dimanche 6 janvier 2019

LE CLIP DE MARGUERITE FAIT DES VAGUES . ET ALORS ........

Vidéo:   https://www.youtube.com/watch?v=SV7735AYnYE&index=1&list=PLK10EDSQ2Ns13twg5JsOdqTpTV81NzNBx&fbclid=IwAR3oGDNABr825kJUBN678dMknC00vvldG9NVU1ovLX1ix-7ER8zMx87U4gc

Ils aiment Marguerite, son clip « Les gentils, les méchants ». Mais…

Car il y a un mais...



Ce 5 janvier, L’Obs salue la performance de Marguerite, « une jeune chanteuse de jazz qui cartonne, avec une reprise inspirée de la chanson de Michel Fugain “Les gentils, les méchants” »

Succès mérité, reconnaît Konbini, un site d’« infodivertissement », qui applaudit les « douze personnes, enfants, ados et adultes confondus, […] bourrés d’entrain » que le clip met en scène. 

Mais… car il y a un « mais ». Un gros « mais ». Un truc infect, putride ou même carrément pourri, qu’ils n’auraient sans doute jamais imaginé chez cette Marguerite si jeune et si fraîche dans son gilet jaune.

« Controversé », « le clip a été taxé d’antisémistime », expliquent d’abord deux journalistes de Konbini qui, consciencieux, ont aussitôt « voulu y voir plus clair »

 Les conclusions de leur enquête (un quart d’heure de lecture des réseaux sociaux, pause café comprise ?) concordent précisément avec celles de L’Obs :
 « En cause, sa dédicace de la chanson à “BHL et Cohn-Bendit” et une phrase dans laquelle elle dénonce “l’ENA, Rothschild, Bercy” »

Les deux journaux citent la défense publiée par la jeune femme : « Je fais une dédicace à BHL et Cohn-Bendit, car BHL a discrédité le mouvement des gilets Jaunes dès le début, et Daniel Cohn-Bendit s’est offusqué de leur “violence”, lui, le révolutionnaire, symbole de mai 1968 […]
 Quant à “l’ENA, Rothschild, Bercy”, c’est une métaphore pour désigner Emmanuel Macron, puisqu’il s’agit de son parcours. » 

 Effectivement, l’explication se tient. 

Circulez, y a rien à voir. Marguerite ne fait manifestement pas partie de ces « gilets jaunes qui voudraient que les Juifs portent l’étoile jaune » dénoncés par Benoît Rayski dans Atlantico le 23 décembre.


Qu’à cela ne tienne. « Piqués au vif » (sic), les deux journalistes de Konbini poursuivent leurs investigations. « Qui est donc Marguerite ? Pourquoi ce clip ? Derrière cette vidéo, visionnée un grand nombre de fois dont le public ignore la genèse, y aurait-il une quelconque idéologie sous-jacente ? », s’interrogent ces probables fans de « Faites entrer l’accusé ». 

C’est qu’« en creusant un peu le compte Facebook perso de Marguerite », ils ont « [découvert] des affinités avec des groupes anti-avortement, mouvances cathos tradis »

Et se sont tout naturellement, donc, « demandé s’il fallait relire cette vidéo virale autrement »

Réponse de l’intéressée : « Non, le clip ne fait aucune allusion à la religion. 

» Poursuivant l’interrogatoire avec la même implacable absence de logique, ils insistent :
 « Mais on peut quand même être très catho et pro-gilet jaune ? » « Peut-on par exemple être gilet jaune et avoir défilé, quelques années plus tôt, dans la Manif pour tous ? » 

Peine perdue : « Les confidences s’arrêteront là », déplorent-ils. 

Même regret chez L’Obs, qui révèle quant à lui que la chanteuse « apparaît également en 2014 dans le clip d’une chanson anti-mariage pour tous ».

 Irrémédiablement damnée, cette Marguerite qui a naguère vendu son âme au diable de la Manif pour tous ? Non car, elle l’avoue, ses « opinions bougent, avec plus de questionnements que de certitudes »

Ouf, nos Cauchon de la bien-pensance ont pu lui épargner le bûcher. 

Preuve qu’il ne faut pas désespérer de l’humanité et qu’il y a encore de « gentils méchants ».

Par Christine Célérier


Professeur de Lettres
 Source et Publication:   http://www.bvoltaire.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire