jeudi 10 janvier 2019

ENTRE LE PEUPLE ET L' EXÉCUTIF LE LIEN EST ROMPU !

 
 
Publié par Sidney Touati le 9 janvier 2019

 

Le récent discours du premier ministre est des plus inquiétants. Il se fixe pourtant comme objectif louable de réprimer les casseurs afin de permettre aux français de faire usage de leur libre droit de manifester.

Il les appelle à participer au grand débat national pour trouver une issue à la crise dite des « gilets jaunes ».

Discours parfait en la forme qui mérite une bonne note à l’énarque qui l’a rédigé.

Mais discours inconsistant, pour ne pas dire vide.


Pourquoi? Tout simplement parce que ce gouvernement n’est plus crédible. 

Entre le peuple et l’équipe dirigeante, le lien de confiance est rompu.


Conséquence: ce que propose le premier ministre semble dérisoire et déconnecté des réalités du pays.

Il dit qu’il veut défendre l’ordre constitutionnel. 

Si tel était le cas, au lieu d’améliorer les grenades et les matraques des forces de l’ordre, il appellerait à une vaste mobilisation nationale pour reconquérir les « Territoires perdus de la République ». 

Ces zones de non-droit qui servent de bases arrière aux actions des terroristes islamistes, désespèrent les populations abandonnées par l’Etat à la violence des gangs. 

Pour le premier ministre, il n’y a qu’un seul problème en France: la bande de voyous qui s’agitent à la marge des manifestations des Gilets Jaunes.

La violation permanente de l’ordre constitutionnel que représentent les zones de non-droit, ne semble pas poser problème au premier ministre.

La colère des Gilets Jaunes n’est pas un banal mouvement d’humeur qu’une poignée d’euros et quelques coups de matraque peuvent régler.

Il est le symptôme d’un mal profond qui affecte le pays dans tous les domaines: emploi, sécurité, éducation, police, justice…rares sont ceux qui aujourd’hui n’ont pas de réels motifs d’être mécontents.

Le gouvernement peut faire arrêter, matraquer, incarcérer des milliers de personnes, comme il le fait depuis le début de la crise dont le bilan est déjà extrêmement lourd. 

Il ne changera rien au constat d’une France en faillite dont il endosse le costume du liquidateur.

La France est le grand perdant de l’Union européenne.


Tous les pays ont certes des motifs particuliers de se plaindre de la politique de Bruxelles. 

Les Français seuls réalisent qu’ils ont été sacrifiés pour que vive l’Europe. 

Ils ont été les dindons de la farce. Ils ont beaucoup perdu dans cette aventure.

 L’Union européenne s’est faite sur le sacrifice silencieux du peuple de France.

En cinquante années, l’Europe a tout boulversé.


La France est dévastée. En apparence tout est parfait. Mais derrière la façade tout est détruit. 

Le pays a subi un immense cambriolage. 

Le pouvoir d’achat des grandes masses a fondu. Le traumatisme est immense. 

Sur ces décombres, une caste ultra-minoritaire s’est bâtie des fortunes colossales, disposant de revenus et de pouvoirs exorbitants. 

La France est le pays d’Europe où les inégalités sont les plus fortes.

Le bilan est désastreux. E. Macron ne devrait-il pas dire, à l’instar de Lénine: « pour ce que nous avons fait à ce pays, nous méritons d’être pendus à des cordes de linges sales ».

Première puissance européenne en 1970, la France ne cesse depuis cette époque de tomber. 

Son puissant appareil industriel est laminé; elle ignorait le chômage et la pauvreté: elle compte quatre ou cinq millions de demandeurs d’emplois et 9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

Elle détient un sinistre record en matière de prélèvements obligatoires et d’endettement public. 

La classe ouvrière a été détruite. 

 Les classes moyennes sont paupérisées, exsangues. 

Les plus fortunés ont fui le pays pour échapper aux tirs croisés du trio infernal totalement irresponsable : médias/impôts/juges. Les députés ont continué à donner des pouvoirs immenses à Bercy. 
Le noeud coulant fiscal étouffe la société civile. 

Les citoyens sont les otages du fisc. Ils assistent impuissants au saccage de leur existence par l’Etat.

Le plus terrifiant est que chacun réalise que ce bilan catastrophique n’est qu’un commencement.

Le pire est à venir lorsque l’on constate avec effroi, que l’équipe au pouvoir pour faire face à cette crise sans précédent, propose d’améliorer les techniques répressives de maintien de l’ordre sur la voie publique. 
D’adopter une loi anti-casseurs! Comme si se focaliser sur un symptôme permettait de guérir le mal.

Moi ou le chaos est la stratégie du gouvernement.

Personne n’a dit au premier ministre que le chaos est déjà là? 

Que l’alternative qu’il propose aux Français est : Moi et ma politique ou Moi et ma politique ? Au besoin, pour conserver le pouvoir, organiser le chaos ?


Face aux aveugles et aux sourds qui conduisent le pays à la catastrophe, il faut un vaste sursaut national. 

Que toutes les forces attachées à la survie du peuple français et de la France, se rassemblent, s’unissent sans exclusive.

 Le président Macron doit prendre exemple sur le fondateur de la Veme République, il doit impérativement donner la parole au peuple. 

Le respect de la Constitution passe par là. Il n’y a pas d’autres sorties de crise possibles. 

Le choix de la répression à outrance est la pire et la plus coûteuse des options. Elle met la Patrie en danger.

E. Macron a privatisé la fonction présidentielle. Il croit être « propriétaire » du pouvoir. Il ignore que celui-ci tire sa légitimité de la volonté du peuple et qu’on ne peut gouverner contre lui.
 
Si la France tombe, l’Allemagne suivra, puis ça sera au tour de la Chine de plonger.

Le prochain coup de matraque mortel aura la résonance du coup de pistolet de Sarajevo en 1914. Macron joue avec des allumettes sur un baril de poudre. 

S’il continue, il entraînera le monde dans le chaos.


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire