mercredi 27 février 2019

NOS ÉGLISES VANDALISÉES ET PROFANÉES ! POURQUOI CE SILENCE ?


Vendée/Côtes-d’Armor : des églises vandalisées, des églises cambriolées…


En Vendée, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, les profanations d’églises se succèdent depuis plusieurs mois. 

Dans les Côtes-d’Armor, des églises ont cette fois été la cible de cambrioleurs le week-end dernier. 

Les détails de cette triste actualité.

Saint-Gilles-Croix-de-Vie : le Christ décapité !

Les églises de la côte vendéenne sont régulièrement victimes de profanations et de dégradations depuis plus de six mois. 

Le dernier acte de cette nature à relever : samedi 23 février. 

Dans l’église de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, le Christ du maître-autel a été décapité.

Si cet acte aussi lâche qu’odieux a semé l’émoi parmi les fidèles de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, il n’est malheureusement que le énième d’une longue série. 

Ainsi, différentes églises du doyenné de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (l’église Saint-Gilles et l’église Sainte-Croix) mais aussi des locaux de la paroisse ont été la cible de vandales depuis la fin de l’été dernier. 
Des bénitiers renversés aux jets de pierres sur les statues en passant par les vitraux brisés et les tabernacles forcés, les profanations s’enchaînent sans que les autorités n’y mettent fin malgré l’ouverture d’enquêtes par la gendarmerie. 

Paroxysme du courage pour les casseurs, des santons de la crèche ont eux aussi été brisés…

Des dégradations de même nature ont également été signalées à Saint-Hilaire-de-Riez, commune toute proche de Saint-Gilles. 
Si les frais (onéreux) de réparation des dégâts occasionnés vont être pris en charge par les mairies, le maire de Saint-Gilles-Croix-de-Vie François Blanchet ne manque pas non plus de souligner l’importance du préjudice moral :

« On s’attaque au lieu de culte, on s’attaque à la religion, dans un contexte un peu compliqué en France, donc effectivement le préjudice moral est beaucoup plus important que le préjudice financier. »
À la suite des nouvelles dégradations du week-end dernier, la paroisse et les deux communes ont porté plainte et le parquet des Sables-d’Olonne a ouvert une nouvelle enquête.
 Gageons que les résultats de celle-ci soient plus concluants que ceux des précédentes.

Côtes-d’Armor : des églises cambriolées

Toutefois, les églises de Vendée n’ont pas été les seules touchées ces derniers jours puisque plus au Nord, dans les Côtes-d’Armor, ce sont cette fois-ci des cambriolages qui sont à déplorer dans des édifices religieux. 

Dans l’église de Plélo, non loin de Saint-Brieuc, la sacristie a été cambriolée samedi 23 février. 
Une église qui est pourtant fermée depuis le mois de décembre dernier. 
Les messes du dimanche ont disparu et n’en subsiste qu’une le samedi de façon sporadique…

Quant au(x) voleur(s), son (leur) butin se constitue de plusieurs objets sacrés dont le montant n’a toujours pas été fixé. 

Sur la côte, à Saint-Quay-Portrieux, une autre tentative de cambriolage de l’église, ayant quant à elle échoué, a eu lieu ce même 23 février. 

Quelques jours auparavant, les églises d’Uzel et de Merdrignac furent également victimes de cambrioleurs. 

Par ailleurs, les cambriolages sont de plus en plus nombreux dans les Côtes-d’Armor depuis le début de l’année. 

Un signe, pour ceux qui en doutaient encore, que notre région n’est absolument pas épargnée par la délinquance galopante qui frappe le reste de l’Hexagone.

Si, en Bretagne comme en Vendée, la gendarmerie mène son enquête, l’exaspération est de plus en plus palpable chez les fidèles qui se sentent impuissants face à ces attaques répétées contre les églises. 

Et ce, dans le silence le plus total des pouvoirs publics…
  [cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V


ET AUSSI

27 février 2019
 Dans un livre-événement, « L’Archipel français », Jérôme Fourquet analyse de nombreuses données qui dessinent une société française au stade ultime de la fragmentation.
Dislocation des références culturelles communes, fin de la matrice catholique, instauration d’une société multiculturelle, sécession des élites, éclatement du clivage gauche-droite… 
Notre société est, comme jamais, en voie d’« archipelisation ».
Premier enseignement : la déchristianisation de la société. 

De nombreux d’éléments, allant de la disparition du prénom Marie à la baisse du nombre de prêtres en passant par la diminution du nombre de baptêmes, prouvent que la France est entrée dans une « ère post-chrétienne », comme le décrit le politologue.
Le livre expose également les résultats d’une anthroponymie.

 L’auteur a utilisé la base de données de l’Insee recensant l’ensemble des prénoms donnés en France depuis 1900 ainsi que diverses listes électorales. «em> Nous avons mobilisé cette gigantesque base (…) afin de mettre en évidence différents phénomènes comme la montée en puissance d’un individualisme de masse, l’affranchissement idéologique et culturel des catégories populaires et le regain identitaire », écrit le politologue.

 La forte hausse de la part des nouveau-nés en 2016 en France portant un prénom arabo-musulman (18 %) risque d’être la plus commentée. 

Ce chiffre n’est pas isolé. Des hausses similaires sont à noter à propos des prénoms hébraïques et régionaux.
Enfin, en cette période de Gilets jaunes où la France d’en bas se révolte contre celle d’en haut, Jérôme Fourquet produit de nombreux graphiques montrant une réelle sécession des élites, qui se détachent du reste de la société.  

« Les occasions de contacts et d’interactions entre les catégories supérieures et le reste de la population se raréfient », écrit le politologue dans une enquête qui paraîtra le 7 mars.



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire