Google+ Badge

samedi 3 novembre 2018

AVEC MACRON, LA RÉPUBLIQUE MORIBONDE .......



Avec Macron, la vie d’un policier pèse moins que celle d’un délinquant

Publié le 2 novembre 2018 - par

Image associée
.
Symbole d’une République moribonde, littéralement abandonnée par Emmanuel Macron, les statistiques des violences contre les policiers explosent.
.
Le Figaro annonce 1 249 policiers blessés en mission au 1er trimestre 2018.
.
Les agressions contre les policiers et gendarmes sont légion, y compris en civil devant leur domicile.
.
On entend chez ces derniers l’éternel discours exaspéré, auquel le pouvoir et la justice restent désespérément sourds. 
Nos élus abandonnent à la haine des racailles de banlieue ceux qui sont chargés de notre protection.
.
« Plus personne ne craint les institutions.
 La peur ne changera pas de camp tant que va durer l’insupportable sentiment d’impunité dont jouissent les délinquants. 
Il est plus que temps que le débat sur la sanction soit mis sur le tapis », déclare un responsable syndical d’Alliance Police nationale.
.
Nos policiers sont écœurés, découragés, tant les relaxes sont devenues courantes, alors que les agressions et les menaces contre les forces de l’ordre sont quotidiennes.
.
Mais jusqu’où va aller cette démission coupable de l’État, ce même État et cette même justice qui frappent toujours plus sévèrement les patriotes et les identitaires qui se révoltent contre la chienlit généralisée ?
.
Les équipements de la police ont été renforcés, avec gilets pare-balles, casques, voitures blindées, etc.  
Mais c’est la réponse pénale qui fait défaut.
.
Macron avait promis la reconquête des quartiers, mais on assiste en réalité à une prolifération des mini-califats qui s’étendent dans nos banlieues abandonnées par la République.
.
Macron est plus obsédé par la montée du populisme et le risque de perdre les élections que par la sécurité des Français et les conditions de travail des policiers et gendarmes.
.
La mollesse des autorités est telle que les voyous usent maintenant de jets d’acide et de tirs de mortier pour attaquer les forces de l’ordre. 
Tuer ou blesser grièvement est leur objectif. 
Mais au moindre manifestant-assaillant blessé, les policiers passent aussitôt sur le gril de l’IGS.
.
La vie d’un policier ne pèse rien.
 Mais la moindre blessure d’un délinquant devient une affaire d’État et mobilise toute la presse et la sphère bien-pensante.
.
Chacun se souvient d’un Hollande complètement affolé, qui s’est précipité au chevet de Théo, pendant que les policiers grièvement brûlés dans leur voiture à Viry-Châtillon ont littéralement été snobés par le chef de l’État. 
Une ignominie qui restera une tache indélébile dans le pitoyable quinquennat de Hollande.
.
Comment un président a-t-il pu avoir un comportement aussi vil et aussi honteux ?
.
La « purge anti-flics » lancée sur les réseaux sociaux est un véritable appel au meurtre qui n’a rien d’une blague macabre.
.
60 villes ont connu des violences graves lors de la nuit d’Halloween.
.
Mais ce ne sont là que les prémices d’une insurrection généralisée, de la guerre territoriale qu’évoquait Gérard Collomb en quittant la place Beauvau.
.
Il ne peut y avoir d’amélioration de la situation dès lors que le courage et la volonté des autorités font défaut.
.
Refus de construire des prisons et d’appliquer le Code pénal. 
Refus de frapper les familles au portefeuille. 
Refus d’abaisser la majorité pénale à 16 ans ou même à 14 ans.
 Refus de stopper l’immigration responsable à 80 % de l’insécurité, selon les synthèses de la police. 
Refus de supprimer le droit du sol. 
Refus de supprimer la double nationalité.
.
Un seul mot d’ordre, le laisser-faire. 
Faire le dos rond, en espérant que l’explosion aura lieu le plus tard possible.
.
Dans ces conditions, il faudra attendre le chaos généralisé pour que l’Élysée se remue.
.
D’ici 5 ans, nous a dit Gérard Collomb, que visiblement personne ne prend au sérieux en haut lieu. 
Au contraire, on minimise, on étouffe, on enterre tout ce qui pourrait nuire à nos élus.
.
Alors, attendons la déflagration sans bouger puisque c’est le choix de l’Élysée. 
 Le réveil n’en sera, hélas, que plus violent.
.

Source:   Jacques Guillemain     https://ripostelaique.com