Google+ Badge

vendredi 14 avril 2017

JUSTICE FRANÇAISE ??? TRIBUNE LIBRE !



DÉFENSE ET ILLUSTRATION DE LA JUSTICE FRANÇAISE (L’Imprécateur)



 
A 10 jours d'un scrutin décisif pour l'avenir de la France, un magistrat annonce publiquement qu'il démissionnera si Marine Le Pen est élue. 

Agé de 67 ans, on conviendra que ce Serge Portelli ne prend pas un risque démesuré pour sa carrière ni pour sa retraite, s'offrant ainsi à moindres frais une petite publicité personnelle qui plaira au Syndicat de la Magistrature, (dont il est membre, vous vous en seriez douté). 
C'est son droit.





En revanche, on peut se demander si ce magistrat respecte l'impartialité qui sied à sa fonction, clouant au pilori un parti politique légal, officiel et reconnu, qui représente un bon quart de l'électorat et dont le projet, quoi qu'il en dise et quoi qu'en disent les médias, ne présente aucune atteinte à la démocratie ni à la république. 


Il fut un temps pas si lointain où le "sens du service public" et le devoir de réserve primaient sur les positions partisanes, dans l'univers feutré des haut-fonctionnaires qu'on appelait alors plus justement "grands Commis de l'Etat".


Avec mesure, mais avec sa précision habituelle, l'Imprécateur replace la justice française dans son contexte : paupérisation, politisation et irresponsabilité font de ce corps d'Etat, représentant l'un des 3 pouvoirs constitutionnels, l'homme malade de la République...
L’Union Syndicale des Magistrats et la Commission Européenne pour l’Efficacité de la Justice (CEPEJ) publient régulièrement des rapports sur l’état de la justice en France. Ils constatent depuis de nombreuses années la faiblesse des moyens accordés à la justice française pour faire face à une charge croissante et que la situation se dégrade malgré quelques petits coups de pouce budgétaires de-ci de-là.

Ils se limitent à un constat matériel : la Justice est mise à mal par le politique. Le politique ne lui donne pas les moyens dont elle aurait besoin, certes, mais le pire est qu’il « oublie » le principe de séparation des pouvoirs en créant une justice parallèle

Elle instrumentalise des magistrats et des institutions judiciaires créées dans un but précis : favoriser l’idéologie du système politico-médiatique et détruire l’opposition à la pensée « correcte » par des lois circonstancielles limitant la liberté d’expression et les droits européens de libre circulation des personnes, des biens et des capitaux.
 
Un bon exemple en est ce Parquet National Financier, curiosité étonnante, contradictoire, illogique et anachronique d’un pouvoir qui se dit ouvert, migrationniste, européen, atlantiste et mondialiste, mais veut que les revenus, les impôts et les citoyens restent sous la coupe rigide du pouvoir national. Résultat, une démoralisation, un burn-out des magistrats et des juges fidèles aux principes établis de la Justice.

Le constat de l’USM et du CEPEJ :
La France, classée quant au budget alloué au pouvoir judiciaire rapporté au PIB national, est au 40ème rang sur 47. Le budget de la justice est très inférieur à la moyenne européenne.
La France ne compte que 3 procureurs pour 100 000 habitants pour 11 en moyenne dans les autres pays, la Croatie étant le seul pays plus mal loti. Résultat, un procureur doit examiner 2533 affaires pénales par an quand la moyenne européenne est de 615.
Même situation pour les juges : 11 pour 100 000 habitants contre 23 dans le reste de l’Europe.

Le nombre de fonctionnaires de justice est de 32,7 pour 71,5 ailleurs.
L’USM se plaint d’une poursuite voulue et continue de paupérisation et mise sous tutelle de la Justice depuis quarante-cinq ans. Sans les contester, il n’y a pas lieu de s’enorgueillir, comme le font certains, des quelques avancées constatées et accordées par le pouvoir politique après chaque protestation énergique des magistrats et des juges.


Avons-nous le droit de critiquer la justice en France ?

À écouter les adeptes de la bienpensance, non. Et plutôt deux fois qu’une. 

Par exemple, le maire de Paris, Anne Hidalgo, considère que la critique de la justice “met en danger les principes républicains”.
 

Les Français lèvent déjà les yeux au ciel dès qu’un homme politique se réclame de “la République” et de ses « valeurs républicaines » afin de clore n’importe quel débat, ils les lèvent maintenant encore plus haut quand on parle de « l’indépendance de la justice ».

On pourrait donc, en permanence, conspuer, cracher, entarter, gifler, lancer des œufs durs ou pochés, sur le personnel politique (…) mais il ne serait pas permis de mettre en cause le système juridico-médiatique, lorsqu’on pense qu’il déraille… Ainsi, je n’aurais pas le droit de dire que je n’ai aucune confiance dans ces juges tellement aveuglés qu’ils punaisent sur leur mur d’infamie les noms des parents de victimes d’assassinats et leurs adversaires politiques…Et je n’aurais pas le droit de préciser qu’ils représentent tout de même 25% des magistrats syndiqués et que c’est parmi eux qu’une certaine ministre de la justice a puisé pour placer ses pions aux endroits stratégiques de la chancellerie et des juridictions ?” (Maître Gilles-William Goldnadel).

Le « mur des cons » du SDM


Et on ne pourrait pas critiquer l’absence de neutralité de cette justice ?
Car ce n’est pas tout. Le Syndicat de la Magistrature s’est illustré dès le début comme une officine politique très à gauche.

Soyez partiaux. Ayez un préjugé favorable (…) pour le voleur contre la police.” (Oswald Baudot, un des fondateurs du Syndicat de la magistrature).
Aux dernières élections professionnelles, le Syndicat de la Magistrature a engrangé près d’un quart des voix. 

Cela veut dire que vous avez UN RISQUE SUR QUATRE d’être jugé par un juge sous influence politique. Un risque sur quatre d’être considéré d’office comme un criminel, même si c’est vous la victime, comme le font sans le moindre remord ou complexe ces juges qui invoquent une « justice sociale » pour justifier leur non-respect de la loi.


Vous êtes d’office suspecté et avez une forte probabilité d’être condamné si sous êtes un gardien de l’ordre public face à un voyou qui vous agresse, un propriétaire face à un squatter ou un malhonnête qui refuse de payer le loyer, un blanc face à une personne de couleur ou un immigré, un chrétien face à un musulman, un « vieux » face à un « jeune ».


Ces juges du Syndicat de la Magistrature refusent d’oublier leur idéologie politique avant d’étudier un dossier et de rentrer dans le prétoire. Ils enfreignent sciemment le Code de déontologie des magistrats (Décret  N° 2005-710 du 25 octobre 2005), notamment l’Art. 7. – « Le magistrat exerce ses fonctions sans favoriser quiconque, ni prendre parti. » mais aussi le 8, le 12, le 16 « En tant que citoyen, le magistrat dispose de la liberté d’expression, d’association et de réunion, mais doit toujours veiller à préserver la dignité de la fonction juridictionnelle ainsi que l’impartialité et l’indépendance de la justice« . Etc.

On le voit en cette période électorale. On ne sait plus très bien qui instrumentalise qui de l’Elysée, des juges du Parquet National Financier et de la HATVP ou de la presse des milliardaires de gauche.

 Ruth Elkrief (BFMTV, la chaine de Drahi-Macron) ne manque jamais une occasion de rappeler que Marine Le Pen ne s’est pas rendue à la convocation des juges et que la présidente du Front national est sous le coup de deux procédures de redressement fiscal, qui pourraient l’une et l’autre avoir comme conséquence « une réévaluation significative de la valeur de ses biens, de l’ordre de 60 % ».
Mais jamais elle ne dira qu’Emmanuel Macron a déjà fait lui aussi l’objet d’un sévère redressement fiscal, ni qu’il est fortement soupçonné de fausse déclaration de patrimoine, de favoritisme dans de grosses opérations financières (Alstom, SFR), d’absence d’appel d’offres à Las Vegas et d’abus de « frais de bouche » à Bercy. 


 Et les juges si prompts à poursuivre Fillon et Le Pen, oublient de convoquer Macron, Hamon ou Mélenchon dont la situation fiscale n’est pas très claire non plus.`
À force, ça fait désordre… Les réclamations dénonçant les différences de traitement selon que les candidats sont de droite ou de gauche commencent à faire du bruit. 

Le « deux poids deux mesures » devient un tantinet trop visible. Les juges du PNF, ceux du SDM et les médias dont les patrons soutiennent un candidat ont de plus en plus de mal à convaincre de leur neutralité, de leur impartialité et de leur moralité.
« Le candidat du PS comme celui d’En Marche ! ont été confrontés à une méthode de désinformation éprouvée, fondée sur des titres trompeurs et des relais complaisants » (Le Monde). 

Hubert Beuve-Méry qui fonda le « journal de référence » de la gauche en 1944 a dû faire des sauts de carpe dans sa tombe ! Un culot aussi monstrueux, il fallait oser de la part du Monde, propriété de trois milliardaires de gauche, Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse de la Banque Lazard qui, tous les trois soutiennent financièrement Macron, Le Monde qui a écrit et titré des insinuations et des mensonges, tous les jours depuis des semaines, sur Pénélope et François Fillon. 

Au Monde, comme à BFMTV, Les candidats de gauche sont, évidemment, accusés à tort. Ceux de droite sont, bien sûr, coupables. Devant un tel professionnalisme, une telle impartialité, on n’a plus qu’à s’incliner. Et espérer que l’ouverture de l’enquête préliminaire pour « favoritisme, complicité et recel« , par le parquet de Paris, visant Emmanuel Macron donnera lieu à d’aussi longs développements que les feuilletons Fillon et Le Pen.

Pour terminer, souvenons-nous que le président de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), le magistrat Jean-Louis Nadal grand ami de Hollande se définit lui-même publiquement comme un « homme de « gauche » et s’est engagé aux côtés du PS en 2011 avec Martine Aubry et en 2012 pour F.Hollande. Et que la magistrat présidant le Parquet National Financier, Eliane Houlette, a été recommandée à Hollande par Christiane Taubira
Où sont passées l’impartialité et l’indépendance de la Justice de ces deux institutions para-judiciaires crées par Hollande et dirigées par des militants socialistes ? 

Les tripotages et tripatouillages auxquels on assiste, éberlués, depuis des mois sont-ils conformes à la Constitution ? 

« La souveraineté nationale appartient au peuple… Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice » (art. 3). 
Le Conseil constitutionnel serait bien inspiré de vérifier si, en l’espèce, une « section du peuple » (les institutions judiciaires spéciales créées par le pouvoir sociliste) ou, pire, un ou plusieurs individus (magistrats du SDM, propriétaires de médias et journalistes) ne se seraient pas arrogés l’exercice de la souveraineté en manipulant les faits pour truquer l’élection présidentielle.

L’Imprécateur

Sources :
  • www.union-syndicale-magistrats.org, Rapport USM, rapport CEPJ 2012
  • http://www.lagauchemorale.com/actualites/article/la-haute-autorite-pour-la-transparence-de-la-vie-publique-dirigee-par-un#BUOAR6Fol9EZeXWz.99
  • Code de déontologie des magistrats Décret  N° 2005-710 du 25 octobre 2005
  • Constitution de la République
  • Articles de Boulevard Voltaire