Google+ Badge

mercredi 28 juin 2017

MÉDIAS: ON SE FOUT DE LA GUEULE DU MONDE ......

 
Publié par Dreuz Info le 27 juin 2017

Nos médias semblent particulièrement complaisants à l’égard du voile islamique, pourquoi ne disent-ils pas que les femmes voilées sont des militantes du droit à l’exclusion ?

Le lendemain des attentats de janvier et de novembre, j’ai vu, comme d’habitude, plusieurs femmes voilées dans le métro parisien, qui semblaient peu inquiètes de l’effet qu’elles produisaient. En fait je crois qu’elles s’en foutaient. 

Le but du voile n’est pas de rassembler. 
En portant des signes distinctifs religieux islamiques, elles promouvaient une idéologie qui venait de faire des centaines de morts en France.

⇒ Aucun problème pour vous, médias ?

La laïcité bien comprise implique de ne pas projeter à la face de son concitoyen son obédience religieuse, plus encore lorsqu’elle s’apparente à un totalitarisme.

J’entends déjà la critique : ce n’est pas la même idéologie ! Il ne faut pas confondre islam et islamisme !

Certes, alors aux musulmans de le dire. Et clairement.

Comme Michel Onfray, et d’autres avant lui, je pense qu’il existe une différence de degré, et non de nature entre l’islam et l’islamisme. 


La preuve est simple :
  • les deux ont pour source le Coran,
  • les deux ont la même histoire du prophète,
  • les deux ont les mêmes hadiths, dont nombreux versets sont violents, comme le précise l’islamologue Galeb Ben Cheick.

Et même s’il n’y avait pas eu d’attentat en France, par respect pour toutes celles qui sont forcées de porter le voile ou la burka, osez le féminisme, battez vous au moins pour elles, pas pour les oppresseurs, ou les quelques-unes, qui dans leur conditionnement idéologique pensent “choisir” leur asservissement voilé. 
Elles choisissent en réalité de se mettre à l’écart de la société, de rester fermées sur leur propre groupe ethnico-religieux. 
Elles créent un séparatisme, refusent l’autre, et demandent, comble de la grossière manipulation, au nom des valeurs de liberté d’expression en France, de respecter leur choix. 

On se fout vraiment de la gueule du monde.

⇒ Médias, pas de problème pour vous non plus ici ?


Médias et experts de l’islam

Tariq Ramdan : “ Plus vous serez nombreuses à porter le voile islamique, plus on s’habituera à vos voiles ”

Les médias jouent très souvent le jeu des islamistes, d’abord en ayant occulté nombre de faits avant coureur de notre situation actuelle (voir Les territoires perdus de la République*, rapport Obin 2004,…), et ensuite en invitant des prédicateurs à peine masqués sur leurs plateaux de tv, malgré l’existence d’un nombre important d’intellectuels qui connaissent de près la culture musulmane et ses dangers : Mohamed Pascal Hilout, Abdennour Bidar, Kamel Daoud, Galeb Ben Cheich, Abdelwahab Meddeb, Boualem Sansal, Malika Sorel Sutter, Waleed Al-Husseini, Djemila Benhabib, Zineb El Rhazoui ….

On peut prendre comme premier exemple Dalil Boubakeur, (recteur de la mosquée de Paris et président du CFCM), qui s’est allié aux cris de tous les islamistes (musulmans ?) du monde entier en 2006 lors de la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo. 

Non seulement cette personne, vivant en France depuis 1957, ne connaît pas les codes de base de la culture française, mais il envoie de surcroît comme message aux musulmans de France et de Navarre que la critique d’une idéologie, fût-ce par un dessin humoristique, n’est pas une bonne idée ! Intéressant…


Évidemment, citons aussi Tariq Ramadan s’adressant à de jeunes militantes (extrait du livre Une France Soumise* de Georges Bensoussan) :
“ Plus vous serez nombreuses à porter le voile islamique, plus on s’habituera à vos voiles ”, explique-t-il […] a de jeunes militantes. I
l faut voir dans cette obsession de la visibilité une volonté de se démarquer du reste de la société, voire de provoquer une rupture culturelle définitive avec la majorité. 
Cette rupture précède une “normalisation” qui n’est qu’une question de temps.
qui répond dangereusement à:
« À force de tout voir, on finit par tout supporter… À force de tout supporter, on finit par tout tolérer… À force de tout tolérer, on finit par tout accepter… À force de tout accepter, on finit par tout approuver ! » Saint augustin.


Comme le notait justement Alain Finkielkraut dans son Identité malheureuse*, la féminité à déjà déserté nos banlieues depuis longtemps, et laissé place à un islam prosélyte et conquérant, qui a déjà annexé plusieurs parties de notre territoire (voir “ les territoires perdus de la république ”, 2002). 

A ceux qui ne veulent pas voir ce qu’il voient, consultez avec attention la série de témoignages hallucinants collectés dans “ Une France Soumise” cité plus haut.


⇒ Ca devrait être les gros titres du 20 h, pourquoi aucun média ne le dit ?


Médias et idéologies

L’islamophobie signifie une peur de l’islam, pas des musulmans, elle est donc légitime, sinon nécessaire en ce moment.

Les journalistes sont pétris de tabous et leur peur numéro un est d’être pris pour un raciste, ou pire, un islamophobe !

Non seulement se préoccupent-ils plus de leur apparence que de la vérité, mais surtout, ils ne comprennent même plus le français. 
 Utiliser ce mot leur permet de cultiver la confusion entre musulmans et islam, par bêtise ou sciemment, de façon à museler toute critique de l’islam (le coran, la sunna, les hadiths), qui serait en fait une critique des musulmans et donc, un racisme. 
L’islamophobie signifie une peur de l’islam, pas des musulmans, elle est donc légitime, sinon nécessaire en ce moment.


Ces mêmes médias qui confondent les croyances et les hommes ne se privent pas, du coup, pour laisser entrevoir, pour certains, et sous couvert d’une critique “antisioniste” de la politique d’Israël, leur haine des juifs.

Font-ils semblant de ne pas comprendre la phrase essentielle d’Alain, à rappeler à chaque fois qu’on aborde le sujet des religions et de l’islam en particulier : “Toutes les personnes sont respectables, mais aucune croyance n’est respectable.”

Ensuite, par ignorance, certains ne voient pas le problème du voile, car ils considèrent qu’après tout, de la liberté individuelle le voile n’est qu’un des avatars.

 Me cacher derrière un voile ou un smartphone, chacun sa liberté finalement, dans une société noyée dans le relativisme culturel et l’individualisme primaire. On relira avec intérêt les propos de Lévy-Strauss dans Race et histoire*.


D’autres encore pensent que l’économie passe avant tout, avant même l’identité. Ils feront alors commerce ou alliance avec quiconque, pourvu qu’ils touchent leur argent. 
Il est plus vendeur de montrer un gros islamiste qui fait tâche, au 20 h, plutôt qu’un intellectuel rationnel développant une pensée informée.

Ne savent-ils donc pas que leur chère laïcité n’existe pas en islam ? Pensent-ils que les musulmans ne méritent pas les libertés durement obtenues en Europe ? Voudront-ils un jour se renseigner sur les cultures d’islam sans idéologie, ou continueront-ils à colporter ce Le Déni des cultures* ?

Quelle que soit la raison, le journaliste est, dans tous les cas, limité par la prise de risque consistant à se mettre en dehors de la meute bien pensante (comme Boris Cyrulnik en signale la difficulté dans Ivres paradis, bonheurs héroïques*), pour, en aucun cas et à tout prix, ne pas être du côté des “fachos”.


Conclusion

Quels types de citoyens trouveront le courage d’affronter calmement (politiquement) les insultes et l’inertie de la meute, médias en tête ?

Je crois qu’il reste deux solutions. Ou bien un sursaut identitaire de l’animal France blessé, amenant à dénoncer et combattre idéologiquement et systématiquement toute entrave à la laïcité, dans la loi et dans l’esprit de la loi, ou bien l’affrontement plus ou moins violent entre multiculturalistes et mono culturalistes.

Mon sentiment est que la première option est chaque jour un peu moins possible, et la deuxième chaque jour un peu plus à l’œuvre.

Il y a, en tout cas, une possibilité historique de généralisation du relativisme culturel en France, et donc de l’imposition de l’islam le plus obscurantiste à moyen terme, financé à coup de milliards par de vénérables pays amis*.

Je crois que ces enjeux sont ressentis par tous les citoyens français, mais continuent à être sciemment occultés par les médias.

Ces derniers auront une lourde responsabilité dans La Guerre Civile Qui Vient*.


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Max Unger pour Dreuz.info.