Google+ Badge

dimanche 6 janvier 2019

INTERNET SOUS SURVEILLANCE ???



L’État-prison de Macron contre les citoyens

Publié le 6 janvier 2019 - par
Cet un sujet dont la grande presse aux ordres du pouvoir ne vous parle jamais. 

Pourtant il a pris une place prépondérante dans le quotidien des Français, dont évidemment beaucoup de Gilets jaunes, économiquement faibles dès le 20 de chaque mois, et pour beaucoup suspendus à Pôle emploi et CDD, à la CAF, au RSA et au minimum vieillesse.


Il s’agit des motifs ayant trait aux décisions administratives que le volet open Data de la loi Numérique fait obligation de préciser :
 « Cette obligation prévaut dès lors que ces programmes informatiques « fondent des décisions individuelles » : attribution d’aides, calcul de certaines taxes ou impôts, affectations de fonctionnaires, ministères, autorités administratives indépendantes, hôpitaux, écoles…
L’intérêt de ces dispositions ?
 Permettre au citoyen d’avoir des explications intelligibles sur le fonctionnement du (ou des) algorithme(s) ayant été utilisé(s) afin de traiter son dossier. 
En effet, pour les personnes compétentes en informatique, il reste possible de solliciter directement (ou ne serait-ce qu’à titre de complément) l’algorithme lui-même. ».

Et bien évidemment, la majorité des administrations, des services de l’État et des organismes dresse de nombreux obstacles à rendre transparentes leurs décisions. 
Ce qui laisse à penser qu’elles ne sont pas aussi claires que de l’eau de roche, et de là à dire que certaines sont prises à la tête du client, il n’y a qu’un pas.

« Faute de trouver ces « modes d’emploi », nous avons demandé fin octobre aux Allocations familiales, à Pôle emploi, à la Direction générale des finances publiques et au ministère de l’Éducation nationale de les mettre sur Internet, sur le fondement de la « loi CADA » relative au droit d’accès aux documents administratifs. »


L’affaire est de la plus haute importance 
« en vertu de l’article L312-1-1 du Code des relations entre le public et l’administration, les administrations doivent mettre en ligne :
  • Les « bases de données » qu’elles « produisent ou qu’elles reçoivent ».
  • Leurs données « dont la publication présente un intérêt économique, social, sanitaire ou environnemental ».
Mais en l’état, l’appareil d’État, la soi-disant République, celle dévoyée depuis plus de quarante ans et celle devenue dictatoriale sous le quinquennat Macron, dont le quinquennat Hollande a fait le lit : « Aucune sanction n’étant prévue par la loi Numérique, le citoyen n’a malheureusement pas beaucoup d’options devant lui… »
source Xavier Berne : https://www.nextinpact.com/news/107132-nouvelles-obligations-dopen-data-par-defaut-mode-demploi.htm

https://www.nextinpact.com/news/107439-pole-emploi-detaille-fonctionnement-son-algorithme-dedie-aux-allocations-chomage.htm

https://www.nextinpact.com/news/105761-open-data-par-defaut-next-inpact-traine-deux-ministeres-devant-conseil-detat.htm


Les comparaisons de jugements vous sont aussi refusées et le nom des professionnels de la justice fâche en haut lieu.

Vous ne saurez rien non plus de l’harmonisation des décisions de justice. 
Vous ne pouvez donc jamais savoir pourquoi la clémence envers la racaille, abondamment connue des fichiers police/justice, prime la répression policière et judiciaire d’honnêtes citoyens manifestant pour leur survie économique ou contraints à la légitime défense envers la racaille.
https://ripostelaique.com/saint-etienne-le-prefet-de-macron-evence-richard-a-laisse-faire-les-pilleurs.html

https://ripostelaique.com/acte-viii-jai-vu-lacharnement-des-crs-de-castaner.html


Des Gilets jaunes massacrés, mais des casseurs épargnés :
https://ripostelaique.com/jusquou-les-forces-de-lordre-doivent-elles-obeir-a-letat.html


Macron-Belloubet : 216 Gilets jaunes en prison, bientôt 500 djihadistes relâchés ! : https://ripostelaique.com/macron-belloubet-216-gilets-jaunes-en-prison-bientot-500-djihadistes-relaches.html
« Le collectif (Regards Citoyens, note de JC) estime notamment que le législateur s’apprête à « empêcher toute recherche sur la probité des magistrats et la lutte contre les conflits d’intérêts ou la corruption ».
Même si de nombreux arrêts et jugements sont aujourd’hui accessibles à tous sur le site Légifrance, force est de constater que le portail officiel du droit est (très) loin de rassembler l’intégralité des décisions rendues quotidiennement par les magistrats français.
En 2016, lors de l’examen de la loi pour une République numérique, le législateur avait ainsi souhaité que la jurisprudence soit progressivement « mis[e] à la disposition du public à titre gratuit », sur Internet. Et ce après « une analyse du risque de ré-identification des personnes », notamment afin de protéger la vie privée des justiciables


Cinq questions brûlantes pour une Justice qui se dit indépendante du pouvoir
(extraites de l’article du 10 janvier 2018 mentionné ci-dessous).

Les enjeux de l’open data pour les professions du droit ;

Les nouveaux outils développés pourraient favoriser l’automatisation de certaines tâches ;
Mention des noms dans les décisions de justice : pour une pseudonymisation renforcée ;

Le retrait du nom des professionnels de la justice : une question qui fâche ;
Publicité et accès aux décisions de justice : un peu, pas beaucoup.


Le rapport traite, dans sa dernière partie, des modalités de l’ouverture au public des décisions de justice :
https://www.dalloz-actualite.fr/flash/open-data-des-decisions-de-justice-casse-tete-judiciaire-du-21e-siecle#.XDEQjC17S1s


Et si on reparlait port d’arme de poing dissimulée et légitime défense ? Peut-on porter une arme pour se défendre ? 

Les armes suivantes, de catégorie D, peuvent être achetées et détenues librement :
  • Arme non à feu camouflée (par exemple, une canne parapluie épée) ;
  • Arme blanche de type poignard, couteau-poignard, matraque ;
  • Arme incapacitante agissant par projection ou émission (par exemple, générateur d’aérosol lacrymogène ou incapacitant d’une capacité inférieure à 100 ml) ;
  • Arme à impulsion électrique de contact (provoque une incapacité et agit à bout touchant, par exemple une matraque électrique ou un poing électrique, mais pas un pistolet Taser) ;
  • Arme ou lanceur (lanceur de paint-ball, carabine à air comprimé, etc.) dont le projectile est propulsé de manière non pyrotechnique avec une énergie à la bouche comprise entre 2 et 20 joules ;
  • Arme conçue exclusivement pour le tir de munitions à blanc, à gaz ou de signalisation, non convertibles pour d’autres projectiles.
Vous ne pouvez pas porter sur vous ou transporter (dans votre voiture par exemple) une de ces armes sans motif légitime. 
En cas de contrôle de sécurité (fouille corporelle, vérification d’un sac, d’un véhicule etc.), vous devez être en mesure de fournir une raison valable qui sera appréciée par les forces de l’ordre, voire par un juge…

Vérifié le 30 octobre 2018 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre), source : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F33658
https://ripostelaique.com/macron-lachera-t-il-ses-cognes-cette-nuit-contre-les-incendiaires-de-voitures.html
https://ripostelaique.com/face-aux-agressions-la-peur-doit-changer-de-camp.html
https://ripostelaique.com/securite-pour-un-citoyen-acteur-et-un-permis-de-port-darme-de-poing-dissimulee.html
https://ripostelaique.com/au-nom-de-la-liberte-de-defendre-sa-peau-celle-de-ses-proches-et-ses-biens.html
https://ripostelaique.com/ne-pas-etre-arme-cest-etre-incapable-de-proteger-soi-meme-et-les-autres.html
https://ripostelaique.com/legitime-defense-pour-tous-contre-les-racailles.html
https://ripostelaique.com/audition-calvar-surtout-darmes-lhonnete-citoyen.html
https://ripostelaique.com/attentats-les-citoyens-doivent-etre-armes-la-preuve-par-trois.html
https://ripostelaique.com/parti-de-france-veut-garde-nationale-de-100-000-volontaires.html
https://ripostelaique.com/larmement-civils-reponse-valable-terrorisme-islamiste.html
https://ripostelaique.com/armes-repondre-aux-terroristes.html
https://ripostelaique.com/a-loups-solitaires-coups-de-feu-solitaires-a-lisraelienne.html


Soutenons notre Internet
Un autre de fer de lance de la défense de la liberté d’expression sur le web est l’association La Quadrature du Net.

« l’actualité est chargée pour La Quadrature : entre les suites de notre action de groupe contre les GAFAM, le passage de notre procédure contre la surveillance française devant la Cour de Justice de l’Union Européenne et la lutte contre le futur règlement européen de censure anti-terroriste, notre équipe (salariée comme bénévole) ne chôme pas pour protéger nos libertés fondamentales !

Cette année, nous avons aussi voulu profiter de cette campagne pour vous parler de l’idéal qui nous anime au jour le jour, de « l’Internet de nos rêves » : un outil qui se construit et s’invente collectivement, dans les mains de toutes les personnes qui l’utilisent. 

Un Internet qui reste libre, neutre et décentralisé.
Nous avons donc construit notre campagne autour de divers témoignages de ces personnes qui font « notre Internet ». Ils ont donné lieu à plusieurs vidéos, que nous allons mettre en ligne au fil de la campagne. 

Les deux premières sont visibles ici :
Vidéo d’introduction « Soutenons notre Internet »

Vidéo « Contre la censure, la décentralisation »

Nous avons aussi organisé divers événements en lien avec divers sujets d’actualité. 
Le premier de ces événements a été un riche débat sur le statut juridique des hébergeurs, dont vous pouvez retrouver la vidéo ici


Retrouvez le programme complet de notre campagne ici… »  

https://ripostelaique.com/surveillance-internet-mondiale-la-france-de-macron-en-deuxieme-position.html


Par Jacques CHASSAING      https://ripostelaique.com