samedi 9 février 2019

GILETS JAUNES, NE VOUS TROMPEZ PAS D' ENNEMIS !


.

Gilets jaunes, battez-vous contre l’immigration, pas contre les riches !

Publié le 9 février 2019 - par

Amis Gilets jaunes, vous allez tomber de très haut parce que vous vous trompez de combat. 

En avril, quand Macron en  aura terminé avec son one-man-show pour redorer son blason et défendre sa politique, le bilan du Grand débat ne sera que désillusion.

.

Vous avez su toucher le cœur des Français en parlant de votre détresse, de vos fins de mois difficiles  commençant dès le 20e jour, de vos privations quotidiennes pour tout donner à vos enfants, de votre besoin de respect et de considération de la part d’un pouvoir qui vous ignore depuis des décennies et vous méprise.

.

Tout cela, les Français l’ont compris dès le premier jour de votre mouvement, vous soutenant à 85 %, tandis que Macron et ses sbires tentaient vainement de vous discréditer, en vous faisant passer pour des fachos nostalgiques des années 30.

.

Votre courage et votre ténacité ont payé, il a fini par plier en ravalant son orgueil. Bravo ! 

Les 1er et 8 décembre, le pouvoir a même vacillé, tant votre détermination était totale.

.

Mais vous êtes en train de perdre le bénéfice de vos actions parce que vous vous trompez de cible.

.

Non, ce ne sont pas les “riches” qui vous appauvrissent. Au contraire.

.

Ce qui vous entraîne par le fond, c’est la déferlante de déshérités venus du monde entier, qui nivelle le pays par le bas et plombe votre niveau de vie, alors que la France était immensément riche à la fin des Trente Glorieuses.

.

Votre exigence de justice sociale, parfaitement légitime, se transforme en une lutte des classes, totalement dépassée et contreproductive.

.

Ce n’est plus un retour aux années 30 mais  plutôt un retour au Manifeste du parti communiste de 1848. Grave erreur.

.

Ce n’est pas le matraquage fiscal tous azimuts qui va remplir vos assiettes.

.

Les “riches” sont ceux qui créent des richesses et des emplois.  Ils sont précieux pour le pays.

.

Une fiscalité confiscatoire ne fait que chasser les plus riches qui vont enrichir nos voisins belges, suisses ou anglais.

.

Une suppression des niches fiscales ne fera que supprimer des emplois à domicile ou pénaliser la politique du logement. 

 Sans incitation fiscale, dans le pays le plus matraqué du monde, ce sont des pans entiers de l’économie qui seront sévèrement touchés.

.

Non, la détresse des Gilets jaunes ne provient pas d’une fiscalité trop généreuse envers les riches, puisque la France est le pays le plus redistributeur de l’OCDE, avec 52 % des citoyens qui ne paient pas d’impôts sur le revenu et avec un budget social de 730 milliards, soit 32 % du PIB, record mondial.

.

La détresse des Gilets jaunes, qui va s’aggraver de jour en jour, provient pour l’essentiel d’une immigration de masse dont le coût démentiel ne cesse d’augmenter.

.

Ce qui tue le pouvoir d’achat des Français, c’est la préférence étrangère.

.

Ce qui plombe le niveau de vie des Gilets jaunes, c’est le partage du budget social avec toute la misère du monde.

.

On ne le répètera jamais assez. Chaque Français, bébés compris, paie 2 000 euros par an pour financer l’immigration de miséreux sans diplômes ni qualifications, qui vont grossir le flot des assistés.

.

Une famille de 4 personnes consacre 8000 euros par an au financement d’une immigration insuffisamment productive et qui coûte une fortune en social.

.

En 2011, Gérard Pince chiffrait le coût de l’immigration à 115 milliards. C’était bien avant le tsunami migratoire de 2015 qui se poursuit chaque jour.

.

Par conséquent, en exigeant un retour à l’ISF, qui rapporte 4 milliards, vous faites fausse route.

.

4 milliards, cela représente le coût annuel consacré à l’accueil de 25 000 mineurs isolés et le coût de l’AME qui soigne 300 000 sans papiers.

.

Sur ces 25 000 MNA, 60 % sont des fraudeurs majeurs, qui savent que les mineurs sont inexpulsables. C’est un chiffre du Sénat.

.

Et chaque MNA coûte 50 000 euros au contribuable ! Que fait Macron ? Rien !

.

Les milliards qui vous manquent, ils partent dans une politique d’immigration suicidaire qui va détruire le pays.

.

Un immigré de 65 ans n’ayant jamais travaillé ni cotisé en France, perçoit 880 euros, soit autant que le smicard qui a trimé pendant 40 ans !

.

140 000 SDF logent sous les ponts, mais 25 000 clandestins sont logés à l’hôtel chaque soir.

.

On ferme les écoles de nos campagnes, mais on dispense des cours de français à des migrants qui refusent de s’intégrer.

.

On laisse crever nos paysans avec 350 euros par mois, mais on accorde le double à tout demandeur d’asile. 120 000 demandeurs d’asile en 2018. Coût : plus de 2 milliards selon la Cour des comptes.

.

30 % des Français diffèrent leurs soins faute de moyens, mais Macron vient de porter le budget de l’AME à 1 milliard pour soigner 300 000 sans papiers.

.

La fraude sociale atteint 14 milliards. On a vu la même carte Vitale servir à 4 femmes différentes venues accoucher en France la même année.

.

Faux gamins, fausses reconnaissances de paternité, faux documents pour percevoir le chômage, milliers de mariages blancs, fausses identités…

.

Ce sont des dizaines de milliards qui partent en fumée avec un budget social colossal distribué sans contrôle.

.

Ajoutons à cela 10 milliards de transferts de capitaux qui repartent au bled. Une perte sèche pour le pays qui s’accumule d’année en année.

.

Et Macron emprunte 10 milliards pour les Gilets jaunes car les caisses sont vides.

.

Nos 2 300 milliards de dettes, soit 100 % du PIB, sont dus principalement au coût de l’immigration et des intérêts d’emprunts, cumulés depuis 40 ans !

.

Par conséquent, amis Gilets jaunes, si aucun de vos leaders n’a le courage de dénoncer l’immigration et la préférence étrangère qui vous asphyxie, votre mouvement n’aura servi à rien.

.

Il aura permis à Macron de faire campagne pour les européennes pendant 4 mois, tandis que ses concurrents ne pourront s’exprimer que pendant la campagne officielle de 15 jours !

.

Macron ne sait que dire que l’immigration africaine est une fatalité et que rien n’est possible sans une solution européenne.

.

C’est un mensonge criminel.

.

Orban a su protéger son peuple, Salvini, Trump, ou les Australiens ont su dire STOP à l’invasion.

.

Amis Gilets jaunes n’ayez pas peur de dénoncer cette immigration qui vous saigne.

.

Défendre la préférence nationale en matière sociale, défendre son identité culturelle et son Histoire, ce n’est ni être raciste, ni être antisémite, ni être xénophobe.

.

C’est tout simplement être un patriote fier de son pays et qui refuse de le brader à des populations qui refusent de s’intégrer.

.

Ne vous laissez pas intimider par des menteurs à la solde des mondialistes.

.

Le 26 mai 2019, les populistes, donc les vrais patriotes, auront l’occasion unique de signifier à Macron que son “vivre-ensemble” n’est qu’un passeport pour la faillite et la destruction de la France.

.

Ce sera une élection majeure, d’une importance capitale pour l’avenir des nations européennes.

.

Tout le discours des européistes, des « progressistes », n’est que foutaise qui mènera au chaos.

.

L’immigration de pauvres, c’est le tombeau des Gilets jaunes.


.

Par  Jacques Guillemain.   https://ripostelaique.com/



  ET AUSSI


 

 

 L’Acte XIII des Gilets jaunes consacre une évidence : ça ne s’arrêtera pas


Il ne s’agit plus de se positionner pour ou contre le mouvement. On n’est pas pour ou contre la pluie. On tend la main et puis on se conforme à la réalité. Pas de choix. 

Le mouvement désormais issu du premier mouvement des Gilets jaunes – parce que, soyons clairs, il y a bien une évolution entre le 17 novembre 2018 et aujourd’hui – ne va pas s’en aller.

Ce samedi fut l’occasion de nouveaux affrontements, dont certains aux portes du Palais Bourbon, là où siègent les députés. 

La presse met encore et jours les Gilets jaunes en furie en leur répétant sans arrêt “mais à la fin, que voulez-vous ?” Et c’est vrai qu’il y a comme une quadrature du cercle à répondre à cette question… puisque… une partie de ce qu’ils veulent est entièrement illégal : par exemple déposer le président, par exemple se constituer en Constituante, par exemple renverser la représentation nationale pour la remplacer par des expérimentations de démocratie directe, etc. 

Alors forcément, répondre à la question récurrente sur leur “vouloir” peut poser problème.

N’empêche, les Gilets sont là, ne partent nulle part, et chaque samedi est une surenchère par rapports aux samedis précédents. 
Et ce n’est pas aux Gilets jaunes qu’il faut poser la question de la suite, mais au gouvernement.


A nous, citoyens, mouillés par la pluie, qu’on l’aime ou non, de nous tourner vers nos gouvernants et de leur demander : “Et maintenant ?” 

Source:   https://lalettrepatriote.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire