« Il y a trop d’étrangers en banlieue Monsieur ! ». « Y’a que des Arabes et des Noirs, c’est le dawa ! « En plus il y a des déchets partout, c’est dégueulasse.»


Au pays du vivre-ensemble, d’où peuvent venir de telles  paroles ordurières, nous ramenant aux heures les plus sombres de notre histoire ?  

D’une réunion de Corses mal embouchés ? D’un groupe identitaire ? Vous n’y êtes pas du tout. 

Ces sorties sont l’œuvre de mes élèves adultes étrangers faisant une mise à niveau en français prescrite par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) dans le cadre du « Contrat d’intégration Républicaine » (CIR) nécessaire au renouvellement de leurs cartes de séjour, en Seine Saint Denis : une vingtaine d’adultes arabes, noirs africains, pakistanais, bangladais, turco-kurdes et chinois.

Un ancien sans-papiers pro-FN

« Où voulez-vous en venir ? Vous avez l’impression qu’il y a une séparation spatiale sur des bases ethniques en région parisienne ? », fais-je avec la fausse naïveté d’un sociologue de comptoir, soucieux de ne pas laisser de paroles nauséabondes se répandre dans l’idéal du vivre-ensemble, qui plus est venant de la part d’étrangers. 

« Oui Monsieur, acquiesce un Egyptien carré en milieu de trentaine. 
En plus à Sevran, on ne peut pas dormir. 
Le soir des jeunes balancent des bouteilles de verre sur la police, on n’est jamais tranquille, dit-il avec un français frôlant soudainement la perfection». 

« Avec les Marocains ça va pas», renchérit un Marocain sans en dire plus. « Et pourquoi ça ne va pas, à ton avis ?, demande avec une douce insolence un brave mécanicien malien d’une quarantaine d’années, dont pas moins de dix passés sans papiers chez nous, désormais syndiqué chez Sud et qui ne rêve que d’avoir sa carte d’électeur pour voter… Marine Le Pen.

 Les contradictions assumées et le débat sans censure, ça a au moins le mérite d’un peu de liberté de ton à l’heure où l’on est prié de s’autocensurer.


« En Bretagne il n’y a pas beaucoup d’étrangers »

Coulibaly (c’est son nom) ira jusqu’à affirmer, avec son éloquence habituelle (mais sous-entendre qu’un noir africain parle bien, n’est-ce pas une forme de racisme ?) que « les lois marocaines sont mieux que celles de la France car on n’y laisse pas les voyous faire n’importe quoi là-bas, pas comme ici». 

Les trois marocains acquiescent. 

Me vient alors à l’esprit, poussé naturellement par l’autocensure, qu’on ne peut pas laisser dire ça, et que je ne peux laisser ce Malien dans un rôle qui ferait passer Marine Le Pen pour une militante écolo. 
Je ferme donc la parenthèse, venue du fait qu’un Marocain, en France depuis peu, a apprécié son séjour touristique dans la ville de Vannes en Bretagne, notamment parce qu’ « il n’y a pas beaucoup d’étrangers ».

De la diversité aux ghettos

Pourquoi relater ces paroles anecdotiques qui, outre être très discutables, n’ont pas vocation à être représentatives des opinions des étrangers en France ? 

Parce que si les Marocains, Egyptiens et le Malien qui en sont les auteurs sont peut-être sans le savoir d’affreux jojos arabophobes et négrophobes, ces brèves de comptoir (halal) soulèvent tout de même un vrai problème : la diversité à la française semble n’être qu’une vaste fable. 

Au lieu de ça, on a laissé s’ancrer la ghettoïsation (notamment à Sevran) qui ne satisfait visiblement pas les premiers concernés : ses habitants (ou du moins une partie).

 Que les pouvoirs publics se mettent vraiment à limiter –car il est maintenant trop tard pour l’empêcher- cette ghettoïsation, et le fameux vivre-ensemble ne sera pas qu’une farce. 

Mais même pour ça, il semble qu’il y ait du boulot… Et qu’il faille s’y atteler au pas de course !

Source:   https://www.causeur.fr/immigration