Google+ Badge

jeudi 10 janvier 2019

CETTE CAGNOTTE QUI DONNE LA JAUNISSE AU GOUVERNEMENT

 TRIBUNE LIBRE !

La cagnotte pour Christophe Dettinger donne la jaunisse au gouvernement




Une cagnotte – parfaitement légale, aux dires de Leetchi – de près de 120.000 euros en moins de deux jours versés par 8.000 donateurs pour que Christophe Dettinger – accusé d’avoir frappé, vidéo à l’appui, le 5 janvier, des policiers lors de la manifestation des gilets jaunes – puisse assurer sa défense a déclenché, côté gouvernement, une salve de critiques… étonnamment bien sélectives.


Christophe Dettinger ? 

Un agent technique à la mairie de Massy (Essonne), ex-boxeur professionnel, un gilet jaune très en colère. 

Il explique.
« J’ai participé aux huit actes [des gilets jaunes]. J’ai fait toutes les manifestations des samedis sur Paris », dit-il. 
« J’ai vu la répression. J’ai vu la police nous gazer, la police faire mal à des gens avec des Flash-Ball®. J’ai vu des gens blessés […] 

La colère est montée en moi et oui, j’ai mal réagi. Mais je me suis défendu. »

Il est à bout, Christophe Dettinger. Parce que, depuis des années, ce « citoyen normal » qui parvient tout juste à boucler ses fins de mois en a marre de voir « tous ces Présidents, ces ministres, tout l’État se gaver qui ne montrent pas l’exemple » et parce que « c’est toujours nous les petits qui payons »

À bout parce que quand il entend « les gueux », les « sans-dents », « il se sent concerné » alors qu’il est « fier d’être français, ni d’extrême gauche ni d’extrême droite. 

Il aime [son] pays, [sa] patrie et parce que le dernier samedi, avec un ami et sa femme il s’est fait gazer, il a pété un câble. »

Combien de Christophe Dettinger, parmi les gilets jaunes dont la colère rentrée depuis tant d’années à force d’être pressurés, sont prêts à en découdre avec les forces de l’ordre ? 

Celles-là mêmes dont nous dénonçons souvent, sur ce site, les terribles conditions de travail quand, dans des quartiers, avec pompiers et ambulanciers, elles se font caillasser, frapper, tirer dessus par des « jeunes en difficulté sociale et financière » que grands médias et politiques s’empressent bien souvent d’excuser ?

Mais la députée LREM et présidente de la commission des Lois à l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, s’étrangle. 

« Cagnotte stupéfiante », elle se demande « quel exemple on donne aux citoyens, à nos enfants, quand on voit qu’une personne qui s’en prend avec une telle force aux forces de l’ordre est soutenue financièrement ». Elle est sidérée, dit-elle. 

Sidérant, en effet, de ne pas souhaiter une nouvelle commission d’enquête contre le sulfureux Benalla toujours en goguette alors qu’il était (ou est toujours, on ne sait pas) en possession de deux passeports diplomatiques…

Stupéfiant, surtout, de voir des blindés dans les manifestations gilets jaunes mais jamais aucun dans les centaines de zones de non-droit ! Et quel exemple, pour nos enfants, quand un étranger, violeur, est relâché…
Marlène Schiappa n’est pas en reste : elle encourage même à la délation puisqu’elle souhaite obtenir le nom des donateurs ! `La cagnotte pour Dettinger ? « Soutenir cela, c’est être complice de cet acte et c’est l’encourager. » 

 À notre connaissance, et sauf erreur de notre part, la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes ne s’est pas précipitée dans les studios médiatiques pour dénoncer la cagnotte en faveur de Tariq Ramadan, accusé de viols et alors en prison (en plus !), qui avait récolté 90.000 euros.

Alors, s’il y a lieu de s’offusquer et de condamner, ce n’est pas tant à l’encontre d’un homme qui s’est rendu, reconnaît ses torts et sera légalement jugé mais de constater, une fois de plus, le deux poids deux mesures que de plus en plus de Français ne supportent plus. 

Et si c’était la formidable solidarité nationale pour un Français qui rend si prompts à la vindicte ces membres du gouvernement ?

Par Caroline Artus

Ancien chef d'entreprise 


Source:   www.bvoltaire.fr



ET AUSSI   Tribune Libre !


Moi, je préfère le boxeur au commandant des Robocops…

Publié le 9 janvier 2019 - par
Moi, je préfère le boxeur au commandant des Robocops…


Vous l’avez bouffée jusqu’à satiété cette scène « de violence insoutenable » sur les chaînes de désinformation permanente, les classiques 1,2,3, bref, tout l’arsenal de Big Brother…


La noria des spécialistes autoproclamés, consultants du copinage, grassement rétribués avec VOTRE ARGENT,  vous a infligé la doxa du pouvoir, le prurit politiquement correct, et porté un nouveau coup bas au mouvement des Gilets jaunes qui refusent de rentrer dans le moule de leur biotope bobo, mondialiste, européaniste et consumériste.

Comment peut-on parvenir à ressasser ad nauseam, des journées entières les mêmes commentaires bidon sur une séquence d’images de moins d’une minute tout en casant toutes les 2 phrases le rituel « Sur …TV » comme si le téléspectateur pouvait ignorer l’émetteur d’un spectacle aussi débile.


La répétition, comme mantra politique, fait partie des techniques de lavage de cerveau les plus efficaces, surtout  accompagnée d’une séquence d’images associée aux paroles prononcées…


C’est la méthode employée par ces TV d’essence totalitaire, pour laver et formater les quelques neurones qui subsistent encore dans les cerveaux de leurs spectateurs habituels.


C’est la technique de KAA le serpent avec le jeune MOWGLY : regarde- moi dans les yeux et « AIE CONFIANCE » !

Et bien moi je n’ai pas confiance !

Quand je vois un policier caparaçonné, représentant la France, frapper de toutes ses forces, sans la moindre raison particulière de malheureux manifestants, surtout si le type est un gradé qui vient d’être décoré de la Légion d’honneur  (décoration la plus dévoyée au monde !) et même s’il enlève son casque pour pouvoir massacrer plus commodément des victimes qui n’esquissent pas le moindre geste de défense, non je n’ai pas confiance !

Je n’ai confiance  ni dans  ce zozo, ni dans ses qualités de gradé ni dans son équilibre mental nécessaires pour commander les forces de l’ordre.`

Et non seulement je n’ai pas confiance dans ce type, mais ça façon d’agir en tapant sans le moindre danger, et à bras raccourcis sur des faibles, il faut le dire, me débecte !

En creusant quelque peu on apprend qu’il est coutumier du fait et a déjà fait l’objet d’un avertissement pour égarements similaires, ce qui n’a empêché ni de le décorer, ni de l’envoyer au contact en première ligne, obligeant ses collègues à intervenir pour l’arracher au massacre de ses victimes…
Bravo Castaner !

Quelle image de la police donne-t-on  aux jeunes qui seraient tentés de s’y engager ?
Celle de grosses brutes décérébrées qui tapent lâchement, pour se défouler, sur de pauvres bougres dans l’incapacité  de se défendre ?

Magnifique spectacle : « Engagez vous, rengagez-vous, bienvenue aux psychopathes » !
Les haut-parleurs du pouvoir macronien se gardent bien de fustiger un tel comportement, qui, en d’autres temps, et contre d’autres manifestants (de gauche bien sûr) eût provoqué la réprobation unanime des mêmes!

Autres images : un type seul, nue tête, sans protection particulière, sans arme, n’hésite pas à aller au contact avec un flic casqué, caparaçonné et muni du traditionnel bouclier…

Et le type a le dessus, il cogne à coups de poings dans le bouclier du flic, le fait reculer et même trébucher et tomber sur le dos, ridicule tortue gigotante, engoncée dans sa carapace !

Nos chaînes de désinformation permanente ne trouvent pas de mots assez durs pour fustiger un tel comportement.

Et pourtant, me glisse Caramel, c’est autrement plus courageux de charger seul, tête nue, sans armes, un groupe de professionnels entraînés au look de Robocops, que, pour les mêmes Robocops, de s’acharner sur de pauvres gars sans défense à coups de matraque ou de poings gantés blindés…

Avec la bande des verbeux médiatisés, nous ne devons pas avoir les mêmes références morales concernant le courage, le Bien, le Mal…


À l’école, et plus tard dans ma jeunesse, dans la vie, sur les tatamis que j’ai un peu fréquentés, le code était le suivant :
Tu ne t’en prendras jamais aux femmes, aux êtres sans défense ou manifestement moins forts que toi, c’est de la lâcheté !
 –  S’en prendre à mieux équipé, ou à plus fort que soi peut être considéré, selon les circonstances, comme un acte de grand courage ou, parfois, d’inconscience !


Rien là d’extraordinaire,  il s’agissait d’un « Code de l’honneur » de l’Occident, issu de celui de la Chevalerie, « À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » ….

Mais posez aujourd’hui la question à ces bavasseurs médiatiques :
« Qu’est ce que l’honneur ? »….


Aucun de ceux-ci, qui se réfugient au sous-sol au moindre coup de tonnerre, n’en a la moindre idée.
L’honneur est passé de mode au profit des « valeurs républicaines de progrès » au nombre desquelles il ne figure pas !


Félix, inhabituellement silencieux, miaule pour requérir mon attention :
« Moi je sais, et quelque fois chat coûte cher !
L’an dernier j’ai pris la défense d’un jeune chat qui venait d’arriver dans le quartier et auquel s’en prenait lâchement un gros matou qui terrorise le voisinage félin.
Bon je me suis battu comme un beau diable… Mais j’ai eu droit à des soins vétérinaires et à trois semaines d’arrêt de vagabondage… Quelle raclée !
Mais l’autre n’était pas fringuant non plus, et il ne s’en est plus jamais pris au nouvel arrivant ! Pour moi c’est chat l’honneur, et c’est bien plus beau lorsque c’est inutile ! »


Caramel ne pipait pas, manifestant son approbation en hochant le chef…

Je posai la main doucement sur la tête de Félix :
« J’admire et j’apprécie ton courage, et, vois-tu, moi aussi, je préfère le boxeur qui s’en prend seul et à mains nues à une escouade de Robotcops, à ce commandant de Robocops sans conscience ni honneur, qui tape à bras raccourcis et sans courir le moindre risque, sur de pauvres types sans défense. 
Pour tout dire, je lui aurais volontiers servi un bon pain à la sauce karaté, pour lui rappeler le code de la chevalerie et lui apprendre à vivre dans l’honneur! »


ParPatrice Cirier

http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/09/moi-je-prefere-le-boxeur-au-commandant-des-robocops/