Google+ Badge

mardi 25 avril 2017

LU, VU ET ENTENDU ! TV LIBERTÉS ;

Le système gouverne mal mais se défend bien. Emmanuel Macron s’est imposé en tête du premier tour de la présidentielle devant Marine Le Pen, avec 23,75 % contre 21,53.

TV Libertés l’avait prévu… les magiciens du système sont parvenus à propulser le produit marketing en orbite…

La fusée Macron a réussi son décollage. Le jeune loup de la finance s’est imposé, pour le plus grand plaisir de la bourse, qui a ouvert en hausse de 4 points ce lundi matin… Pas de quoi s’étonner. 

L’ancien de chez Rothschild prend donc la route de l’Elysée pour succéder à son père spirituel, François Hollande, malgré la catastrophe de ce quinquennat…
Emmanuel Macron, ancien ministre de l’économie et ancien secrétaire général de l’Elysée a réalisé l’impensable : faire croire en un renouveau ! 

Partie prenante de la finance, ancien énarque, le symbole de l’élite mondialiste a magistralement usurpé les foules pour se faire passer pour un homme politique d’un genre nouveau. 
Une véritable prouesse qui pourrait coûter cher à la France. Immigrationniste, ultralibérale, la politique d’Emmanuel Macron pourrait bien creuser plus profondément la tombe déjà entamée par François Hollande, réjouit d’avoir mené à bien ses plans en plaçant son poulain… Une unique réussite pour son quinquennat calamiteux. 

Face à l’élite mondialisée, le camp des patriotes a tenu bon… permettant à Marine le Pen de se qualifier pour le second tour, 15 ans après son père face à Jacques Chirac. Avec plus de 7,5 millions de voix, la candidate du Front National a réussi sa plus belle élection, avec près d’un million de voix supplémentaires.

 Le résultat est toutefois en dessous des espoirs puisque les sondages donnaient Marine Le Pen très largement en tête ces dernières semaines, atteignant parfois des scores supérieurs à 25 %… Quoi qu’il en soit, malgré cette deuxième position, c’est une victoire pour Marine Le Pen, qui en a appelé à l’unité. 

Forte de cette qualification, Marine Le Pen va devoir faire bouger les lignes pour faire grossir ses rangs en espérant un report des voix de droite, dans les 19,9 % de François Fillon et les 4,7 % de Nicolas Dupont-Aignan. 
Dans ce cadre, le président de Debout la France a fait savoir dès le soir du 1er tour qu’il ne fermait aucune porte. 

Si Nicolas Dupont-Aignan résiste pour l’heure au rouleau compresseur du Front républicain… la droite parlementaire n’a pas maintenu l’ambiguïté bien longtemps. En effet, quelques minutes après avoir appris sa défaite, François Fillon a “doctement” appelé à voter pour Macron, contre Marine Le Pen. 

François Fillon doit s’attendre à subir une nouvelle vague d’attaques contre sa personne. En effet, la défaite accusée par la droite, en dessous des 20 % alors que les conditions idéales étaient initialement réunies après le désastreux passage de la gauche, transforme à nouveau l’ancien premier ministre en homme à abattre. 

Pour Eric Woerth notamment, cet échec est celui de François Fillon, et non celui des Républicains. Certains cadres du parti n’ont toutefois pas cédé à la facilité. En effet, Nadine Morano n’a pas souhaité inciter à voter en faveur d’Emmanuel Macron. De même, le sarkozyste Laurent Wauquiez a refusé de s’adonner au Front Républicain. 

Sans doute un bon calcul pour cette personnalité au sein du parti. En effet, si les cadres sont tous prompts à donner des leçons républicains, une large partie de l’électorat des Républicains se sent plus proche de Marine Le Pen que d’Emmanuel Macron. L’attitude de Laurent Wauquiez pourrait donc lui permettre de gagner des points de popularité pour imaginer peut-être de reprendre la présidence… 

Notons d’ailleurs que si la droite subit un énorme revers avec l’élimination de François Fillon, clairement imputable au candidat et non à son programme, il n’est pas impensable que les résultats des législatives soient plus satisfaisants. 

En effet, plus que le projet de François Fillon, ce sont ses affaires qui ont été sanctionnées par les Français. Des affaires allègrement relayées par les medias du système qui, dans le même temps, portaient aux cieux le jeune Macron… Une stratégie grossière, visible et malhonnête… qui a payé. 

Le camp Macron était en tout cas ravi de cette victoire. De quoi recueillir quelques impressions à chaud… 

Le Maire de Béziers, Robert Ménard, soutien de Marine Le Pen dans cette campagne a également réagi à la qualification du Front National… 

Un entretien réalisé par nos confrères de Boulevard Voltaire, notre partenaire pour les soirées électorales de cette présidentielle de 2017. D’ailleurs pour notre émission spéciale de débrief du premier tour, vous avez d’ores et déjà été plus de 40 000 à nous suivre sur TV Libertés.com… Nous avons donc un record à battre pour le 2e tour, le 7 mai prochain !
Et au delà de l’échec cuisant des Républicains, la gauche a également volé en éclat avec ce premier tour. 

Représentant officiel du parti socialiste, Benoît Hamon affiche un score de 6,35 %… 10 points de moins que Lionel Jospin en 2002. 13 points de moins que Jean-Luc Mélenchon qui cumule 19,65 %…. De quoi espérer une explosion de la rue de Solférino.

La gauche éparpillée façon puzzle. Avec l’élimination de Benoît Hamon, c’est tout le parti socialiste qui vient de s’atomiser. Après une primaire en demi teinte, consacrant un candidat d’extrême-gauche l’engouement des socialistes pour cette élection n’a jamais été au rendez-vous, du moins pas du côté de Benoît Hamon. Dogmatique, le breton a toujours refusé de faire des concessions et a persisté dans une ligne à gauche toute… au point de proposer un programme calqué sur celui de Jean-Luc Mélenchon… le talent en moins. La démonstration est criante… Hamon 6,5 % Mélenchon 19,5 %… Une véritable fessée ! 


L’hécatombe montre que la gauche bobo a préféré le discours sans filtre d’un Jean-Luc Mélenchon pour se rêver encore un peu derrière les barricades… Pour autant, l’alliance bolivarienne ne sera pas pour le 7 mai prochain. Avec une excellente campagne, Jean-Luc Mélenchon enregistre un score historique mais encore insuffisant pour se qualifier au second tour. 

Ses résultats très proches de François Fillon lui ont d’ailleurs donné quelques sueurs froides au point que l’Insoumis a rechigné à reconnaître les résultats en début de soirée… Fidèle à sa France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon a tourné le dos au supposé Front Républicain, considérant que Marine Le Pen et Emmanuel Macron étaient représentants d’un même système… puisqu’ils ne plaident pas pour une 6e république… 

Du côté de Benoît Hamon… on ne peut pas dire qu’on soit insoumis. Après avoir à digérer cet échec cuisant, le candidat estampillé à la rose a appelé à voter en faveur de son ancien collègue ministre, Emmanuel Macron. 

Benoît Hamon n’est donc pas dans une posture plus favorable que François Fillon… candidat d’un parti disséminé, vidé de ses cadres partis à la soupe En Marche… sa défaite lui ôte presque assurément l’espoir de devenir Premier secrétaire du parti. Décidément Martine Aubry avait raison de l’appeler le petit Benoît. 

Et peu de temps après les premiers résultats, Philippe Poutou et son 1,10 % a exhorté les militants d’extrême-gauche à rejoindre les rues pour protester contre la qualification de Marine Le Pen. 
Ses voeux ont donc été exaucés ! De nombreux débordements ont été à déplorer dans la Capitale mais également à Nantes en Bretagne. Vitres brisées, poubelles brûlées, la manifestation a vite tourner à l’affrontement avec la police. Un reportage sur le terrain de nos confrères de Breizh-info.


2) L’actualité en bref

Les deux terroristes de Marseille derrière les barreaux. Clément Baur et Mahiedine Mérabet, suspectés de vouloir commettre un attentat la semaine dernière, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes en vue de la préparation d’un ou plusieurs crimes d’atteintes aux personnes. 

A l’issue de leur présentation devant un juge antiterroriste, ils ont été placés en détention provisoire.
***


Fin du conflit en Guyane ! Vendredi soir, un accord a été signé entre l’Etat, les collectivités et le collectif qui pilotait la mobilisation. Le gouvernement a pris acte de la demande de 2,1 milliards d’euros que réclamait le collectif Pou la Gwiyann dekolé. Un premier plan d’urgence d’1,1 milliard d’euros avait déjà été validé. Le mouvement social durait depuis plus d’un mois.
***


ONG et trafiquants de migrants, même combat ! Le procureur italien de Catane en Sicile, Carmelo Zuccaro, affirme avoir la preuve que les navires humanitaires en Méditerranée sont en contact avec des passeurs libyens.

 L’agence Frontex avait déjà dénoncé une collusion entre trafiquants et navires privés. Le parquet de Catane a ouvert une enquête pour déterminer l’origine des financements. 
***

 
L’armée nord coréenne prête à couler le porte-avions américain. Alors que le vice-président Mike Pence, a annoncé l’arrivée du Carl Vinson en Mer du japon d’ici quelques jours, Pyongyang se dit prête à le couler d’une seule frappe et pourrait profiter du 85ème anniversaire de son armée pour procéder à son sixième essai nucléaire. Le premier ministre japonais Shinzo Abe affirme rester en contact avec Donald Trump. Le président chinois Xi Jinping a pour sa part appelé à la retenue de son homologue américain qui avait promis de “traiter le problème nord coréen”.  
 ***

 
Un peu de légèreté pour finir ! Le Puy du Fou plus fort que Disneyland. Samedi à Los angeles, Philippe de Villiers et son fils Nicolas ont reçu le prix Thea Award de la “meilleure création du monde” pour leur spectacle “Le Dernier Panache” sur la guerre d’indépendance américaine. Ils étaient en compétition avec 700 autres parcs à thème et grands spectacles dans le monde dont Disneyland. 


Les Vendéens avaient déjà reçu ce prix il y a un an pour Les amoureux de Verdun.

Tv Libertés  Edition Spéciale 1er tour de l'élection Présidentielle