Google+ Badge

jeudi 27 avril 2017

D' ACCORD OU PAS D' ACCORD ? TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !

Premier tour des élections présidentielles, le clan des banksters exulte, Le Pen terrassée par le virus Shoatique !
Les résultats du premier tour de cette élection présidentielle sont enfin tombés. 

Ce dimanche 23 avril marque la fin de la traditionnelle comédie électorale ponctuée par des sondages quotidiens, des affaires politico-financières à répétition et de longs débats aussi pompeux qu’ennuyeux.

 C’est désormais officiel, le parti de l’étranger sera représenté au second tour en la personne de (((Macron))) ancien gérant associé de la banque Rothschild et sinistre de l’économie du Président fantoche Hollande dont il aura à assumer le bilan désastreux. 

Celui-ci totalise en effet 23,9% des voix, devant la Le Pen qui réalise un score de 21,4%. 

Plusieurs leçons à tirer de ces résultats.


Tout d’abord, au petit jeu de la magouille électorale, le programme est la dernière des préoccupations des français.
La preuve en est que celui qui se voulait l’homme sans parti (et sans projet clairement défini) a gagné le pari que de nombreux représentants du camp National pensaient impossible. Cela en dit long sur l’état de délabrement avancé des consciences politiques en France. 

Alors que l’échec annoncé du quinquennat Hollande devait en toute logique déboucher sur un second tour Le Pen/Fillon, la secte de la pleurnicherie a choisi son candidat, qui se trouve être l’héritier naturel de l’infâme Président de leur république. 

Ces résultats ont également un goût amer pour la candidate du néo-FN. Bien que qualifiée pour le second tour, elle ne réalise que 21,4% des suffrages exprimés. Pire encore, elle est largement devancée par le candidat de la finance apatride alors qu’elle espérait arriver en tête. 

 Voilà où mène la stratégie de dédiabolisation. 
Non seulement elle obtient un résultat plutôt médiocre, chacun s’accordera pour le dire, mais l’échec de cette entourloupe politicienne est d’autant plus palpable que l’on voit l’intégralité de l’Établissement politique appeler à voter pour son adversaire ou à s’abstenir. Et si le problème était tout simplement de jouer dans le cadre du Système ?

Le candidat de la fausse droite que certaines personnalités du mouvement National avaient soutenu échoue à se qualifier. 

Tandis que beaucoup voyaient en lui une alternative crédible à la Le Pen et à son programme de gauche, il se met une fois de plus à genoux devant les tenants du mondialisme en appelant à voter pour (((Macron))), l’homme qui niait l’existence même de la culture française.

 Rien d’étonnant de la part d’un escroc notoire de l’envergure de Fillon, plus préoccupé par sa condition de petit bourgeois cosmopolite que par les intérêts de la France.

Comme nos amis de Rivarol l’avaient souligné il y a quelques semaines, ce scrutin marque un inquiétant retour du néo-communisme sur la scène politique. 

En effet, le candidat de l’extrême gauche unie totalise 19,6% des voix à l’issue du premier tour. 

Il réussit à mobiliser l’essentiel de l’électorat des banlieues et son cortège de déracinés notoires. Immigrés afro-maghrébins, étudiants gauchistes, marginaux consommateurs de substances hallucinogènes, la France dite Insoumise est un conglomérat de tout ce que la société française compte de décadent et d’anti-National. 

Un point néanmoins intéressant : tandis qu’en 2012 le représentant des tyrans communistes sud-américains s’était lancé dans une campagne antifasciste digne des régimes staliniens du XXème siècle, il choisit de ne pas soutenir (((Macron))) contre le prétendu péril brun qui, il est vrai, n’existe que dans la tête de quelques bobos apatrides.

Une note positive toutefois : le Parti socialiste est définitivement enterré. Son candidat ne réalise que 6,3% des suffrages. 

Un coup de massue de plus pour cette brochette de menteurs de voleurs et de traîtres qui détient tous les leviers du pouvoir depuis 2012. 
La plupart de ses cadres, sentant le vent de la défaite arriver, ont cru utile de se rallier au candidat revendiqué du judaïsme politique.

 L’appareil mord la poussière mais ses dignitaires parviennent tout de même à se recaser dans un élan d’opportunisme affligeant. 

Son électorat à l’agonie est essentiellement composé de racailles islamiques concentrées dans les banlieues que la Le Pen tente par ailleurs opportunément et sans succès, de séduire dans le cadre de la stratégie macabre de dédiabolisation.

Cette dixième édition de la pitrerie électorale aura donc une nouvelle fois largement mobilisé les électeurs, à la grande satisfaction des élites cosmopolites et de la finance internationale apatride. Le score relativement décevant de la candidate dite nationale achève de lever le doute quant à la possibilité d’une révolution urnatoire.
 Il nous appartient donc à nous, nationalistes non reniés, de former la minorité révolutionnaire qui s’emparera du pouvoir le jour où celui-ci sera à terre.
 Cela peut paraître à première vue extrêmement lointain, mais nous nous efforçons de rappeler que la Révolution est l’œuvre d’une minorité inaccessible au découragement. 

Quoi que l’on en dise, le Système grille sa dernière cartouche avec l’infâme (((Macron))). Il ne pourra masquer éternellement son état de décrépitude avancée.

En avant la victoire ! Hauts les cœurs !
Yohan C.

http://www.jeune-nation.com/politique