Google+ Badge

mardi 9 mai 2017

L' HÉRITAGE ! L' ADVERSAIRE EST BIEN LE SYSTÈME ......


Incarné par Hollande hier, par son « fils » Macron aujourd'hui, l'adversaire demeure le Système !



Mur-bleu gds.jpg 




Le fils politique de François Hollande, candidat par ailleurs choisi et IMPOSE par la cléricature médiatique, est donc le nouveau visage de ce Système mortifère qui, inexorablement, déclasse et rabaisse la France.


Mais s'il est un président légal, certes, on peut parfaitement penser, et dire, que le nouveau président peut être regardé comme n'étant pas légitime.


Pourquoi ?

Notamment parce qu'il ne représente pas un nombre suffisant de Français, et, là, ce sont les chiffres qui le disent : 

1. :
- 3 millions de non-inscrits et 6,5 millions de mal inscrits, qui pour telle ou telle raison ne votent donc pas (source : France info ) ;
- plus de 10 millions d'abstentionnistes (exactement 10.577.572 : 25,4%) ;
- plus de 4 millions de bulletins blanc ou nuls (11,47%) ;


2. :
Ce qui relativise forcément - et fortement -les résultats des candidats
- 20 millions 750.000 pour Macron (66,1%) ;
- 10 millions 644.000 pour Marine Le Pen (33,9%).

Le total des trois premières catégories de Français représente donc 23 millions et demi voix, soit presque 3 millions de plus que ce qu'a obtenu Emmanuel Macron.

Ajouté aux voix de Marine Le Pen, ce total monte à 34 million de voix, quasiment 14 millions de plus que le nombre de voix recueillies par Emmanuel Macron.


Emmanuel Macron représente donc largement moins de la moitié des Français, et de plus tout le monde sait pertinemment qu'une grande partie de ses électeurs, certes difficile à quantifier, n'a pas voté «pour» lui mais «contre» l'autre candidat (selon une enquête Ipsos pour le Cevipof et Le Monde publiée le 2 mai, 60% de ses électeurs affirment voter pour lui « par défaut »); et cela sous l'effet du bourrage de crâne et du matraquage hallucinant pratiqué par la caste médiatique, qui fait de la France l'un des derniers pays staliniens au monde.


Du reste, dès dimanche soir, les amis de Jean-Luc Mélenchon n'ont pas manqué de s'exprimer : 

- "Nous avons un président qui est faible", a estimé Raquel Garrido, une porte-parole de La France insoumise, soulignant qu'il y avait "beaucoup de votes par défaut". 


-"J'affirme ici sans manquer de respect à Monsieur Macron qu'il est minoritaire dans le pays (...), et malheur à celui qui croit utiliser cette Ve République autoritaire pour imposer des choses que les Français ne veulent pas", a prévenu Alexis Corbière, porte-parole du candidat de La France insoumise.


Il n'est évidemment pas question, ici, de prétendre changer le Système, ou de refuser un fait accompli.

 Il est simplement question de faire remarquer que, si cette façon de procéder est parfaitement légale - proclamer élu un président qui, l'un dans l'autre, ne reçoit l'adhésion franche que de 7 millions de Français - , elle peut tout aussi bien être regardée comme parfaitement illégitime. 


Elle condamne le Système, autant que ses échecs dans tous les domaines (6 millions de chômeurs, 9 millions de pauvres, 8 millions 1/2 de mal-logés...) 


Elle fonde et justifie notre action la seule « réellement d'opposition », car « prêchant ouvertement » contre le régime lui-même, selon les expressions employées, en d'autres temps, par Léon Daudet. 


http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/05/08 



ET AUSSI



Hollande – Macron : les alliés du 8 mai

Macron Lors De Son Discours

Hollande – Macron : les alliés du 8 mai

Raoul Fougax ♦

Ils fêtent leur victoire, celle du système mondialo- médiatique

Ils ont gagné la guerre. Le président sortant et le président élu célèbrent le 8 mai ensemble.
Cette image est le symbole qui apporte la preuve que Macron est la continuité de l’idéologie dominante. Il est la continuité de l’ancien pouvoir qui a revêtu habillement des habits neufs. L’opération chirurgie esthétique a donc réussi. 

Le système mondialiste, immigrationiste, non seulement se poursuit mais il s’est rajeuni.

 Le déclin, l’échec, se revendique espoir.

Hollande et Macron n’aiment que l’histoire de France qui les sert idéologiquement. Leur roman national est spécifique et limité à la deuxième guerre mondiale. Le 8 mai, on célèbre une France acteur majeure de la victoire des alliés et qui s’est libérée seule. Cette histoire reconstituée est imposée comme une vérité indiscutable. Tout procède de là.

Marine Le Pen a commis l’erreur de penser que c’était dépassé, que les Français votaient pour la réalité du moment

Elle s’est dédiabolisée en se soumettant, peut être par conviction d’ ailleurs, à la lecture gaulliste et resistancialiste de l’histoire. Elle a été huée comme fasciste et pétainiste. Tout ça pour ça. Elle a sous-estimé le totalitarisme idéologique médiatique.

Bien sûr, le FN a battu un nouveau record historique et se met à rêver de devenir l’opposition au “macronisme“. Ce serait légitime. 

La macromania cependant va déferler comme l’Obamania, médias aidant, sur la France. Le président peut avoir une majorité présidentielle surtout avec le reniement des Républicains et Socialistes allant à la soupe.

Le Fn risque de se retrouver avec un nombre ridicule de députés par rapport à ses suffrages peut-être même pas un groupe contrairement aux écologistes et centristes des magouilles parlementaires. Le respect de la démocratie a bien une limite, et c’est le Front National. Ne pas le comprendre, c’est se condamner aux déceptions à répétitions.

La déception de trop pourrait alors provoquer une crise au sein du Fn et un découragement des troupes

Marine Le Pen doit absolument lutter contre la résignation du «  Elle n’y arrivera jamais » C’est bien sûr de plus en plus difficile.
Le roman de l’histoire manipulée sera encore exploité contre elle lors de la journée de l’abolition de l’esclavage, puis au deuxième tour de la législative qui tombe, comme ça tombe bien, un 18 juin.
Marine a cru se débarrasser avec son père du poids de 1945…. Elle a eut tort.

Renvoyée à un passé diabolisé et qu’elle n’a jamais osé défendre même sur l’Algérie, mauvaise au débat, chahutée les derniers jours et victime d’un tribunal médiatique permanent, elle a fait encore progresser le Fn. 

C’est un exploit, mais qui pourrait ne déboucher sur rien. Elle a changé le Fn. Elle veut maintenant s’en débarrasser comme du père en changeant le nom du parti. Cela ne suffira pas. 

Même Hercule n’a pu se débarrasser de la tunique de Nessus.

Elle n’en sera pas pour autant invitée au défilé du 8 mai. 

Elle ne sera jamais dans le camp des vainqueurs qui écrivent l’histoire. Le comprendre, l’admettre et faire avec, se révèle indispensable.

Macron 2017, c’est «sûr des penser anciens faisant des vers nouveaux » et ça marche pour En Marche.


https://metamag.fr/2017/05/08/