Google+ Badge

mercredi 28 juin 2017

L' ASSEMBLÉE NATIONALE TRANSFORMÉE EN COUR D' ÉCOLE .....


Excellent article d’Alexandre Boudet

Source : Alexandre Boudet, www.huffingtonpost.fr, 28/06/2017


Quand une élection entre Eric Ciotti et Thierry Solère transforme le palais Bourbon en cour d’école.


POLITIQUE – C’est d’ordinaire une séance réglée au millimètre où tout est discuté et négocié à l’avance. 

Le deuxième jour d’une législature est consacré à la nomination du bureau de l’Assemblée nationale

Une vingtaine de postes (un président, six vice-présidents, trois questeurs et douze secrétaires) équitablement réparti selon les forces en présence au palais Bourbon.


Ce mercredi 28 juin, c’est à cela que les députés auraient du assister, une fois qu’ils ont eu fini de débattre de l’absence de cravate de Jean-Luc Mélenchon et de ses collègues insoumis. 


Mais rien ne s’est finalement passé comme prévu et le spectacle offert par la représentation nationale a carrément “époustouflé” le pourtant très expérimenté communiste André Chassaigne.


Le duel Ciotti-Solère met le feu aux poudres

Commençons par le début. 
La séance a ouvert à 15 heures avec un coup de théâtre
 Alors que trois places de questeurs était en jeu et que d’ordinaire, trois députés sont candidats (deux de la majorité et un de l’opposition), quatre candidatures ont été enregistrées.
 Deux pour La République en marche, conformément à la tradition et deux pour la droite.


Alors qu’Eric Ciotti du groupe Les Républicains semblait s’acheminer vers une élection tranquille son collègue “constructif” Thierry Solère a décidé de se présenter.

 Issu d’un groupe composé de députés UDI et LR macron-compatibles, le Monsieur loyal de la primaire de droite a finalement remporté l’élection en profitant du vote en sa faveur de tous les députés macronistes.


Techniquement, rien ne s’opposait à son élection puisque le groupe dont il est issu s’est enregistré comme étant dans l’opposition. 

Seulement il a été élu dans les Hauts-de-Seine avec la bienveillance de La République en marche qui n’a pas présenté de candidat face à lui et il s’est dit prêt à voter la confiance au premier ministre.

 Bref, pour Christian Jacob (patron du groupe Les Républicains), il fait partie de la majorité et son camp s’est fait voler le poste traditionnellement dévolu à l’opposition. 


Alors qu’Eric Ciotti y voit “un hold-up démocratique”, Thierry Solère lui répond que “Les Républicains sont tristes parce qu’ils ont perdu les élections” et qu’ils “n’ont pas compris qu’on avait changé d’ère”.


Alerte enlèvement dans les couloirs du palais Bourbon
Pour contester cette élection, Les Républicains ont réclamé et obtenu [..] 


Lire la suite et écouter les interventions (surtout celle de Chassaigne) sur www.huffingtonpost.fr


==========================================
Un mouvement intéressant (à lire ici) :


---