Google+ Badge

vendredi 2 mars 2018

BASTON ENTRE ANTIFAS ! ( EMMANUEL GOLDSTEIN )




Baston entre antifas : Yannis Youlountas balance un scud contre ses petits camarades

Publié le 1 mars 2018 - par
Anarleaks. Querelles de chapelles, règlements de comptes et autres descentes à la mitrailleuses : les antifas en particulier et les gauchistes en général adorent se trouver mutuellement des défauts, surtout lorsqu’ils sont protégés par un relatif anonymat derrière un clavier. 

Ainsi, l’un d’eux – qui se glorifie d’avoir fait échec à la mission Defend Europe (C-Star) en Crète  l’été dernier – bref, d’avoir fait le jeu de l’invasion migratoire et des réseaux mafieux de passeurs, balance un vrai donneur de leçons et faux héros prolétaire.

Il s’appelle Yannis Youlountas et est basé en France près de Marseille ainsi qu’à Héraklion (Crète).

 Il est aussi l’auteur d’un long texte contre « une poignée d’antifascistes virtuels qui ne s’agitent que sur le web usent et abusent de nos procédés à des fins qui s’éloignent complètement de nos objectifs. 

Ces personnes, qui reconnaissent passer l’essentiel de leurs vies devant leurs écrans, poussent à son paroxysme l’épluchage des propos et publications d’autrui dans le but de rechercher et d’établir des liens idéologiques et sociaux entre des personnes ».

Celui qui est visé dans sa diatribe se cache derrière le pseudonyme Errico Malatesta et le collectif des Enragés – qu’il semble être seul à gérer ou presque. 

« Beaucoup ont eu affaire à lui, un jour ou l’autre : à sa verve docte et hautaine ; à ses néologismes politiques délirants qui rappellent beaucoup ceux de Soral ; à ses copiés-collés compulsifs en commentaires (souvent 30 ou même 40 commentaires à la suite) ; à son attitude parfois menaçante dès le moindre désaccord ; à sa propension à fouiller durant des heures tout votre passé pour trouver quelques différences avec votre positionnement actuel ; à son intolérance viscérale ».

Suit une longue liste de ceux qu’il a attaqués : presque toutes les mouvances et mouvements de l’extrême-gauche actifs en France (et il y en a !) : 
Alternative Libertaire, la Fédération anarchiste, Rennes libertaire, la CNT, les éditions libertaires, Paris-Luttes Infos, le MILI, les appelistes, SUD (et les autres syndicats, CGT en tête), les éditions le Passager clandestin, La Horde, le groupe antifa Lyon et environs, le milieu antifa parisien, le NPA, Attac, la lutte anti-TAFTA, la décroissance, les éditions La Fabrique, la ZAD du Testet (et les autres ZAD), les vegans, les déboulonneurs [de panneaux publicitaires], Siné, Rebellyon, la lutte contre le consumérisme, l’autogestion, Blocus Paris… et plusieurs films ou maisons d’édition du milieu. 

Et sur son mur, bien d’autres…

En réalité, le faux anarchiste italien «  s’appelle J. C. et a 47 ans. Il habite dans une petite ville du sud de la France et n’a quasiment jamais participé aux luttes locales. On ne le voit nulle part et pour cause : il passe sa vie entre sa tablette et son ordinateur. Il se déplace très peu aux manifestations à Pau ou Toulouse. 
Il n’a fait que passer en voyeur sur une ZAD, un jour de juin 2015. Bref, il lutte exclusivement sur Internet et principalement contre nous ».

Dans une dénonciation à suivre, on en apprend plus encore, l’intéressé ayant nié : « son prénom commence par Jul. et son nom par Cap. Je m’arrête là. Il est né en 1970 ». 

 Son parcours militant commence à la CNT de Pau, ajoute un autre militant d’ultra-gauche. Puis une dernière lettre nous apprend qu’il s’appelle Julien.

L’une des insultes favorites de Julien Cap, donc, serait de traiter les autres de « bourgeois déclassés », voire de « businessman » comme pour Youlountas, accusé de faire du fric sur le militantisme anar. 
Il se trouve en effet qu’il y a de nombreux petits-bourgeois, voire fils et filles de notables, dans les noyaux durs des luttes d’extrême-gauche, ces mouvements « collectifs » qui se résument finalement à la lutte de quelques uns pour un avenir politique, à gauche voire à gauche de la gauche, manipulant les militants de base à leur seul profit.

Pendant leur lutte, ceux-ci profitent de l’impunité et du statut social gagné (ou acquis) par leurs parents, qu’ils soient – selon les profils – élus locaux (souvent socialistes, communistes ou de partis satellites divers, comme l’UDB, EELV, le Parti de Gauche), syndicalistes (Sud-Solidaires, CGT, Attac etc.), journalistes (de l’audiovisuel public de préférence), proviseurs (dans le public encore) qui pratiquent le laxisme total dans leurs lycées etc.

 Chez les « totonomes » (autonomes), de nombreux casseurs sont issus des classes sociales moyennes ou supérieures, certains sont étudiants des grandes écoles, d’autres en philosophie, amateurs de communiqués inintelligibles et élitistes élaborés à trente… et de coups de matraque contre des policiers ou dans des pharmacies.

Il se trouve que J.C est lui-même un bourgeois déclassé : « il a été commerçant à son compte pendant quinze ans, avec un magasin de gadgets abrutissants, avant de faire faillite il y a trois ans (il était également féru et collectionneur de bagnoles). Depuis, il galère ». 

On apprend par la suite que « son commerce de 1999 à 2014 était un magasin de jeux vidéos, mais je ne dis pas le nom et la ville » et que « son pseudo, avant qu’il n’emprunte le nom de Malatesta en 2014 [était] Gaston2Foix ». 

Arrivé sur le forum Hardware le 15 novembre 2004, il a depuis supprimé son profil – très prolifique – mais reste traçable
On le trouve aussi sur Old Droppers, un forum de passionnés de Volkswagen anciennes, où il a été actif de 2006 à fin 2008 et répond au prénom de Julien.

Il accuse aussi ses adversaires d’avoir voté – un bon anar ne vote jamais, il s’oppose même aux élections, comme l’a fait l’extrême-gauche en 2017 (Poutou, Arthaud et les groupes divers qui appelaient leurs proches à ne pas voter), retirant à Melenchon les 650.000 voix dont il manquait pour accéder au second tour – et se faisant donc l’allié objectif de Macron et du FN. 

Belle clairvoyance politique en effet. Bref, le JC a soutenu : « — Jean-Pierre Chevènement au premier tour en 2002. Ségolène Royal au premier tour en 2007. Jean-Luc Mélenchon au premier tour en 2012 ». Tout aussi clairvoyant que les anars de 2017, chapeau.

Bourgeois déclassé et ex-militant de gauche, J.C alias Malatesta n’a aussi pas hésité à dénoncer certains de ses adversaires – ça passe particulièrement mal, puisque les anarchistes militants, bien que souvent fichés, essaient de se planquer par tous les moyens sur le web (usage de proxys, Tor, pseudos, mails jetables) et dans la vie courante (changement de numéros de téléphone, présence limitée sur les réseaux sociaux, pas de photos – quitte à casser la gueule aux caméras et aux journalistes puisque les images peuvent être visionnées par la police) afin de continuer à casser et à détruire en toute impunité.


Yannis relève deux cas récents : « en novembre 2015, J. C. alias Errico Malatesta est allé encore plus loin en publiant carrément une photo montrant la fille d’un camarade qu’il accusait d’abord d’antisémitisme puis d’être une taupe infiltrée ». 

Réactions assurées de l’intéressée et de son groupe militant. Et un plus récent encore : « le 5 février 2017, le petit inquisiteur s’est attaqué violemment à une jeune zadiste de 22 ans. Selon son habitude insupportable, il a notamment préjugé qu’elle était chrétienne et réactionnaire parce que… d’origine polonaise ! ». 
Et l’a traitée de bourgeoise au passage.

 Or, ladite zadiste, d’origines polono-espagnoles, « vit très modestement de petits boulots saisonniers et de récup’ alimentaire ».


Certaines des citations dudit J.C alias Malatesta trahissent une appartenance idéologique qui est tout, sauf d’extrême-gauche. Ainsi, il s’adresse ainsi à un contradicteur : « tu es fonctionnaire et tu possèdes donc beaucoup de temps libre. Tu ne dois pas travailler beaucoup plus de 18 heures par semaine »

Macroniste avant l’heure (on est en 2010) ? 

Ou plus à droite : « la France, premier pays fliqué d’Europe ? C’est faux. L’Espagne est devant nous. France, second pays le plus vaste d’Europe. Pays à l’habitat éclaté. 

Pays le plus visité au monde. France, lumière des peuples » (toujours 2010). Sans oublier le magnifique : « les anars votent pour la bière ». 

Et la délation.



Emmanuel Goldstein    https://ripostelaique.com/baston-entre-antifas-