samedi 12 janvier 2019

IMMIGRATION AFRICAINE ! UN CITOYEN KÉNIAN DÉVOILE LA VÉRITÉ !



Publié par Rosaly le 11 janvier 2019


 
Une croix et un drapeau en hommage de chacune des victimes de l’attaque de l’université de Garissa,
 à Nairobi, le 7 avril 2015. © Sonia ROLLEY/RFI

Joshua Winston, un auteur de Jihad Watch a eu le plaisir d’interviewer un Kenyan sur la question de l’afflux de migrants africains et en particulier de Somaliens en Europe.

Vu la violence de la réaction des musulmans quand vous mentionnez «leur si belle religion» de manière négative, le nom de l’interlocuteur de J. Winston ne sera pas mentionné.

 J’ai traduit et commenté le point de vue de cet homme sur ce sujet brûlant d’une clairvoyance qui fait cruellement défaut à certains de nos dirigeants européens.



Merci ! Je suis Kenyan et je réside au Kenya.


Je vous le dis : laissez les Africains et les Somaliens en particulier retourner dans leur pays car l’argent qu’ils reçoivent en Europe est envoyé chez eux pour financer les groupes terroristes islamistes comme Al Shabaab. 

Les hommes célibataires, accueillis chez vous comme de pauvres réfugiés, reviennent au pays en touristes pour contracter des mariages temporaires. 
 [tradition musulmane hypocrite qui légitime l’adultère tout comme le mariage avec des enfants légitime la pédophilie]


Ils mettent enceintes de jeunes Somaliennes et après leurs vacances, ils retournent en Europe, abandonnant femmes et enfants. 
 [Via nos impôts, nous finançons déjà beaucoup d’inutiles, mais là c’est le comble : les vacances sexuelles de ces pauvres réfugiés à la recherche d’une vie meilleure en Europe et le terrorisme islamique. 

Voilà à quoi l’angélisme occidental a abouti : à la crétinisation de masse des peuples européens et ce au nom de la défense des valeurs européennes si chères à ceux qui oeuvrent à leur destruction.]



Je vous le répète : renvoyez ces jeunes mâles en Afrique afin qu’ils puissent s’occuper des enfants qu’ils ont laissés au Kenya pourrir dans la pauvreté, tandis qu’ils savourent les pizzas en Europe avec délice.


Nous avons de nombreux enfants de rue à Nairobi qui sont d’origine somalienne. Ils sont tous le fruit du tourisme sexuel de jeunes Somaliens généreusement accueillis en Europe. 

Quand ces « migrants » reviennent en Afrique, ils ne vont pas en Somalie mais au Kenya où des mariages temporaires avec des réfugiées somaliennes sont organisés. 

Pour organiser ces « mariages » il suffit d’un imam et de deux témoins. 

Une fois leurs vacances terminées, ils abandonnent leurs « épouses temporaires » souvent enceintes et ces dernières ne peuvent retrouver les pères de leurs enfants car ils sont repartis en Europe. 
Ces femmes sont souvent obligées de se prostituer pour nourrir leurs enfants.



L’Europe devrait agir maintenant afin de mettre fin à cette discrimination envers ces pauvres filles, elle devrait renvoyer ces Somaliens, au lieu de leur permettre de rejoindre leur havre de paix européen car en Afrique, ils ne peuvent échapper aux conséquences de leurs méfaits ni à leur responsabilité. 

En outre, une grande partie de l’argent qu’ils reçoivent grâce aux généreux systèmes sociaux européens leur sert à financer les terroristes islamistes.



L’Europe doit connaître la vérité, il n’y a plus de guerre, en particulier dans la partie orientale de la Somalie. Soyons clairs sur cette question car c’est non seulement l’Europe qui est menacée, mais nous aussi, les Kenyans. 

Nous avons des troupes kenyanes en Somalie combattant les terroristes d’al Shabaab. Nous avons aussi des drones américains qui les pourchassent. 

Si ces migrants économiques rejoignent l’Europe par bateau, ce n’est pas pour fuir la persécution , la guerre ou la misère, c’est tout simplement parce qu’ils sont paresseux. Ils viennent pour profiter de vos généreux systèmes sociaux financés par vos contribuables. Ils sont logés, nourris, habillés gratuitement. 

Et surtout, ces musulmans renforcent leur présence en Europe : ils savent très bien qu’une fois devenus majoritaires, vous serez à leur merci et la conquête de l’Europe sera pour eux un jeu facile.



Grâce à l’argent qu’ils reçoivent d’Europe, ils déstabilisent aussi mon pays le Kenya car cet argent est versé aux combattants islamiques de leur clan.


Le Kenya a renvoyé un million de Somaliens chez eux car ils étaient des sympathisants de groupes terroristes. 
Nous les avons hébergés et en guise de remerciement, ils ont caché des terroristes chez eux. 

Résultat: en 2015, le Kenya pleura 179 de ses étudiants lâchement assassinés dans leur université par les islamistes somaliens d’Al Shabaab.


En accordant la citoyenneté européenne aux Somaliens, vous créez des drames au Kenya : de nombreux enfants sans père errent dans les rues, leurs mères le plus souvent analphabètes ne peuvent porter plainte, car elles ne savent pas où se trouvent ces hommes. 

Sans ressource, elles se prostituent ou pour les plus chanceuses, elles dépendent de la générosité des ONG et des bénévoles, tandis que les pères jouissent d’une vie agréable en Europe aux frais des Européens.


Je ne dis pas que l’Europe devrait cesser d’aider les Africains, mais je dis que les Africains devraient être aidés dans leur propre pays, afin de les éduquer, les former, leur apprendre comment ils peuvent développer l’Afrique.



Le Traité d’Abuja encouragea les Africains à s’installer en Europe. Les riches nations musulmanes favorisent l’immigration musulmane afin d’accroître le nombre de musulmans sur le Vieux Continent. 

 [Elles encouragent la Hijra, autre cheval de Troie de la conquête islamique de l’Europe.]



Vous êtes-vous déjà posés la question de savoir pourquoi les riches pays musulmans n’acceptent pas leurs frères musulmans en provenance d’Asie et d’Afrique, mais les encouragent à envahir l’Europe ? 

La réponse est pourtant simple : ils veulent islamiser l’Europe par le djihad démographique.



Les Européens sont en train de devenir minoritaires chez eux, le Christianisme disparaît lentement mais sûrement et les musulmans sournois en profitent pour s’y installer en force. 

Les musulmans ont pour mission de répandre l’islam en Europe. 

Il serait grand temps que les Européens se réveillent et prennent conscience du danger qui les guette.

————–
Au lieu d’ouvrir les yeux, de nombreux Européens avancent tels des aveugles au bord d’une falaise, fiers de leurs bons sentiments, de leurs valeurs «humanistes», de leur immense générosité, convaincus d’oeuvrer à la création d’un monde meilleur, plus ouvert, plus fraternel, plus pacifique.

 Ils ouvrent ainsi leurs portes et leur coeur à leurs pires ennemis, à ceux dont la mission « divine » consiste à les soumettre à l’esclavage islamique et/ou à la mort.


Ce Kenyan parle d’or, mais ses paroles résonneront à nouveau dans le vide. Trop d’Occidentaux sont encore endormis par la propagande angélique des partisans d’un multiculturalisme effréné, via des campagnes publicitaires et des séries télévisées spécialement conçues à cet effet. 

Ainsi, peu à peu les gens s’habituent à l’idée d’une future Europe colorée où les Européens de souche seront minoritaires, donc en position de faiblesse. 

Ils deviendront des proies faciles pour les prédateurs musulmans, qui agiront comme des meutes de hyènes à la vue d’un animal blessé, sans défense, prêtes à lui bondir dessus et à le dévorer en ricanant.
A se demander pourquoi l’Européen Blanc est-il soudainement devenu en ce XXIe la cible à réduire en esclavage, à abattre ? 

Pourquoi cette explosion de haine envers les Européens blancs, haine savamment entretenue voire encouragée par l’establishment européen blanc ?

 Ce dernier d’une morgue révoltante ne cache même plus son mépris envers les peuples européens, dont ils sont eux-mêmes issus.

Comme l’a récemment déclaré Viktor Orban, une civilisation européenne homogène est sur le point d’être remplacée par deux civilisations : une qui construit son avenir sur la coexistence de l’islam et du Christianisme et le modèle d’Europe centrale qui continue à concevoir l’Europe comme « une civilisation chrétienne ».


Laquelle triomphera ? La chimérique ou la réaliste ?


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.


Source: «A Kenyan says Somali Muslims come to Europe “for your free benefits which are paid out with your taxpayers’ money» J. Winston (Jihad Watch)


 





ET AUSSI

 
Paris : les camps de migrants sont de retour

Paris : les camps de migrants sont de retour

  •  

Paris Vox – alors que les Gilets Jaunes occupent l’essentiel de l’actualité, la pression migratoire ne faiblit pas et les campements sauvages de migrants clandestins, régulièrement démantelés, refleurissent un peu partout dans la capitale.

Ils seraient ainsi plusieurs milliers dispersés dans divers points de Paris, notamment Porte de la Villette où une centaine de tentes sont occupées par des soudanais, des érythréens et des somaliens. Un campement totalement insalubre, bordé d’immondices. 

Les associations pro-migrants réclament bien évidemment  une prise en charge rapide de ces clandestins qui seront alors immédiatement remplacés par d’autres, aucune solution politique n’étant apportée aux phénomènes migratoires. 

L’Ile-de-France a en effet  connu une augmentation de 45 % du nombre de demandeurs d’asile en 2018 qui a naturellement saturé les centres d’hébergement.

Selon les associations, ce sont plus de 2000 migrants qui seraient actuellement à la rue dans Paris,  contre environ 1700 une semaine auparavant.  

Une  croissance exponentielle qui pourrait amener le chiffre total à près de 4000 à la fin de l’hiver.

Source:   https://www.parisvox.info/2019/01 



ET AUSSI



Publié par Gaia - Dreuz le 12 janvier 2019 

Un procès rarissime s’est déroulé mardi devant le tribunal correctionnel de Grenoble, qui a vu comparaître le directeur d’une école musulmane d’Échirolles et, au titre de personne morale, l’association qui la gère.

Le directeur de l’école Philippe-Grenier, fondée en 2016 et accueillant 104 élèves dans ses locaux de la rue du 19-Mars-1962, est prévenu d’avoir tenté de se soustraire à un contrôle de l’Education nationale, l’école interdisant l’entrée des inspecteurs pendant environ une heure, le 4 décembre 2017.

L’association Unicité, qui gère cet établissement privé hors contrat accueillant des élèves de maternelle et de primaire, est quant à elle prévenue d’avoir “dispensé un enseignement non conforme à l’instruction obligatoire malgré mise en demeure”. 


Des carences très importantes sur l’enseignement du socle commun de compétences auxquels sont tenus tous les établissements, avaient en effet été constatées lors d’une première inspection. 

Appelée à témoigner à la barre, une inspectrice de l’éducation nationale responsable des contrôles dans cette école, a évoqué des résultats « catastrophiques ».

 « Nous soumettons toutes les écoles hors-contrat à ce type d’inspection, quelle que soit la religion enseignée. 

Mais jamais nous n’avions constaté un tel décalage dans l’acquisition du socle commun. 

Dans cette école, les enfants ne sont pas accompagnés dans ce qu’ils apprennent ; on ne leur apprend pas à acquérir un sens critique, à prendre de l’autonomie ». 

L’inspectrice a estimé qu’il en allait de la responsabilité des équipes de l’Éducation nationale de relever ces carences : « Ces enfants ont droit à une éducation qui leur permette de se développer ».

« C’est du lavage de cerveau » !

Communiqué par le recteur d’académie au procureur de la République, ce rapport a généré une procédure pénale qui amène donc l’association et le directeur devant le tribunal. 

Posément, d’une voix égale, celui-ci a longuement répondu aux questions de la présidente. 

Pour expliquer en substance, tout d’abord, que le but de l’établissement, qui dispense un enseignement religieux d’une dizaine d’heures par semaine (en plus des enseignements généraux), n’était pas de s’affranchir des règles républicaines. 

Il a souligné la création récente de l’école, a plaidé sa volonté de s’améliorer au fil du temps et mis en avant le manque de moyens et de subventions, et la difficulté de recruter des professeurs d’expérience.

Par la voix du procureur Olivier Nagabbo, le ministère public a rejeté l’hypothèse du manque d’expérience, ou de la seule incompétence, pour appeler un chat un chat : « C’est une école que l’on doit qualifier d’école salafiste.

 Les contrôles de l’Éducation nationale ont pour but de s’assurer des objectifs de la scolarité obligatoire : développer le corps et l’esprit des élèves, les élever vers une vie d’adulte autonome et enrichissante. 

Garantir les instruments fondamentaux du savoir. Mais il y a tellement de carences dans cette école…

 Les connaissances sont rabâchées, il n’y a pas de production orale et écrite, pas d’enseignement artistique, pas de travail de groupe, pas d’ouverture sur le monde, pas d’encouragement à développer l’esprit critique. 

C’est de l’obscurantisme, du lavage de cerveau. 

Cette école est nocive. » Il a requis une peine d’amende pour le directeur et l’école, et, surtout, a requis la fermeture définitive de l’établissement avec mise à exécution provisoire.

 

 

“Objectif d’excellence”

L’avocat de la défense, Me Michaël Bendavid, s’est insurgé contre ces réquisitions qui équivalent à la « guillotine pour l’école. 

On ne peut refuser d’aider financièrement cette association par des subventions et des contrats aidés pour ensuite lui reprocher son manque de moyens », a-t-il plaidé.

 Estimant que fermer cette école reviendrait à renvoyer un tiers des élèves chez eux, ce qui est paradoxal si l’on veut les aider à se développer, il a estimé que cette procédure était clairement le résultat d’une « volonté politique », et pointé de nombreux points juridiques irrecevables.

 En définitive, tout en plaidant la relaxe, il a prié le tribunal, en cas de condamnation, d’ajourner la peine, pour laisser une chance à l’école de continuer à progresser dans « l’objectif d’excellence qu’elle s’est fixé ». Jugement le 12 février.
Source : Ledauphine

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire