Google+ Badge

lundi 29 octobre 2018

BRÉSIL: JAIR BOLSONARO ÉLU PRÉSIDENT ! ENFIN, LE MONDE BOUGE !








 


Enfin un président national-libéral conservateur et sécuritaire à la tête d'un grand pays.

La pensée unique est en PLS.

Comment voir la victoire de Bolsonaro ? En deux points.


1- C’est une victoire communautaire des européens. Bolsonaro est d’origine italienne et portugaise.

Et la majorité des brésiliens sont européens.

En Amérique latine, les non européens votent généralement marxiste par nationalisme racial camouflé.

C’est aussi une revanche des chrétiens sur l’athéisme militant qui est déraciné et mauvais pour notre identité.


2- Le discours de droite intégral (réactionnaire + identitaire + nationaliste) marche. Il faut un bon chef et une bonne campagne.

Il ne faut rien céder à la gauche.

N’écoutez pas ceux qui disent qu’il faut accepter le féminisme, l’idéologie LGBT, l’avortement ou la laïcité pour vaincre.

Autant de concessions qui font plaisir à la gauche sans pour autant qu’elle nous accepte (ce qui serait cuck par excellence).


 ET AUSSI



Ces footballeurs brésiliens qui affichent leur soutien à Bolsonaro


 
Alors que le show-biz brésilien est vent debout contre Bolsonaro, comparé à Trump, les footballeurs brésiliens se démarquent en affichant massivement leur soutien pour lui.

Ronaldinho publie un post Instagram de soutien à Bolsonaro, portant un maillot floqué de son numéro 17, engendrant plus de deux millions de « likes » et plus de 100.000 commentaires. 

Felipe Melo, du Palmeiras, dédie son but inscrit face à Bahia « à Dieu, à sa famille et au futur président Bolsonaro », qu’il soutient sur les réseaux sociaux. 

Rivaldo, champion du monde, publie des messages pro-Bolsonaro : « Fier d’être Brésilien ! Quand je vois ces vidéos d’allégresse [de la foule avec Bolsonaro], cela me rappelle la fête quand nous avons gagné la Coupe du monde 2002. 

» Cafu, capitaine et double champion du Monde, a très tôt annoncé son soutien en vidéo : « Le capitaine du 5 fois champion Brésil votera pour Bolsonaro. »``


Parmi les stars engagées, il y a le très respecté gardien de but champion du monde 1994 Taffarel, les anciens comme Edmundo, Carlos Alberto Torres (FC Porto), Ederson (OL) et les joueurs actuels (le jeune Lucas Paquetá du Milan AC, Jádson et Rogers des Corinthians, les Brésiliens de l’OL Rafael, Marçal, Marcelo et sa femme). 

On trouve des stars d’autres sports : Wallace et Mauricio de Souza, de l’équipe de volley-ball du Brésil, qui l’ont dévoilé au moment d’être sacrés champions du monde face à la France, le basketteur de NBA Nenê Hilário, la star du futsal Falcao.

 Des stars d’autres sélections comme le Croate Luka Modrić, élu meilleur joueur FIFA cette année, ont liké des posts Instagram pro-Bolsonaro. 


Le soutien est si massif chez les sportifs que ce sont les anti-Bolsonaro que l’on compte sur les doigts d’une main, comme Juninho, installé à Los Angeles mais virulent critique de ceux qui ont choisi Bolsonaro. Cantona fulmine aussi. 


Ces soutiens dérangent en raison de l’aura mondiale de ces sportifs. Parce qu’ils sont adulés, ils malmènent le discours de diabolisation. 

Respectées car modèles de comportement, les stars les plus religieuses adoubent Bolsonaro, comme les très pieux Kaká (Ballon d’or 2007 et champion du monde 2002), 

Alisson Becker (gardien de Liverpool) et Lucas Moura (Tottenham, ex-PSG). Beaucoup de stars sont noires ou métisses, déconstruisant l’idée d’un candidat « raciste ». 


Contrairement aux dénis consistant à mépriser ces soutiens, les discours des sportifs sont construits et les arguments posés. 

Lucas Moura répond calmement à ses détracteurs sur Twitter : « Si [Bolsonaro] était vraiment raciste, il serait en prison. Vous l’accusez gratuitement sans argument. » « Vous voulez faire quoi, face aux bandits ? Il ne promeut pas la violence mais la justice et que les malfrats aient peur de la police. Mais si vous avez une meilleure solution… »


Comment expliquer cet enthousiasme ? Outre le besoin d’ordre et de sécurité dans un pays où la criminalité a explosé, c’est « parce qu’ils se reconnaissent dans les valeurs religieuses que stimule en permanence Bolsonaro. Dans le milieu du foot, ça a beaucoup d’importance », indique l’universitaire Anibal Chaim dans L’Équipe. Les joueurs sont attachés à leurs racines chrétiennes.



Les footballeurs sont en phase avec la population qui a apporté au candidat 46 % des suffrages au premier tour. Mais ces positions requièrent du courage. L’Équipe rapporte : « Quant à Lucas Moura, c’est sur Twitter qu’il a choisi son camp. Il s’est fait insulter, a perdu des followers, mais a assumé. » 

Lucas a été défendu sur Twitter par son compatriote Melo. 

Le statut d’ambassadeurs du Barça qu’avaient acquis Ronaldinho ou Rivaldo comme stars mondialement respectées est remis en cause. Wallace et Mauricio de Souza ont été sermonnés pour avoir affiché sur la photo de la victoire leur soutien à Bolsonaro.


Neymar et Gabriel Jesus, les attaquants de la Seleção, ont aimé sur Instagram un post de soutien à Bolsonaro d’Alan Patrick, milieu brésilien du Chakhtar Donetsk, qui résume en creux la déconnexion de la gauche : « Les vrais problèmes du Brésil : crise économique, chômage, violence, santé, éducation et corruption. Ce dont ils discutent lors de cette élection : idéologie de genre, machisme, racisme et féminisme. » 

Ces lubies progressistes repoussent les joueurs, aux sentiments chrétiens et pro-famille. 


L’exemple du Brésil montre que la gauche n’est plus le seul horizon d’attente ni le seul engagement que peuvent assumer les personnalités.



A LIRE AUSSI:   http://www.bvoltaire.fr/victoire-des-bleus-de-2018-la-revanche-sur-les-islamo-racailles/

Par Jeanne Didier     http://www.bvoltaire.fr





Diplômée de sciences politiques, passionnée de football

CASTANER C' EST : PAROLES,PAROLES, PAROLES ...... ( DALIDA )


   



 
 
Publié par Gaia - Dreuz le 29 octobre 2018 
 

Un texte qui circule sur les réseaux sociaux appelle à attaquer les forces de l’ordre « au mortier, feux d’artifice, pétards, pierres » à Corbeil-Essonnes.

La menace a été prise au sérieux. 

Depuis plusieurs jours, un appel à « la purge » visant les policiers circule sur les réseaux sociaux. 

Ce week-end, cette incitation à s’attaquer aux forces de l’ordre a gagné l’Essonne.

Sur la publication bourrée de fautes d’orthographe appelant à « la purge de Corbeil-Essonnes », les auteurs demandent « de s’habiller en noir, avec un masque si possible ». 

La suite du message est une description précise du mode opératoire : « toutes les armes sont autorisées, brûlez tout ce que vous voyez, les forces de l’ordre devront être attaquées au mortier, feux d’artifice, pétards, pierres ».

« Ce dimanche, le tournage d’un clip de rap a été stoppé dans le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes, rappelle le syndicat Unité SGP Police. 

Notre secrétaire général a immédiatement saisi le ministre de l’Intérieur pour qu’une plainte soit déposée à l’encontre des auteurs appelant à une véritable guérilla urbaine. »


Ce message, décliné dans différents lieux, « dépasse largement l’Essonne, précise le directeur départemental de la sécurité publique de l’Essonne, Jean-François Papineau. 

Nous recevons une grande vigilance sur l’ensemble du territoire relevant de la compétence de la Police nationale.
Ce dimanche soir, le quartier de La Nacelle à Corbeil-Essonnes s’est enflammé. 

Victimes d’un guet-apens, les fonctionnaires ont été caillassés. 

Des véhicules de police ont été détériorés et trois voitures du quartier ont brûlé. 

« Nous dénonçons une fois de plus ces violences gratuites qui visent les effectifs », souligne le syndicat Alliance.

Source : Leparisien

 


ET AUSSI


Politique politicienne… 


Quand Castaner joue au ministre de l’intérieur.

Prise de fonction exige et actualité oblige, le nouveau ministre de l’intérieur, quoique doublé pour les questions de sécurité par son Secrétaire d’État, Laurent Nuñez, aura, tout au long de la semaine écoulée, tenu l'affiche médiatique en feignant, comme le firent tous ses prédécesseurs, de se fixer trois priorités : la lutte contre les « bandes », la sécurité à l’école, la « maîtrise » de l’immigration.



Mise en œuvre d'un « plan d'action » contre les bandes. 



Autrement dit, nouvelle version d'un précédent schéma datant de 2010, lui-même héritier de celui de 2003, afin de permettre de dessiner « une cartographie cage d'escalier par cage d'escalier, mètre carré par mètre carré (on croirait du colonel Godard à Alger en 1956… 
Hélas, ce ne sera pas le cas…), pour donner les moyens de suivi, de contrôle, de sanction », un « référent » en charge du suivi des bandes devant, par ailleurs, être nommé dans tous les commissariats. 

De mâles déclarations qui ne sont pas sans rappeler le nettoyage au Karcher de Nicolas Sarkozy et son plan de Gagny en 2008 censé en finir avec les bandes, ou les engagements virils de Manuel Valls en 2014 à Marseille : « pas de bandes organisées, pas de cités interdites, pas de zones de zones de non-droit ». 


De la stérilité de la parole en temps de guerre contre la racaille. Les « rixes » mortelles qui se multiplient (Paris, Sarcelles, Villejuif, Marseille, Rouen…) et ne sont en fait que des batailles tribales, ne sont pas près de disparaître. 


Éradiquer les « bandes » exigerait, en effet, des moyens accrus pour la police qu'aucun gouvernement en ces temps de disette budgétaire n'est prêt à consentir, une volonté politique et judiciaire que le Système réprouve, la fin de l'immigration et son inversion que la bien-pensance bannit et un réarmement moral que la désagrégation de la société interdit.
 


La sécurité à l’école. Là encore, paroles, promesses et rodomontades. L’omerta, en partie levée après l'affaire de ce professeur braqué par un élève à Créteil, ne dissimulait que très mal la situation dramatique de milliers d’établissements où règne la racaille qui y fait la loi et sème la terreur. 


Dénoncer, comme l'ont fait certains, les chefs d’établissements qui ne signalent pas les actes de délinquance et les exactions pour ne pas voir leur magistère sanctionné par leurs académies est trop facile.


 Même si les enseignants longtemps compréhensifs envers la racaille, tant par inclinaison pavlovienne a la « tolérance » que par formation et appartenance syndicale, ont leurs parts de responsabilité, la charge causale première incombe essentiellement aux gouvernements de droite comme de gauche qui ont laissé faire. 

Vouloir, par un effet de balancier à contretemps, installer à demeure des policiers dans les couloirs scolaires comme l’envisagent de concert les ministres de l’Intérieur et de l'Éducation, relève de la mauvaise plaisanterie. 


L'école n'est pas isolée du reste de la société et c'est, en vérité, la France tout entière qui est « braquée ». 

Dans ces conditions, le plan Castaner/Blanquer pour l’école sera, là encore, suivi d’autant d'effets que celui de Sarkozy qui, en 2009 voulait « sanctuariser l'école » ou de celui de Valls en 2016.


« Maîtriser l'immigration est une nécessité » (Castaner mardi dernier à Grande-Synthe pour la énième évacuation du site). Rappelons les chiffres.


Ce sont désormais 250 000 immigrés « légaux » qui entrent chaque année en France où ils pourront, par la suite, faire venir, au titre du regroupement familial, leurs familles étendues depuis l’année dernière aux frères et sœurs. 

À ce chiffre s'ajoutent les clandestins (l'immigration illégale drainerait plus de 300 000 personnes chaque année selon un récent rapport sénatorial) et les quelque 120 000 demandeurs d'asile (100 000 en 2017 en hausse de 15 %) prévus en 2018 et 2019. 


Pour l'heure, les trois quarts des illégaux qui entrent en France ont la certitude de pouvoir y rester et, selon un rapport impartial de la Cour des comptes, la quasi-totalité des déboutés du droit d'asile sera maintenue sur le territoire national.
 


À Grande-Synthe, Christophe Castaner a affiché sa fermeté et sa détermination, tout comme l'avaient fait avant lui Nicolas Sarkozy à Sangatte et Manuel Valls à Calais. 

Des « paroles verbales » qui ne peuvent aller que là où les emporteront les vents d’automne. Racailles, écoles-coupe-gorges, immigration-submersion… Chevènement, Sarkozy, Valls, Cazeneuve, Castaner, tous ont dit leur détermination. 

Tous ont parlé. Aucun n'a fait. Aucun ne fera.
 


Les solutions ne seront mises en œuvre qu’à la seule condition que soit renversé le Système et que parvienne aux responsabilités du pouvoir la Droite nationale. 

Autrement dit, la course contre la montre est engagée.





LA LETTRE ARGUMENTAIRE DU PDF


directeur de publication : Jean-François Touzé
argumentaire@parti-de-la-france.fr

28 octobre 2018

LES DÉPENSES GOURMANDES DE L' AUDIOVISUEL FRANÇAIS !


Médiathèque fantôme, note de frais délirantes... le C.E. de France TV et Radio France dézingué par la Cour des Comptes

Médiathèque fantôme, note de frais délirantes... le C.E. de France TV et Radio France dézingué par la Cour des Comptes
AFP

Les magistrats de la rue Cambon tirent la sonnette d'alarme. 

Le comité d'entreprise des deux institutions de l'audiovisuel français dépense trop.


Dans un prérapport confidentiel révélé par le JDD, la Cour des comptes alerte France TV et Radio France sur leurs dépenses de fonctionnement. 

En cause, un comité d'entreprise commun aux deux médias jugé trop gourmand. 

Malgré un budget de 20 millions d'euros l'an passé, le CI ORTF n'est géré que par un trésorier et une secrétaire. 

La Cour des comptes a recommandé “la nomination d'un directeur général” pour rationaliser les dépenses. 


Les 50 permanents touchent plus de 3.800 euros par mois. 

Le comité d'entreprise est également prié d'effectuer un contrôle plus strict des notes de frais. 

Un ancien trésorier, domicilié dans le Var de 2010 à 2014, a touché plus de 50.000 euros de remboursement de frais de déplacement alors qu'il logeait à Paris. 


>>> À lire aussi : Les grosses dépenses de fonctionnement de la commission du film


Les travaux et aménagements du parc immobilier du comité d'entreprise sont aussi mis en cause par la Cour des comptes. 

Le coût lié à la construction d'une piscine a totalement explosé. 

L'entreprise espagnole chargée des travaux, avait émis un premier devis à 250.000 euros.

Le bien a finalement été livré au prix de... 993.000 euros.

L'entretien des neuf centres de vacances du comité d'entreprise n'est pas donné, alors que seulement 17% des salariés bénéficient de ces installations durant leurs vacances.

  Enfin, la Cour recommande au CI ORTF de fermer sa médiathèque, qui lui coûte 200.000 euros à l'année pour seulement sept emprunts de livres par jour. 


Source et Publication:    https://www.capital.fr/economie-politique 

 

 

SOROS ET MACRON MÊME COMBAT CONTRE LES NATIONS !




 


 

Soros et Macron même combat, même phobie des nations ?




Les voyages de Macron semblent le plonger dans une étrange exaltation, comme si le personnage se libérait de ses instincts profonds hors du regard de ses électeurs.

Souvenons-nous des prétendus « crimes contre l’humanité » français en Algérie, des pas de danse au Nigeria, des gesticulations lors de la finale de Coupe du monde de football, des selfies entre de beaux torses bronzés dans la lointaine Saint-Martin.    J’en oublie sûrement.


À Bratislava, devant le chef de l’État slovaque, Macron s’est livré à une stupéfiante critique du gouvernement hongrois. 

Gageons que les médias français, aux ordres, vont vite glisser sur ses propos afin de protéger leur protégé.


Il répondait à une question sur le départ de l’université d’Europe centrale fondée par le milliardaire George Soros, richissime agitateur mondialiste pour le moins controversé. 

Cette université sera peut-être contrainte par le gouvernement de Viktor Orbán de quitter la Hongrie. 


Macron a donc assené, avec son aplomb habituel : « Ce à quoi nous assistons est grave. » « Je me battrai partout où on veut faire reculer la place de la Justice, la capacité des journalistes à travailler librement, la place des universités, ce qui nous fait Européens. » 


Merci pour les non-Européens, soit dit en passant ! 

Et d’insister lourdement : « Nous allons voir comment tout faire pour que le peuple hongrois ait accès au savoir de qualité et qu’on ne puisse pas chasser des enseignants. » 

Et, se croyant sans doute fin politique : « Mais je distingue les dirigeants des peuples. »


Une anthologie d’ingérence, d’arrogance, de suffisance et de mauvaise foi.


Une université cofondée et financée par le milliardaire prétendu philanthrope Soros peut-elle être considérée comme autre chose qu’un outil de propagande ? 

À l’origine, l’objectif des fondateurs est de « favoriser l’émergence d’une élite centre-européenne favorable à la démocratie libérale et à la coopération inter-régionale »

Anglophone et gérée à l’américaine, son enseignement ressemble beaucoup à Sciences Po en France. 

Les étudiants y sont subventionnés par une dotation de Soros.

 On n’y découvre que des enseignements à caractère politico-économique, aucun enseignement scientifique, médical ou technique.


Il existe sept autres universités en Hongrie.


En déduire donc que le peuple hongrois n’a pas accès à « un savoir de qualité » devrait plutôt s’écrire qu’il n’a plus accès à cette « propagande de qualité ». 


Et, d’ailleurs, pourquoi ce fichu peuple, malgré les super-élites qui furent formées depuis 1991 dans cette université, a-t-il plébiscité Viktor Orbán ? 

En poursuivant ce « raisonnement », ne faudrait-il pas ôter son droit de vote au peuple hongrois et le remplacer par un avis de la Commission européenne qui nommerait les dirigeants hongrois ?


Macron et Soros même combat et même phobie des nations ?


 
Par Jean-Charles Mignard
Ancien haut fonctionnaire

Source:    http://www.bvoltaire.fr/soros-et-macron 


ET AUSSI


L’ABBÉ PAGÈS ACCUSE MACRON D’ISLAMISER LA FRANCE
(L’Imprécateur)

 


Invité le 12.09.18 en Ukraine à la 4ème session de travail, de l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe), l’abbé Guy Pagès (1), qui fut longtemps missionnaire en milieu islamique à Djibouti, s’en est pris directement à Emmanuel Macron qu’il accuse d’hypocrisie et de lâcheté dans sa façon de protéger les mosquées et les centres culturel islamiques où la charia est enseignée et de favoriser la progression de l’islam en France en voulant, en accord avec la franc-maçonnerie, son enracinement par la création d’un « islam de France ».

Son argumentation est parfaitement logique et s’appuie sur le Coran.

Le discours de l’abbé Pagès

« Permettez-moi d’évoquer un problème qui n’est pas très politiquement correct, celui posé dans l’Union Européenne par la présence de l’islam, lequel s’identifie à la pratique de la charia, présentée comme étant la loi divine elle-même, tout le contraire donc d’une loi construite par la raison humaine, que l’on espère guidée à la lumière de la loi divine. 

C’est pourquoi la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme), en 2003, dans l’affaire Refah Partisi, a déclaré la conception islamique de la société incompatible avec les principes de base de la démocratie et les valeurs de la Convention européenne des droits de l’homme

La CEDH a également refusé la solution du système multi-juridique, la coexistence de plusieurs législations, qui attribue des compétences juridiques aux tribunaux de la charia (existe en Angleterre). En effet celle-ci sépare les personnes en pures et impures, et supprime le rôle de l’État comme garant des droits et libertés de tous les citoyens. L’islam n’est pas tant une religion qu’une loi, autant civile que religieuse, ignorant la distinction des domaines politique et religieux.

 C’est ainsi que l’islam est un projet politique totalitaire.
 
Je pose donc la question : Comment l’Union Européenne et nombre de ses États membres peuvent-ils favoriser l’implantation de l’islam sur leur sol par la construction de mosquées et de centres islamiques où la charia est enseignée ?

L’hypocrisie de l’idéologie suicidaire de l’Union Européenne se donne à voir dans le projet du président Macron de bâtir un islam de France

En effet, non seulement la Constitution française interdit à l’État de s’occuper de religion, mais pour trois raisons au moins ce projet est voué à l’échec :
1) La loi d’Allah ne change pas (Coran 33.62 ; 35.43 ; 48.23) ;
2) Allah interdit aux musulmans de se soumettre jamais à des non-musulmans (Coran 3.73,114 ; 4.144 ; 5.51,60 ; 9.71 ; 47.38) ;
3) L’appartenance à la nation islamique transcende toute autre appartenance (Coran 2.143 ; 3.110). 

 
C’est dire que ce projet n’a finalement pas d’autre raison d’être que d’enraciner un peu plus l’islam en France, en lui donnant la légitimité et la respectabilité qu’il ne saurait avoir autrement, le tout aux frais du contribuable. 

Parole de franc-maçon




L’idéologie maçonnique condamne les autorités politiques à répéter le discours autoréférentiel de l’islam, à sanctionner toute critique raisonnable de l’islam, au motif du vivre ensemble et de la lutte contre l’islamophobie, bref, à devenir les idiots utiles de l’islamisation de l’Europe.

L’Europe a-t-elle vraiment intérêt à abandonner Jésus-Christ pour choisir Barabbas 
(3) ?

Monsieur le Modérateur, serait-il possible que le BIDDH (Bureau des  Institutions Démocratiques et des Droits de l’Homme) (2), mandaté pour aider les États participants de l’OSCE à assurer le plein respect des droits de l’homme et des libertés … rappelle aux États européens la nécessité de réformer leur législation en fonction du jugement de la CEDH reconnaissant l’incompatibilité de la charia et des Droits de l’homme ?

L’hypocrisie et la lâcheté ne préparent pas des lendemains qui chantent, mais des lendemains qui pleurent ».

 

L’affirmation selon laquelle l’islam serait compatible avec les valeurs occidentales et les autres religions repose sur le mythe propagé autrefois par Jack Lang trafiquant l’histoire d’Al Andalus. 

Il y aurait eu en Espagne une cohabitation harmonieuse, égalitaire et amicale des trois religions monothéistes, islamique, chrétienne et juive, prétendent Jacques Lang et la gauche.

La vérité est que l’islam a conquis l’Espagne (excepté les franges nord et ouest) par une grande violence et imposé la « dhima » aux chrétiens et aux juifs.

La dhima, qui fait les dhimis, est un impôt lourd, la djizia, imposé aux seuls chrétiens et juifs (tolérés parce que « peuples du Livre »), interdiction d’accès aux postes élevés de la fonction publique (sauf dérogations), de détenir des armes, de regarder et d’épouser une musulmane, de pratiquer ostensiblement sa religion, de construire des édifices religieux, de pratiquer certains métiers, d’accepter que de nombreux jeunes hommes et jeunes femmes soient emmenés en esclavage dans les pays où la charia est la loi.

Andalus (qui s’étendait aux provinces voisines de l’Andalousie actuelle) connut de nombreuses révoltes toutes réprimées dans le sang.

Il fallut sept siècles aux Espagnols pour chasser l’islam et il en fallut dix aux Européens, qui eux non plus ne supportaient plus la violence de l’islam, pour le chasser de l’Europe du Sud (en France de la Provence).


L’Imprécateur 28/10/2018


1: L’abbé Guy Pagès fait partie de ces prêtres sans ministère (car il est bien connu que la France compte beaucoup trop de prêtres !) qui finissent par trouver seuls un apostolat. Ce dernier a choisi internet, où il diffuse des vidéos sur la foi catholique mais aussi sur le Coran et l’islam. 

Site Islam et Vérité. Il embarrasse l’évêché de Paris, car ses vidéos ont du succès et remettent en cause la ligne irénique de l’Eglise qui pense qu’il est possible le lier une alliance avec l’islam en mettant la foi chrétienne en veilleuse. Mais aussi les autorités françaises. En février 2016, des policiers ont débarqué chez son hébergeur et ont fait main basse sur le serveur où se trouvait le site de Guy Pagès (méthode également utilisée pour tenter de faire taire Minurne). Une bonne raison pour cela, le bon abbé incitait paraît-il au terrorisme en publiant des vidéos de crimes commis par l’Etat Islamique au nom de l’islam pour illustrer la violence intrinsèque de l’islam.

2: le BIDDH est une institution autonome, créée par l’OSCE, dont la mission est d’aider les Etats européens à intégrer les Droits de l’Homme dans leurs institutions

3: Barabbas était un meurtrier condamné à mort. Ponce Pilate pensait Jésus innocent mais avait obligation de libérer un condamné à mort à chaque fête. Il proposa à la foule de choisir entre Jésus ou Barabbas, la foule choisit Barabbas.




BREST / PONTANÉZEN : LA BRETAGNE D' ORANGE MÉCANIQUE !

Brest. À Pontanézen, un mineur braque une arme sur le directeur du centre social

Le centre social de Pontanézen, à Brest, a été le théâtre d’un nouvel acte d’insécurité

Un phénomène devenu monnaie courante dans ce quartier très sensible et à forte population extra-européenne.

Des mineurs à Pontanézen 

La scène s’est déroulée le jeudi 25 octobre aux alentours de 16 h. 

Le centre social du quartier multiethnique de Pontanézen a alors vu arriver un groupe d’une dizaine de jeunes âgés pour l’essentiel de 13 à 14 ans et accompagnés de trois autres mineurs un peu plus vieux. 

La bande se rendait sur les lieux afin d’y regarder un film mais la situation a vite dérapée.


Le groupe étant visiblement venu à ce centre social pour davantage perturber la séance que pour visionner le film en question, les adolescents ont alors commencé à empiler des chaises au milieu de la pièce. 

Bien entendu, les injonctions du personnel du centre n’ont pas suffi à permettre un retour à l’ordre dans la salle. 

C’est même à ce moment-là que l’un des plus âgés de la bande (17 ans) a sorti une arme de poing et a braqué le directeur du centre social de Pontanézen.

De Pontanézen à Jean Jaurès

Ce dernier a gardé son calme face à la menace de l’arme qu’il a jugé factice.

 Le braqueur s’est alors enfui tandis que le directeur du centre connaissait son identité. 

Ne restait plus ensuite à la police brestoise qu’à retrouver l’individu signalé.

Ce sera chose faite vers 19 h lorsque ce jeune déjà très connu des services de police sera interpellé rue Jean Jaurès. 

Au cours de la garde à vue qui s’en suivra, il reconnaîtra les faits en indiquant que l’arme avec laquelle il avait agi était fausse et qu’il n’en était pas le propriétaire. 

Quant aux motivations qui l’ont conduit à pointer cette arme sur le directeur, l’homme de 17 ans a plaidé l’amusement…


Par ailleurs, ce garçon de Pontanézen a déjà un casier judiciaire bien fourni puisqu’il possède une vingtaine de faits à son actif, dont des vols.
 
 Il a été présenté au parquet vendredi 26 octobre puis placé en détention.
 
 Avant de recommencer un cycle similaire dans quelques temps ?
Crédit photo : Wikimedia Commons (CC BY-SA 4.0/Kevin B) (photo d’illustration) [cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine


 

IMMIGRATION: L' ENSAUVAGEMENT DE NOS BANLIEUES ! JUSTE UN CONSTAT !

 

 

Mères musulmanes, jamais vous n’aurez ma compassion !

Publié le 28 octobre 2018 - par



« Aidez-nous à sauver nos enfants ! », supplie-t-elle. Elle a quarante-cinq ans, elle est musulmane, elle porte le foulard règlementaire, et elle habite à Saint-Denis, cité Floréal. 

Elle a fabriqué un petit cercueil et organisé une marche pour protester contre l’assassinat d’un adolescent de seize ans, tué par balles le mois dernier ; et, en tant que « maman », elle « exprime, dans Le Parisien, sa lassitude et ses craintes face à la violence entre jeunes dans sa ville » – en français moins conventionnel : elle pleurniche, tournée vers les bons couillons de petits Blancs, sur le sort de ces adolescents que les gens comme elle n’ont rien fait pour empêcher de devenir des sauvages, quand ils ne les ont pas poussés à le devenir.


Madame, c’est vous, les blédardes comme vous, et leurs familles, c’est vous en tant que communauté refusant la France de tout son être, c’est vous qui êtes à l’origine de ces crimes, c’est vous qui avez pavé l’enfer que vous nous faites subir, c’est vous qui avez créé, et voulu, cette France horrible où nous sommes, que nous ne reconnaissons plus, c’est vous qui avez fait de ce pays ce que vous faites des immeubles que vous saccagez, des cages d’escalier où vous pissez, des ascenseurs où vous écrivez nike la polisse – alors ne venez pas nous demander de nous lamenter sur le sort des vôtres.


Avant les vôtres, la France, ce n’était pas ça. 

Ce n’était pas ces voitures klaxonneuses, ces cris et ces youyous à chaque mariage, ni ces scooters pétaradant sous les fenêtres au milieu de la nuit, ni ces voitures brûlées par milliers tous les ans, ni ces saccages à chaque match, à chaque ramadan, à chaque remuement de policiers, ce n’était pas des guerres de gangs entre caïds de kortier. 

Avant vous, on ne crachait pas par terre, on ne vivait pas dans le langage ordurier permanent, on ne pointait pas des armes sur des professeurs, on n’organisait pas des viols collectifs dans les caves. Avant vous, on n’avait jamais lapidé de pompiers ni de médecins, ni reçu de coups de couteau pour une cigarette ou un regard, ni détroussé des blessés ou des cadavres.


La France vous a tout donné : elle soigne vos dents, elle sponsorise vos berceaux, elle multi-subventionne vos clubs de boxe, elle a même essayé de vous apprendre à lire et à écrire. 

Qu’est-ce que vous avez fait de tout ça ? Tout ce que vous avez appris à vos enfants, c’est à baragouiner c’i nous qu’on a kanstruit la Fronce – alors qu’ils peineraient à charger une agrafeuse.

Alors, marchez tant que vous voudrez avec votre cercueil en carton arrosé de sanglots d’alligators : jamais vous n’aurez ma compassion – jamais

Je la garde pour ceux que les vôtres ont assassinés, ces petits Blancs que vous appelez au secours aujourd’hui, et sur lesquels vous n’avez jamais versé une larme. 

Vous en avez fabriqué des petits cercueils, vous en avez organisé des marches, quand vos sauvages poignardaient au hasard un petit Blanc dans la rue ? 

On vous a vue, avec votre foulard sur la tête, pleurer sur nos morts, ceux que vos petits innocents violent et tuent ? 

lors n’espérez pas m’émouvoir avec le sort de jeunes crapules qui terrorisent les villes, et saccagent tout à la moindre contrariété, à la moindre joie, puisque chez les dégénérés que vous avez fait naître, plaisir et déplaisir se confondent dans le saccage. 

Vos morts, je m’en contre-cogne les bollocks : ils n’auront pas ma compassion – réjouissez-vous déjà qu’ils n’aient pas ma haine.


Source:     Bruno Lafourcade

 

ET AUSSI

 Dans les banlieues, il y a 40 bandes africaines prêtes à s’entretuer par racisme 

Publié le 28 octobre 2018 - par

Le 3 octobre 2018, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb donnait sa démission sans raison apparente… et en disant entre autres : « Je suis allé dans les quartiers : la situation est très dégradée et le terme de reconquête républicaine prend dans ces quartiers tout son sens. 

Aujourd’hui c’est plutôt la loi du plus fort qui s’impose, celle des narcotrafiquants et des islamistes radicaux et qui a pris la place de la République. 

Il faut à nouveau assurer la sécurité dans ces quartiers […] 

Dans la périphérie parisienne on ne peut plus continuer à travailler commune par commune, il faut une vision d’ensemble pour recréer de la mixité sociale parce qu’aujourd’hui on vit côte à côte et je crains que demain on ne vive face à face. 

Nous sommes en face de problèmes immenses. L’immigration doit être accueillie de façon adéquate, sinon la situation deviendra ingérable.»


Voir sur :
https://www.youtube.com/watch?v=sSdz5-pvSG4


Le 19 octobre 2018, Charlotte d’Ornellas était l’invitée de Bistro Libertés voir sur https://www.tvlibertes.com/2018/10/19/26323/bistro-libertes-journaliste-charlotte-dornellas


Dans toutes les choses intéressantes qui ont été dites, j’ai été frappée par ces quelques bouts de phrase :
« Dans les banlieues, il y a 40 bandes africaines prêtes à s’entretuer par racisme (machette, barres de fer, couteaux… ben oui, comme en Afrique…) »


On constate un ensauvagement dans les banlieues à cause de l’immigration.

Parmi les causes profondes de l’ensauvagement, il y a : l’immigration massive et la décivilisation.

La décivilisation : c’est quand un peuple ne sait plus faire la différence entre le Bien et le Mal ; cela provoque un ensauvagement, par exemple quand des pédophiles reçoivent des peines dérisoires ou quand un enfant de 12 ans est massacré à la barre de fer.

Actuellement, c’est un mort par semaine à coups de couteau.

Collomb dit ce que l’on dénonce depuis 20-30 ans comme dans le film « Sleepy hollow » : quand le héros dit qu’il vient de voir un cavalier sans tête, tout le monde lui répond « mais c’est ça qu’on s’évertue à vous dire… »


Ça fait 20 ou 30 ans qu’on parle de partition et de guerre civile.

Ces mœurs barbares, c’est la France multiraciale.

Un policier a confié : « C’est fini : ils sont impuissants. »

 Le gouvernement ne peut plus agir parce que « ils sont pris dans des carcans idéologiques, ils achètent la paix sociale, il y a trop de gens qui vivent de la délinquance. »

Faut-il libéraliser le cannabis ? Yannick Noah répond : « Libéraliser le cannabis, c’est l’explosion dans les banlieues. »

 La libéralisation du cannabis provoquerait le bouleversement du système des trafics, ce serait trop grave, il y aurait trop de sang dans les rues.


Xavier Raufer a écrit un article sur le site Atlantico dans lequel il explique pourquoi Collomb a démissionné : « la situation est telle qu’il était totalement impuissant et absolument pas soutenu par Macron. »

Le reconnaître, c’est reconnaître que l’immigration a augmenté la délinquance, que le laxisme de l’éducation a fait qu’aujourd’hui on n’a plus la notion du Bien et du Mal, c’est reconnaître 50 ans de logiciel faux.

Ils ne peuvent pas reconnaître l’erreur, donc ils ne font rien et après eux le déluge…

Quand on est un État fort, on peut protéger le peuple qui ne doit pas se protéger lui-même mais quand on est un État faible, ce qui est le cas, alors il faut dire aux citoyens qu’on ne peut pas les protéger.

Collomb travaille dans le sud de la France sur des « guérillas armées » qui vont se multiplier, donc on doit dire aux Français « on ne pourra pas vous aider » et si on ne peut pas vous aider il faut que vous vous aidiez vous-mêmes et donc il y a une conséquence obligatoire : c’est que si tout le monde a des armes, il faut que ceux qui sont honnêtes en aient aussi et qu’ils aient la possibilité de se défendre.

Israël est capable de se protéger et donne à ses militaires, aux vigiles, aux agents de sécurité les moyens de se protéger.

On va donner des armes aux policiers et aux vigiles et il faut laisser aux chasseurs leurs fusils pour qu’ils puissent se protéger de tout.

On désarme psychologiquement les Français, on les a désarmés moralement, psychologiquement et physiquement on les laisse à poil tout en disant qu’il n’y aura pas d’armée ni de police, il n’ y aura rien, on ne pourra rien faire.


Laurent Obertone dans « La France interdite » écrit : « attendez-vous à encore plus de délinquance, d’ultra-violence, à de nombreuses émeutes partout sur le territoire. 

Peu à peu, tous les standards du pays vont s’effondrer, les forces de l’ordre seront dépassées, notre pays sera débordé par ses fractions communautaires. 

Ce qui nous attend à court terme, c’est soit la guerre civile, soit la partition irrémédiable de notre pays.


Ça fait 20 ans que dans le rap on prône le meurtre, le viol et tout brûler.


Cela n’est pas une métaphore, c’est la réalité. »


Ajoutez-y :
L’ONU vient dire à la France comment elle doit gérer le problème de la burqa, cela signifie une ingérence étrangère intolérable.

La Suisse est à la veille d’une votation qui menace sa souveraineté : quelle loi prime ? Les lois internationales ou les lois nationales ? 
Cela signifie « voulez-vous rester maîtres chez vous ou bien voulez-vous que des étrangers soient maîtres chez vous ? »


Les Suisses vont-ils se laisser dépouiller de leur démocratie directe ?

Les Suisses vont-ils renoncer au fait que le Peuple soit souverain ?

La Suisse est constamment attaquée par l’Union européenne qui veut désarmer aussi les citoyens suisses comme elle l’a fait avec la loi Onkelinx en Belgique.

Les Suisses vont-ils renoncer à leurs armes et à leur armée de milice qui signifie que chaque citoyen est soldat ?

En 2012, l’armée suisse a tenu les manœuvres «Stabilo Due» avec l’hypothèse de graves désordres sociaux dans les pays limitrophes…


Ce que je viens de vous rapporter du dernier Bistro Libertés, ça m’a tout l’air de parler non seulement de « désordres sociaux graves » mais aussi de « guérilla armée ».

À la même époque, le journal Le Matin avait republié la liste de survie…


Question : l’aveuglement des idéologies est-il la peur de regarder la réalité en face ?

Comme disait l’alpiniste belge Claudio Barbier : la peur n’évite pas le danger…

On peut y ajouter que la peur de regarder la réalité en face met en danger aussi ceux qui se battent depuis des années et pas uniquement pour eux-mêmes.

Ce qui est révoltant, c’est que quand le grand chambardement explosera, il y aura encore des effrontés qui oseront dire « je ne savais pas. »


Source:   Anne Lauwaert      https://ripostelaique.com/


lire:

LA LETTRE ARGUMENTAIRE DU PDF, : LE BILLET DE FRANCK TIMMERMANS !




   
 


Le billet de Franck Timmermans

La gauche, ses bonbons, vieilles lunes et vieilles peaux de loups



Notre Pays souffre d’une indigestion de Lois. 


La prochaine sera peut-être à l’initiative d’une députée La Rem contre « la glottophobie », pour sanctionner la moquerie des accents dont Mélenchon se serait rendu coupable, on croit rêver.


 Mais il y a aussi d’autres « Lois », certaines liées à des coutumes, d’autres à des adages (loi de Murphy etc), ou à des règles sociologiques, mathématiques ou économiques (Loi de Moore etc). 

Nous souffrons surtout des Lois liberticides et comme s’il n’y en avait pas assez, on invente des concepts autoproclamés « Lois », gravés dans le marbre des Lumières, pour garrotter davantage l’expression. 

La fameuse Loi de Godwin a ainsi établi que plus une conversation (sociétale ou politique) durait, plus la probabilité d’arriver à une évocation d’Hitler ou du nazisme devenait très forte. On pouvait donc penser au début à une disposition préventive pour limiter le sujet ou pour empêcher tout dérapage. Que nenni, le cadre est largement dépassé puisque, prenant au mot Herbert Marcuse (« 


Pour une tolérance émancipatrice, il faut être intolérant contre les mouvements de droite et tolérant pour ceux de gauche »), la demande est devenue plus importante, les jeunes d’aujourd’hui étant considérés par la politologue April Kelly-Woessner comme beaucoup moins tolérants qu’hier sur le plan politique. 

De la sorte, la pseudo Loi de Godwin devient un prétexte pour clore arbitrairement tout débat qui tourne à l’avantage d’arguments de droite : 
Dans des conversations avec des bobos, les limites définies par Godwin deviennent rapidement caduques, des sujets deviennent tabou, des accusations fusent, le bobo en difficulté trouve en Godwin l’anathème, l’esquive, l’argument de légitimation qui manquait à son discours, et s’érige en Juge du politiquement correct, garant du Pacte républicain, prompt à brandir en toute occasion le glaive nurembergeois !

 Pour museler l’adversaire, il convient désormais rituellement de hurler au fascisme. 

Généralement, le compétiteur de droite se dégonfle, honteux ou ébahi d’avoir enfreint un tel code de déontologie sociétale, culpabilisé par l’opprobre générale que manifestent les témoins ou autres convives, et quasi acculé à l’autocritique. Godwin, le triomphe de Mao ! 

C’est ainsi que l’imposture se perpétue car il n’y a rien de nouveau sous le soleil de Satan quand il s’agit de diaboliser la moindre manifestation droitière, nous en savons quelque chose. 

À Marcuse il faut ajouter BHL, Hessel, et les Moix, Caron, Besancenot, Gauchet, et presque tous les médias. 

Godwin est un sauf-conduit qui permet la fermeture de tout débat utile à des gauchos en difficulté. 

Ce faisant, le Godwin institutionnalise à sa façon Hitler pour sauver un système par essence lui aussi liberticide, ce qui ne manque pas de sel ! 

Mais Godwin repose aussi sur une autre imposture, celle-ci rhétorique car son astuce dialectique n’est autre qu’un syllogisme de basse facture. 

Il revient en effet au raisonnement suivant, par exemple sur les migrants :
« Les immigrés (A) ont été persécutés par les Nazis (B),
 

Or vous, la droite (C), êtes hostile à l’immigration (A), au brassage et au vivre-ensemble,
 


Donc, vous, la droite (C), vous reprenez les thèses Nazies (B) ».
 


Ce qui codifierait la fameuse Loi selon le processus AB + CA = CB ! On va rigoler !
 


L’accusation est habituelle et consiste depuis des décennies à rendre intouchable le sujet de l’immigration. 

En Angleterre, des stars comme Bowie ou Clapton ont été contraints de faire repentance et de condamner Enoch Powell pour les mêmes raisons. 

Ad nauseam : « votre nationalisme est un creuset réducteur – or Hitler a conceptualisé la race pure en déifiant la nation – donc votre raisonnement aboutit à reproduire les horreurs de l’hitlérisme, etc… »
Ionesco et Montaigne ont en leurs temps ridiculisé l’imposture de l’argumentation par syllogisme pour son simplisme dangereux. 


Vous pourrez en faire autant avec vos bobos et bonobos locaux en retournant contre eux leur mécanisme sectaire :
« Un nouvel espace vital vous paraît indispensable aux migrants ; (AB)
 

Or, c’est Hitler qui a théorisé le premier l’espace vital comme légitime pour un peuple ; (CA)
 

Donc c’est Hitler qui inspire les migrants !!! » (CB) Voilà de quoi mettre de l’ambiance…
 


Il y a aussi la caricature de leur système généralisateur, leur façon impayable d’amalgamer ;
« La cause animale est bien défendue par les Végans ;
 

Or Hitler était végétarien, voulait une Allemagne végétarienne et aimait les animaux ;
 

Donc Hitler fut le premier des Végans ! ». Autre variante de syllogisme à offrir au dessert :
« Godwin met obsessionnellement à toutes les sauces le National-socialisme :
 

Or, c’est la Gauche totalitaire qui diffuse la pensée de Godwin ;
 

C’est donc la Gauche totalitaire qui entretient le souvenir du führer pour 1 000 ans ! ».
 


La Rédaction décline toute responsabilité quant à la fin du repas dont la convivialité doit rester un but ! 
Mais à l’heure où la société civile s’extrémise et s’éparpille dans toutes sortes de communautarismes, il est bon de rappeler à tous nos thuriféraires de ne jamais avoir peur, de ne jamais avoir honte et de dénoncer, fut-ce par l’humour, toutes les tuniques empoisonnées de Nessus que l’ennemi de la France cherchera à nous faire endosser.


Source:   LA LETTRE ARGUMENTAIRE DU PDF

directeur de publication : Jean-François Touzé
argumentaire@parti-de-la-france.fr

28 octobre 2018



dimanche 28 octobre 2018

UNE LETTRE OUVERTE À LA JEUNESSE DE FRANCE !

Roger Holeindre1

Voici le nouveau communiqué de Roger Holeindre


Mes amis,
Notre pays est en danger de mort car nous sommes “menés” par des sectaires et des idéologues prêts à tout pour être réélus, et gouvernés par des mondialistes apatrides inféodés à la haute finance. 

Notre “Président” de la République, devant le résultat de plus en plus calamiteux des sondages s’accroche au pouvoir et à ses avantages, tel un bigorneau à son rocher. 


La simple honnêteté voudrait qu’il parte… Mais il préfère magouiller… tricher… mentir… pour revenir dans les palais nationaux 

Pour cela, il n’hésite pas à dépenser des millions d’euros… de nos impôts… pour placer… 

récompenser… acheter… ou fidéliser ses amis de la “gauche” soi-disant prolétarienne… qui, en fait, méprisent le peuple… qu’ils accusent de faire du populisme…. Dorénavant du “trumpisme” (Sic).

 Ils s’alignent ainsi sur M. Jospin qui n’hésita pas, à son époque, à traiter les anti-socialistes de “populace”. 

Ce même Jospin d’ailleurs, avec Chirac… décréta que… « l’Europe ne devait pas devenir un club chrétien » (Sic). 


Tout ce que le peuple de France reproche à nos dirigeants et à leurs maîtres mondialistes est pourtant malheureusement VRAI et PROUVÉ ! 


M. Valls, se prenant pour “Benito” mais jouant le “républicain espagnol” (alors que sa famille était dans l’autre camp)… n’a pas hésité, le 23 janvier 2015, à déclarer à des étudiants… « Les jeunes Français doivent s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats » (Sic). — 

Cela ne l’a pas empêché… de laisser, durant des mois, Mme Taubira refuser d’interner des “terroristes” repérés et fichés. de laisser plusieurs de ses ministres déclarer que… « A la différence de l’Islam… le catholicisme est incompatible avec la République. » 

Après les 129 morts et les 350 blessés du 13 novembre 2015… puis les 84 morts et 200 blessés du 14 juillet 2016… plus l’innommable assassinat d’un vieux serviteur de Dieu dans son église de la France profonde… il a cru nécessaire de déclarer au Journal du Dimanche que… certes… il redoute le terrorisme, mais surtout la guerre civile suscitée par l’extrême droite. (On croit rêver !) 


Il faut quand même un sacré culot pour oser déclarer des choses aussi ineptes, et voir dans la colère qui monte en France… un quelconque complot de droite ! 

Il est vrai qu’un de ses sous ordres policiers, le sieur Patrick Calvar, patron de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), n’a pas hésité, lui, à expliquer longuement aux membres de la Commission de la Défense de l’Assemblée nationale… qu’il existait un danger encore plus grand, une menace « presque invisible » (Sic) « La menace fomentée par l’ultra droite. » Il a terminé son exposé par cette phrase… « Vous aurez une confrontation entre l’ultra droite et le monde musulman. Pas les islamistes… mais bien… le monde musulman ». 

C’est avec ce genre de déclaration que ces messieurs du pouvoir pensent se maintenir en place… et y revenir. Cela s’appelle de la haute trahison.

Avec la complicité de toute la presse “faisandée” et soutenue financièrement… ils accusent, en proférant des mensonges éhontés, les alertes pathétiques de ceux qui préviennent nos concitoyens… que le changement de peuple est en cours. 

Ils cachent qu’une note confidentielle nous apprend que… « 95 députés socialistes ont déposé un projet de loi donnant aux Algériens nés en France ou en Algérie avant 1963 (avant l’indépendance) la citoyenneté française sur simple demande. » 


Alors, jeunes de mon pays, faites attention. 

Ecoutez vos anciens qui ont toujours tout donné pour la patrie… Ces hommes sont dangereux ; ne vous laissez pas abuser… manipuler.

 C’est par les urnes… quoi qu’ils fassent… que nous les chasserons ! 

Ne tombez pas dans leur piège grossier, mais réel. Méfiez-vous de leurs provocations flicardes.


La situation dramatique que vit notre nation a été voulue, organisée, financée… par cette mafia internationaliste qui s’appuie sur le mensonge et la falsification de notre histoire, grâce à l’accaparement des médias. Restez propre dans votre cœur et dans votre tête… 


N’oubliez pas que vous vivez sur une terre chrétienne, hier fille aînée de l’Eglise… Vous êtes en majorité catholiques… Soyez en fiers ! 

La France est le pays le moins raciste du monde, mais vous avez le droit, et surtout le devoir, de rester… catholiques et français toujours… et tous ceux qui viennent d’ailleurs, disposant chez nous de toutes les libertés et de tous les avantages sociaux, doivent respecter nos lois, nos coutumes. 


Oui, méfiez-vous des provocateurs ! 

Soyez respectables pour être respectés, afin que VIVE LA FRANCE ! 


Roger HOLEINDRE
Président du Cercle National des Combattants