Google+ Badge

vendredi 9 juin 2017

ÉDUCATION: RETOUR SUR LE REDOUBLEMENT........

 

Education Nationale Profs Demission

Education : « L’interdiction du redoublement était le symbole d’un égalitarisme absurde »

Eugénie Bastié ♦
Entretien donné à FigaroVox.


Le délégué général de SOS Éducation Jean- Paul Mongin se félicite du rétablissement du redoublement prôné par le nouveau ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. 

Il se réjouit de son approche pragmatique qui permet de dépasser les stériles querelles idéologiques.



FigaroVox : Le nouveau ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer juge «absurde» l’interdiction du redoublement. A-t-il raison?  
La question n’est donc pas « pour ou contre le redoublement ? », mais « quel usage doit-on en faire ? »
 
Jean-Paul Mongin :Une fois de plus, on a cherché en 2015 à appliquer urbi et orbi, sans tenir compte de la très grande diversité des situations rencontrées sur le terrain, une mesure d’interdiction fortement inspirée par un égalitarisme niveleur, celui-là même qui refuse toute sélection des élèves, toute évaluation chiffrée, toute différenciation des curricula. 

Avec, en plus, cette forme de pensée magique: pour mettre fin à l’échec scolaire, il suffirait de le décréter. C’est effectivement absurde! Comme il serait absurde de considérer, à l’inverse, le redoublement comme l’unique solution adaptée aux difficultés rencontrées par les élèves.

Le redoublement est juste un dispositif parmi d’autres. Il doit rester un recours possible pour les équipes éducatives, car il peut permettre dans certains cas à des élèves de reprendre pied, alors qu’ils sont en train de boire la tasse dans leur parcours scolaire Najat Vallaud-Belkacem 

 La question n’est donc pas «pour ou contre le redoublement?», mais «quel usage doit-on en faire?».
L’ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem jugeait le redoublement inefficace et coûteux. La plupart des élèves semblent «subir» le redoublement. N’est-ce pas là un argument recevable?
Sur l’impact budgétaire, il faut avoir une vision un peu moins courte. 

Certes, le redoublement «coûte» cher à l’État chaque année (à peu près 2 milliards d’euros, selon une étude publiée en 2015, enseignement supérieur non inclus), puisqu’il retarde la sortie du système des élèves concernés. Mais combien coûte le décrochage scolaire? 30 milliards par an. 
Si donc le fait de redoubler permet ne serait-ce qu’à 10% des décrocheurs potentiels de remettre le pied à l’étrier, ce dispositif est à terme ultrarentable.

La question est donc bien celle de l’efficacité, or celle-ci est très difficile à mesurer: si on compare le parcours scolaire d’une cohorte d’élèves redoublants à celui d’une cohorte d’élèves non-redoublants, on voit bien sûr que le redoublement ne permet pas aux premiers de surperformer par rapport aux seconds. Mais on ne peut rien en conclure, puisque les élèves redoublants étaient par définition des élèves en difficulté! Les études cherchant à démontrer ainsi l’inefficacité du redoublement reposent sur un biais qui les disqualifie – il faudrait comparer le parcours de cohortes d’élèves rencontrant des difficultés similaires, que l’on ferait ou non redoubler pour les besoins de l’enquête, c’est évidemment compliqué à mettre en place… 
Ce qui est incontestable pour le moment, c’est qu’il existe des cas de redoublements efficaces, tous les professeurs peuvent en témoigner.

La perception par l’élève de son redoublement joue incontestablement un rôle décisif: s’il le vit comme une brimade arbitraire, celui-ci a peu de chance de se montrer fructueux. Le redoublement doit être compris, et même perçu comme une opportunité. Il y a certainement des efforts à faire en ce sens.
Dans certains cas, placer un élève face à ses responsabilités en lui expliquant qu’à un moment ou un autre, il va falloir se mettre au travail, c’est aussi l’aider à grandir.

Mais je ne suis pas pour autant de ceux qui considèrent que la perspective du redoublement-sanction est dénuée de toute pertinence pédagogique: dans certains cas, placer un élève face à ses responsabilités en lui expliquant qu’à un moment ou un autre, il va falloir se mettre au travail, c’est aussi l’aider à grandir.


La France semble championne de cette pratique. Est-ce un système typiquement français?
Le redoublement en France a surtout beaucoup diminué. En 1993, quasiment un élève de troisième sur deux avait redoublé. 

En 2014, cela ne concernait déjà plus qu’un élève sur quatre. Cela reste certes élevé, de l’ordre de deux fois le taux moyen de redoublement dans l’OCDE (13%), mais celui-ci recouvre des réalités nationales très diverses.

Comment font les autres pays?
Les pays latins (France, Espagne, Italie) et dans une moindre mesure germaniques connaissent le redoublement, au moins en fin de cycle. Les pays scandinaves, anglo-saxons ou asiatiques y ont beaucoup moins recours, avec il est vrai des performances qui peuvent être meilleures que les nôtres. Toutefois, avant d’extrapoler sur des liens de cause à effet, il faut avoir une approche systémique: tous les pays n’ont pas les mêmes modalités de différenciation dans les apprentissages scolaires. En Finlande, par exemple, les élèves en difficulté suivent des enseignements spéciaux, dont le volume horaire varie en fonction de leur profil. 

En Asie, les familles ont massivement recours à du soutien scolaire privé, ce qui permet d’homogénéiser le rythme d’acquisition à l’école. D’autres modèles peuvent proposer une différenciation entre les disciplines, offrant aux élèves de suivre des cours plus ou moins approfondis selon leur niveau, et non plus selon leur âge: la notion de «classe», et donc de redoublement, n’a alors plus vraiment de sens. 
Gardons-nous donc d’envisager cette question d’une façon trop binaire.
En 1993, quasiment un élève de troisième sur deux avait redoublé. En 2014, cela ne concernait déjà plus qu’un élève sur quatre.

Même au sein du système scolaire français, on pourrait aller vers une certaine flexibilité par rapport à cette pratique, en fonction notamment des choix portés par chaque établissement, et de son projet pédagogique. 

C’est, il me semble, la ligne proposée par le ministre actuel, qui introduit parallèlement un certain nombre de dispositifs visant à compléter la «boîte à outils» mise à disposition des équipes éducatives: stages de remise à niveau, aide aux devoirs… 

Cette approche pragmatique ouvre la possibilité de dépasser les stériles querelles idéologiques, il faut s’en féliciter.

Source:   https://metamag.fr/2017/06/08/