Google+ Badge

mercredi 26 juillet 2017

LA RÉPUBLIQUE DES APOLOGÈTES DE L' IMMIGRATION , DU VIVRE ENSEMBLE ET DU MÉTISSAGE ..........




 TRIBUNE LIBRE !

Le 25 juillet 2017, la liberté politique française a été définitivement achevée




La République officialise qu’elle n’accepte plus en son sein que les apologètes de l’immigration, du métissage et du vivre ensemble.

Nous y sommes. La République vient officiellement d’accomplir sa longue mue en un authentique régime totalitaire à pensée – xénophile – unique.

L’entrée en matière ne date certes pas d’hier. 

On sait que depuis les années 1970/1980, par le truchement des lois prétendument « antiracistes » mais authentiquement liberticides, avait été patiemment mis en place un arsenal de répression judiciaire rendant strictement impossible toute approche par trop frontale de la question migratoire et ethnique en France. 

Toute posture de résistance – verbale et politique – à ce phénomène historique de substitution de population étant peu à peu progressivement « moralement » et intellectuellement disqualifiée, déplacée hors champ du débat politique et progressivement installée sur le terrain pénal sous prétexte de « provocation à la haine ».


Depuis cette période, une menaçante épée de Damoclès « antiraciste », placée dans les mains d’une poignée d’officines de délation institutionnelle, s’était mise à planer au-dessus de la tête de tout Français.

 Dès lors que l’un d’eux venait à s’exprimer de manière un peu trop abrupte sur la question migratoire ou sur l’une de ses innombrables conséquences, elle s’abattait sèchement.

 Médiatique d’abord, judiciaire ensuite si la seule perspective de la mise au ban et de la mort sociale ne suffisait pas à intimider les récalcitrants.

Mais restait encore une issue ou, du moins, l’illusion d’une issue : la voie politique. 

Il restait virtuellement possible de reconquérir le pouvoir politique – et la maîtrise de la loi – par les urnes. 
Aux dissidents politiques assez acharnés, à ceux ayant les reins suffisamment solides pour supporter le poids des condamnations sociales et pécuniaires, à ceux dotés d’un enthousiasme et d’une force de conviction hors du commun, la perspective de la victoire électorale, du Grand Soir, continuait de briller comme la lumière au fond du tunnel.

Cette illusion s’est désormais évanouie.

 La tenaille est en passe de se refermer et c’est à l’occasion du grotesque projet de loi sur la prétendue « moralisation de la vie publique » que la voie politique « légale » sera définitivement close. 

La stratégie employée est celle de la tortue romaine. 

Tandis que les porteurs du projet de loi reculent sur les grands effets d’annonce initiaux – exigence de casier judiciaire vierge pour tout élu, entre autres énormités – et détournent l’attention de l’opinion, quelques députés de la majorité se glissent malicieusement sous les boucliers, échappent aux regards et viennent déposer l’amendement fatidique : parmi ces mystérieux « manquements à la probité » entraînant une inéligibilité d’office figurera désormais la « haine raciale ». 

Ainsi, quiconque aura un jour été convaincu de « provocation à la haine » et condamné à ce titre sera donc désormais automatiquement écarté du champ politique. 

La République officialise là qu’elle n’accepte plus en son sein que les apologètes de l’immigration, du métissage et du vivre ensemble. 

La boucle est bouclée.


 ww.bvoltaire.fr/25-juillet-2017-liberte-politique-francaise