Google+ Badge

lundi 29 mai 2017

G7, RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE, COMMERCE ET IMMIGRATION !

29 mai 2017



 
Effet Trump sur les décisions du G7 !

Au sommet des sept principales puissances économiques qui se tient depuis hier en Sicile, dans la station balnéaire de Taormina, les grands de ce monde ont esquissé une déclaration conjointe pour freiner l’immigration.
Le G7 s’est ouvert officiellement vendredi 26 mai par une photo de famille dans le théâtre grec. 

Après le massacre de Manchester de lundi dernier, la lutte contre le terrorisme est devenue la priorité de l’agenda des 7 chefs de gouvernements.
 Il a été plus difficile en revanche de trouver une entente sur les autres thèmes comme le commerce, le réchauffement climatique, sujet qui n’intéresse pas spécialement Donald Trump, et l’immigration clandestine.
L’Italie, qui assure la présidence 2017 du G7, est particulièrement sensible, comme le président des États-Unis, à la question migratoire. 
Bien que le dossier ne soit pas une priorité du sommet, contrairement au climat ou au commerce international, Rome a choisi de le mettre sur la table. Le choix de l’île, principale porte d’entrée de l’immigration en Europe, comme région hôte est un choix symbolique.
Si sur le climat les chefs de gouvernement du Canada, de l’Allemagne, de la France, de l’Italie, du Royaume-Uni, du Japon et des États-Unis ont préféré laisser la question en suspend, sur l’immigration ils ont trouvé un compromis :
« Les gouvernements ont le droit souverain de fermer leurs frontières et de fixer un seuil pour les migrants mais il faut défendre les plus faibles. »

« Dans le respect des droits de l’homme et de tous les migrants et réfugiés, lit-on dans l’ébauche de conclusion, nous réaffirmons les droits souverains des États à contrôler leurs propres frontières et à fixer des limites claires sur les seuils d’immigration comme éléments clés de la sécurité nationale et du bien-être économique. »

Dans le document publié par l’agence allemande Dpa, est rappelée
« la nécessité de maintenir les réfugiés le plus proche possible de leur pays d’origine afin qu’ils soient en mesure de rentrer chez eux» et « de réaliser des partenariats pour aider les pays à créer les conditions à l’intérieur de leurs propres confins afin de résoudre les causes des migrations. » 

Les pays doivent en outre assurer « une migration sûre, légale et organisée » et « protéger les migrants et les réfugiés les plus vulnérables comme les femmes, les adolescents, les enfants et les mineurs non accompagnés. »

L’accent est mis aussi sur le renforcement des contrôles aux frontières. Il est souligné dans le document que tous ces moyens
« sont les instruments essentiels pour réduire l’immigration illégale et combattre la contrebande, le travail forcé, l’esclavage moderne et le trafic d’êtres humains et pour affronter les questions liées à la criminalité organisée transnationale, à l’extrémisme violent, au terrorisme et au commerce illicite. »


De cette manière lit-on encore dans l’ébauche de la déclaration
« nous serons en mesure de sauver les aspects positifs de la migration en reconnaissant les droit intrinsèques des pays hôtes à établir des politiques dans leur intérêt national. »


Francesca de Villasmundo