vendredi 1 février 2019

LE PANIER DE LA MÉNAGÈRE ET LA LOI ALIMENTATION !

Loi alimentation : une hausse des prix qui pourrait faire mal !

Samedi 15 septembre, cinq heures du matin : 45 députés prennent part au vote sur la loi dite « alimentation » . 

 Cette loi entrera en vigueur ce Vendredi 1er février. 

Elle risquerait de provoquer une hausse allant jusqu’à 10% des prix de vente… Elle pourrait également mécontenter des producteurs, des distributeurs et des consommateurs.



Parmi les votants de cette loi, des députés bretons, dont Paul Molac, Graziella Melchior, ou encore Sandrine Le Feur. 

 Peu de députés de l’opposition pour s’opposer au texte si ce n’est Gilles Lurton (UDI) pour l’opposition bretonne, pour les Insoumis François Ruffin ou le député sans étiquette Emmanuel Ménard.


532 élus n’ont donc pas jugé opportun, à l’époque, de participer à ce scrutin… déjà la veille, pour l’examen des articles sur les pesticides, à 11h30 du matin, ils n’étaient que 44. Un désintérêt des députés pour un sujet pourtant important.


Carrefour compterait des hausses en moyenne de 35 centimes, Intermarché afficherait pour sa part 5% de hausse en moyenne sur ses produits pour une inflation de 0,8 % sur le panier moyen.


Leclerc, affirme pour sa part maîtriser la situation… l’enseigne adepte de la communication choc le promet : seuls 1000 produits augmenteront de 3%… 


Leclerc avait clairement pris position contre le texte de loi, le contestant lors de tractations avec le gouvernement mais aussi à l’aide d’affichages en magasin.
Dans le détail, certains produits vont voir leur tarif explosé : c’est le cas du Ricard, + 10 %, des céréales Chocapic + 8,4 %, du pot de Nutella, +8,1 % ou même de l’eau minérale Evian + 6,1 %.


Exit aussi les grosses promotions limitées dorénavant à 34 % des prix de référence. 

Adieu les bonnes affaires « un produit acheté = un produit offert » et autre 50 % de réduction… ajoutez à cela la limite à 25 % des articles en vente pouvant faire l’objet de promotion.

L’intérêt du texte ? 

A priori la loi devrait permettre de mieux rémunérer les éleveurs et les agriculteurs… problème, ces derniers, n’y croient pas vraiment… les associations de défense de consommateur non plus à l’image de l’UFC Que Choisir qui estime que la mesure a pour conséquence de provoquer les français.


Côté écologie, l’introduction d’un peu de bio dans les cantines et l’interdiction des plateaux repas en plastique.

 S’agissant de pesticides, les agriculteurs devront en réduire la quantité sans que l’on sache vraiment la méthode. 

Enfin concernant l’élevage des poules et des lapins… le modèle intensif n’est pas remis en cause. 

Les abattoirs, pourront, eux, poursuivre leur activité dans la plus totale opacité.
Economiquement néfaste pour les consommateurs, écologiquement inutile ou presque, le texte pourrait entretenir la colère des français et tout particulièrement des gilets jaunes. 

Le mouvement s’est en effet construit sur une hausse de quelques centimes du prix de l’essence… 
avec la loi alimentation il s’agirait d’une hausse bien plus forte de produits phares de consommation.


Loin de revoir en profondeur notre rapport à l’alimentation et ses conséquences sur notre environnement, le texte voulait seulement être un coup de pouce électoraliste en direction des agriculteurs… un coup de pouce qui pourrait échouer et accentuer le désamour de l’exécutif.
  [cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine



ET AUSSI

Loi Alimentation : surprise, voilà des effets pervers !


Supermarché By: francois schnell - CC BY 2.0

L’enfer est pavé de bonnes intentions. 

En France, les députés sont passés maîtres en matière de pavage et déploient tous les jours des trésors d’ingéniosité pour des dalles colorées, des carreaux chatoyants et plus souvent encore des tuiles finement ouvragées. 

Avec la Loi Alimentation, nous en avons un nouvel exemple brillant.


On s’en doute : l’histoire n’a bien sûr pas commencé en octobre de l’année dernière, mois pendant lequel cette Loi Alimentation était examinée puis votée par nos carreleurs hystériques. 

En fait, cela fait des années que différents lobbies, syndicats professionnels et courants d’opinions travaillent au corps la députation nationale afin de faire passer l’idée qu’il faut absolument que l’État, dans sa grande sagesse, intervienne dans l’ensemble de la chaîne de production alimentaire, depuis l’exploitant agricole jusqu’à la grande surface en passant par les distributeurs et autres grossistes, pour « développer une alimentation plus saine et recréer de la valeur pour mieux la répartir entre tous les maillons » de cette chaîne.

En somme, à l’orée du débat, tout est clair : le législateur doit intervenir pour stopper la guerre des prix et redonner du pouvoir d’achat aux agriculteurs, tout simplement parce que l’État a toujours été efficace lorsqu’il s’agit d’intervenir, qu’il a toujours mis en place des lois pertinentes lorsqu’il s’agit de réguler les prix, qu’il a toujours montré du discernement lorsqu’il s’agit de donner du pouvoir d’achat à l’un ou à l’autre.


Et c’est donc sans surprise que, lors des discussions de cette Loi Alimentation, les débats furent houleux, au point que le Sénat avait refusé d’en examiner la deuxième mouture qui lui avait été présentée. 

À la fin, la loi fut bel et bien votée, sans pour autant satisfaire personne. 

Il est entendu qu’une loi ne peut jamais satisfaire tout le monde mais il est moins fréquent que, même lorsqu’elle ne contente personne, elle parvienne tout de même à être votée. 

Mais nous ne sommes qu’en octobre, quelques semaines avant le début des Gilet-jauneries, et la République en Marche est encore fringante dans ses petits souliers vernis : elle peut donc trottiner sans souci sur les remarques des uns et des autres, à commencer par les lettres pourtant remontées de certains distributeurs à son sujet. 

Les mises en garde  y sont pourtant claires : avec une telle loi et selon Michel-Édouard Leclerc, plusieurs milliers d’articles verront leur prix augmenter de 1 à 10 %.

Bah. Qu’à cela ne tienne ! Après tout, si l’on veut que nos agriculteurs soient mieux rémunérés, il faut que leurs productions soient vendues plus cher, n’est-ce pas ?

 Le peuple s’adaptera, voilà tout.

C’est en tout cas la logique qui se cache derrière certains des articles de la Loi : puisque les producteurs ne gagnent pas assez, c’est que les prix pratiqués ne sont pas assez élevés. Il est donc à présent inscrit dans la loi que les distributeurs (typiquement, les grandes enseignes de supermarchés) n’ont plus le droit de vendre des produits alimentaires à prix coûtant ou avec une trop faible marge. 

 Pour l’esprit manifestement nimbé de vapeurs éthyliques d’une majeure partie de nos députés et de nos ministres, si on impose une marge minimale et donc un prix plus élevé, cela se traduira par un achat à coût plus élevé chez le producteur.




Ce vendredi premier février, la loi entre donc en vigueur et, d’ores et déjà, les choses sont claires : des produits vont effectivement voir leurs prix augmenter de façon sensible, exactement comme l’avait d’ailleurs envisagé Michel-Édouard Leclerc ainsi que tous les observateurs attentifs de cette histoire. 

Conformément au texte de loi, les marges vont donc augmenter sur des produits d’appel, et… c’est tout.

Il faut se pincer pour le croire, mais les explications vasouillardes des thuriféraires de la Loi en question ne font guère assaut de clarté pour expliquer par quel mécanisme tortueux le fait de relever les prix du Nutella permettront à un producteur laitier de Normandie de mieux s’en sortir, ni en quoi l’augmentation du prix du Coca-Cola va permettre à l’exploitant agricole de la Beauce de mieux finir le mois. 

La lecture, même très attentive, des arguments déployés dans la presse ne permet en rien de répondre à la question du lien entre ce que la loi recherchait et les effets réellement observés.
Même si on ne peut bien sûr pas écarter l’habituelle pignouferie de presse, tant nos amis journalistes sont rarement coupables d’expliquer clairement et correctement des phénomènes simples, surnage malgré tout l’hypothèse qu’une fois encore, une loi mal torchée a été écrite avec les pieds par une brochette d’incompétents suite à des pressions de lobbies ridicules pour aboutir à des effets aussi prévisibles qu’indésirables et particulièrement contre-productifs dans cette période plutôt tendue concernant le pouvoir d’achat des uns et des autres.


Il serait cependant naïf d’imaginer que ces effets sont indésirables pour tout le monde.

S’il semble assez évident que les principaux destinataires de la mesure, les exploitants agricoles et les producteurs français, ne verront jamais la couleur de ces augmentations, et si les distributeurs verront probablement le bénéfice de ces marges supplémentaires largement érodé par la perte de clientèle induite, l’augmentation des prix payés en caisse bénéficiera certainement à l’acteur principal de cette loi : l’État ne perdra pas une miette de l’augmentation de TVA qui lui sera reversée.


Et lorsque les caisses sont archi-vides, que la distribution de pognon tous azimuts continue en mode ventilateur et que les impôts directs ne peuvent plus être augmentés à cause d’une petite grogne passagère assez irritante, voilà une excellente affaire, ne trouvez-vous pas ?
De façon assez claire, cette Loi Alimentation va se traduire par un renchérissement des denrées de base que le Français moyen achète régulièrement. 

Coïncidence intéressante : la même loi entend protéger le prix de certains produits comme les légumes frais et la viande, qui ne sont justement pas achetés en volume par ce Français moyen.

 Coïncidence encore plus troublante : c’est aussi ce même Français qu’on retrouve sur les ronds-points, et qui a récemment endossé son gilet de sécurité pour protester contre cette taxation sans fin et la diminution de plus en plus douloureuse de son pouvoir d’achat.
Bref, la mise en coupe réglée du tiers-État, celui qui supporte les deux autres, continue sans relâche. 

Cela va forcément très bien se terminer.


—-
 

LU:    Sur le web    https://www.contrepoints.org/2019/02/01/336100-loi-consommation-

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire