Google+ Badge

samedi 20 mai 2017

DES NOUVELLES DU FRONT ! TRIBUNE LIBRE !

Philippot a vidé le FN de fidèles militants en les poussant vers la sortie

Publié le 19 mai 2017 - par -
 
Après les présidentielles, et avant les législatives, nous avons eu le plaisir de rencontrer Frédéric Pichon, vice-président du Siel. 

Son regard sur l’élection qui vient de se dérouler, et les accusations sévères qu’il profère contre le numéro 2 du FN, Florian Philippot, feront sans doute réagir nombre de nos lecteurs. 

Bien évidemment, elle n’engage que Maître Pichon, et absolument pas notre site. 

Comme d’autre part, il est l’avocat de Riposte Laïque, il y a de quoi évoquer nombre de sujets…



L’élément fédérateur c’est la défense de l’identité et le refus de l’immigration et de l’islamisation, pas la sortie de l’euro

Riposte Laïque : Comment le Siel, dont vous êtes le vice-président, analyse-t-il le résultat de ces élections présidentielles, sachant que vous souteniez Marine Le Pen ?

Frédéric Pichon : Le SIEL a soutenu Marine le Pen jusqu’au bout. Cependant nous ne pouvons cacher notre déception du score du deuxième tour.
Le débat raté y est certainement pour beaucoup puisque j’ai  constaté autour de moi beaucoup d’indécis de droite qui comptaient voter Marine et qui finalement sont allés à la pêche. 
L’élément fédérateur de l’immense majorité des sympathisants c’est la défense de l’identité et le refus de l’immigration et de l’islamisation, pas la sortie de l’euro. 
Nous n’avons cessé de le répéter en vain. Malheureusement Marine s’est embourbée dans un débat confus sur l’économie alors qu’elle aurait pu faire la différence sur l’identité.


Philippot a vidé le FN de ses militants les plus fidèles en les poussant vers la sortie

Riposte Laïque : Vous avez écrit un article très sévère, sur Boulevard Voltaire, appelant à en finir avec la ligne Philippot. Pourquoi le vice-président du FN est-il à ce point votre bête noire ?
http://www.bvoltaire.fr/temps-den-finir-ligne-philippot/

Frédéric Pichon : Cela rejoint ce que je viens de dire. Qu’ils viennent de la droite ou de la gauche, qu’ils soient libéraux ou étatistes, l’immense majorité des électeurs du FN votent avant tout pour des motifs identitaires.
Pour Philippot qui est souverainiste chevènementiste, le clivage est entre les partisans et opposants  à l’euro et à l’union européenne. 
Il pense pouvoir fédérer les 55% de Français qui ont voté non en 2005. Seulement un vote de rejet contre un projet de traité ne se traduit pas automatiquement en vote d’adhésion pour un parti politique. 
 Donc même si cette question est importante, elle ne doit pas constituer le point phare du programme.

De plus, si nous ne sommes pas sectaires et nous souhaitons l’union de tous les patriotes  qu’ils viennent de gauche comme de droite, la ligne de Philippot est minoritaire parmi les militants du Front et même les électeurs. Marion avait obtenu plus de 80% au congrès en 2014.

Un sondage avait été fait en janvier dernier par Le Figaro et il en ressortait que 52% des électeurs du FN se sentaient en effet plus proches de Marion Maréchal que du vice-président du parti (29%).

Or Philippot n’a eu de cesse, en se livrant un chantage permanent à la démission auprès de Marine Le Pen, de s’assurer une position hégémonique au sein de l’appareil en éliminant par des procédures d’exclusion et de mise à l’écart systématique  tous les militants identifiés comme proches de Marion ou encore trop identitaires ou trop catholiques. 
A l’inverse, les proches de Philippot malgré des comportements parfois injurieux à l’encontre d’autres cadres du FN ont toujours bénéficié d’une incroyable mansuétude, Philippot prenant systématiquement leur défense, voire menaçant la présidente de démission.

Cela en s’appuyant sur des méthodes de flicage systématiques de la part de ses proches qu’il a fait embaucher notamment dans le pôle communication : identification des comptes hostiles à sa ligne, dénonciations et finalement mise à l’écart.

Sans compter de faux comptes facebook ou twitter pour tacler en interne Marion Maréchal.
Cela serait long à développer mais je peux prouver tout ce que j’avance. Il a donc littéralement vidé le parti de ses militants les plus fidèles en les poussant vers  la sortie. Le départ de Marion qui est toujours restée loyale à sa tante, bien qu’ayant ses convictions propres, n’y est pas totalement étranger.

La dernière entreprise en date étant la création de son parti « Les Patriotes » au sein du parti et ce alors que l’article 6 des statuts interdit la double appartenance. 
Il s’agit là d’un énième chantage à Marine Le Pen. 
Soit elle accepte, et il obtient gain de cause avant même que le congrès n’ait eu lieu – l’appellation les patriotes a été déposée à l’INPI par un de ses intimes, Joffrey Bollée, ce qui veut dire que si le FN adopte ce nouveau nom, il sera juridiquement prisonnier par le clan Philippot, un de ses proches  étant propriétaire de l’appellation.

Soit elle refuse et il menace de quitter le Front pour fonder son propre parti soit il rejoint le cas échéant Dupont-Aignan. 
La dernière étape du projet Philippot c’est l’éviction de Marine Le Pen. D’ailleurs ses militants ne s’en cachent pas sur les réseaux sociaux.



Nous n’avons cessé d’alerter Marine…

Riposte Laïque : Vous avez même été plus loin, dans cet article, évoquant les limites apparues de Marine Le Pen, lors de ce fameux débat. Vous paraissez donc contester le fait qu’elle puisse continuer à être le phare des patriotes ?

Frédéric Pichon : errare humanum est. Perseverare diabolicum. Ce n’est pas faute d’avoir alerté Marine que la plus grande marge de manœuvre était à droite et que c’était autour de thématiques identitaires qu’elle progresserait. 
Sarkozy l’avait compris en 2012 et avait fait 48%. Il avait également torpillé Le Pen en 2007 lorsque ce dernier s’était aventuré, sous l’influence de Soral, dans un discours incompréhensible pour ses sympathisants sur la dalle d’Argenteuil. Karim Ouchikh et Robert Ménard et avec eux Marion Maréchal  avaient encore attiré son attention à ce sujet au séminaire d’Etiolles en 2016 avant d’être éconduits. 
Les militants patriotes ne peuvent éternellement crier dans le désert auprès d’une direction autiste. Je crois que l’implosion souhaitable des républicains et celle plausible du Front national au moment du congrès sont inéluctables. 
Il faut donc préparer le coup d’après.


A propos du départ de Marion…

Riposte Laïque : Vous ne cachiez pas une certaine proximité avec Marion Maréchal Le Pen. Son départ doit donc vous catastropher ? Comment l’expliquez-vous ?

Frédéric Pichon : Les raisons personnelles de son départ sont parfaitement louables. La vie politique est chronophage pour une femme qui a sacrifié une partie de sa jeunesse. Je ne suis pas catastrophé car nulle, aussi brillante soit elle, n’est irremplaçable, même si Marion Maréchal est une figure fédératrice. 
Cependant j’ose espérer que cette absence sera de courte durée et j’ai la conviction que lorsqu’on a la politique dans le sang, on a du mal à s’en passer.


Le Siel présent dans 70 circonscriptions

Riposte Laïque : Quelle est la stratégie du Siel pour les élections législatives ? Vous serez présents dans combien de circonscriptions ?

Frédéric Pichon : Nous devrions être présents dans environ 70 circonscriptions. Notre stratégie est précisément d’occuper le terrain en avançant sous nos couleurs et nos idées. 
La défense de la civilisation et de l’identité nationale face au Grand Remplacement et à l’islamisation, la défense de la famille et du socle anthropologique chrétien face au nihilisme culturel et sociétal, la défense des libertés et de la subsidiarité contre l’ultralibéralisme marchand et le socialisme étatique.


La victoire de Macron, c’est le fruit d’un coup d’Etat de l’oligarchie mondialiste

Riposte Laïque : Avec la victoire de Macron, et la nomination de Bayrou à la Justice, pensez-vous que l’avocat que vous êtes va avoir encore davantage de travail, donc que nous allons vers un durcissement des lois Pleven, Gayssot et autres ?

Frédéric Pichon : L’arrivée au pouvoir de Macron est, ni plus ni moins, un coup d’état de l’oligarchie mondialiste. 
Nous avons un candidat comme le disait le pape François dont nous ne savons pas d’où il vient, imposé à l’issue d’un incroyable matraquage médiatique comme l’incarnation d’une nouvelle façon de faire la politique, mais également d’un incroyable concours des services judiciaires et policiers comme nous l’avons vu dans l’affaire Fillon. 
Cela laisse augurer les méthodes totalitaires pour intimider les opposants. 
Il y a donc des raisons d’être inquiets.


Il faut que la Cour d’Appel relaxe Alain Jean-Mairet, c’est capital pour la liberté d’expression

Riposte Laïque : L’avocat de Riposte Laïque peut-il expliquer à nos lecteurs vos dernières plaidoiries, et vos dernières actions, au service de notre journal ?

Frédéric Pichon : La dernière plaidoirie remonte à hier où j’ai défendu en appel aux côtés de mon confrère M° Stéphane Haddad, Alain Jean-Mairet Directeur de Publication de RL pour un article publié en 2015 par Salem BENAMMAR un Tunisien apostat de l’Islam qui disait tout le mal qu’il pensait de l’Islam.

Cet article émane donc d’un auteur tunisien a été publié en Suisse par un directeur de publication suisse.

Cependant le Parquet de Paris suite à une dénonciation de La LICRA s’est estimé compétent.
Cela est très grave : cela signifie que la France s’arroge une compétence universelle en matière de publication sur internet sous prétexte que le site est accessible en France. 
 Je ne vois donc pas ce qui empêcherait demain en vertu du même principe le Qatar ou l’Arabie saoudite de poursuivre un citoyen Français pour des propos tenus en France contre l’Islam et considérés comme blasphématoires dans les pays musulmans. 
La dictature c’est maintenant.


Riposte Laïque : Quelque chose à ajouter, Maître ?

Frédéric Pichon : N’ayez pas peur. On ne lâche rien.



Propos recueillis par Pierre Cassen    http://ripostelaique.com/philippot