Google+ Badge

lundi 31 juillet 2017

POLITIQUE : ON VIT UNE ÉPOQUE MAGNIFIQUE ???



Dictature: la majorité actuelle rend inéligibles ses opposants!


Dictature: la majorité actuelle rend inéligibles ses opposants!






La loi sur la moralisation de la vie publique est en plein débat. 

Mille pardons, il faut dire avec la novlangue la loi « de confiance dans la vie publique » : on vit une époque magnifique. 

Comme si changer un intitulé de loi pouvait changer la politique en poésie d’un coup de baguette magique. 

Les Ripoux qui nous gouvernent font de mieux en mieux ou plutôt, de pire en pire et L’Assemblée nationale vient de voter l’inéligibilité des personnes condamnées pour racisme, antisémitisme, homophobie, négationnisme :


Ainsi, nos apprentis politiciens tout nouveaux tout neufs peuvent dresser la liste des opinions qui leur déplaisent et ensuite priver de droits civiques ceux qui les formulent, c’est à dire : supprimer les opposants. Il suffisait d’y penser.

Comme pour la doxa, critiquer l’islam c’est être raciste alors que l’islam n’est pas une race, tous ceux qui critiquent l’islam seront donc exclus des élections.

 Ce qui ouvre une voie royale à l’islam : plus personne ne s’opposera à lui dans les sphères où se concoctent les lois. 

On peut craindre dès lors que le délit de blasphème ne soit rétabli. On peut craindre aussi que le salafisme, de plus en plus actif, ne trouve personne pour lui bloquer le passage. 

Critiquer la charia peut devenir raciste : elle a donc de beaux jours devant elle. 

Quant au négationnisme, on ne sait pas si nier le génocide arménien va poser un problème à quiconque… car ceux qui le nient nous font peur.


Ceux qui auront été reconnus homophobes, ce qui est extrêmement facile, car il suffit d’être contre le mariage pour tous, seront inéligibles. 

Et vlan pour la manif pour tous, (qui a des membres homosexuels ce qui prouve bien qu’on peut être contre le mariage pour tous sans être homophobe).

 Et vlan pour Jean-Frédéric Poisson et Christine Boutin du parti chrétien-démocrate, ils sont, par définition unilatérale du lobby LGBTQI (plus il y a de lettres mieux c’est), homophobes.

 Désormais, ils vont marcher sur des œufs. Ils représentent beaucoup de monde. 

Tous ces gens-là vont être mis hors la loi : ils ne pourront plus avoir leurs élus. 

Comme les électeurs à sensibilité FN, qui ne sont plus vraiment représentés depuis longtemps.

Qui sait si le FN va encore pouvoir se présenter à des élections ?… Les possibles candidats FN se feront systématiquement condamner en temps utile.

Par contre, le casier judiciaire vierge ne sera pas exigé, le gouvernement a reculé. Trop de casiers bien remplis chez ceux qui nous dirigent ?… 

En tout cas on pourra avoir un casier lourdement chargé, avoir tué père et mère, avoir détourné l’argent de sa circonscription et être élu, pourvu qu’on ne soit pas contre l’islamisation de la France, ni homophobe. 

Ne pas avoir d’opinion honnie par la doxa politiquement correcte servira de sésame, de certificat de bonne conduite pour arriver dans les hautes sphères, plus que l’honorabilité, la simple honnêteté et l’absence de corruption.
L’Etat pourra donc se débarrasser de ceux qui le gênent. Comme une vraie dictature. 

Dans cet esprit, on pourra trouver que l’Assemblée n’en fait pas assez. 

Elle devrait carrément supprimer le droit de vote des racistes et des homophobes, des négationnistes et des antisémites supposés. Comme cela, les élus actuels et leurs électeurs seront vraiment entre eux. 

Sans opposition. Sans critique. Sans aucune forme de démocratie. 

Ce sera un Etat magnifiquement totalitaire. 

Orwell lui-même est complètement dépassé.


Sophie Durand – Riposte laïque


ET AUSSI




Facebook censure des sites dénonçant l’islamisme politique!


Facebook censure des sites dénonçant l’islamisme politique!

Facebook grand inquisiteur islamophile. 
Un incident survenu sur la toile en dit long. 

Le site JihadWatch, qui fédère des informations sur l’expansion islamique, de l’Occident à la Chine via la Russie ou l’Inde, vient d’être brutalement censuré sur la plateforme du gentil Mark Zuckerberg.
 Les administrateurs de JihadWatch s’en sont aperçus en constatant, mi-février, que la fréquentation de leur site en provenance de Facebook avait soudain chuté de 90 % et que, depuis, elle n’est jamais remontée. 

Depuis, Joel Kaplan, ancien directeur de cabinet du président George W. Bush, devenu vice-président pour les politiques publiques de Facebook depuis 2011, a rencontré le samedi 8 juillet à Islamabad le ministre de l’Intérieur Chaudhry Nisar Ali Khan, qui lui a réitéré ses exigences en vue de faire censurer « la folle hostilité qui se déchaîne contre l’islam et ses saints hommes au nom de la liberté d’expression ». 
Robert Spencer, sur JihadWatch, demande : « Kaplan a-t-il conscience de l’ironie qui consiste à travailler pour une entreprise de communication tout en assurant les dirigeants des gouvernements parmi les plus autoritaires au monde qu’il ferait tout son possible pour brider la communication ? ». 

Facebook, c’est la soumission à l’islamisme.
Facebook censure le site JihadWatch qui ne fait que rapporter les actes relevant du djihad
Le réseau social se comporte en justicier partial sous prétexte de censurer les propos « explicites, haineux et provocateurs qui incitent à la violence et au terrorisme », alors que JihadWatch n’a jamais fait que rapporter les actes relevant du djihad islamique, cette guerre « sainte » qui est au cœur de la loi musulmane, la charia. Facebook se fait complice de cette tentative suprémaciste d’obliger l’Occident à adopter des lois punissant le « blasphème » et interdisant toute critique de l’islam.
 Cet effort vient donc encore de marquer un point grâce à la firme quasi-monopolistique de Menlo Park et à son dirigeant avide de conquérir ou reconquérir le cœur des caciques du totalitarisme, communistes en Chine, islamiques au Pakistan ou ailleurs.

 « Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons », disait Lénine des oligarchies marchandes.

Le 9 juillet est paru sur le site d’informations Gulf Today un compte-rendu de la rencontre entre Joel Kaplan, pourtant héraut de la libre entreprise, et le ministre pakistanais de l’Intérieur Chadhry Nisar Ali Khan, opposant notoire aux mesures anti-terroristes prises par les Etats-Unis après les massacres du 11 septembre, membre du parti Pakistan Muslim League, conservateur islamique et proche du Premier ministre Nawaz Sharif. 

« La direction de Facebook a assuré le Pakistan qu’elle censurerait les comptes factices et les contenus explicites, haineux et provocateurs qui incitent à la violence et au terrorisme », écrit le quotidien. 

Il poursuit : « Cette rencontre avait été précédée en mars d’une réunion des ambassadeurs des pays musulmans avec pour seul point à l’ordre du jour une discussion sur les contenus blasphématoires des médias sociaux et les moyens de répondre à la colère croissante venue de l’ensemble du monde musulman contre la folle hostilité qui se déchaîne contre l’islam et ses saints hommes au nom de la liberté d’expression ».
Devant Joel Kaplan, Nisar Ali Khan reproche à Facebook des contenus blasphématoires
Désamorcer le djihad terroriste et réviser les textes coraniques serait pourtant la première mesure à prendre pour redorer le blason musulman. 

Nonobstant, le ministre Nisar Ali Khan a déclaré au vice-président de Facebook que c’était « l’entière communauté des musulmans (« l’Oumma ») qui était profondément troublée et très préoccupée par ces dérives constatées dans les médias sociaux pour répandre des contenus blasphématoires », indique son porte-parole. 

Lequel ajoute que « le gouvernement du Pakistan soutient fermement la liberté d’expression mais ne peut permettre à quiconque d’utiliser les médias sociaux pour choquer les sentiments religieux et mener des activités contraires à la loi ». A la loi islamique, cela va de soi.
Au Pakistan, Facebook s’engage à censurer l’anti-islamisme
C’est cette loi de la charia dont JihadWatch dénonce la cruauté totalitaire : le statut des « dhimmis » (soumis) dans les pays musulmans ; le statut inférieur de la femme ; l’esclavage qui se perpétue dans l’empire de la charia ; le rôle du djihad et de la dhimmitude (soumission) dans le terrorisme contemporain et, enfin, la complicité des journalistes et des universitaires qui légitiment par leur dhimmitude spontanée le djihadisme radical, ennemi des droits de l’homme.

 Il pratique le libre examen. 

Un blasphème pour l’oumma ?