Google+ Badge

samedi 5 janvier 2019

RASSEMBLEMENT PAR CI , RASSEMBLEMENT PAR LÀ AU RASSEMBLEMENT NATIONAL ???



Rassemblement national juif : des élus RN lancent «un comité de vigilance» contre l'antisémitisme -Rassemblement national juif : des élus RN lancent «un comité de vigilance» contre l'antisémitisme© 


GONZALO FUENTES Source: Reuters

 




 Marine Le Pen devra composer avec un Rassemblement national juif au sein de son parti

La lutte communautariste touche également le parti de Marine Le Pen. 


Un membre du Rassemblement national, Jean-Richard Sulzer, a décidé de créer avec d'autres militants une association pour protéger le parti RN de toute dérive antisémite.

Existera-t-il bientôt un Rassemblement national (RN) musulman ou un Rassemblement national chrétien ? 


La question n'est pas insensée puisque le magazine Challengesa fait savoir le 30 novembre qu'un militant du parti de Marine Le Pen, Jean-Richard Sulzer, avait décidé de créer une association afin de lutter contre les dérives antisémites.

Lire aussi
Edouard Philippe au sortir du conseil des ministres à Charleville-Mézières, le 7 novembre (image d'illustration).Actes antisémites en hausse : passe d'armes entre Edouard Philippe et le Rassemblement national


Celle-ci se nomme Rassemblement national juif et regrouperait selon l'ex-adjoint aux Finances du maire d'Hénin-Beaumont, interviewé par Challenges, «des élus, des militants et des sympathisants du Rassemblement national qui ont à cœur de sensibiliser les dirigeants du Rassemblement national au ressenti de la communauté juive au sein du parti».

Pourquoi ce collectif se regroupe-t-il aujourd'hui ? 


Jean-Richard Sulzer constate «l'arrivée dans les instances du parti et l'entourage de Marine Le Pen de personnalités qui les inquiètent». 

«Et, pour le dire clairement, qu'on soupçonne de penchants antisémites», ajoute-t-il, décrivant sa structure comme «un comité de vigilance».

Il affirme que son groupe veillera aux candidatures et investitures du parti lors des futures élections, à commencer par les européennes. 


«Très clairement, si nous ne sommes pas entendus et que nous observons une dérive du parti, la vingtaine de membres de notre collectif n’hésitera pas à claquer la porte du Rassemblement national», menace-t-il, se flattant en outre d'avoir porté une kippa lors de sa rencontre avec Steve Bannon, lors du congrès du parti à Lille en mai dernier.


Merci Thierry S.



 ET AUSSI  RAPPEL !

La couverture d’Israel Magazine (mai 2011) ci-dessus rappelle que l’intérêt des médias israéliens pour Marine Le Pen n’est pas neuf. 

Mais les sondages de cette élection présidentielle ont renforcé cet intérêt. Ce jeudi, le magazine israélien Makor Rishon a publié une interview de Marine Le Pen largement relayée par d’autres médias israéliens.

Marine Le Pen y déclare que si elle est élue, elle sera “le plus grand défenseur de la communauté juive de France“.

Interrogée au sujet de l’antisémitisme, elle en profite pour égratigner une fois de plus son père Jean-Marie Le Pen, comme s’il s’agissait d’un gage de sa bonne volonté.
“J’ai toujours été très claire à ce propos, tout le monde sait que nous sommes en rupture avec mon père sur ce sujet, même si cela me peine, car il s’agit de mon père.”
Avant d’ajouter : “Vous pourrez toujours condamner des politiciens qui ont quelqu’un autour d’eux qui est suspecté d’être antisémite. Il y a des antisémites, y compris dans l’entourage de François Fillon, Emmanuel Macron, Mitterrand, et même de Gaulle.”

Marine Le Pen se dit “étonnée” d’être mal considérée par les institutions juives de France.”Pourtant ils savent que je suis le meilleur bouclier pour les Juifs de France contre l’islam radical“, “je suis l’arme la plus fiable pour les défendre“.

Par ailleurs, Marine Le Pen se dit “vexée” par Israël qui “ne veut pas de relations avec nous“, confirmant qu’elle, par contre, souhaite que le Front National entretienne des relations avec Israël.
“Israël aussi se défend et protège sa souveraineté nationale, comme je veux le faire pour la France, alors pourquoi cette attitude à mon égard?”
Concernant un éventuel transfert de l’ambassade française à Jérusalem, Marine Le Pen a d’abord déclaré que cela “déprendra des négociations” de paix dans le conflit israélo-palestinien, avant de préciser qu’elle n’était cependant pas opposée à cette idée. “Israël est un Etat souverain et a le droit de fixer sa capitale où il veut. Ce n’est pas à nous Français de décider quelle sera la capitale de l’Etat d’Israël.


Marine Le Pen a également indiqué qu’elle était fermement opposée au mouvement BDS de boycott des produits israéliens, souvent issus des territoires occupés en Cisjordanie, condamnant le soutien du Parlement européen à cette organisation.
« Je suis contre le mouvement BDS.

Je pense que le Parlement européen fait une erreur en soutenant ce mouvement mais ils ont un lobby très fort. Quoi qu’il en soit, BDS est interdit en France. »
 Source:    https://www.medias-presse.info