Google+ Badge

mardi 30 mai 2017

LE RAMADAN DANS LES DEUX RIVES DE LA MÉDITÉRANNÉE ?


Algérie. Des militants Kabyles réclament l’ouverture des restaurants durant le Ramadan

ramadan

30/05/2017 – 06h15 Alger (Breizh-Info.com) –  Si en France, de nombreux Algériens réclament le respect de leur rite religieux musulman (ouverture de mosquée, horaires adaptés dans les entreprises ..) en Algérie, les autorités musulmanes n’appliquent pas la même tolérance que les autorités françaises.
Pendant le ramadan durant lequel les musulmans s’abstiennent de boire, de manger, de fumer et d’avoir des relations sexuelles du lever jusqu’au coucher du soleil, les restaurants sont ouverts seulement dans les hôtels de luxe, et les autorités tout autant que les religieux incitent (en mettant la pression s’il le faut) la population à respecter le jeûne, l’un des cinq piliers de l’islam.

Jusque dans les années 1980, dans les villes au moins, les restaurants étaient ouverts et ne jeûnaient que ceux qui le voulaient.

En Kabylie, ces interdictions ne passent pas, chez toute une partie de la population qui n’est pas forcément musulmane, et encore moins pratiquante.

Cette année, des habitants de la province de Béjaïa , en Kabylie, ont  protesté, ce dimanche 28 mai pour réclamer l’ouverture de restaurants et cafés durant ce mois de Carême. 

Pour le journal en ligne « Algérie Part »,  « L’initiative est une première du genre. Certaines sources locales ont affirmé que ce sont plutôt les militants du MAK qui ont porté ces revendications. ».



L’an dernier, un groupe d’activistes avait organisé un déjeuner public à Aokas, dans la wilaya de Béjaïa. En 2015, c’était dans la ville de Tizi-Ouzou qu’une manifestation similaire avait eu lieu.

 Les promoteurs de cette initiative avaient justifié leur acte par l’intervention effectuée par des gendarmes dans un café fermé dans la localité d’Iflissen. 

Un geste perçu comme une provocation de la part des autorités surtout que le commerce travaillait porte fermée, comme c’est, d’ailleurs, le cas dans d’autres régions de la Kabylie.

Le débat sur la liberté de manger en public durant le mois de Ramadan revient chaque année en Algérie (voir ici en 2013).


Fréquemment, des non-jeûneurs sont arrêtés dans différentes régions, manger en public à cette période étant considéré comme une « atteinte aux percepts de l’Islam » comme le stipule la loi algérienne.

 D’autres ont également été lynchés par la foule il y a quelques années.

Peu rassurant lorsque l’on sait qu’Emmanuel Macron, nouveau Président de la république, déclarait au début de l’année vouloir proposer « au gouvernement algérien la création d’un Office franco-algérien de la Jeunesse, à l’instar de ce qui existe entre l’Allemagne et la France, pour favoriser la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée ».


Crédit photos : DR [cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine