Google+ Badge

lundi 7 janvier 2019

UN DÉBAT SANS PARLER DE L' IMMIGRATION NI DE L' ISLAM ???

 

À quoi bon un débat national si on ne peut parler ni de l’immigration, ni de l’islam ?

Publié le 6 janvier 2019 - par
 
Résultat de recherche d'images pour "PHOTO grand débat national"
.
Un grand blabla national, mais pour quoi faire ?
.
Dès le début les dés sont pipés puisque les sujets existentiels qui conditionnent l’avenir de la nation, à savoir l’immigration et l’islam, sont évacués des 4 « ateliers nationaux » et seront survolés avec le thème « démocratie et citoyenneté ».
.
On mesure à ce pitoyable renoncement combien Macron est otage des lobbies pro-immigrés et n’a plus aucun pouvoir en la matière. 
 
Salvini doit se tordre de rire… Avec Macron, c’est la consécration de l’immigration subie et la soumission totale.
.
Ensuite,  Macron s’empresse de nous dire qu’il n’est pas question de renoncer au programme pour lequel il a été élu, ce qui est en totale contradiction avec sa volonté de consulter le peuple.
 Encore un coup tordu en perspective, qui n’a pas échappé aux Gilets jaunes.
.
Il oublie qu’il a été élu par défaut et que seulement 24 % des électeurs l’ont suivi au premier tour. Et compte tenu du record d’abstention du deuxième tour, Macron n’a rassemblé que 49 % des électeurs sur son programme. Il n’a pas la majorité.
.
Autant dire que si les élections se rejouaient aujourd’hui, Marine serait en tête du premier tour ! 
 
D’ailleurs, selon un sondage de mai 2018, 77 % des Français ne voulaient déjà plus de Macron en 2022  ! On imagine le score aujourd’hui !
.
Si ce grand débat n’a d’autre but que de jouer la montre en misant sur le pourrissement du mouvement, c’est raté. 
 
La très forte mobilisation des Gilets jaunes pour l’acte VIII vient d’ôter les illusions de ceux qui ont cru à la mort du mouvement avec les fêtes de fin d’année.
.
Le pouvoir ayant soufflé sur les braises en insultant les Gilets jaunes, ça repart de plus belle.
.
L’opposition à Macron est telle que seule une dissolution de l’Assemblée permettrait de mettre un terme à la perte de légitimité du président.
.
Il s’y refuse, n’ayant aucun désir de faire de la figuration dans une cohabitation avec l’opposition.
.
Reste l’option d’un référendum à questions multiples pour lui redonner la légitimité perdue sans prendre le risque d’une dissolution.
.
« Il y réfléchit » paraît-il. Nous en saurons davantage avec sa lettre aux Français à paraître sous peu.
.
En attendant, pour une majorité de GJ, ce grand débat c’est de « l’enfumage. »
Ce qu’ils veulent c’est le RIC.
.
Pour les GJ, le grand débat va être aussi utile que le référendum sur le traité de Lisbonne de 2005. « On a dit “non”, ils ont dit “oui” ! »
.
« Que Macron parte ! Qu’il parte, qu’on obtienne le RIC et je rentre chez moi. Le reste on verra après », dit Nathalie sur son rond-point.
.
Bref, le grand débat national n’a pas la cote auprès des GJ.
.
Pour eux, ce débat sera manipulé par un gouvernement qui ne les a pas écoutés.
.
Ce sont les insultes et le mépris qui ont conduit à la violence. Macron et ses sbires ne savent qu’insulter, mépriser et le prendre de haut. Les GJ disent « ça suffit ! « 
.
Macron serait bien avisé de calmer ses propres troupes. Insulter les GJ, les diaboliser et les salir comme il l’a fait et comme l’ont fait  Castaner et Griveaux, est irresponsable.
.
Parler de foules haineuses, de chemises brunes et d’un retour aux années 30 est  totalement inexcusable.
 C’est le signe d’un grand désarroi à l’Élysée.
.
Arrêter Drouet comme étant l’ennemi public numéro 1 alors que 500  jihadistes vont être libérés et que 25 000 fichés « S », dont 3000 jugés très dangereux, circulent en liberté, est une faute  monumentale qui discrédite le pouvoir.
.
100 000  peines de prison ne sont pas exécutées faute de places, mais on arrête 2000 GJ à titre préventif en cherchant dans les coffres un bout de bois qui pourrait servir de matraque…
.
Je rappelle que plusieurs milliers d’armes de guerre venues du Kosovo et de Bosnie dorment dans les caves de nos banlieues, attendant l’heure de l’embrasement généralisé annoncé par Gérard Collomb.
.
Mais pas question de reconquérir les quartiers passés sous la coupe des barbus. 
 
La vraie  menace pour Macron, Castaner et Griveaux, ce sont les Gilets jaunes nostalgiques des années 30.
.
La vérité est que le pouvoir ne supporte pas que la majorité des GJ votent RN.
Marine rafle 58 % du vote ouvrier. 
 
Aux prochaines européennes à la proportionnelle, nous connaîtrons le vrai poids électoral des partis.
.
Ce gouvernement n’a pas compris qu’on n’insulte jamais un peuple désespéré.
Une foule en colère peut devenir incontrôlable et se livrer aux pires violences.
.
On ne peut à la fois appeler au calme et insulter le peuple.
.
Benjamin Griveaux a senti le vent du boulet. Mais à qui la faute ?
.
Quand on accuse les GJ de porter une chemise brune sous leur gilet jaune, quand on les traite d’agitateurs voulant renverser le gouvernement, il ne faut pas s’étonner de focaliser la haine d’un peuple en colère.
.
Voilà deux mois que les GJ réclament du respect et de l’écoute et le gouvernement ne cesse de les insulter.
.
Si le fait d’agiter un drapeau français et de chanter la Marseillaise sur un rond-point fait de chaque citoyen un néo-nazi, il faut  l’inscrire dans la loi !
 
.
.Résultat de recherche d'images pour "photos gilets jaunes et drapeau"
.
Nul ne saurait accepter les violences contre les institutions ou les représentants de l’État, notamment les lâches agressions contre les policiers, mais sans respect de la caste dirigeante à l’égard des sans-grade, aucun dialogue ne sera possible.
.
À ce jour, nul ne saurait prédire où va mener cette fronde sociale, tant le gouvernement semble désemparé. Les GJ ne renonceront pas.
.
Mais que Macron se méfie. 
Le mouvement des GJ est un événement historique irréversible. 
 
 Et rien ne prouve que les forces de police, qui exécutent les ordres, ne fraterniseront pas un jour avec le peuple, puisqu’ils en font partie et sont eux-mêmes des GJ. Éric Hazan le dit clairement. Si le mouvement perdure, la fraternisation est possible.
.
Ceux qui opposent Gilets jaunes et forces de l’ordre, montant en épingle un tabassage isolé, violence policière ou inversement, se trompent lourdement.
 
 « Il faut être au-dessus des exaspérations momentanées et personnelles ».
.
https://youtu.be/at_Ml0Zutfk
.
Policiers et gendarmes subissent de plein fouet eux aussi l’appauvrissement du pays, la mondialisation et le choc culturel d’une immigration de masse.
.
Ils sont les mieux placés pour savoir que les GJ qui agitent les drapeaux français et chantent la Marseillaise sont dans le vrai. Mais pour l’instant ils exécutent les ordres car c’est leur devoir.
.
Par conséquent, que l’État sanctionne sévèrement les exactions contre les casseurs d’extrême gauche, mais qu’il cesse aussi ses provocations contre les pacifiques Gilets jaunes, car les insultes et l’amalgame avec la racaille et les casseurs, ne font que mettre de l’huile sur le feu.
.
En attendant, même les ministres sont en désaccord quant à l’utilité du grand débat national.
.
Certains veulent un « débat libre ».
.
Mais pour de nombreux  ministres, les conclusions de l’exercice ne devront en aucun cas remettre en question la politique du gouvernement.
 
 
Conclusion : un grand blabla pour rien. Pour le gouvernement, les conclusions sont déjà écrites. 
Rien ne devra modifier le programme du quinquennat.
.
Et comme l’immigration, la principale cause de notre ruine et de la détresse des GJ, reste sujet tabou, tout va empirer. Il n’y a aucune illusion à avoir.
.
Macron est définitivement grillé, mais les grands perdants sont les Français qui se font déposséder de leur pays. Il nous faut un Salvini au pouvoir avant la désintégration  de la nation.
 
 
Par  Jacques Guillemain.     https://ripostelaique.com/