Google+ Badge

lundi 8 mai 2017

DÉDIABOLISATION ??? MARINE LE PEN TRÉBUCHE ....

Marine un jour, Le Pen toujours



media Marine Le Pen. REUTERS/Charles Platiau



Les Le Pen sont la seule famille à avoir envoyé deux des leurs au second tour d’une élection présidentielle française. 

A l’instar de son père Jean-Marie, c’est sur cette dernière marche que Marine a trébuché. 

Stoppée nette et de peu dans sa course au pouvoir, l’héritière a gravi les échelons à l’extrême droite, quitte à en sauter quelques-uns grâce à son nom. 


L’ascension de Marine Le Pen, de sa première élection perdue en 1993 jusqu’aux portes de l’Elysée, en passant par sa prise de pouvoir au Front national, témoigne d’une réelle intelligence politique et d’une implacable détermination.


« Je me suis constitué une armure très solide, affirme Marine Le Pen au site conservateur Famille Chrétienne en mars 2017. 
C’est la même armure qui me protège des attaques et de l’euphorie. »


 A l’écouter, l’histoire personnelle de Marine Le Pen est celle d’une écorchée de la vie.

 Enfant traumatisée par une tentative d’assassinat contre son père qui fait sauter l’appartement familial une nuit de novembre 1976, profondément blessée par le départ inexpliqué de sa mère quelques années plus tard, la présidente du Front national décrit volontiers une enfance douloureuse.

« Tous les grands malheurs de mon existence étaient, de près ou de loin, liés à la politique », observe Marine Le Pen lorsque sa mère Pierrette quitte Jean-Marie pour le journaliste qui écrivait sa biographie. 

Pourtant, l’héritière est vite revenue à la raison paternelle. Elle qui voulait embrasser une carrière d’avocate a finalement consacré sa vie au parti, marchant dans les pas du fondateur du Front National, le dépassant dans la foulée, avant de tenter de l’enterrer politiquement. 

Car chez les Le Pen, la politique a toujours primé sur les liens du sang.
Montretout, le cœur du réacteur Le Pen

Après l’explosion de leur appartement du XVe arrondissement, les Le Pen déménagent dans la maison de Montretout, à Saint-Cloud, à l’ouest de Paris. Jean-Marie Le Pen hérite de la propriété de son riche ami Philippe Lambert. 

Ce legs vaut au patriarche d’être poursuivi en justice par les proches de Philippe Lambert. 


Ces derniers n’entendent pas être dépossédés d’un hôtel particulier évalué par le fisc à plus de trois millions d’euros, selon Mathias Destal et Marine Turchi, journalistes et auteurs de « Marine est au courant de tout ».


Marine Le Pen grandit donc au milieu d’un parc fermé de plus de 5000 mètres carrés, sur les hauteurs huppées de la banlieue parisienne. 

Ses parents sont souvent absents et elle vit surtout avec ses sœurs. « Elle n’aime pas cette maison, raconte Olivier Beaumont, auteur de Dans l’enfer de Montretout.  

Avec ses sœurs elles ne s’y sont jamais senties heureuses. Leur arrivée dans cette maison est un déracinement, elles sont loin de leurs amies d’école. »
 Quand elles prennent possession des lieux, une des filles Le Pen fait même remarquer que la maison « sent la mort ».

 A raison, puisque c’est dans le manoir de Montretout que son précédent propriétaire Philippe Lambert s’est éteint. 
Le journaliste Olivier Beaumont raconte l'«enfer de Montretout»

A Montretout, dans « le huis clos infernal... par leparisien
 
Aujourd’hui, Marine Le Pen ne met plus les pieds à Montretout : trop douloureux. C’est là qu’elle a assisté au départ de sa mère en 1984. 
C’est là aussi qu’elle a vu son père, qui occupe toujours un bureau de rez-de-chaussée, recevoir ses amis, des politiques et des journalistes, étalant sur la place publique une partie de leur vie privée. 

Une pratique à laquelle elle se refuse, puisqu’elle menace de poursuites tout photographe qui publierait un cliché de ses filles.

Le manoir abrite toujours le siège de la société Cotelec, bras financier du FN, ou encore bon nombre des archives du parti dans les caves. 

Cela n’empêche pas Marine Le Pen de claquer définitivement la porte de Montretout en 2014, quand les chiens de son père (Sergent et Major) tuent l’un de ses chats. 
Pour la présidente du Front national, très attachée à ses félins, cette goutte d’eau fait déborder le vase des rancœurs familiales.

Le Pen, père et filles
« Au soir du premier tour [de l’élection présidentielle 2017], Jean-Marie Le Pen a envoyé un texto à sa fille pour la féliciter. Elle n’a jamais répondu », confie le grand reporter au service politique du Parisien – Aujourd’hui en France Olivier Beaumont, chargé de suivre le FN depuis plusieurs années. 
Pourtant, la relation entre le père et la fille, qui a façonné le personnage de Marine Le Pen, n’a pas toujours été aussi mauvaise.


« Notre père a conservé une attitude stoïque et digne […] Nous lui exprimons publiquement notre admiration et notre amour », écrivaient les filles Le Pen à la fin des années 1980, alors que leurs parents se font la guerre par médias interposés.

 Leur mère, Pierrette Lalanne va jusqu’à poser en tenue de soubrette dans le magazine de charme Playboy, en réponse à Jean-Marie Le Pen qui affirme que si elle veut de l’argent, « elle n’a qu’à faire des ménages. »


Marine Le Pen n’a pas encore 18 ans. Elle n’est pas une penseuse ou une idéologue, la politique ne l’intéresse pas ou peu. Elle a adhéré au Front national par loyauté : « J’avais 5 ans quand cette famille politique est née, elle est aussi ma famille », déclare-t-elle sur le plateau de Thierry Ardisson en 2006.


Mais chez les Le Pen, certains préféreront choisir leurs amis à leur famille. A la fin des années 1990, la grande sœur de Marine, Marie-Caroline, conseillère régionale et héritière politique désignée du clan Le Pen, quitte le navire Front national avec son mari et suit les mégrétistes qui font sécession. 

Derrière le coup politique, c’est une trahison familiale pour Jean-Marie Le Pen. Le « Menhir », tel qu’il est parfois surnommé, reporte alors tous ses espoirs sur la plus jeune de ses filles : Marine Le Pen.
Marine Le Pen fait du Jean-Marie dans le texte

brut-lepenetlepen-0424-v1web
 
Tout sourire face aux caméras, elle déclare en 2002 : « Désespérément j’essaye de trouver des sujets où je ne suis pas d’accord avec lui. Je n’y suis pas arrivée mais je vais bien réussir. »

 L'histoire lui donne raison, même si dans un premier temps, elle s’accommode des saillies antisémites ou négationnistes de son père. 

En 2005, alors en pleine entreprise pour donner au FN une image plus lisse et policée, elle vit très mal les déclarations du patriarche sur les chambres à gaz, « un détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale », selon lui. 

Marine Le Pen quitte précipitamment Montretout, menace de couper les ponts, et part s’isoler avec ses enfants pendant plusieurs jours dans la maison familiale en Bretagne. 

Elle revient avec une conviction : pour permettre au FN de croître, il faut empêcher Jean-Marie Le Pen de tenir des propos polémiques.

« Je ne reconnais pas de liens avec quelqu’un qui me trahit de manière aussi scandaleuse »
En 2006, Marine Le Pen dit ne pas vouloir se faire l’avocate de son père, mais explique que « c’est un homme qui relativise. Et aujourd’hui on est dans une société où celui qui relativise est celui qui banalise, on dit « relativiser c’est nier ». »

 Petit à petit, elle s’impose au sein des appareils du FN : directrice de campagne de son père pour la présidentielle de 2007, elle devient présidente du parti avec la bénédiction paternelle en 2011. 


Lors de sa prise de fonction, à la tribune du congrès de Tours, elle déclare à l’attention de Jean-Marie Le Pen : « Nous avons tous une dette à son égard. La mienne est double, puisque président et père, il a largement contribué à faire de moi, non seulement la militante, mais aussi la femme que je suis. 
Aujourd’hui je voudrais simplement lui dire merci. »

Les remerciements à celui qu’elle a qualifié un temps d’ « homme de [sa] vie » sont loin, quand elle décide de l’exclure du Front national. Suite à une énième interview sulfureuse du fondateur de son parti, dans le journal d’extrême droite Rivarol, Marine Le Pen prend les devants : « Pourquoi est-ce qu’il s’acharne à affaiblir le Front national ? » fait-elle mine de s’interroger sur le plateau du journal télévisé de TF1, le 9 avril 2015. 

« J’ai des désaccords anciens et profonds avec Jean-Marie Le Pen. Il n’agit plus comme un dirigeant politique responsable [...] », explique-t-elle avant d’annoncer qu’elle convoque les plus hautes instances du parti pour statuer sur l’exclusion de son père.
Marine Le Pen condamne les propos de son père
La réponse de l’intéressé ne se fait pas attendre. Dès le lendemain, il déclare au micro de Europe 1 : « J'ai honte que la présidente du Front national porte mon nom et je souhaiterais d'ailleurs qu'elle le perde le plus rapidement possible […] Je ne reconnais pas de liens avec quelqu’un qui me trahit d’une manière aussi scandaleuse. » 

Malgré les procédures, Jean-Marie Le Pen n’a pas perdu son statut de président d’honneur du Front National. Marine Le Pen quant à elle n’a pas changé de nom. Mais l’un et l’autre ne se parlent plus depuis maintenant deux ans.

Un nom, un héritage, un fardeau
« Marine, c’est Jean-Marie avec des cheveux longs », aime à répéter Pierrette Lalanne. En partage : un fort caractère, un verbe haut. Mais comme le remarque le journaliste Olivier Beaumont, « ceux qui se ressemblent ne s’assemblent pas forcément. » En témoigne le fait que Marine Le Pen « a préféré rompre avec son propre géniteur, le fondateur du FN, plutôt que de compromettre ses chances de succès. »

 Jusqu’à un certain point, Jean-Marie Le Pen a été utile à la dédiabolisation du Front national : il effraie autant que Marine Le Pen rassure certains militants. 

Mais à mesure que se multiplient les dérapages du Menhir, la stratégie s’essouffle. D’où l’importance pour la fille de prendre ses distances avec le père.

Pendant ses études pour devenir avocate, Marine Le Pen fréquente les milieux d’extrême droite, qu’ils gravitent à Assas, comme le Groupe union défense (GUD), ou dans les autres facultés parisiennes, comme le très droitier Cercle national des étudiants de Paris, dont elle finit par devenir présidente d’honneur. 

Elle tente de trouver son chemin, un temps loin du FN. Mais son nom la rattrape : entre deux comparutions immédiates, elle est appelée à la rescousse pour défendre des militants frontistes. N’arrivant pas à vivre de son métier, elle obtient de son père qu’il crée, en 1998, un service juridique au Front national. Marine Le Pen en devient directrice jusqu’en 2003.

Elle est encore à ce poste quand elle est envoyée, en remplacement et à la dernière minute, sur les plateaux de télévision pour défendre le score de son père au soir du second tour de l’élection présidentielle de 2002. Elle a trente-trois ans, les cheveux longs, n’a jamais fait un direct à la télévision. « Elle a explosé ce soir-là, parce qu’elle est arrivée sans rien préparer.

 Le temps de ne réfléchir à rien, le temps de juste y aller, avec ses tripes, se souvient Marie-Christine Arnautu, responsable du Front national, pour un documentaire de France 2 consacrée à Marine Le Pen. C’est pour ça qu’elle a crevé l’écran ce soir-là, comme la lionne qu’elle est […] qui allait défendre le Front national, qui allait défendre son père […] »

C’est dans l’entre-deux-tours de la présidentielle de 2002 que l’actuelle présidente du FN constate toute la haine et la peur qu’inspire le chef du clan Le Pen. Les manifestations contre son père après le premier tour lui rappellent à quel point ce nom, qu’elle dit avoir parfois porté avec souffrance dans sa jeunesse, inspire toujours la crainte. 

Elle ne l’utilise d’ailleurs plus sur ses affiches de campagne en 2017 : c’est l’aboutissement d’une campagne de dédiabolisation, qui ne s’est pas faite sans heurts au Front national.
Marine Le Pen pour son premier direct télévisé, le 5 mai 2002

Marine Le Pen sur France 3 en 2002
 
« Les Français la verront telle qu’elle est vraiment »
Elle n’a pas 40 ans quand elle publie son autobiographie, A contre flots, en 2006. 

Les observateurs comprennent alors qu’elle vise la première place, au sein du Front, mais pas seulement. 

En 2007, la campagne présidentielle qu’elle mène pour son père déçoit beaucoup de frontistes : Jean-Marie Le Pen voit son électorat siphonné par Nicolas Sarkozy, et dépasse péniblement les 10%. 

Pourtant, cette même année, elle est catapultée par le patriarche de la trente-quatrième à la deuxième place du comité central du FN.

Au-dessus d’elle à ce moment-là, une seule personne à part Jean-Marie Le Pen : Bruno Gollnisch. 


Elle finit par balayer le dauphin du fondateur du FN lorsqu’elle est élue présidente du parti, en 2011, avec près de 70% des voix. 

Avant cela, l’héritière avait pris la place aux élections européennes de 2009 de Carl Lang, autre membre historique du parti qui finit par le quitter.

« Aujourd’hui, tous les vieux grognards du FN ont été mis ou pas ou sont partis, analyse l’auteur de Dans l’enfer de Montretout Olivier Beaumont. 

Le FN c’est le FN de Marine Le Pen, c’est elle qui tient la boutique. » 

Les purges menées par la présidente du Front contre les éléments perturbateurs sont, pour beaucoup, de la poudre aux yeux

« Ce nouveau visage, cette dédiabolisation accentuée, cette rupture très bruyante avec le père, évidemment ça fonctionne, commente Valérie Igounet au micro du journaliste de RFI Pierre Firtion.  

Aujourd’hui quand on rencontre les électeurs FN, la plupart sont convaincus qu’ils votent pour un nouveau parti. »
En 2012, 
Marine Le Pen avait déjà ôté de ses affiches toute référence au Front National. Pour la campagne de 2017, elle en a même retiré son nom. Affiche de campagne de Marine Le Pen pour la présidentielle 2017
 
« Ce qui est absolument défendu au Front national de Marine Le Pen, c’est de se faire prendre, Donc il ne faut pas qu’il y ait une photo, un son, une image, qui montre qu’il y aurait à l’intérieur du FN des personnes véhiculant une idéologie officiellement rejetée. », résume Lorrain de Saint-Affrique, un temps proche du FN et maintenant rallié à Jean-Marie Le Pen, dans un documentaire de Caroline Fourest.

Pourtant, dans le premier cercle de Marine Le Pen, on retrouve des personnalités venues du GUD (Groupe union défense) et historiquement proches des mouvements les plus extrémistes d’Europe : Axel Loustaud, trésorier du micro-parti Jeanne, ou encore Frédéric Chatillon, dirigeant de l’agence de communication Riwal. 

Ces noms sont de ceux qui reviennent régulièrement dans les enquêtes judiciaires autour du financement du Front national

Le journaliste Olivier Beaumont rapporte qu’au FN, les plus critiques font remarquer que « les amitiés d’hier sont les mises en examen d’aujourd’hui ». Le grand reporter du Parisien-Aujourd’hui en France ajoute : « Marine Le Pen est quelqu’un qui fonctionne beaucoup à la confiance, à l’amitié. Elle a gardé ses vieux réseaux de la fac, et a beaucoup de mal à se passer d’eux. »

Qu’importent les accusations, Marine Le Pen trace sa route. Aujourd’hui, elle ne passe pas par les portes de l’Elysée. Celle que l’on surnommait dans sa jeunesse la « night-clubbeuse », n’en est pas à son premier échec électoral. 
Elle connaît la défaite dès sa première candidature, aux législatives de 1993, où elle sert de prête-nom au FN dans le XVIIe arrondissement de la capitale, dans une circonscription perdue d’avance. Depuis, elle monte, plus sûrement que doucement. 

Au vu de son score à la présidentielle de 2017, tout porte à croire qu’elle sera de nouveau candidate à la magistrature suprême.
 Car comme se plaît à le rappeler Lorrain de Saint-Affrique, peu amène envers la présidente du Front national dont il a été exclu dans les années 1990 : « Tout ce qui peut lui barrer la route peut susciter chez elle des réflexes d’une très grande brutalité […] 

A un moment ou à un autre, les Français la verront telle qu’elle est vraiment, c’est-à-dire une personnalité avec une vraie violence. »


Source:   http://www.rfi.fr/france/20170507 

A lire pour aller plus loin : Dans l’enfer de Montretout, d’Olivier Beaumont (éditions Flammarion) « Marine est au courant de tout », de Mathias Destal et Marine Turchi (éditions Flammarion) A contre flots, de Marine Le Pen (éditions Grancher)


ET AUSSI




Présidentielle : les cinq ratés qui ont plombé la campagne de Marine Le Pen pendant l'entre-deux-tours

Débat mal préparé, message brouillon sur la sortie de l'euro, plagiat de discours... Après un démarrage en trombe à Amiens, la candidate du FN a commis plusieurs erreurs qui ne lui ont pas permis de refaire son retard sur Emmanuel Macron.

La candidate du Front national à l\'élection présidentielle, Marine Le Pen, lors d\'un déplacement à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), le 4 mai 2017.
La candidate du Front national à l'élection présidentielle, Marine Le Pen, lors d'un déplacement à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), le 4 mai 2017. (JEAN CLAUDE MOSCHETTI / REA)
avatar
Marie-Violette Bernard France Télévisions
Mis à jour le
publié le
Elle a échoué à une marche de l'Elysée. Marine Le Pen a été nettement battue par Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle, dimanche 7 mai. 

La candidate du Front national a recueilli 34,2% des suffrages, contre 65,8% pour le leader d'En marche !

Au-delà de l'appel lancé par de nombreux responsables politiques de gauche et de droite à faire barrage à l'extrême droite, Marine Le Pen a également pâti de sa mauvaise campagne durant l'entre-deux-tours. 


Franceinfo revient sur les cinq ratés de la candidate du FN durant ces deux semaines déterminantes.


>> DIRECT. Résultats, réactions : suivez le lendemain du second tour de la présidentielle

Mercredi 26 avril : à Whirlpool, quinze minutes de selfies et puis s'en va

Marine Le Pen commence la campagne de l'entre-deux-tours sur ce que beaucoup pensent alors être un coup d'éclat. Au tout dernier moment, la candidate du FN bouleverse son agenda pour couper l'herbe sous le pied d'Emmanuel Macron. 

L'ancien ministre de l'Economie a prévu de rencontrer les délégués syndicaux de l'usine Whirlpool, à Amiens (Somme), mais sans se rendre sur le site, menacé de fermeture, pour discuter avec les salariés en grève depuis trois jours. Marine Le Pen en profite et débarque par surprise devant l'usine. Seule une équipe de BFMTV, qui retransmet les images en direct, a été prévenue par l'entourage de la candidate.

"J’ai trouvé que c’était une preuve de tellement de mépris à l’égard de ce que vivent les salariés de Whirlpool que j’ai décidé de venir vous voir", lance-t-elle aux employés. Pendant quinze minutes à peine, elle serre des mains, et se prête au jeu des selfies. 

Au même moment, Emmanuel Macron est dans une grande salle de la chambre de commerce et d'industrie, dans un cadre bien plus institutionnel et bien moins chaleureux. Sur BFMTV, le contraste est saisissant.

Le coup de com' marche si bien qu'Emmanuel Macron finit, lui aussi, par se rendre sur le site d'Amiens, dans l'après-midi, afin de riposter. L'ancien ministre est accueilli à l'entrée de l'usine par une foule compacte de salariés, qui clame des "Marine présidente !" au milieu des sifflets. 


Mais le candidat d'En marche ! ne se démonte pas. Après de longues minutes de cohue, il parvient à entrer dans l'enceinte du site et entreprend d'échanger avec les salariés pendant 45 minutes. L'échange, parfois houleux, se déroule notamment en présence du réalisateur du documentaire Merci patron !, François Ruffin, candidat de la France insoumise aux législatives dans la Somme. 

Peu à peu, le temps s'apaise. Le candidat d'En marche ! repart en serrant les mains, sourire aux lèvres. Il a survécu à l'épreuve.

D'abord mis en difficulté, Emmanuel Macron parvient finalement à utiliser cette passe d'armes à son avantage. Comme lors du débat de l'entre-deux-tours, lorsqu'il accuse Marine Le Pen de ne pas véritablement s'intéresser au sort des salariés de Whirlpool :
"Jamais je n'ai fait ce que vous avez fait l'autre jour [à Whirlpool], c'est-à-dire profiter de la détresse des gens.
— Jamais je ne suis allée me planquer dans une salle de la Chambre de commerce avec des responsables syndicaux. Moi, quand je vais voir les ouvriers, je vais au milieu d'eux.
— C'est clair que vous avez passé du temps sur le parking de Whirlpool à faire des selfies..."

FRANCE 2

 

Samedi 29 avril : autour de la sortie de l'euro, cafouillages en série

Pour s'assurer la victoire au second tour, Marine Le Pen cherche à rallier de nouveaux électeurs. En plus de son opération séduction à l'égard des "insoumis" de Jean-Luc Mélenchon et des électeurs de François Fillon, elle entame une longue négociation avec Nicolas Dupont-Aignan. Au bout de cinq jours, la candidate du FN annonce enfin une alliance. Mais les 5% de voix de Debout la France ont un prix : sans même attendre le résultat du second tour, Marine Le Pen affirme qu'elle nommera Nicolas Dupont-Aignan à Matignon en cas de victoire. 


Autre concession : le projet de la candidate frontiste de négocier une sortie de l'euro dès le début de son mandat est révisé. L'accord de gouvernement conclu avec Nicolas Dupont-Aignan précise désormais que "la transition de la monnaie unique à la monnaie commune européenne n'est pas un préalable à toute politique économique, le calendrier sera adapté aux priorités et défis immédiats que le gouvernement de la France devra relever".


Mais Marine Le Pen et ses soutiens n'ont visiblement pas accordé leurs violons. Marion Maréchal-Le Pen déclare ainsi, samedi 29 avril, que les négociations avec l'UE pourraient ne débuter qu'en 2018. Elle ajoute que les discussions prendront "plusieurs mois" voire "des années", contre les six mois annoncés à l'origine par sa tante, notent Les Echos.

 Le lendemain, Marine Le Pen affirme pourtant, dans un entretien au Parisien, que "l'euro est mort".

C'est ensuite au tour de Florian Philippot d'assurer, lundi 1er mai, qu'il est possible de "faire beaucoup de choses sans sortir de l'euro"
Au même moment, l'autre vice-président du FN Louis Aliot explique que "la finalité, c'est la révision des traités". Le flou règne et Marine Le Pen perd en crédibilité. "Cette campagne se termine par un brouillage du message, notamment sur cette question de l'euro, explique Jean-Yves Camus, chercheur à l'Iris, à franceinfo.  
Entre monnaie nationale et monnaie commune, ce n'est plus clair, alors que le FN est fort lorsqu'il met en place des oppositions binaires, simples."

Lundi 1er mai : à Villepinte, le plagiat du discours de François Fillon

Le meeting de Villepinte (Seine-Saint-Denis) devait être le point d'orgue de la campagne de Marine Le Pen durant l'entre-deux-tours. Mais en plein milieu de la soirée, il devient surtout une source de moqueries sur les réseaux sociaux. Un compte Twitter pro-Fillon, Ridicule TV, révèle dans un montage vidéo qu'un peu plus tôt dans la journée, la candidate du Front national a repris, mot pour mot, au moins quatre passages d'un discours prononcé par l'ancien Premier ministre quinze jours plus tôt.





Le lendemain, le souverainiste Paul-Marie Coûteaux, qui a rédigé des discours pour le candidat François Fillon avant d'envoyer des notes à Marine Le Pen, voit plutôt ce "copier-coller" d'un bon œil. Il estime sur franceinfo qu'il n'est "pas mauvais que les mêmes références et les mêmes mots se trouvent dans la bouche de deux candidats de droite".

Face à l'embarras, la candidate du FN, elle, choisit l'audace. Elle déclare sur TF1 qu'elle "assume totalement" ce "clin d'œil" à son ancien adversaire. "Bien sûr, j'étais parfaitement au courant, puisque ce sont des passages de quelqu'un qui a été ma plume en 2012 d'ailleurs, qui est devenue la plume de Fillon entretemps, assure-t-elle. L'idée, c'était de faire un clin d'œil." 

Une défense qui ne parvient pas à enrayer les railleries sur les réseaux sociaux, où de nombreux internautes s'amusent à détourner les explications de Marine Le Pen. Libération moque également la justification de la candidate frontiste et de ses soutiens : "Pour que ce 'clin d’œil' n’échappe à personne, le mieux eût été d’en prévenir le public."


Mercredi 3 mai : face à Macron, un débat peu convaincant, jusque dans les rangs du FN

Une stratégie résolument offensive. Lors du très attendu débat de l'entre-deux-tours, mercredi 3 mai, Marine Le Pen ne perd pas une seconde pour s'en prendre férocement à Emmanuel Macron. "Monsieur Macron est le candidat de la mondialisation sauvage, de l'ubérisation, de la précarité, de la brutalité sociale, de la guerre de tous contre tous, du saccage économique de nos grands groupes, du dépeçage de la France par les grands intérêts économiques, du communautarisme. Et tout cela piloté par monsieur Hollande", tance d'emblée la candidate du Front national, avant de multiplier les attaques et les insinuations pendant plus de deux heures et demie.






Mais Marine Le Pen apparaît en difficulté sur le fond. Elle parle très peu des propositions phares de son programme et s'emmêle même les pinceaux sur certains dossiers. 
Elle reproche d'abord à Emmanuel Macron de ne pas avoir empêché la vente de SFR à Numéricable alors qu'il était ministre de l'Economie. Mais le candidat d'En marche ! était à l'époque conseiller à l'Elysée.

 Marine Le Pen n'en démord pas et consulte ses fiches pour donner des éléments... en confondant la vente de la compagnie de téléphonie avec celle d'Alstom.

Problème : en privilégiant l'attaque, la candidate du Front national égratigne l'image qu'elle s'est efforcée de construire ces dernières années, estime la chercheuse associée au Cevipof Cécile Alduy. "En affichant une agressivité quasi-permanente, elle a saboté sa propre stratégie de dédiabolisation. 

Cela fait maintenant des années qu'elle cherche à modérer son image, explique la professeure de littérature à L'Obs
Alors qu'elle était assez bien parvenue à prendre un peu de hauteur lors des débats précédents, elle s'est montrée incapable, mercredi soir, de s'élever, de se présidentialiser à un moment où c'est pourtant ce que l'on attend des candidats."

"Le débat télévisé s'est révélé catastrophique pour elle, abonde le chercheur de l'Iris Jean-Yves Camus, interrogé par franceinfo. Marine Le Pen a été très mauvaise, elle n'a pas bien défendu ses couleurs." Même dans son propre camp, il devient difficile de trouver quelqu'un pour se féliciter de sa prestation. 

Le patron du Siel (un petit parti souverainiste proche du FN), Karim Ouchikh, parle dans les colonnes du Figaro d'un "vaste gâchis" et d'une argumentation "indigente" car "limitée aux attaques". Jean-Marie Le Pen fait aussi la leçon à sa fille : "Il y a eu beaucoup trop d'attaques personnelles, qui n'étaient pas à la hauteur qu'il convenait d'adopter."

Vendredi 5 mai : à Reims, une fin de campagne sous les sifflets

Pour son dernier jour de campagne avant la traditionnelle période de silence, Marine Le Pen choisit une visite symbolique. La candidate frontiste se rend à la cathédrale de Reims (Marne), là où étaient sacrés les rois de France, accompagnée de Nicolas Dupont-Aignan et de Florian Philippot. Mais comme à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) la veille, où Marine Le Pen a été la cible de jets d'oeufs, ce déplacement organisé à la dernière minute vire au fiasco. Marine Le Pen est accueillie par des militants d'En marche ! et de la France insoumise

Les slogans hostiles fusent. "Marine, rends l'argent !", "Résistance !"...


Quelques minutes plus tard, Florian Philippot quitte au pas de course la cathédrale de Reims, sous les huées des militants. Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan restent à l'intérieur, pour une visite de près d'une heure. 

Mais ils choisissent de partir par une portée dérobée, via le palais de Tau, la résidence archiépiscopale qui jouxte la cathédrale, afin d'éviter la foule hostile. 


Ce qui ne leur épargne pas les sifflets, ni une fin de campagne mouvementée.