Google+ Badge

lundi 22 mai 2017

IMMIGRATION ET ÉTAT DES LIEUX ! TRIBUNE LIBRE !

Etat des lieux d’une France détruite par l’immigration

Publié le 21 mai 2017 - par -
Share
 

L’immigration est devenue un fléau économique et social qui va détruire peu à peu l’ensemble de la nation. Il n’y a aucune illusion à avoir puisque nos dirigeants sont totalement acquis à la cause mondialiste et au multiculturalisme.

Plus la situation empire, plus ils ouvrent les frontières.

Mais il faut avouer qu’ils n’ont aucune raison de changer de politique puisqu’à chaque élection majeure, les Français leur signent un nouveau chèque en blanc, en se réjouissant d’avoir écarté le Front National, symbole du mal absolu.


Les Français ne votent jamais pour tel ou tel programme leur promettant un avenir meilleur, ils votent UNIQUEMENT pour barrer le Front National. C’est leur seule obsession.


Notre France millénaire, qui avait le cinquième niveau de vie au monde en 1980, se tiersmondise à grande vitesse, oublie ses 2000 ans d’histoire et ses 1500 ans de chrétienté, mais le peuple applaudit. 

Le FN ne passera pas, mission accomplie !

La France se suicide dans l’allégresse générale. Et tant pis pour notre patrimoine culturel qui part en lambeaux. 
Tant pis si nos enfants héritent d’un champ de ruines dans un climat de quasi guerre civile. 
On danse sur un volcan, mais l’essentiel est de barrer le seul parti qui entende défendre notre identité.
66% des citoyens ne veulent plus d’immigration et jugent que l’islam ne veut pas s’intégrer, mais ils sont 66% à avoir voté pour un immigrationniste qui rêve de suivre la folle politique migratoire de Merkel. Comprenne qui pourra.

Les Parisiens se plaignent de l’insécurité et des camps sauvages qui souillent la capitale, mais ils ont voté à 90% pour Macron qui veut davantage d’immigration et ont accordé seulement 5% de leurs suffrages à Marine qui souhaite fermer les frontières….

A chaque élection, les électeurs ne font qu’attiser les braises de la fracture identitaire. La France est devenue une mosaïque de peuples qui ne partagent plus d’avenir commun. La cohésion nationale n’est plus qu’une illusion.

L’immigration de millions de déshérités n’a apporté que chômage, misère, appauvrissement généralisé, violence et insécurité. 
Un formidable terreau pour l’islam radical qui sème la terreur en menant des attentats aveugles.

C’est ce que nos bisounours appellent une richesse pour la France !

Des quartiers entiers sont devenus des zones de non-droit. Des milliers de cités sont devenues un enfer pour les natifs qui n’ont pas les moyens de s’en extraire.

Dans certains quartiers abandonnés par la République, les barbus ont pris le relais en toute impunité, imposant à tous la charia et leurs codes moyenâgeux.

Gare à celle qui ose porter une jupe ou un décolleté ! La “police des mœurs” veille, comme en Arabie. Les femmes apeurées rasent les murs. Nous assistons à une lente prise de contrôle des territoires par les ennemis de la République, sous l’œil indifférent des autorités.

La parité dans l’Hémicycle oui, mais l’égalité hommes-femmes dans nos banlieues, non ! Nous sommes gouvernés par des poules mouillées.

Autorités qui sont prêtes à toutes les soumissions, toutes les compromissions, toutes les lâchetés, tous les petits arrangements et accommodements raisonnables, pourvu que leur renoncement permanent et leur lâche égoïsme puissent acheter leur tranquillité et les faire réélire.

Depuis de Gaulle et Pompidou, il n’y a plus d’homme d’Etat soucieux de l’intérêt général et de l’avenir du pays. On l’a encore vu après l’élection présidentielle.

Les traîtres sont légion à passer dans le camp adverse avec armes et bagages, pourvu qu’on remplisse leur gamelle. Ce sont des mercenaires qui se vendent au plus offrant, sans états d’âme. Tout s’achète, surtout les politiques sans fierté ni honneur.

Mais tous, sans exception, osent nous expliquer qu’ils agissent pour le bien de l’Etat, avec la seule volonté de servir leur pays ! Ils sont pitoyables.

Savent-ils seulement ce que signifie “servir la France” ?


Au cours des 230 opérations extérieures menées par nos soldats depuis 1962, 628 d’entre eux sont morts pour la France. 
Pas pour leurs privilèges d’élus !

Ils sont morts pour les symboles de la nation abandonnés par le pouvoir. Notre drapeau que les dirigeants ont laissé piétiner et brûler, notre Marseillaise qu’ils ont laissé siffler sans réagir. Ces symboles abandonnés, c’est Marine qui les a ramassés.

Quelle belle leçon de courage et d’honneur que ces jeunes soldats ont donnée à des élus carriéristes qui ont oublié que la France a longtemps été le phare du monde, avant qu’elle ne soit sacrifiée sur l’autel du mondialisme et du multiculturalisme.

Nos élus sont tellement lâches et le peuple tellement intoxiqué au poison du politiquement correct, qu’ils ne réalisent même pas qu’ils détruisent l’avenir de leurs propres enfants et que la France va connaître des Saint-Barthélemy comme l’annonçait déjà Michel Poniatowski il y a 25 ans.


Nos élus sont les fossoyeurs de la nation au lieu d’en être les protecteurs.

Qu’ils soient maires, députés, ministres ou président, ils ont tous capitulé depuis 30 ans. Trente années  de débandade par peur d’être taxés de racisme, ou pire, d’être accusés de lepénisme !

Au moindre incident avec un immigré ils courent tous aux abris en braillant “pas d’amalgame” et en tapant sur les patriotes accusés de distiller la haine.

Mais qui a tué des centaines d’innocents à coups de Kalachnikov ? Les patriotes ou les islamistes ? De quel côté est la haine ?

C’est le refus de s’intégrer qui pose problème, ne renversons pas les rôles.


Quand la Légion intègre des soldats de 130 nationalités différentes, tous prêts à se sacrifier pour la France, tous les patriotes saluent ce succès unique au monde.

Plus question de race ou de religion puisque ces étrangers aiment la France.

Mais ce travail admirable d’intégration que font nos officiers et instructeurs de la Légion étrangère, nos élus sont incapables de le faire au niveau national.

Ils ont oublié que c’est dès l’école que se fait l’intégration, par la discipline.
L’autorité de l’Etat et le respect d’autrui, ça commence avec l’autorité du maître.
Imagine t-on un enseignant du Maghreb se faire insulter par un élève ou ses parents ?
 C’est pourtant monnaie courante en France !! On a tout accepté.

Par conséquent, ceux qui voient un raciste chez tout patriote sont des hypocrites.
On ne sauvera pas la France en culpabilisant ceux qui veulent la défendre et en protégeant ceux qui la haïssent.

Et quand un contrôle d’identité tourne mal, la présomption d’innocence c’est pour l’immigré qui refuse le contrôle, la présomption de culpabilité c’est toujours pour les policiers qui assurent notre sécurité. L’IGPN ne chôme pas !

Ce que vivent les Calaisiens avec les migrants n’est qu’un avant-goût de ce qui attend les Français sur l’ensemble du pays. Car à Calais rien n’est réglé.

Dans toute l’Europe les violences et les agressions sexuelles se multiplient.
Cette invasion migratoire aggravée avec la désintégration du Moyen-Orient suite aux printemps arabes, a fait exploser toutes les statistiques de la délinquance.

Le harcèlement dont sont victimes les femmes dans le quartier de la Chapelle-Pajol à Paris n’a rien de nouveau. Mais pour une fois la presse en a parlé.

Alors, les élus de droite comme de gauche feignent de s’offusquer en découvrant l’ampleur du phénomène. Mais voilà des années que nos femmes se plaignent du harcèlement dans la rue ou dans les transports en commun, sans aucune réaction des élus.

Au cœur de la Ville Lumière les femmes sont insultées, humiliées, accostées tous les 10 mètres au milieu d’une faune inquiétante de dealers et trafiquants en tout genre. Elles ont peur de sortir, de se vêtir selon leurs souhaits. La peur est permanente. Voilà où mène le laxisme politique et  judiciaire.
Quelle image déplorable pour la France, première destination touristique au monde et qui ambitionne d’organiser les JO de 2024 !

L’insécurité va tuer le tourisme. Les vidéos surréalistes de guérillas urbaines à répétition font le tour du monde, laissant les étrangers abasourdis.

Paris se transforme en ville du tiers-monde, tant les camps sauvages se multiplient. Et le mal se propage au rythme des arrivées de migrants, 100 par jour selon la préfecture. Tout est saturé et personne n’en veut en province.

Tous les déboutés du droit d’asile que l’Allemagne ne veut plus arrivent en masse en France, l’Eldorado social de tous les damnés de la terre. Et en Italie il en arrive 1000 par jour, qui rêvent de venir en France.
Nous avions éradiqué la pauvreté à la fin des Trente Glorieuses, nous avons 9 millions de pauvres.
Nous avions éradiqué le chômage, nous avons 6,5 millions de chômeurs et le taux atteint 40% chez certains immigrés.
Nous avions éradiqué l’insécurité, 80% des détenus sont étrangers ou d’origine immigrée. Deux tiers des condamnés sont musulmans selon Jack Lang…

L’échec de l’intégration est tel que le choc des cultures est manifeste dans tous les domaines.


Le droit à la différence a tué l’intégration.
L’école se nivelle par le bas et subit les assauts quotidiens des islamistes, avec violences verbales et physiques contre les enseignants.
L’hôpital n’est plus un havre de paix mais un lieu où les violences contre le personnel soignant deviennent quotidiennes.
Nos policiers, abandonnés par leur hiérarchie, sont paralysés par la peur de la bavure. Il leur est interdit de reconquérir les quartiers et de vider les caches d’armes et de drogue. C’est la capitulation permanente, pas de vague !

Et les rares juges qui aimeraient sévir ont souvent peur des émeutes et des représailles. Par conséquent, le Code Pénal, suffisamment sévère et dissuasif, n’est jamais appliqué.
Il  n‘y a plus d’autorité de l’Etat. Tout se désintègre peu à peu.
En fait, tout le monde a peur. Du président au plus petit élu, en passant par les petits patrons, les policiers, les enseignants, les médecins, les commerçants, et bien entendu les citoyens qui ne se sentent plus en sécurité nulle-part.

La peur est partout, à des degrés divers.

Depuis l’exécutif, traumatisé par les émeutes de 2005, jusqu’à l’homme de la rue craignant pour sa sécurité, en passant par les professions les plus exposées à la violence, ce sont des millions de Français qui, de plus en plus, vont au travail ou se déplacent la peur au ventre.
Même l’école n’est plus un sanctuaire de paix pour nos enfants.

Peur des émeutes, peur des représailles, peur des agressions et des viols, peur des bavures, peur des violences en tout genre, peur des plaintes judiciaires, chacun, à son niveau, a subi un bouleversement dans ses habitudes de vie ou son métier.
C’est un véritable effondrement de nos libertés que nous vivons. A commencer par la liberté de circuler et la liberté d’expression.

Et nous avons perdu ce droit élémentaire dans toute démocratie, qui est le droit à la sécurité. Les politiques sont coupables d’avoir abandonné la rue aux malfrats, assurés de l’impunité la plus totale.
Les multirécidivistes qui errent dans les rues sont légion.
Défendre son identité, c’est du racisme. Dénoncer l’échec de l’intégration, c’est de la xénophobie. Refuser l’islamisation de la société, c’est de l’islamophobie.
Tout est fait pour que les natifs s’adaptent à l’immigration et non l’inverse.

Les tribunaux tournent à plein régime pour traiter les plaintes pour racisme et islamophobie. Quant au racisme anti-Blancs, il n’existe pas comme chacun sait…

Depuis trente ans, l’Etat a tout laissé couler, se contentant de légiférer pour taire la vérité.
Il ne faut donc pas s’étonner que la France soit devenue une des principales cibles du terrorisme. Elle figure sur le podium, derrière l’Irak et la Syrie en guerre, mais devant l’Afghanistan et la Somalie ! Un exploit !

Des terroristes nés et élevés au sein de la République, alors qu’on nous rabâche que l’intégration est réussie…
Rappelons que la France est le seul pays d’Europe où on coupe la tête d’un patron, où on égorge un prêtre en pleine messe, où on égorge un couple de policiers à son domicile devant leur enfant de 3 ans, un pays totalement soumis et avachi où on attaque des commissariats en toute impunité.

Un pays où des racailles tentent de  brûler vifs des policiers dans leur voiture, sans que ceux-ci osent utiliser leur arme par peur de l’IGPN !
 Ahurissant ! Plutôt mourir que risquer de perdre son job !
C’est un total renversement des valeurs. 


Dans notre magnifique patrie des droits de l’homme, ce sont les policiers qui ont peur de la justice, pas les malfrats !
Et comme l’immigration explose et que les natifs ne font plus d’enfants, tout va s’aggraver.
Avec un taux de fécondité de 1,6 enfant par femme, la population de souche diminue de 20% à chaque génération.
Avec un taux de fécondité de 3,4 enfant par femme, la population immigrée augmente de 70% par génération.
A ces chiffres alarmants, il faut ajouter chaque année 200000 immigrés légaux et autant de clandestins.
Nous en sommes à 100000 demandeurs d’asile qui ne seront jamais expulsés.
Autant dire que la France n’a encore rien vu de ce qui l’attend…

Mais après tout, le peuple a une nouvelle fois voté pour ça. Avec le tandem Macron-Merkel, il  ne devrait pas être déçu.
En Allemagne il n’y a plus de droit de propriété.

La ville de Hambourg vient de réquisitionner des logements vacants privés pour y loger des migrants en itinérance.
Et la remise en état, obligatoire, sera à la charge du propriétaire !

En 2015, la ville avait déjà réquisitionné des locaux commerciaux, mais l’appétit des lobbies pro-immigrés est sans limite.
Une hotline permet à tout citoyen de signaler tout logement vacant.

A quand le même scénario en France ?


Chez nous, la loi de réquisition existe depuis 1945. Mais elle ne concerne que les logements appartenant à des personnes morales, banques et assurances.

Mais quand le pouvoir sera aux abois, l’exemple de Hambourg pourrait bien faire tache d’huile.

Et la police, qui n’a pas le droit d’expulser les squatters qui ont pris possession d’un logement pendant l’absence du propriétaire, aura par contre le devoir de pénétrer de force dans les logements vacants.


Le Droit au Logement, ça ne concerne pas les propriétaires qui souhaitent rentrer chez eux ! C’est aussi cela la justice sociale.

Les joies de l’immigration n’ont décidément pas fini de nous surprendre.


Jacques Guillemain   http://ripostelaique.com/



                               LA SOLUTION !