspondant au Royaume de Burgondie. Incendiées et dépeuplées, ces régions sont ravagées autour de 730 : Mâcon, Châlon, Beaune, Autun… les Arabes s’en prennent également à l’actuelle Franche Comté et au Dauphiné.


Charles Martel, duc des Francs et maire du Palais, dirige alors la Francie, et apprenant que Abderrhaman ibn Abdallah al Ghafiqi, wali d’Al Andalous, dirige ses troupes vers Tours, la « ville sainte » de la Gaule, il organise l’armée franque pour contrer cette avancée qui vise à s’emparer de l’abbaye St Martin et de ses trésors de haute valeur culturelle, mais aussi à pénétrer plus avant en territoires francs. 

Les Arabes ravagent le Périgord, la Saintonge, le Poitou. 

Ils massacrent un nombre considérable de chrétiens, pillent et brûlent l’église de St Hilaire de Poitiers. 

Entre Tours et Poitiers, en 732, l’affrontement mémorable avec l’armée omeyyade a lieu, connu sous le nom de « bataille de Poitiers » (ou chez les Arabes « maarakat balat ash shuhada = bataille du pavé des martyrs »).  

Abderrahman, chef de guerre musulman est tué sur place.


Charles Martel (ou Karl Martell) acquiert ainsi une stature fondatrice dans le Moyen Age européen en stoppant l’avancée musulmane au cœur de la Francie. 

Mais il ne parvient pas à délivrer Narbonne ni à neutraliser la nuisance qui s’étend vers les Alpes à partir de cette place forte de l’islam.


Lorsque, en 792 le calife de Cordoue, Hescham, envisage de reprendre l’ensemble des territoires languedociens, c’est le petit fils de Charles, Charlemagne, qui met en œuvre la riposte avec succès pour imposer des limites à ces invasions récurrentes. 

Sans parvenir totalement à empêcher les hordes de pillards musulmans d’écumer durablement les villes et villages méditerranéens, faisant des dégâts considérables en vies humaines et en destructions d’édifices, églises et châteaux. (Les villages perchés et fortifiés en sont encore les traces historiques)


A partir des années 900, les Sarrazins remontent des côtes de Provence pour se diriger vers le nord par la vallée du Rhône en direction des régions alpines. 

Après avoir pris les villes de Toulon, Fréjus, et Grenoble, les Arabes parviennent en Savoie et dans le Piémont, ils sèment la désolation et la mort sur leur passage. En 939, la Maurienne est envahie, les Sarrazins parviennent au Grand St Bernard en Valais. 

Ils y installent un poste de contrôle qui va leur permettre de rançonner tous les voyageurs qui empruntent le col alpin pour aller à Rome. 

Les Sarrazins présents dans la région de montagne pillent Avenches et Neuchâtel, ils ravagent le monastère hospice de Bourg-St-Pierre et s’attaquent au siège épiscopal de Coire, puis à l’abbaye de St Maurice d’Agaune où ils pillent les pèlerins et s’emparent des antiques trésors liturgiques de la communauté.
 
Les Arabes commettent partout des massacres tout en s’emparant des biens des communautés chrétiennes. En 929, près de Suse, ils ravagent et incendient l’abbaye de la Novalaise, et décapitent 500 moines. 

(Au monastère de St Vincent de Vulturne, 900 moines ont été décapités par les sabres islamiques en une seule nuit, leur église livrée aux flammes) 

 Les musulmans pillent également la prestigieuse abbaye de St Gall.

 On retrouve des traces de ces tragédies dans les chroniques anciennes, comme celle de Jean Rochex, moine cistercien, qui décrit les Sarrazins comme « hérétiques, cruels, barbares, idolâtres, qui, venant d’Arabie, dévastent des régions entières et font d’innombrables martyrs chez les chrétiens ».


Depuis le col alpin du Grand St Bernard, les Sarrazins contrôlent les allées et venues  des voyageurs et des pèlerins. Ils imposent des taxes et des rançons et se constituent un fructueux trésor de guerre.


L’abbé de Cluny, dénommé Mayeul, fait route en 972 en direction de Rome. C’est un personnage important, l’abbaye de Cluny étant le monastère le plus puissant et le plus rayonnant de l’époque. 

Les Sarrazins postés au col le font prisonnier, le prennent en otage et exigent pour le libérer une rançon de mille livres d’argent, une somme considérable. 

Un moine est envoyé à Cluny pour récolter le prix à payer : les clunysiens doivent alors fondre des calices d’or ancestraux, des œuvres d’art et des objets du culte de valeur pour rassembler les mille livres.

 Les chroniques décrivent le prisonnier Mayeul enchaîné, affamé et laissé sans soins en attendant le versement de sa rançon.


Devant ces nombreuses razzias alpines, le roi d’Italie Louis II le jeune et l’empereur germanique Otton III discutent des solutions à trouver.
 Mayeul de retour dans son abbaye, et apprécié pour ses qualités personnelles, sera sollicité pour devenir pape, ce qu’il refusera. 

C’est par la suite le pape Urbain II, lui aussi moine de Cluny comme Mayeul, qui lancera la première croisade afin de reprendre les terres chrétiennes spoliées, assurer la sécurité  et retrouver la mainmise sur les lieux saints.


En 973, le comte de Provence Guillaume 1er organise une guerre défensive de libération contre les envahisseurs sarrazins, il le fait « au nom de Mayeul ».

 Vers 975, l’étau musulman se desserre dans le Sud et les incursions prédatrices reculent. 

Toutefois, des hordes de pillards se replient vers la piraterie méditerranéenne des barbaresques, maghrébins qui se mettront par la suite au service de la Sublime Porte, après la prise de Constantinople en 1453. 

Leur occupation principale sera de rançonner les voyageurs et de fournir des esclaves au sultan, ainsi que des prises de guerre substantielles. 

Plus tard, face à ces exactions perpétrées depuis Alger et Tunis, et les accords toujours transgressés, les Français interviendront par la prise militaire d’Alger en 1830 où plusieurs dizaines de milliers de chrétiens prisonniers des bagnes islamiques seront libérés.


Source et Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.     https://www.dreuz.info/2020/05/26/


Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. 
C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.