dimanche 10 février 2019

LA FIN DE RÈGNE DE LA MACRONIE ???

 TRIBUNE LIBRE !

 
 
 
 
Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 10 février 2019

Derrière les dorures renouvelées à l’Élysée, le malaise de Macron, l’un des présidents les plus LGBT-friendly de la planète, voit comment le mouvement des « Gilets Jaunes » fait disparaître les médiocres acteurs LREM devenus illégitimes du fait de leur incompétence politique à répondre aux préoccupations des Français.

 
La carrière de Macron follement accélérée depuis Las Vegas est En Marche vers le déclin ! Tout le monde LREM, autour de Macron, est pour la revendication homosexuelle gay-friendly du lobby gay à l’Élysée. 

Et en même temps, à la veille de l’élection européenne, de sombres nuages s’accumulent sur Macron à l’Élysée. 
Il n’y a, dans les habitudes des discours de Macron en campagne pour l’élection européenne, que des paroles de socialo-bobos destinés à irriter les « Gilets Jaunes » et les classes sociales moyennes. 


Le bobo Macron gay-friendly cherche à disqualifier les élites de la vraie France adeptes des traditions de l’Occident Chrétien, et aussi les personnes des classes moyennes et des milieux populaires qui aspirent à maintenir les valeurs de l’Occident Chrétien, mais sans pouvoir se permettre de l’exprimer ouvertement. 

Avec le mouvement des « Gilets Jaunes », le temps des luttes populaires antipolitiques est venu. 

Et en même temps, aujourd’hui, les commentateurs moralistes petits-bourgeois soi-disant intellectuels pro-LREM se comportent en dames patronnesses, à la sortie de la messe du dimanche, pour s’apitoyer sur le mouvement des « Gilets Jaunes », ces braves gens qui ne comprennent rien et qui doivent cesser de manifester en ville ! 

Chaque samedi en France, toutes les télés pro-Macron, les « TVcollabo BFM-Macron », LCI et C-News, ces télés vulgaires diffusent en continu le mépris, et la haine de classe, des commentaires moralisateurs des petits-bourgeois LREM repris en boucle, lesquels n’interpellent pas le pouvoir de « Macron l’éborgneur » pour son arbitraire, mais lui reprochent son impuissance à réprimer plus durement les manifestants. 
Le Monde diplomatique, Frédéric Lordon : « Macron l’éborgneur » est allé trop loin, il doit partir. « Macron démission ! » 

Le vent de contestation des « Gilets Jaunes » de la politique fiscaliste de Macron contre les retraités, les familles normales et les classes moyennes, ne gronde plus seulement dans les seuls milieux populaires, mais il gagne un public plus diplômé, plutôt de centre-droit.

 C’est pourquoi la dérision des commentateurs petits-bourgeois LREM, ces moralisateurs soi-disant intellectuels pro-LREM sur les télés pro-Macron, les « TVcollabo BFM-Macron », LCI et C-News, se réduit à l’arrogance et à la médiocrité des bobos En Marche vers leur fin.
En France, les télés pro-Macron, les « TVcollabo BFM-Macron », LCI et C-News, sont l’expression de la vacuité absolue. 

 


Tous ces commentateurs petits-bourgeois LREM sur les télés vulgaires en continu ne sont que les laquais subalternes du gouvernement et les pourvoyeurs de la propagande officielle des gouvernants.


Ils viennent à la télé seulement pour caricaturer et dénigrer le mouvement des « Gilets Jaunes » et leur activité concrète se limite à venir manger des petits fours offerts par la télé entre bobos LREM pro-Macron. 


Comment ces gens qui se prennent pour des élites, mais qui ne sont que des petits-bourgeois LREM social-opportunistes médiocres et vulgaires, peuvent-ils pouvoir espérer gouverner le pays et représenter le peuple, ni même quoi que ce soit des vraies valeurs de la France, de la démocratie et de la république. 


Le Magazine Marianne illustre le mélange des genres des élites qui ne sont que des petits-bourgeois LREM social-opportunistes médiocres et vulgaires : « Benalla, Ferrand, Sarkozy et Darmanin se retrouvent aux 70 ans du JDD ». 

La fête anniversaire du « Journal du dimanche » a sidéré nombre de ses journalistes à Paris. 

« Ils y ont vu un joyeux mélange de copinage de personnalités de pouvoir, dont Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin, Valérie Pécresse ou Richard Ferrand, dans une salle où on voyait un certain Benalla…


« Petite sauterie entre soi… À l’occasion d’une fête organisée pour les 70 ans du Journal du dimanche, dans le 8ème arrondissement de Paris, les patrons du journal ont pu trinquer joyeusement avec un joli monde issu des cercles du pouvoir… 

Selon nos informations, y ont ainsi été vus, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, mais aussi le ministre du Budget Gérald Darmanin, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, ainsi qu’un certain… Alexandre Benalla vu discutant « longuement avec Richard Ferrand » ! 


« Que faisait le paria de la Macronie au milieu de cette soirée, en compagnie de quelques uns des plus hauts personnages de l’État ? Au Monde, qui révèle également l’information, un membre du groupe Lagardère rapporte : « On nous a expliqué qu’il dînait ce soir-là à l’étage, par hasard ». 

Un autre, qui se dit « effaré » par ce qu’il a vu dans cette soirée, confie à Marianne que cet heureux « hasard » a été mis à profit, Alexandre Benalla ayant discuté « longuement » avec Richard Ferrand. 


Outre les premiers de cordée de la Macronie, ont été vus à la soirée Arnaud Montebourg, ancien ministre socialiste de François Hollande, François Baroin ou encore la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse. Hors (les zélites politiques UMPS-LREM), un nom moins connu du grand public, mais tout aussi intéressant, figurait parmi les invités : un certain Marc Francelet. 


« Souvenez-vous, nous en parlions cet été lors de l’éclatement de l’affaire Benalla : ce lobbyiste à la réputation sulfureuse avait participé au plan com’ très bien huilé d’Alexandre Benalla. 


Contacté par Marianne, il confirme sa venue à la soirée mais assure que ce n’est pas lui qui a fait venir son ancien protégé : « Je suis venu avec Laurence Piau, directrice de la rédaction de ‘Closer’. Alexandre Benalla, je l’ai croisé dans l’escalier alors que je partais », affirme-t-il.

 Dans une période de défiance des « Gilets Jaunes » et de l’opinion vis-à-vis de la presse, le gâteau d’Hervé Gattegno, directeur de la rédaction du JDD, a un petit goût étrange de mélange des genres… 

L’entre soi exclusif, le copinage systématique en cercle (très) fermé, le sens de la caste, les retrouvailles d’un monde hors sol, tels sont les reproches que font les « Gilets Jaunes » et bien d’autres, à une bonne partie du petit monde journalistique. 

L’anniversaire fêtant les 70 ans du JDD (Journal du Dimanche) est une parfaite illustration de ce mélange des genres, comme nous l’apprend Marianne du 28 novembre 2018. 

Tel est le véritable sens de la caste politico-médiatique et de la « profitation » des LREM au pouvoir. Il y a peu d’endroits où Valérie Pécresse se retrouve avec Arnaud Montebourg, où la directrice de Closer papote avec Sarkozy, où François Barouin fraternise avec l’équipe Lagardère. 

Encore plus charmant, on pouvait y voir Alexandre Benalla en grande conversation avec Richard Ferrand. 

Peut-être une nouvelle sinécure pour le gentil Alexandre auprès du non moins gentil Richard ? 

Le gâteau de la France d’en haut, de la caste politico-médiatique des LREM au pouvoir, ne laisse pas tomber les copains, les social-opportunistes recyclés LREM. 
 
La réplique des « Gilets Jaunes », ces gueux exclus du gâteau LREM et des petits fours entre soi payés sur le dos des contribuables, est-elle insurrectionnelle ? 
Ils n’attendent plus rien de ces gouvernants LREM réunis autour des petits fours entre soi et qui ne se préoccupent pas des vrais problèmes, ni des vrais gens. 

On comprend qu’ils ne savent pas faire autre chose que de se réunir autour des petits fours entre soi, et de faire semblant de gouverner faute de vouloir se donner les moyens de gouverner sérieusement le pays. 

 Avec le mouvement des « Gilets Jaunes », on ne voit pas un désintérêt pour la politique, mais c’est la conviction que la classe politique des bobos UMPS social-opportunistes recyclés LREM empêchera toujours la caste au pouvoir de prendre toutes les bonnes décisions indispensables dans le seul intérêt du bien public. 


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire