Google+ Badge

mercredi 12 juillet 2017

DISPERSION DE MIGRANTS ( CLANDESTINS ) DANS LES VILLES DE FRANCE !

Des élus organisent la dispersion des clandestins dans les villes et les villages

Publié le 12 juillet 2017 - par  

Une pétition circule sur Courbevoie pour dénoncer les agissements scandaleux pour la population de recevoir 70 clandestins que certains appellent « migrants » comme si migrer était une situation normale au même titre que voyager, partir en vacances. 

Les clandestins sont des hors la loi. 

Et pourtant, des responsables politiques les traitent mieux que des citoyens de France, des nationaux, qui eux peuvent toujours attendre pour avoir les logements sociaux, alors qu’ils sont inscrits depuis plusieurs années.


Dans cette pétition il y a d’abord un état des lieux:
Ce 7 juillet 2017, près de 2800 migrants sont évacués du campement illégal de la porte de la Chapelle vers une vingtaine de lieux en Ile-de-France.
 Par cette évacuation, Anne HIDALGO ne fait que déplacer le problème vers les proches banlieues.
 En cette période estivale, il s’agit de ne plus effrayer les touristes de la capitale, choqués par la saleté et l’insalubrité des campements sauvages. 

Puis un constat qui signale que des maires disent NON à la présence de ces clandestins, que les médias nous vendent comme des Syriens, des Irakiens fuyant la guerre. 

En fait, l’immense majorité, sont des Afghans, et des Soudanais, des Africains de l’Est aussi n’ayant eu aucun lien historique avec la France. 

Des Africains subsahariens venant du Togo, du Gabon, du Tchad et même d’Afrique du Nord comme d’Algérie, de la Tunisie, du Maroc où le salafisme fait des ravages, et j’en passe. 

Ce ne sont pas des familles qui viennent, mais bien des individus mâles en majorité, qui caressent l’espoir de faire jouer le regroupement familial, toucher des allocations et se faire soigner gratuitement, tandis que nos anciens achètent  leurs médicaments,  et vivent avec des pensions inférieures à 1000€.


Le maire d’Asnières-sur-Seine a déjà dit NON pour les 70 migrants imposés dans sa ville alors qu’il a 3800 demandes de logements sociaux. (Le Parisien, 5/07/17) 

À Courbevoie, une population ayant gardé un peu de bon sens (Charité bien ordonnée commence par soi-même) refuse les 120 migrants hébergés au gymnase Camille Claudel du Faubourg de l’Arche (des Afghans, Soudanais, Somaliens…).

Courbevoie est cette ville qui longe la Seine, et se trouve en face de Neuilly. 

Elle est voisine de Puteaux. Ces deux communes ont des élus qui favorisent ouvertement l’islam. 
Ces deux communes ont mis en place des mosquées sans l’avis de leurs administrés. 

Aujourd’hui, la Défense, quartier d’affaire du 92, est sur le territoire de ces deux communes et il foisonne de voilées, de djellaba et autres signes vestimentaires affichant la religion de ses porteurs. 

Point de bouddhistes, point de turban de sikh, point de provocation de chrétiens portant de grandes croix, pas de juifs aux papillotes. 

La Défense est un territoire où se côtoient les costumes des cadres encore en majorité, et les tenues islamiques. 
Les Quatre-Temps, centre commercial du lieu, autrefois le premier d’Europe, ressemble selon les magasins à des souks.
 Des vendeuses tentent de ranger les vêtements mis en boule par les délires de ces femmes voilées.
 Elles arrivent en groupe, défont et jettent en tas. 

Des magasins de lingerie fines sont parfois occupés par ces voilées en nombre. 
Des hidjabs, et mêmes des niqab défilent sans que la police intervienne, suivis ou précédés par des barbus en tenue salafiste. 

La mosquée de Puteaux, au bord du cimetière est proche. 

Les visiteurs des défunts ont ainsi le plaisir d’écouter les appels à la prière ! 

Une immense tente de toile a été financée par la ville de Puteaux en faveur de  l’association islamique, (c’est son nom) qui paient seulement 1000€ par mois de loyer, toutes charges forfaitaires incluses.(eau, électricité)


Courbevoie vit aussi cette islamisation dénoncée par les conseillers municipaux du Front National. 
Mosquées, et immigration.
 Qu’en est-il de Neuilly sur Seine  juste en face.
 Les habitants de Neuilly ne souhaitent pas, à juste raison, s’encombrer de clandestins. 

La plupart des dirigeants de ce pays y ont habité, ou y habitent encore, eux et leur familles ! Ils y déposent leurs petits dans les écoles privées. 

De droite comme de gauche. 

Souvenons-nous que Sarkozy fut maire de la ville, aux côtés de Pasqua, ainsi qu’Hollande, et de bien d’autres artistes connus. 
D’un côté de la Seine, il y a les torchons, et de l’autre les serviettes.  


Ce n’est pas pour faire peur à ces bourgeois de Neuilly sur Seine que je le dis : n’imaginez pas un seul instant que vous n’aurez aucune répercussion dans vos rues, sur vos trottoirs. 
Demain, vous allez connaître les joies du « vivre ensemble », le plaisir du partage de vos voitures, scooters, et autres vélos et trottinettes de vos épouses. 

Vos enfants auront devant leurs écoles, les mêmes « djeunes » des banlieues qui leur expliqueront pourquoi ils sont différents, et que souvent, cette différence va se traduire par la peur de sortir dans la rue, et d’aller à l’école. 


Vous avez laissé des fauves se faire la main dans les cités, ils viennent chez vous désormais. 
Ils ne feront pas que sonner à la porte des gentils maires de Puteaux, Madame Joëlle Ceccaldi-Raynaud, et de Courbevoie, Monsieur Jacques Kossowski

Demandez au maire de Montfermeil, Xavier Lemoine ce qu’il en pense !

Gérard Brazon (Libre Expression)    http://ripostelaique.com