Google+ Badge

samedi 5 janvier 2019

GILETS JAUNES, LE POUVOIR CHERCHE-T-IL L' AFFRONTEMENT ?





  

Le Pouvoir cherche-t-il l’affrontement ?

Il y a de quoi s’inquiéter. Le Pouvoir, qui sait que toutes ses moindres déclarations sont étudiées au microscope, que tous ses mouvements sont scrutés, enchaîne les déclarations méprisantes, voire insultantes, à l’adresse des Gilets Jaunes.

Que l’on compte parmi les soutiens desdits Gilets ou non, qu’on considère leur mouvement comme intéressant ou non, qu’on se sente concerné ou non, on est forcément très étonné – et le mot est faible – devant l’attitude gouvernementale ces derniers jours. 

Depuis le Président qui profite des voeux à la nation pour insulter une partie du peuple, jusqu’au porte-parole du gouvernement qui en remet une couche, en passant par les arrestations sans motif, “préventives” (ce qui est est très compliqué à justifier juridiquement – on n’est pas dans Minority Report), beaucoup de signes belliqueux sont envoyés par ce qui ressemble de plus en plus à un gouvernement de pompiers pyromanes.


La vraie question est donc lancinante, pesante, effrayante aussi : le Pouvoir cherche-t-il l’affrontement ? 

Avons-nous à la tête de l’Etat des gamins mal dégrossis qui portent le menton en avant comme les Sharks et les Jets de West Side Story, avec le final que l’on sait ?

Bref, sommes-nous en danger ?

Que le Pouvoir n’ait encore rien compris au mouvement en cours, c’est une évidence. Mais qu’il pousse à la haine et à l’affrontement, c’est déjà plus inquiétant. 

Où tente-t-on de nous emmener ?


ET AUSSI

Selon Benjamin Griveaux, les gilets jaunes qui restent mobilisés « veulent l’insurrection »




Dans une intervention que les télévisions ont reprise à satiété, le porte-parole du gouvernement a dit tout haut ce qu’il pensait des Gilets Jaunes.

Selon Benjamin Griveaux, le mouvement des Gilets Jaunes est « devenu le fait d’agitateurs » voulant “renverser le gouvernement” . 

 Ces mots ont été prononcés à la sortie du conseil des ministres, à la veille de ce qu’on annonce déjà comme l’Acte VIII du mouvement. 

Ainsi selon lui, le mouvement a pris une tournure “insurrectionnelle”. “Depuis les annonces d’Emmanuel Macron, le mouvement dit des gilets jaunes est devenu pour ceux qui restent mobilisés un mouvement d’agitateurs qui veulent l’insurrection et renverser le gouvernement” , a-t-il lancé.


Pour preuve, selon lui : “Ceux qui appelaient à débattre ne veulent d’ailleurs pas participer au grand débat national.”

Après les déclarations d’Emmanuel Macron sur la “foule haineuse”, voici de nouveaux des propos qui ne risquent pas de calmer les esprits.

 Source et Publication:  https://lalettrepatriote.com


ET AUSSI



04 janvier 2019

LES CHIFFRES DE LA REPRESSION POLICIERE DE MACRON EN 2018 SUR LES GILETS JAUNES ... IL FAUT S'ATTENDRE A PIRE EN 2019 !

 

 

Répression policière sans précédent : Les chiffres officiels des personnes arrêtées et écrouées dans les rangs des Gilets Jaunes Français du jamais vu !

20181206121641_777503
Gilets jaunes : 216 personnes écrouées le premier mois de mobilisation
>Faits divers|Caroline Piquet (@caroline_piquet)|03 janvier 2019, 12h31|MAJ : 03 janvier 2019, 12h32|0

Pas moins de 4500 Gilets jaunes ont été placés en garde à vue entre le 17 novembre et le 17 décembre. AFP/Romain Lafabregue

Le ministère de la Justice a communiqué un premier bilan de la réponse pénale à la mobilisation des Gilets jaunes.

Pas moins de 4570 mesures de garde à vue ont été prononcées sur l’ensemble du territoire (1567 à Paris et 3003 en régions et dans les Outre-mer) en marge du mouvement des Gilets jaunes, pendant le premier mois de mobilisation - entre le 17 novembre et le 17 décembre - selon les chiffres de la Chancellerie consultés par le Parisien, et révélés par RTL.


Sur les 1567 personnes gardées à vues à Paris, 449 ont vu leur procédure classée sans suite, contre 374 sur 3003 en régions. 

Ce qui fait un total de 823 classements sans suite pour 4570 gardes à vue, toujours selon ce premier bilan du ministère de la Justice, établi sur la base des informations remontées par les parquets généraux.
Ds7SYNHWwAA1bao
216 personnes incarcérées en un mois


A Paris, elles ont été 214 à faire l’objet de comparutions immédiates, avec 26 mandats de dépôt selon le parquet de Paris, contre 483 en régions, avec 190 incarcérations. 

En tout, 216 personnes ont donc été incarcérées le premier mois du mouvement.


Toujours selon ce bilan, 738 personnes ont été convoquées devant un tribunal, dont 429 par citation directe. 

A Paris, ce chiffre chute à 78 convocations, dont 6 par citation directe. Quelque 226 personnes ont fait l’objet d’une procédure dite du plaider-coupable en régions, dont 36 avec défèrement, contre 20 à Paris, dont 12 avec défèrement. 

Enfin, 479 mesures alternatives (rappel à la loi, amende, stage de citoyenneté, etc.) ont été prises en régions, contre 623 dans la capitale.
1039164188
Source vet Posté par DIACONESCO_TV