Google+ Badge

mercredi 24 mai 2017

ATTENTAT DE MANCHESTER ! MÉDIAS, ATTENTION PAS D' AMALGAME ......


Manchester : la seule réponse à la guerre, c'est la guerre !...



Mur-bleu gds.jpgIl y avait quelque chose d'irréel, ce mardi, à 13 heures, en écoutant - de bout en bout - le JT de France 2, présenté par Marie-Sophie Lacarrau.

 
Et même, disons-le, quelque chose qui mettait mal à l'aise.

 Pas une fois, pas une seule, non, à aucun moment, ne fut employé le terme de « terrorisme islamiste ». 

On nous a bien dit et répété que nous étions en guerre, que la guerre continuait, que l’« horreur », que la « barbarie » avaient encore frappé »; ça, oui !
 Mais, nommer l'ennemi, celui qui nous fait cette guerre : ça, non ! Dire qu'il s'agit du « terrorisme », certes, mais du « terrorisme islamiste », cela écorcherait la bouche de nos journaleux et autres adeptes du politiquement correct, pour qui l'essentiel est, avant tout, de ne pas stigmatiser, de ne pas faire d'amalgame ! 

La chose prit un autre relief à la fin de ce journal évidemment chamboulé et exclusivement consacré à Manchester : commencé comme d'habitude à 13 heures, il s'acheva à 13h46 ; or, passant sur BFM/TV on eut, une minute après, soit à 13h47, l'annonce de la revendication du crime par Daech.


Prenant les gens pour des imbéciles, les journaleux et autres soumis dont parle avec justesse Houellebecq pourront bien dire, pour se défendre, que jusqu'à 13h47 on n'avait, justement, pas de revendication.

 Or, tout, dès le début rattachait le drame de Manchester à l'islamisme radical. 


La question est donc : comment faire une guerre - et, à fortiori, la gagner - si l'on ne nomme pas l'adversaire ? Si l'on ne sait pas, ou, pire encore, si l'on ne veut pas savoir, ne pas voir qui est l'ennemi ?


Laissons donc là ces journaleux et soumis pitoyables et misérables, et passons à la seule question qui vaille : que faire ?

La réponse est simple : on nous fait la guerre, on nous attaque ? 

`Défendons-nous, et faisons la guerre, et gagnons-la ! 

En commençant par le commencement : créer des Cours martiales, comme cela s'est toujours fait en temps de guerre, pour juger les actes de trahison, désertion, défaitisme, propagande contre l'armée française etc. 

Et comme les Cours martiales, en général, condamnent à mort, fusillons sans délai les traîtres et autres agents de l'ennemi, comme ce Salah Abdeslam que nous engraissons depuis plus d'un an (incarcéré depuis le 28 avril 2016). 


Autre mot répugnant entendu ce même jour, tenu par un journaleux : « les personnes qui reviennent ». 
Comment ça, « les personnes qui reviennent » ! 

Qu'il s'agisse de Français de souche ou d'étrangers français de plastique, à qui le Système a follement donné un petit rectangle de plastique, croyant que, par magie, cela les rendait Français, ils ont pris les armes pour l'armée qui nous fait la guerre ; ils ont trahi : 
Cour martiale, condamnation, fusillés ! 


Et, si l'on ne veut pas faire la guerre, alors qu'on nous fiche la paix avec les petites bougies, les peluches, les petits dessins et papiers, et autres niaiseries du genre « priez pour Manchester », ou « je suis Manchester » : on n'a pas écrasé le nazisme avec des bougies, des peluches ou des dessins sur des petits bouts de papier ! 

Et quand ils ont compris la détermination des Kamikazes, les USA ont envoyé deux bombes atomiques sur le Japon !

Il faut, simplement, savoir ce que l'on veut : ou on se bat, ou on se tait. Manifestement, comme Houellebecq le signale, il y a un parti de la soumission, de la collaboration avec l'Islam conquérant. 

Et puis il y la partie - dont nous sommes, évidemment - de ceux qui refusent cet Islam conquérant, qui veulent résister pour notre liberté à tous, de Français et d'Européens. 


Laissons donc les collabos collaborer, et posons le problème clairement, afin que les choses soient bien établies : l'Islam nous agresse, pour la troisième fois (après 711, par l'Espagne, et 1453, par Constantinople) : nous avons par deux fois relevé le défi, et fini par chasser l'envahisseur, même si ce fut long et difficile.

 Jamais deux sans trois ! 


http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/05/23/


Commentaire facebook

Non , je ne suis pas triste pour ces victimes , tout juste en colère face à ceux qui nous dirigent et tentent d'utiliser la compassion et détournent l'attention des peuples européens alors u'ils connaissent bien les vrais coupables puisqu'ils en font partis et rencontrent régulièrement ceux qui les dirigent , les financent et leur confient la charge de nous les imposer sur nos territoires européens . Pour rien au monde , je ne veux être confondu avec ces victimes , presque volontaires , ayant refusé tous les moyens de défense politiques et militaires et refusant toute idée de vengeance . 

Je refuse d'appartenir à ce monde ou les troupeaux se précipitent en bêlant de satisfaction sous le couteau de l'égorgeur vivant de nos aides sociales . 

Je n'ai sans doute pas la fibre humanitaire mais depuis mon enfance , on essaie de m'habituer à des attentats , toujours commis par les mêmes , la plupart du temps aidés par les idiot-utiles qui nous servent d'intelligentsia , des élites imposées qui bien souvent ne sont pas de ma race et jubilent de voir le degré de soumission auquel nous sommes soumis . 

Je veux rester un homme libre , conscient des agressions que nous subissons et capable de désigner l'agresseur . Celui nous a d'abord été présenté comme un libérateur , victime du colonialisme et désireux de libérer la terre ou ils sont nés , comme beaucoup d'entre nous . 

Peu de temps après , incapables de faire fructifier le capital arraché , et donné par nos dirigeants , nous avons pu les voir arriver chassé , parait-il , par la misère de pays souvent plus riche que le nôtres , revendiquant le droit à l'exil volontaire , un exil souvent économique motivé par l'attrait des aides sociales et malheureusement , si tôt arrivé ils se plaignent du racisme local , un racisme qui n'a rien à voir avec celui qui les a poussé à nous chasser avec comme slogan "la valise ou le cercueil " .

Va-t-il falloir encore entendre ce slogan , toujours à notre encontre , alors qu'ils sont chez nous ? 


Pour ma part , je ne crois qu'aux peuples qui se battent , ce que eux font , en partant à la conquête de nos terres , de nos richesses et ce que nous ne faisons pas , incapables de nous défendre . 


Tout juste bon à manifester une solidarité larmoyante envers des victimes chaque jour plus nombreuses .
 A quel seuil , à combien de milliers de victimes devront nous nous considérer comme attaqués , alors que nos dirigeants nous prêchent la résignation et nous précisent bien qu'il faudra s'habituer au terrorisme , sans aucun doute un des piments du bien-vivre ensemble .


Il n'y a de solidarité que dans le partage et je ne veux pas partager cette lâcheté , cette résignation et prendre l'habitude de baisser le regard face aux envahisseurs . 


Je ne redeviendrais solidaire que si un jour mes frères de race prenaient la décision de se défendre et de passer aux représailles . 

Dans cette attente , je me réfugie dans un exil intérieur , amusé par toutes les simagrées inventées pour détourner la colère des familles des victimes .

Puissent-elles un jour retrouver la dignité ...........