lundi 11 février 2019

HOMMAGE AUX HÉROS DU PROGRÈS !

Françoise Barré-Sinoussi, héroïne de la science

Françoise Barré-Sinoussi en 2012 by Michael Fleshman (CC BY-SA 2.0) — Michael Fleshman, CC-BY

Hommage à Françoise Barré-Sinoussi, une scientifique qui a découvert, avec Luc Montaigner, le VIH, rétrovirus qui cause le SIDA.
 
Par Alexander C.R. Hammond. Un article de Human Progress.


Voici le dixième épisode de la série d’articles de humanprogress.org, intitulée « Les héros du progrès ».

 Ces textes publiés toutes les deux semaines fournissent de courtes présentations de héros ayant magnifiquement contribué au bien-être de l’humanité. 
Vous trouverez le neuvième épisode ici.

Notre dixième héros du progrès est une héroïne, Françoise Barré-Sinoussi, une virologue française qui a découvert le virus de l’immunodéficience humaine, le VIH, cause du syndrôme d’immunodéficience acquise, le SIDA.

 La découverte de Barré-Sinoussi a conduit au développement de traitements médicaux qui ralentissent la progression du VIH et réduisent le risque de transmission.

Barré-Sinoussi est née le 30 juillet 1947 à Paris. Dès son jeune âge, elle a montré un intérêt pour la science et a décidé d’alimenter sa passion pour la connaissance à l’Université de Paris. 

Au départ, elle voulait étudier la médecine, mais issue d’un milieu modeste, elle a choisi les sciences naturelles, un cursus plus court que la médecine, afin de faire économiser de l’argent à sa famille.

Après quelques années d’études à l’université de Paris, Barré-Sinoussi a commencé à travailler à temps partiel à l’Institut Pasteur, un centre de recherches spécialisé dans l’étude de la biologie, des maladies et vaccins. 
Rapidement salariée à plein temps, elle n’a fréquenté l’université que pour y passer ses examens. 

Son doctorat obtenu en 1975 et après un bref stage aux États-Unis, elle a travaillé sur un groupe de virus appelés rétrovirus.

Dans le courant des années 1980 les scientifiques se sont trouvés démunis face à l’épidémie de SIDA. 
Françoise Barré-Sinoussi a utilisé sa connaissance des rétrovirus pour faire des expériences sur le SIDA.

En 1983, elle et son collègue Luc Montagnier ont fait la découverte révolutionnaire du VIH, à l’origine du SIDA.

Celle-ci a conduit à de nombreuses percées scientifiques qui ont contribué au combat contre le SIDA, incluant de nombreuses technologies de tests et de diagnostic, et des trithérapies qui sauvent des vies.

En 1988, elle est responsable de son propre laboratoire à l’Institut Pasteur et a débuté des recherches intensives pour un vaccin contre le VIH.

 Sans succès à ce jour, son équipe continue de travailler sur les mécanismes visant à se protéger de la contamination.

En 2008, Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier ont reçu le Prix Nobel de physiologie ou de médecine, en récompense de leur découverte du VIH. 
Elle a aussi reçu quantité d’autres prix et de doctorats honoraires. En 2006, elle a été nommée Grand Officier de la Légion d’Honneur, le plus haut ordre du mérite de la France. 

De 2012 à 2016, elle a été présidente de la Société Internationale du SIDA. Elle a pris sa retraite en 2017.

Comme Humanprogress.org l’a déjà noté auparavant, grâce à la découverte du VIH, et à la création de différents traitements, l’humanité est désormais en passe de gagner la guerre contre le SIDA

Depuis le pic de la pandémie du VIH au milieu des années 2000, alors que chaque année 1,9 million de personnes mouraient de cette affection, en 2017 moins d’1 million de malades en sont morts. Leur nombre est aussi en recul : 3,4 millions dans le courant des années 1990, 1,8 million en 2000 ; soit une diminution de 47 %.

Sans les contributions de Françoise Barré-Sinoussi, la croisade de l’humanité contre le SIDA ne serait pas aussi avancée et couronnée de succès qu’elle ne l’est aujourd’hui, et des millions de personnes mourraient du virus chaque année. 

Voilà pourquoi elle est notre dixième héroïne du progrès.

Sur le web.    https://www.contrepoints.org/2019/02/11/336864-

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire