Google+ Badge

lundi 12 juin 2017

VOLS DE CARTES BANCAIRES ! LES ROUMAINS EN ACTIONS !

Rennes. Démantèlement d’un gang roumain de voleurs de cartes bancaires




12/06/2017 – 05h30 Rennes (Breizh-Info.com) – Plus de 80 vols de cartes bancaires dans toute la France entre juin 2014 et septembre 2015, plus de 650 escroqueries réalisées grâce à l’utilisation de ces cartes bancaires et un butin de 190 000 €.

 Les 10 personnes d’origine roumaine ayant participé à ce trafic n’ont pas chômé. 

Mais leurs méfaits ont été découverts par la justice qui a réussi à démanteler le réseau.

La technique de la carte routière

Cette arnaque, bien connue des services de police a été mise en place depuis quelques années maintenant. 

Le ministère de l’intérieur en parle longuement sur son site. C’est un nouveau type de vol de cartes bancaires par ruse pour lequel les escrocs agissent souvent par deux dans les centres commerciaux. 

Le premier repère une personne s’approchant d’un distributeur automatique de billets, ou lors de son passage en caisse dans un magasin. 
Avec la plus grande discrétion, il observe sa victime pendant qu’elle compose le code de sa carte bleue.

Son complice prend le relais sur le parking lorsque les consommateurs quittent le centre commercial pour charger leurs achats dans leur véhicule. 
Prétextant avoir besoin d’aide pour trouver leur chemin, les pickpockets déplient une carte routière par dessus le chariot masquant ainsi le sac à main qui y est accroché. 

Un moyen de détourner leur attention et de passer la main sous la carte, pour saisir, sans être vu les cartes bancaires ou le portefeuille des victimes.

Eviter le vol de cartes bancaires:

Pensez à ranger votre portefeuille immédiatement.

Ne laissez traîner ni votre carte, ni votre argent sur la caisse du magasin.

Composez toujours votre code confidentiel à l’abri des regards indiscrets.

N’inscrivez jamais votre code confidentiel sur un des papiers rangés avec votre carte bancaire.
 
Notez le numéro figurant sur votre carte bancaire en lieu sûr afin de faire opposition en cas de perte ou de vol.

Des arrestations en Allemagne et en Roumanie

Mais pour se prémunir de ces vols, le mieux est encore de connaître le profil type des utilisateurs de cette ruse. 

Pour un policier rennais, il faut absolument « ouvrir l’œil » lorsqu’une personne originaire d’Europe de l’est « demande un renseignement de manière suspecte » surtout si vous avez remarqué d’autres personnes du même type autour de vous dans les minutes précédentes. « Il ne faut pas avoir peur de son ombre mais savoir qu’il peut s’agir d’une tentative d’arnaque. »

Le vol de cartes bancaires serait en effet « une grande spécialité d’Europe de l’est » selon ce policier rennais. 

Les voleurs étaient tous roumains; a d’ailleurs confirmé le parquet de Rennes. 

Quatre voleurs ont été arrêtés en Roumanie, quatre étaient déjà emprisonnés en France pour des faits similaires (!) et deux escrocs de la bande ont été arrêtés en Allemagne en avril dernier.

Cette mondialisation du crime organisé n’est pas nouvelle. Depuis plusieurs années, les délinquants profitent des largesses permises par la disparition des frontières nationales pour commettre leurs méfaits dans toute l’Europe.

 Par exemple, en 2015, dans l’Aube, trois roumains condamnés pour escroquerie à la carte bleue étaient arrivés en France uniquement pour cela.


Cette internationalisation inquiète le policier rennais qui s’est confié à nous : « Ce n’est pas du tout une nouveauté. 

Cela fait des décennies que les malfrats agissent dans des pays voisins ou même carrément éloignés. 

Mais depuis quelques années, l’augmentation de ces pratiques s’est effectivement accélérée. Que ce soit dans les cambriolages avec les gangs d’Europe de l’est ou la prostitution avec des prostituées africaines qui voyagent entre les pays européens pour éviter de rester trop longtemps au même endroit… 
Il faudrait que nos hommes politiques comprennent que les frontières ne sont pas des accessoires fascisants mais bien des outils essentiels pour assurer la sécurité des Français. » 


Et le fonctionnaire de conclure, fataliste : « Vu ce qui se passe en ce moment, on est pas prêts de nous écouter… »


NF


Crédit photo : DR [cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine