Google+ Badge

vendredi 7 juillet 2017

QUAND LES PATRIOTES RESTENT SUR LEUR FAIM......

Emmanuelle Ménard chez Bourdin : la fréquentabilité à tout prix ?

Publié le 6 juillet 2017 - par
 

La députée Emmanuelle Ménard (apparentée FN) était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin ce lundi sur BFM TV et RMC. Une première pour cette nouvelle élue de 48 ans, journaliste de profession et épouse de Robert Ménard.

Pour de nombreux patriotes, cette interview a été source d’incompréhension, voire de déception. Non pas sur la forme, car Mme Ménard a eu des propos dignes, un ton posé et même un sourire sincère qui fait hélas souvent défaut dans notre camp. 
En outre, elle a adroitement évité les pièges rhétoriques du journaliste. Le problème se situe sur le fond des propos.
http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/emmanuelle-menard-face-a-jean-jacques-bourdin-en-direct-960787.html

C’est le cœur lourd que je me suis résolu à écrire ce papier. 

Étant aussi contributeur régulier sur le site Boulevard Voltaire (dont Mme Ménard était rédactrice en chef jusqu’à son élection) j’ai eu le plaisir d’échanger fréquemment avec elle et d’être sollicité par elle pour couvrir des évènements de grande importance, ce, malgré mon jeune âge et le fait que je ne sois pas un journaliste professionnel. 
Une grande dame, donc, qui a toute ma reconnaissance. Aussi, le but du présent article n’est pas d’attaquer cette femme de conviction dont le patriotisme sincère est indiscutable. 

Il s’agit simplement d’exprimer les divergences (saines et normales dans tout débat politique) et l’étonnement que peuvent susciter les idées exprimées dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin.

Dès les premières réponses, Emmanuelle Ménard a donné l’image de quelqu’un qui veut à tout prix montrer un visage fréquentable et républicain. 

Ainsi, lorsque Bourdin lui demande ce qu’elle pense des députés de la France Insoumise qui ont décidé de bouder le discours du président devant le Congrès, elle répond : « c’est dommage qu’ils n’y aillent pas, la moindre des choses est d’écouter ce que le Président a à nus dire« …

L’élue a malgré tout critiqué Macron pour ses ordonnances et son refus du traditionnel entretien du 14 juillet : « il est nécessaire de se prêter aux questions des journalistes« , déclare-t-elle, et d’ajouter : « les contre-pouvoirs sont nécessaires, et les médias en font partie« … 
Car, après tout : « nous sommes tous républicains« .

 Loin, très loin, du « nationalisme intégral » et du « pays réel » que vantait un autre journaliste au début du siècle précédent.


Mais c’est sur les questions de société et d’immigration que l’incompréhension est totale chez les téléspectateurs patriotes, dont votre serviteur.

Après un panégyrique de Simone Veil, la députée affirme en effet qu’elle a « toute sa place » au Panthéon.
 Les élus FN de Bourgogne (qui ont quitté la salle du conseil régional avant la minute de silence) sont ainsi critiqués par l’élue, en des termes mesurés néanmoins. « C’est honteux non? » demande le prude Bourdin courroucé. « Oui, c’est dommage« , répond l’élue, « je ne l’aurais pas fait« . De quoi rassurer le journaliste : « Ah, j’espère bien que vous ne l’auriez pas fait!« , s’exclame-t-il en exultant. Emmanuelle Ménard se dit également « favorable » au remboursement intégral de l’IVG.

Sur la question de l’immigration, l’argumentaire est libéral : la problématique semble purement économique pour Emmanuelle Ménard, qui néglige l’aspect civilisationnel… 

Rien d’étonnant : après tout Mme Ménard ne se situe-t-elle pas sur une ligne sudiste « national-libérale »? L’économisme et l’utilitarisme des libéraux finissent toujours par déteindre sur le sentiment national et l’appartenance qui s’en retrouvent amoindris. Ainsi, selon elle: « Si on pouvait accueillir dignement, on pourrait continuer« . 

S’il faut stopper l’accueil des migrants, la raison est « qu’on ne peut les accueillir dignement« . 

Au journaliste goguenard qui demande si on ne peut pas ou si on ne veut pas, l’élue répond : « Ce serait terrible si on ne voulait pas« . 

Le pauvre Bourdin qui guettait quelque déclaration musclée reste sur sa faim, les patriotes aussi.


On notera enfin le souhait d’Emmanuelle Ménard de former une alliance avec l’aile droite des Républicains. « C’est ce que je m’efforce de faire du matin au soir« , clame la députée de l’Hérault, qui y voit « l’évolution nécessaire du FN : reconstruire une droite de convictions« . 

 Cette droite devrait se faire selon elle avec des gens comme Ciotti, Mariani ou Wauquiez. 

Elle place donc le nationalisme à droite, aux côtés des libéraux et de la bourgeoisie au détriment des classes populaires, négligeant que tout ce qui est national est inévitablement social. 

Le souverainisme en prend aussi pour son grade : « L’euro, je n’ai jamais été contre » confie Emmanuelle Ménard, avant de conclure : « La ligne Philippot n’est pas la mienne, vous l’aurez compris« . Effectivement.


Si Emmanuelle Ménard voulait se « fréquentabiliser », c’est peine perdue. 
La presse a passé sous silence ses déclarations consensuelles pour mieux brocarder ses propos les plus polémiques. 
Sur les nombreux sujets traités, seuls deux ont retenu l’attention des médias: l’opposition à la PMA (qualifiée de « dérive » et de « précurseur de la GPA » par la députée) et son « dérapage » (sic) sur l’homoparentalité. 
Emmanuelle Ménard a en effet affirmé qu’un enfant élevé par un couple de même sexe aurait « plus de difficultés » dans son accomplissement émotionnel et psychologique. Car « le père et la mère n’ont pas le même rôle dans l’éducation de l’enfant« … 

Des propos qui ont fait défaillir féministes et LGBTistes.

Laurent Wauquiez a quant à lui répondu sur l’alliance que la députée proche du FN veut tisser avec les Républicains. 
Une hypothèse inenvisageable pour l’ancien sarkozyste qui jure ne jamais s’allier avec le FN, tout en promettant qu’il « discutera » avec les électeurs de ce parti. 
Comprenez : « Pas d’alliance, je veux juste vous chiper votre électorat ». 
Soit un patriotisme condamné à être un éternel dindon de la farce de la droite.


A n’en pas douter, Emmanuelle Ménard est une femme de convictions et une élue de terrain, une journaliste respectable qui a fait un travail herculéen pour la liberté d’expression, notamment avec le site Boulevard Voltaire : un des rares médias libres, avec Riposte Laïque et quelques autres sites qui se comptent sur le doigt d’une main. 
Ses déclarations sur l’immigration, les médias, l’Europe et le libéralisme sont d’autant plus étonnantes. On ne peut que lui souhaiter une rapide prise de conscience. 

Puisse Mme Ménard réaliser que le nationalisme, loin d’être une idée de droite, est un socialisme authentique ; et que le socle électoral de nos idées n’est pas la bourgeoisie catholique mais les laborieuses classes populaires. 

Madame le Député, de grâce, ressaisissez-vous !

Nicolas Kirkitadze    http://ripostelaique.com/