Google+ Badge

jeudi 27 juillet 2017

MIGRANTS, DEMANDEURS D' ASILE ET RÉFUGIÉS ! MISE AU POINT !

Aides pour les migrants : ce qu’ils touchent vraiment

 

Pour démarrer, quelques définitions

Un migrant devient un demandeur d’asile dès lors qu’il a formulé une demande d’asile.

Le demandeur d’asile devient réfugié s’il obtient une réponse favorable à sa demande.

L’immigré est un terme générique qui désigne quelqu’un qui a quitté son pays d’origine pour s’installer dans un autre pays.

« Les migrants et demandeurs d’asile touchent des allocations familiales et des allocations logement ».

FAUX. Les migrants et demandeurs d’asile ne touchent pas d’allocations familliales et d’allocations pour le logement.

 Pour y avoir droit, il faut posséder un permis de séjour en cours de validité. 

Seuls les réfugiés, quand l’OFPRA, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, accepte leur demande d’asile, accèdent aux même droits sociaux (RSA, prestations familiales, CMU, APL, etc.). 

De plus, seuls les réfugiés statutaires(permis de séjour de 10 ans) peuvent prétendre au RSA. 

Les réfugiés subsidiaires (permis de séjour d'un an renouvelable) peuvent y prétendre au bout de 5 ans.

« Les migrants ont le droit à 40 € par jour »

FAUX. Ce chiffre de 40 € par jour revient dans de nombreux commentaires sur Facebook. 

Il est pourtant infondé. Certains migrants peuvent certes bénéficier d’une aide financière réservée aux demandeurs d’asile, l’ADA (allocation pour demandeur d’asile) , créée en 2015. 

Mais son montant est de 6,80 € par jour et par personne, et non 40 €. 

Si le demandeur d’asile n’accède à aucune place d’hébergement, un montant de 4,20 € lui est versé en plus. 

Selon le barême établi, il faudrait une famille de 10 personnes pour toucher 40 € par jour (le montant de l’aide par personne diminuant plus la famille est nombreuse).

« On construit des logements flambant neufs pour les migrants et ils y logent gratuitement »

VRAI et FAUX. 
Depuis le mois de janvier 2016, une partie des migrants de Calais peuvent bénéficier de logements aménagés dans des conteneurs. 
Ce camp humanitaire, voulu par l’Etat et la ville de Calais, peut héberger jusqu’à 1500 personnes.

 Face à l’ampleur de la crise migratoire, un centre a aussi été spécialement créé pour les femmes et les enfants migrants, avec 500 places. 
Au total, ces offres d’hébergement cumulent donc environ 2000 places, quand la « jungle » accueille environ 5000 migrants. 

Du côté de Grande-Synthe, un camp humanitaire aux normes internationales a ouvert en mars, avec des cabanons en bois. `

Sa capacité d’accueil est de 1500 places mais 735 migrants y logent actuellement. L’installation n’a pas vocation à se péréniser et les cabanons sont détruits au fur et à mesure.

Plusieurs lecteurs croient par ailleurs que les demandeurs d’asile seraient prioritaires pour les demandes de logements en HLM. Il n’en est rien. 

D’abord, on ne peut pas déposer de demande de logement social sans titre de séjour. 

Et une fois un titre de séjour obtenu, il n’y a aucune prétendue priorité par rapport aux autres.


« Les migrants ont droit aux transports gratuits »

FAUX. Il n’y a pas d’aide d’État en ce qui concerne les transports en commun, et notamment les trains, comme de nombreuses rumeurs le prétendent. 

Il arrive cependant que des communes proposent aux migrants de leur commune ou de leur agglomération la gratuité des transports en commun, de la cantine pour les enfants...

« L’Etat donne une carte bancaire aux migrants »

VRAI. 
Une image circule largement sur les réseaux sociaux depuis juillet : celle de cette carte bancaire pour demandeur d’asile. 

Mais si le député FN Bernard Monot l’a présentée comme une carte bancaire permettant « d’effectuer des retraits pouvant aller, selon les cas, jusqu’à presque 40 € par jour », il n’en est rien. 

D’abord, elle n’est pas distribuée à tous les demandeurs d’asile mais uniquement à ceux qui n’ont pas la possibilité d’ouvrir un compte bancaire.

 Elle leur permet de toucher l’ADA (voir point précédent). 

Contacté, l’Office français de l’immigration et de l’intégration explique aussi que « cette carte est uniquement une carte de retrait et ne peut être utilisée pour un quelconque paiement par carte ».

 Les retraits sont d’ailleurs limités au nombre de trois par mois.


 LU:   http://www.courrier-picard.fr/archive/recup%3A%252Fregion%252F


                      C' est plus facile et moins coûteux !