Google+ Badge

lundi 10 juillet 2017

L' EUROPE VERS UN CHANGEMENT DE PEUPLE ET DE CIVILISATION !


Renaud Camus : « Si le remplacement n’est pas grand, qu’est-ce qu’il leur faut ? »

 
Renaud Camus, dans un entretien accordé aux Dernières Nouvelles d’Alsace, l’archevêque de Strasbourg a évoqué le « grand remplacement » et « la fécondité des musulmans ». 

Y aurait-il une prise de conscience de l’Église de France sur ce sujet ?

Vous ne savez pas à quel point j’aimerais le croire ! 
Hélas, un archevêque ne fait pas le printemps. 
La nouvelle m’a beaucoup réjoui, vous l’imaginez bien. 
Mais de là à penser que l’Église de France va prendre ses distances envers la pensée chaque jour plus affirmée du pape, et chaque jour plus « remplaciste », si vous voulez bien me permettre de rester dans ma propre terminologie…


Cette terminologie, en l’occurrence, et ce mot de remplaciste, et le remplacisme en général, ont l’avantage de mettre le doigt sur une contradiction morale, spirituelle et presque théologique où l’attitude actuelle de l’Église enferme le catholicisme, ou peut-être plus exactement le christianisme, car la nuance entre les deux termes me semble de plus en plus marquée, et François se montre plus chrétien que catholique, à mon avis. 

Mais même en disant chrétien, comment une pensée chrétienne peut-elle s’accommoder de l’homme remplaçable, interchangeable, délocalisable à merci ?

 Le message du Christ et la doctrine chrétienne ne proclament-ils pas que chaque homme est unique, irremplaçable, et n’érigent-ils pas ces qualités en idéal éthique ? 

L’Évangile est d’accord avec Les Nourritures terrestres, sur ce point (et sur quelques autres). 

Le pape ferait bien de considérer ses alliés, dans cette affaire : il a dans son camp toutes les institutions, toute la finance, tous les pouvoirs, tous ceux qui ont intérêt à faire de l’homme un produit comme un autre, à confondre le producteur, le consommateur et le produit, à chosifier le vivant, à accélérer et simplifier, normaliser, la production et la circulation de la Matière Humaine Indifférenciée (MHI). Il ne peut pas vouloir cela.

Les écologistes sont antiremplacistes pour les choses mais remplacistes pour les hommes. C’est une contradiction insurmontable. 

Or, l’Église est dans une contradiction assez semblable : comment pourrait-elle lutter contre la GPA, la PMA, la destruction de la famille, toutes les manifestations typiques du remplacisme global, et, en même temps, comme dirait Emmanuel Macron, œuvrer à la destruction des appartenances nationales, culturelles, civilisationnelles — car c’est bien de cela qu’il s’agit ?

Nos lecteurs voudront bien pardonner la trivialité un peu profane du rapprochement mais je vois quelque ressemblance entre la situation actuelle de l’Église et celle du… Front national. 

Dans les deux cas, et c’est au moins mon espérance, il y a un certain divorce, si j’ose dire, entre la tête et le corps, entre la hiérarchie et les fidèles. 

Dans le cas du Front national, cette divergence pourrait bien évoluer très rapidement. Dans celui de l’Église, c’est plus difficile. Mais peut-être peut-on fonder quelque espoir en des résurgences gallicanes, dont les propos de Mgr l’archevêque de Strasbourg seraient un premier signe ?


Le député Jacques Bompard, à la tribune de l’Assemblée, a évoqué, lui aussi, le « Grand Remplacement à l’œuvre dans notre pays ». 
Le FN, en revanche, renâcle toujours à prononcer ces mots, alors que ceux-ci constituent, si j’ose dire, historiquement son cœur de métier. Comment expliquez-vous cela ?


Oh, très simplement. Le Front national, comme tous les partis très centralisés, comme le Parti communiste avant lui, a une sainte horreur de tout ce qui ne vient pas de lui. 

À l’égard de l’expression « Grand Remplacement », il s’est comporté comme ces policiers qui disposent de la cocaïne, à l’avance, dans les appartements qu’ils vont perquisitionner. 

Il a proclamé que c’était une théorie racialiste et conspirationniste — trois mensonges en trois mots, et aussi dépourvus de fondement les uns que les autres : car il n’y a pas la moindre trace de conspirationnisme ou de racialisme dans ce qui n’est en aucune façon, hélas, une « théorie ». Seulement, maintenant, le FN aimerait bien récupérer le contenu. 

Il en est donc à déclarer, un peu ridiculement, qu’il y a bien remplacement, oui, mais qu’il n’est pas grand ; que « grand » ajoute à la tournure un on ne sait quoi de suspect, de non scientifique. C’est aussi le point de vue de Michèle Tribalat, mais il est plus compréhensible de sa part. 

Car enfin, si le remplacement n’est pas grand, qu’est-ce qu’il leur faut ? Un génocide en bonne et due forme ? 


On a eu le sentiment, avec les récentes élections, que face à ce Grand Remplacement, il y a eu un grand découragement : il n’y a rien à faire, on ne peut pas lutter et, inexorablement, eu égard à la croissance démographique, la résistance par les urnes va devenir — à court, moyen ou long terme, selon les lieux — inopérante. Êtes-vous, vous-même, atteint par ce « grand découragement » ?
Ça m’arrive, je dois le reconnaître, mais ça ne dure pas. Heureusement, la fureur et le désespoir me protègent du découragement. 

Il serait si facile de se regrouper, de constituer une force qui, par sa seule existence, pourrait suffire à renverser le cours de l’Histoire, c’est-à-dire l’invasion, la conquête, la colonisation, le triomphe des deux totalitarismes rivaux : le remplacisme et l’islamisme. J

e prêche pour cette union depuis des années, largement dans le désert. J’ai proposé comme point de convergence le NON (au Changement de Peuple et de Civilisation). 

Ma voix n’est sans doute pas assez forte et, de plus, elle est bannie de partout, ce qui ne facilite pas les choses. 

C’est la coutume de fustiger la guerre des ego, pour expliquer que l’union contre le Grand Remplacement ne puisse se faire. 

Mais, ce faisant, on prolonge la division, qui déjà perdait les Gaulois, selon César. 
La question du chef n’a, en fait, que peu d’importance, au moins dans un premier temps. 

 Il y en aurait un, ce serait très bien ; s’il n’y en a pas, unissons-nous quand même. 

Ou choisissons symboliquement Rémi Gration, ce héros jeune et sympathique, qui porte dans son nom la seule réponse qui vaille à tous nos problèmes.
Gabriel Robin
Reprise d’une tribune publiée par Boulevard Voltaire