Google+ Badge

dimanche 9 avril 2017

LE " GRAIN DE SEL " DE JEAN-CLAUDE ROLINAT

Le "grain de sel" de Jean-Claude Rolinat


Rédigé le Vendredi 7 Avril 2017 à 14:56 |

LES AMERICAINS RESTENT DES AMERICAINS….Les Américains restent des Américains et nous démontrent ce qu’ils savent faire de « mieux » : bombarder ! 

Les bombardements ?

 Ils jalonnent leur histoire, depuis ceux de la flotte espagnole pendant la guerre hispano-américaine de la fin du XIX ème siècle, à ceux du jeudi 6 avril en Syrie en passant par l’Allemagne, le Japon et le Vietnam.


 
Il faut dire que dans le cas de l’Empire du Soleil levant tout comme dans celui de l’Allemagne hitlérienne, ces deux Etats l’avaient bien cherché  avec leurs  cruelles entreprises impérialistes. 
 
Mais était-il nécessaire, que ce soit au Vietnam ou en Normandie,  de pénaliser d’innocentes populations civiles, comme récemment encore dans la libération de Mossoul en Irak ? Si,  en 1944, une bombe US avait frappé l’immeuble où se cachait ma mère lors du raid contre les objectifs de la gare de La Chapelle et de la TCRP dans le XVIIIème arrondissement de Paris, l’auteur de ces lignes ne serait pas là ! 
 

Une opération de politique intérieure avant tout
Donald Trump est en difficulté. Quelques semaines après son installation à la Maison Blanche, sa politique patine : il se heurtes aux empêcheurs de gouverner en rond qui polluent l’application de son programme, que ce soit en matière de réforme de la politique de la santé (« Obamacare »), de tri aux frontières des voyageurs musulmans ou de nominations diverses et variées dans son cabinet comme à la Cour suprême, nécessitant l’approbation d’un Sénat théoriquement acquis à un Président républicain. 
 
Pour son image, Il était urgent que le Donald donne du bec !  Je n’irai pas jusqu’à dire que le bombardement des villageois de la province d’Idlib avec des projectiles chimiques était une aubaine, mais le Président qui avait montré ses muscles, malgré son inclination à un arrangement avec Moscou, ne pouvait plus faire machine arrière. 
 
Avait-on pourtant la certitude absolue que c’est bien l’aviation de Bachar Al Assad qui  a commis ce crime de guerre ? (80 personnes dont des enfants gazés avec du chlore ou du sarin). 
 
Le Président syrien s’est-il « tiré une balle dans le pied » ou bien, si réellement son aviation est coupable de ce raid meurtrier,  a-t-il voulu forcer la main à Moscou, obliger les Russes et ses alliés iraniens à être solidaires  quoiqu’il en coûte? C’est que les temps ont changé. 
 
 L’époque où les « Grands », USA comme URSS, se débarrassaient de potentats « gênants » - Trujillo ou Diem pour les premiers, Présidents afghans pour les seconds – est finie. Même si Vladimir Poutine trouve le despote syrien bien encombrant, il faut faire avec. 

Ajouter la guerre à la guerre
Ce sont 59 missiles de croisières « Tomahawk » tirés depuis deux destroyers de l’US Navy naviguant au large des côtes libano-syriennes, qui ont frappé la base aérienne de Shayrat dans la province d’Homs, détruisant quelques avions au sol, des infrastructures, et tuant tout de même quelques civils et militaires.
 
 Un investissement maximum pour un rendement minimum, car cette action ne fait qu’ajouter la guerre à la guerre, sans stopper pour autant les velléités guerrières du Président syrien qui, morceau par morceau, est en passe de reconquérir sur son pays contre Dae’ch. 
 
Si Washington avait REELLEMENT voulu punir et arrêter Assad, son aviation pouvait bombarder, alors, le complexe présidentiel qui s’étire sur 31 000 m2  du plateau de Mezzah à l’ouest de Damas, avec sa caserne de la garde présidentielle, la résidence et l’hôpital. 
 
Un ensemble d’immeubles modernes aux lignes carrées dressé selon les plans d’un architecte japonais, avec un glacis où tout attaque terrestre par surprise est impossible. 
 
Alors, à défaut de vouloir VRAIMENT exfiltrer Assad, il faut négocier avec lui, comme les Russes, pour leur part, tentent de l’obliger à discuter avec les rebelles. 
 

Une indignation sélective ?
Les images poignantes d’enfants morts ou agonisant sous les effets mortels d’armes chimiques ne peuvent laisser indifférent. 
Mais, si certains cas sont portés à la connaissance du monde par des télévisions dont c’est le métier, curieusement, d’autres crimes de guerre sont passés sous silence. 
 
Qui parle du conflit yéménite où les partisans chiites de l’ancien Président affrontent une coalition emmenée par l’Arabie Saoudite dont l’aviation, elle aussi, massacre en toute impunité ? N’y a-t-il pointlà, de caméras pour saisir de leur objectif les mêmes horreurs ? 
 
Y aurait-il ici des bombes « sales » et là des bombes « propres » ? 
 
Les victimes sont les mêmes, bien souvent des femmes, des hommes, des enfants qui n’ont rien demandé, ballotés qu’ils sont entre des belligérants qui n’ont que faire d’eux. 
 
Les Occidentaux sont solidaires des Etats-Unis. 
 
Les Russes défendent, peut-être à contrecœur, leur « poulain » alaouite, comme l’Amérique  « protège » les Wahhabites et leur pétrole. 
 
Le fait d’armes américain ne change rien à la donne sur le terrain. 
 
La Syrie compte ses morts, se dépeuple et des millions de ses citoyens, prisonniers des rebelles ou réfugiés dans les zones gouvernementales, tournent en rond, sans espoir. 
 
Il faut prendre le taureau par les cornes, une bonne fois pour toutes. 
 
 
Si Bachar est le problème – lui comme son père, le défunt général Hafez-Al-Assad ne sont pas exempts  de crimes – il ne saurait y avoir de solution SANS le parti Baas.
 
 Il ne saurait y avoir de solution SANS la reconnaissance d’une légitime autonomie de la minorité kurde, n’en déplaise aux Turcs, il ne saurait y avoir de solution tant que Dae’ch ne sera pas totalement et définitivement éradiqué. 
 
Au lieu de s’invectiver, de s’affronter aux Nations-Unies, Russes et Occidentaux devraient convenir d’une feuille de route commune, agir ENSEMBLE pour chasser les islamistes – pas uniquement ceux, d’ailleurs, qui se réclament de l’E-I – et créer les conditions d’un dialogue constitutionnel, période transitoire permettant de recenser TOUS les syriens en vue d’une consultation électorale libre et internationalement contrôlée. 
 
Et là, le peuple syrien pourra dire s’il veut de Bachar comme Président. 
 
Tout le reste n’est que tragique littérature.
Jean-Claude ROLINAT
 
http://www.parti-de-la-france.fr