Google+ Badge

vendredi 9 mars 2018

INFORMATION, DÉSINFORMATION, FACKE NEWS ET LIBERTÉ D' EXPRESSION ???


Ce régime prépare une offensive de grande ampleur contre notre liberté d’informer

Publié le 8 mars 2018 - par


Les choses vont vite, très vite.
 En voici une preuve formelle qu’aucune censure ne saurait masquer. 

Examinons la séquence qui va conduire la France au premier rang mondial pour la production de muselières.


Etape 1 : Un journal sous perfusion en soins palliatifs donne le ton, façon « opinions libres ».
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/03/06/haine-sur-internet-le-plaidoyer-d-associations-pour-muscler-la-loi-francaise_5266424_4408996.htm
( La perfusion en question. Massive…)


« En même temps », le Pouvoir lance une attaque depuis un point d’appui tactique important. 
Au dîner du Crif, Macron promet de renforcer la lutte contre la haine sur Internet. Le Monde + le Président, c’est du lourd. 
Question : la haine, certes, c’est vilain, mais la haine de qui envers qui, au juste ?

Étape 2 : très bientôt, le projet de loi contre les « fake news », annoncé à la presse, va être présenté aux députés, et voté probablement. Responsabilisation des hébergeurs, et le juge pourra en 48 heures fermer un site ou faire virer l’article.


Étape 3 : l’endoctrinement des enfants est depuis toujours un objectif vital pour les étrangleurs de libertés. L’offensive idéologique va se poursuivre dans nos écoles, opération lavage de cerveau, avec la complicité des associations, du Monde et de l’AFP. Les gosses apprendront à lire, à écrire, à compter plus tard ! Noter encore, au rang des vassaux convoqués sur le champ de bataille, la présence de ce journal dont le fondateur doit pour de bon se retourner dans sa tombe.


C’est donc une offensive généralisée contre une liberté chèrement acquise, une attaque de grande envergure dont nous n’assistons qu’au déclenchement, dans le contexte où un journaliste israélien annonce que la France est le premier objectif des soldats du Califat. 
« En même temps », Macron veut vider les prisons (Étape 4), mettant encore davantage en danger les non-protégés, qu’il livre aux islamo-racailles et au gauchistes affidés.
 Le travail d’intérêt général n’est certes pas une mauvaise idée mais comment le contrôler quand Justice et Police se détestent et s’affrontent, quand manquent les gens et les moyens, quand le pays gémit sous l’insupportable pression fiscale et quand les zones de non-droit se transforment l’une après l’autres en secteurs « gris », demain en zones dûment libanisées ? Partition !


Oui, nos libertés sont en danger et notre civilisation avec elles. La réaction de peuples entiers, en Europe, en est là aussi une preuve formelle. 
Si nos gouvernants, qui en vérité visent en priorité la ré-information coupable de lucidité, possédent un soupçon d’honnêteté intellectuelle (rêvons un peu malgré tout), ils désigneront dès maintenant leur adversaire principal, pour ne pas dire unique : l’islam et ses discours multiples, l’islam et sa stratégie de conquête, l’islam avec ses vitrines légales et ses bras armés, l’islam intolérant aux autres et vecteur du seul authentique antisémitisme d’aujourd’hui, l’islam déferlant en ordre de bataille depuis des années par les torrents migratoires, l’islam cernant désormais le cloaque où l’on nous noie, l’islam contre qui ils feraient bien, ces gouvernants, de fédérer les énergies citoyennes émiettées, éparpillées comme à plaisir dans leurs manœuvres de diversion aussi vaines que dangereuses.

Jean Sobieski   https://ripostelaique.com

ET AUSSI



8 mars 2018


Des journalistes du Monde et de l’AFP chargés de la rééducation médiatique dans les collèges et les lycées


De Caroline Parmentier dans Présent :
"Dans la droite ligne du projet de chasse aux « fake news » d’Emmanuel Macron, le ministre de la Culture Françoise Nyssen veut maintenant apprendre aux élèves à les repérer et à s’en détourner.  

Ce sont des journalistes du Monde et de l’AFP qui vont être chargés de cette formation dans les collèges et les lycées…
[...] Le ministre de la Culture qui double le budget, de trois millions à six millions, (quand il s’agit de lutter contre la « fachosphère », il y a de l’argent) a annoncé un plan en trois volets : « une amplification sans précédent de l’action des associations et de l’engagement des journalistes qui font cette sensibilisation dans les écoles.

Un déploiement au sein des bibliothèques médiathèques. 
Et la création d’une plate-forme commune des sociétés de l’audiovisuel public pour le décryptage de l’information et l’éducation aux médias ». 
Françoise Nyssen a cité les ateliers

Entre les lignes, composés de plus d’une centaine de journalistes du Monde et de l’AFP « qui forment les jeunes à se repérer dans l’offre médias, à susciter l’esprit critique, à lutter contre la désinformation, à devenir des citoyens éclairés ».
On n’en doute pas une seconde ! [...]