Google+ Badge

jeudi 15 juin 2017

AU NOM DE LA LIBERTÉ D' EXPRESSION......

TRIBUNE LIBRE !

Emmanuelle, Valérie et 122 candidats FN qu’il faut aider à gagner

Publié le 14 juin 2017 - par  

Share

Sans être tendre avec le Front National, je ne suis pas pour autant une vieille carne emplie d’amertume et de regrets.
 J’ai rencontré au Front National, des gens de grande valeur, des patriotes dévoués jusqu’à l’abnégation d’eux-mêmes. 


C’est différent dans les étages. Il y a dans ce parti politique, à boire et à manger. 

Des mignons de la Reine, et des grognards fidèles. 

Les mignons sont sans intérêt, placés là par le jeu du copinage, ils se ramasseront, et iront voir ailleurs si le terreau politique est plus sympathique. 

Ils furent placés là pour remplacer les grandes gueules, ceux qui n’avaient pas le petit doigt sur la couture du pantalon. 
Ceux qui auraient fait tache, en tant qu’élus dans les Conseil Régionaux. 

Fidèles, mais incontrôlables pensait la direction, des Cambronne en puissance devant l’ennemi ! À une époque, où justement, il ne fallait plus nommer l’ennemi, ou l’édulcorer façon « islamisme radical ». 

Des fidèles depuis longtemps, si ce n’est depuis toujours, et écartés brutalement sur ordre d’en haut, disent les « hautes instances » de Nanterre, ou sur ordre de la Reine Marine, s’appuyant hélas, sur des délations de gauchistes (Buzzfeed).


C’est vers ces grognards que je me tourne, tout cabossés, éreintés, épuisés, encore debout, sonnés par les piètres résultats, mais sonnant encore le clairon, quasi sans arme, presque abandonnés par  les généraux, soutenus par les sergents et caporaux encore vivants sur le terrain électoral. 

Ils sont là le soir, le matin, et ils collent encore, distribuent, expliquent et refusent de baisser les bras.   Patriotes un jour, patriote toujours. 

C’est vers ces quelques généraux qui restent, ces sergents et caporaux que je me tourne, pour leur dire mon admiration, je pense à Louis Aliot bien sûr, pour lequel j’ai une vrai sympathie, à la grande gueule de Gilbert Collard, qui souvent a remonté les bretelles des lâches députés durant son dernier mandat, Un soutien total pour deux femmes d’exception que sont Emmanuelle Ménard et Valérie Laupies.  

Pour des raisons différentes d’ailleurs, puisque j’ai eu la chance d’en rencontrer une, mais pas l’autre. 
Pour autant, j’ai pu échanger et réaliser leur sincérité profonde, et leur engagement patriote. 


Une pensée pour ceux qui vont défendre leurs positions partout en face des traîtres à la Nation, les immigrationnistes, les mondialistes, les islamophiles et autres lécheurs de babouches. 

Je pense à : 
Bruno Subtil,  Ludovic de Danne, Antoine Baudino, Sébastien Chenu, Frédéric Boccaletti, Jean Messiha,  Philippe Murer, Sophie Montel, Sylvie Goddyn, Jérôme Rivière, Bruno Bilde,  Philippe Lottiaux, Philippe Vardon, Marine Le Pen, Laurent Philippot, etc. 


Ils sont 122 à défendre nos couleurs. 
Pardon à tous ceux que je n’ai pas pu citer ! Haut les cœurs grognards de France, compagnons de notre libération future !