Google+ Badge

mercredi 14 juin 2017

DISCRIMINATION POSITIVE ........

Jared Taylor 2

Jared Taylor : « La discrimination “positive“ a toujours été la discrimination contre les Blancs »

 
14/06/2017 – FRANCE (NOVOpress) : Au lendemain des événements dits d’Evergreen, l’Américain Jared Taylor a accordé un entretien exclusif à l’hebdomadaire Minute

Le fondateur de la revue American Renaissance témoigne de la folie du racisme anti-blanc qui règne dans son pays. 

Courts extraits.
Minute Jared Taylor 

Minute : Comment considérer cette évolution des rapports entre groupes ethniques aux Etats-Unis ?
 Est-ce l’aboutissement cahotique de cinquante ans de discrimination positive ou bien est-ce la mutation de la discrimination positive en un racisme antiblanc ?


Jared Taylor : Il n’est pas facile de distinguer l’un de l’autre. 

La discrimination soi-disant “positive“ a toujours été la discrimination officielle contre les Blancs. 
 Mais comme malgré tous ces efforts de discrimination en faveur des “minorités“, celles-ci réussissent globalement moins bien que les Blancs ou les Asiatiques, le système est obligé d’aller encore plus loin dans l’accusation contre les Blancs et leurs responsabilités dans l’échec de ces minorités. […]

Minute : Vu d’Europe, votre situation est paradoxale : vous avez vingt ans d’avance sur nous pour ce qui est du « politiquement correct » mais, grâce au premier amendement, vous bénéficiez d’une liberté de parole totale, contrairement à ce qui se passe en France. 
Pour qui êtes-vous le plus optimiste, l’Amérique ou l’Europe ?

Jared Taylor : Pour l’Europe ! Incontestablement.
 Nous, Européens d’Amérique, avons des sites internet et des blogs, mais nous n’avons aucun poids politique, aucune chance de peser sur les décisions. 
Donald Trump a des réactions instinctives saines. 
Mais il a face à lui des ennemis puissants sans parler de son style vulgaire qui choque beaucoup, même parmi ses partisans. Il risque donc de faire peu, trop peu.
En revanche, les nations européennes de l’Ouest ont la chance de disposer de partis politiques qui luttent pour la survie de leurs peuples et de leur civilisation. C’est déjà beaucoup.

De plus, en Europe de l’Est, en Pologne, en Hongrie, en Slovaquie, vous avez des gouvernements qui ont compris le danger migratoire et les enjeux civilisationnels.

C’est réellement un grand espoir pour tous les Européens du monde.
Extrait d’un entretien à lire dans son intégralité
dans Minute daté du 14 juin 2017