vendredi 4 janvier 2019

LA PEUR CHANGE DE CAMP ! TRIBUNE LIBRE !

 
Publié par Michelle d’Astier de la Vigerie le 3 janvier 2019 
 

« Il y a de la part du gouvernement une énorme erreur d’appréciation de la situation, une erreur stratégique et politique qui va lui être fatale et faire énormément de mal à la France. »

Ce matin (3/1/19), alors que je me trouvais dans une épicerie, j’ai assisté à une violente altercation. 

Un client, un jeune d’origine africaine, grand et fort, apostrophait l’épicier d’origine marocaine en l’exhortant à fermer son épicerie pour qu’il rejoigne les G.J. sur les ronds-points normands. 

Et l’épicier de répondre qu’il n’avait pas le choix, sauf à devoir mettre son magasin en faillite. Le noir s’énervait en criant: « On a toujours le choix . T’as qu’à demander à Dieu !»


C’était surréaliste, surtout entre deux natifs nés ailleurs qu’en France, un musulman et un chrétien. 

C’était surtout incroyablement violent. 

Pourtant, l’épicier ne cessait de protester de son adhésion morale au mouvement des G.J., même si son travail l’empêchait d’y participer physiquement.

Cette scène m’a donné la confirmation que quelque chose de lourd et de grave se préparait  pour la France dans les temps qui viennent, quelque chose qui a toutes les raisons de durer dans le temps jusqu’à ce que le Gouvernement de la France ait rendu gorge. 

Car la colère entre les deux participants de cette altercation n’était pas dirigée l’un contre l’autre. Elle était dirigée contre le Gouvernement.

La colère des GJ, on l’a dit et redit, c’est la colère de la France qui voit le fruit de son travail kidnappé par une oligarchie froide, distante, cupide et arrogante dont Macron est l’actuelle figure de proue. D’ailleurs, il n’en rate pas une, pour continuer à exaspérer les partisans des G.J.!


Ce qui est vraiment nouveau, c’est que l’arrogance de la classe dirigeante a atteint un paroxysme.  Elle croit encore, avec quelques miettes, quelques astuces politiques qui jusqu’alors fonctionnaient, et surtout une menace sous—jacente ou directe de mater le mouvement par la répression*, pouvoir juguler les « excités ».

Il y a de la part du gouvernement une énorme erreur d’appréciation de la situation, une erreur stratégique et politique qui va lui être fatale et faire énormément de mal à la France.

Car ce qui se produit actuellement s’est déjà produit dans ce pays et est aussi inscrit en filigrane dans la Bible.

Ecclésiaste 3:15 Ce qui est a déjà été, et ce qui sera a déjà été, et Dieu ramène ce qui est passé.
Nous sommes dans une situation à caractère insurrectionnel, étrangement similaire à celle qui a déclenché la Révolution Française quand la classe dirigeante de l’époque – la noblesse-, soutenue par le clergé de l’époque (qui tenait, par la toute puissance romaine, un énorme pouvoir d’influence sur toute la société, royauté comprise), dévorait le produit du pays et s’était coupée totalement du peuple, la « populace » qu’elle méprisait.

Il est passionnant, à ce sujet, d’écouter l’étude historique et biblique de Laurent Thader que j’ai écoutée hier (assez longue car il s’agit d’une étude fouillée, mais passionnante) : Gilets jaunes, l’histoire se répète-la France dans la Prophétie biblique, par le pasteur Laurent Thader


Personnellement, il y a longtemps que j’avais compris que la Révolution Française était déjà prophétiquement inscrite dans le livre d’Esaïe, quasiment 2000 ans avant qu’elle se produise:
Es 8: 19 Si l’on vous dit : Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l’avenir, Qui poussent des sifflements et des soupirs, Répondez: Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu ? S’adressera-t-il aux morts en faveur des vivants ? 20 A la loi et au témoignage ! Si l’on ne parle pas ainsi, Il n’y aura point d’aurore pour le peuple. 21 Il sera errant dans le pays, accablé et affamé; Et, quand il aura faim, il s’irritera, Maudira son roi et son Dieu, Et tournera les yeux en haut; 22 Puis il regardera vers la terre, Et voici, il n’y aura que détresse, obscurité et de sombres angoisses : Il sera repoussé dans d’épaisses ténèbres.


Tout événement a une cause spirituelle. Ce qui est visible vient de l’invisible, déclare la Bible. 

À l’époque précédent la Révolution française, le pays était tombé dans le culte aux « saints » (en l’occurrence, à des morts canonisés par Rome, mais aussi dans le culte aux ancêtres morts) sous la houlette d’un clergé d’autant plus ignorant de certaines interactions spirituelles que l’accès à la Bible lui était interdit depuis des siècles, tout autant qu’aux « fidèles ».**


Nous assistons, depuis la Révolution Française, à l’instauration d’une autre idolâtrie, déviation qui a été soulevée ici par bien des commentateurs même s’ils n’en ont pas toujours discerné les conséquences spirituelles. 

Le Dieu Créateur, qui règne sur l’univers, et donc qui régnait aussi jusqu’alors sur la France, a été remplacé par un dieu Etat, censé pourvoir à tous les besoins. Dieu est un gentleman. 
Si on le met à la porte, Il se retire.


C’est vrai, le peuple de France a ACCEPTÉ d’être dépendant de l’État LAÏC, un État qui en a profité pour mettre en place ses strates de fonctionnaires zélés et dévoués (à l’État, pas aux Français de base) qui, tout en paraissant répondre à ces multiples besoins, en profitait pour mettre un joug de plus en plus pesant sur le pays. 

Avec l’arrivée de la gauche, ce mille-feuille étouffant a rapidement pris un caractère monstrueux au point que ses apparatchiks ne voient aucun inconvénient aujourd’hui à remplacer la population de souche, à natalité en chute vertigineuse, par une population de remplacement venue d’ailleurs et censée permettre au système si arrangeant, pour la minorité qui en croque, de perdurer. En tout cas, c’est ce qu’elle espère et elle se prépare à le faire, sans état d’âme.

Oui, les Français ont accepté l’utopie socialiste sans voir le piège qu’elle contenait. Oui, ils sont coupables de s’être tournés vers d’autres dieux pour pouvoir à leurs besoins. Oui, ils vont pleurer des larmes de sang car l’illusion aujourd’hui s’effondre. 

Ils vont devoir en affronter les conséquences, celles qui se cachaient jusqu’alors en arrière plan et dont aucun ne voulait entendre parler, à savoir que le dieu État, ce monstre colossal, finit toujours par dévorer ceux qui l’adorent.
Mais ceux-ci se rebiffent, en comprenant que ce monstre qui jusqu’alors leur faisait trop peur pour qu’ils le confrontent n’est au final composé que d’hommes qui leur ressemblent mais qui les méprisent et les dépouillent. 

L’État n’est, au final, qu’un colosse aux pieds d’argile. 

La colère des Français spoliés est désormais bien plus grande que leur crainte des menaces et sanctions étatiques. Ils étouffent, ils ont faim. Ce n’est plus un roi qu’ils vont renverser, c’est ce monstre appelé État, qui, au lieu de les nourrir comme il ne cessait de le promettre, leur vole tout.


L’idole s’écroule. Bientôt l’idole ne sera plus, car les yeux des Français se décillent. 
Plus ils se lèvent, plus ils s’aperçoivent, à travers ses gesticulations d’animal aux abois, que ce monstre qu’ils craignaient tant n’était qu’un épouvantail.

La peur a changé de camp.

C’est à l’Elysée, à Matignon ou à Bercy qu’on se terre. Les députés LREM, pour beaucoup, craignent pour leur abattis et ne sortent plus seuls en ville.

Il y eu la Terreur du temps de la Révolution. Ce fut une boucherie inimaginable, dont le sang abreuve encore, spirituellement, les sillons du pays. 
Les fomentateurs de la Révolution ont fini par se dévorer entre eux. Peut-être parce que, contrairement à ce qui se passe aujourd’hui, celui qu’ils ont assassiné était un roi de «  droit divin »***, en l’occurrence un brave type qui écoutait le peuple et s’était montré prêt à beaucoup de concessions et à des réformes majeures.

 Mais là, c’est le peuple qui n’a pas su l’écouter et même qui a applaudi quand on a empêché le roi de parler sur l’échafaud, après qu’il ait quand même pu prononcer quelques paroles, dont « Je suis innocent du crime dont on m’accuse ».

Et c’était vrai. Il l’était. Mais les révolutionnaires ont tous dansé de joie quand la tête de leur roi a roulé. Les événements dramatiques qui ont suivi (inutile de rappeler l’Histoire de France depuis deux siècles !) n’est-elle pas la conséquence de cette injustice criante dont la France ne s’est jamais repentie ?

Il y a bien des années que le 14 Juillet n’est pas pour moi un jour de liesse, mais un jour de deuil : celui où la France a enterré son âme en jetant le Dieu Tout-Puissant à la porte du pays et en Le priant de se mêler de ses affaires. La France se débrouillerait bien sans Lui !


C’est aussi de ce mensonge, de cette illusion dévastatrice, dont la France a besoin d’être dépouillée pour revenir à Celui qui l’a créée. Mais on en est encore loin. 

On n’en est encore qu’à un mouvement en colère qui pense tout régler en changeant la tête d’un corps malade. Tout peut dégénérer, et je crois que cela va dégénérer.

Oh combien je ne voudrais pas que cela se reproduise, la Terreur ! Car si certains doivent se dévorer entre eux, n’est-ce pas plutôt les membres de cette oligarchie cynique et malfaisante qui a laissé croire au pays qu’elle représentait un dieu tout puissant qui était au service des Français ? 

J’espère que la plupart des membres de cette oligarchie, confrontés à leur impuissance et à la peur, s’enfuiront sous d’autres cieux. 

Tous se sont d’ailleurs déjà préparés des parachutes dorés car tous savent, au fond d’eux, qu’ils sont allés trop loin, beaucoup trop loin et qu’ils ont joué avec le feu. 

Les plus intelligents d’entre eux ont déjà compris que c’est TROP TARD !

Oui, TROP TARD, pour les Macron et sa clique. 
Trop tard pour l’oligarchie fonctionnaire. 
Trop tard pour l’oligarchie financière. TROP TARD !

Ils n’ont plus aucun moyen de retenir le raz-de-marée de colère qui s’est levé contre eux.


Ma seule question est :

Est-trop tard pour la France ?

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Michelle d’Astier de la Vigerie pour Dreuz.info.



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire