samedi 2 février 2019

FRANCE, C' EST DJIHADISTES BIENTÔT LIBÉRÉS ???

 

En Syrie, ils ont torturé, assassiné, décapité : bienvenue en France !

Publié le 1 février 2019 - par

Une trentaine (selon la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, mais probablement davantage) de djihadistes ayant torturé, mutilé, assassiné, décapité, en Syrie et en Irak, sortiront des prisons françaises d’ici fin 2019.


Ce sont des ex-combattants de Daech qui ont bénéficié d’une « aura » en prison auprès des jeunes délinquants en voie de radicalisation.


Selon le propre aveu de l’ancien procureur de la République de Paris, François Molins, « la libération de ces terroristes représente un risque majeur ».

En effet, ces terroristes ont été formés et possèdent une grande expérience militaire et de guérilla urbaine.

Déjà en 2018 avaient été libérés une vingtaine de ces djihadistes qui avaient été condamnés à des peines de prison de moins de 5 ans, avec sursis (comme si le sursis devait être prononcé pour des terroristes, une véritable aberration !)

Tous ces terroristes avaient été condamnés à des peines relativement très faibles car ils étaient rentrés en France avant les attentats de 2015 et 2016.

Quelles seront les peines que prononcera notre justice lorsque comparaîtront les dizaines de terroristes en provenance prochaine des prisons Kurdes, fort satisfaits de se retrouver en France, alors qu’ils risquaient leurs têtes en Syrie ?

Nous risquons d’être surpris, et même punis, car nous serons leurs premières victimes, dès que leurs « élèves », ou eux-mêmes, seront remis en liberté.

Comment peut-on faire confiance à une justice et à des magistrats qui ridiculisent les forces de l’ordre en remettant en circulation des malfaiteurs, des délinquants, dès comparution ou à moins de la moitié des peines auxquelles ils sont condamnés ?

Exemple : Mercredi soir, à Saint-Étienne (Loire), vers 19 h 30, rue du Monteil, dans le quartier du Soleil, à l’angle du carrefour, devant la « Maison rose », alors qu’il garait sa voiture dans le garage de ses parents, un individu âgé de 39 ans, très bien connu des services de police, a été abattu de plusieurs balles de pistolet.

Il s’agit d’un règlement de compte, selon le parquet.

La victime avait été condamnée à 6 années de prison, en 2014, pour association de malfaiteur puis, une nouvelle fois, également à 6 ans de la même peine, en 2016, pour trafic de stupéfiants (comment pouvait-il déjà être libre pour la première condamnation ?)

Et il se trouvait en libération conditionnelle, pour la seconde condamnation, alors que sa double peine aurait pu le conduire jusqu’en 2026.

C’est le deuxième meurtre, en moins de deux mois à Saint-Étienne, après celui du 10 décembre qui s’est produit rue Voltaire.

Tout à fait hors sujet, mais il me semble nécessaire de signaler un acte de grand courage d’un jeune homme qui a tenté de défendre un gamin de dix ans qui se faisait agresser et voler son portable par deux racailles, mercredi après-midi, vers 16 h à la gare de Viroflay.

Il a été poignardé sauvagement, avant que les agresseurs ne prennent la fuite.
Fort heureusement, hospitalisé pour ce coup de couteau porté au flanc, ses jours ne sont pas en danger.

Les deux criminels sont activement recherchés, mais seront-ils condamnés ? Cela dépend des magistrats devant qui ils comparaîtront !


Par Manuel Gomez    https://ripostelaique.com/


 

Commentaires: facebook
...Merci MACRON !!!

Le plus fou dans ce rapatriement des Djihadistes "français", qui se sont battus pour tuer nos militaires et nos compatriotes en France, c'est qu'ils auront droit à une pension d'invalidité, en cas de blessure, de l'allocation Adultes Handicapés, à 860 Euros, de la prise en charge de la sécurité sociale et d'aides diverses pour s'insérer dans le pays, en les aidant à retrouver un emploi, un logement, bref nous sommes au comble de la honte, de l'horreur de ce gouvernement, dont même la ministre des armées a exprimé son désaccord total de récupérer ces djihadistes emprisonnés par nos alliés Kurdes pour leur éviter les exécutions ! 

J'ai de plus en plus honte d'être français et de vivre en France, ce pays qui protège des terroristes, car ce gouvernement me dégoûte profondément !

Personnellement, si une majorité de Français votent pour le parti de Macron, et même si Macron est réélu, je partirai ailleurs en Europe ou dans le monde, je ne sais pas où, mais je ne peux pas vivre dans un pays dont la population sera majoritairement Islamiste, sous peu !  



...







En droit international, on est jugé dans le pays ou le crime a été commis, sauf dans ce cas ! 

Les 130 djihadistes français que l’on va rapatrier, puis jugés nous promet-on et libérés vraisemblablement dans 5 ans alors qu’ils ont commis les pires exactions (certains ont égorgé de sang froid des gens). 

Nous n’avons aucune preuve contrairement aux Syriens, alors comment les juger. 

Ces terroristes ne sont plus des Français (ils ont brulé leur passeport), ils devraient être jugé en Syrie, 91 % des français pensent cela (sondage du Figaro)


Sans doute pour nous préparer à ce retour, un député d’En Marche sur Cnew minimise et évoque un nombre important d’enfants, pendant que la photo ci-dessus (celle de droite) passe en fond, pas celle de gauche bien sûr.

 Ce qui semble faux puisque les Kurdes ont parlé de combattant de Daesh. 

Il argumente «il n’existe pas de tribunaux au Kurdistan» mais de qui se moque-t-on, il existe de tribunaux en Syrie, un gouvernement, une administration, des policiers et même une presse francophone que l’on peut consulter sur Internet. 

Le problème c’est que Macron comme Hollandent refusent tout dialogue avec ce pays, un gouvernement que nous combattons en aidant des groupes terroristes. 

Un pays que nous avons bombardé en avril 2018 sur un faux prétexte. 

Alors dans ces conditions on récupère «nos djihadistes français» et on fait profil bas.

Par Breve Debar




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire