Google+ Badge

mardi 25 avril 2017

CONTRE LES MONDIALISTES ET LEURS PRIVILÈGES !

  MARINE LE PEN FAIT ÉCLATER LES " RÉPUBLICAINS "  ET MÉLENCHON LES " SOCIALISTES " !
40 ANS DE POUVOIR !  ILS ONT APPAUVRIT LA FRANCE POUR GARDER LEURS PRIVILÈGES 
JMLB 





23 Avril 2017 : suicide en direct des Républicains

 

Thierry Monvoisin nous adresse une tribune libre dans laquelle il commente la décision de François Fillon d’appeler à voter pour Emmanuel Macron au deuxième tour de l’élection présidentielle. Nous la reproduisons ci-dessous. 


Rappel : une tribune libre ne reflète pas la ligne éditoriale de la rédaction de Breizh-info.com mais a vocation à susciter le débat.

Pendant la campagne du premier tour, les commentateurs et certains candidats ont rappelé que celle-ci était à quatre tours. 

En effet, dans la constitution de la 5° République  ce n’est pas le président de la République qui décide en dernier ressort de la politique de la France mais le gouvernement soutenu par une majorité au  parlement.

Jusqu’à cette élection présidentielle, le vainqueur pouvait compter l’obtenir aux législatives qui suivaient du fait d’une part de l’existence de 2 rassemblements, l’un de droite, l’autre de gauche, d’autre part du système électoral majoritaire à 2 tours mais aussi d’une cohérence des électeurs entre les 2 élections.
Lors du quinquennat de François Hollande, cette logique a commencé à être remise en cause car une partie des députés de sa majorité ne se reconnaissait plus dans sa politique. Les frondeurs au Parlement sont venus perturber ce fonctionnement. 
Une partie importante de leurs électeurs ont confirmé ce désaccord dans la rue avec les manifestations contre la loi travail, inspirée entre autres par E. Macron.

Les candidatures et les résultats du 23 avril montrent que, désormais, la partie s’est joué à quatre : Marine Le Pen et le Front national , E. Macron et En Marche!, Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise, François Fillon et Les Républicains. 
Chacun a réalisé autour de 20% des suffrages. 

Aucun, au soir du premier tour, n’a suscité une adhésion massive qui permette de pronostiquer l’issue des élections législatives. 

Aussi, ces 4 mouvements peuvent espérer être la pierre angulaire de la future majorité parlementaire.

Or que fait François Fillon à peine connues les premières estimations du vote?  Alors qu’il a frôlé la réussite de son pari d’être au 2° tour avec un écart de seulement 1.3% de Marine Le Pen, malgré les campagnes d’une extrême violence qu’il a subies, il ne mobilise pas sur cette base solide son électorat pour gagner les législatives. Il renonce. 

Après avoir combattu « Emmanuel Hollande » ou  » François Macron », prisonnier de l’idéologie de l’oligarchie politico-médiatique, il reprend la thématique du système et appelle à voter pour Emmanuel Macron. 

 Il sera suivi par la majorité des dirigeants des Républicains, qui démontrent ainsi qu’ils n’ont pas saisi la nouvelle donne.

Que peuvent comprendre leurs électeurs? Que feront-ils aux législatives? S’ils sont cohérents, selon leur choix du 7 mai, ne continueront-ils à voter soit pour les candidats Macron, soit les candidats FN.


Ce faisant, François Fillon et les dirigeants  des Républicains se sont suicidés en direct.

 Qui peut en être surpris après toutes leurs palinodies pendant la campagne du premier tour?

Thierry Monvoisin

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine




25 avril 2017


Capture d’écran 2017-04-24 à 19.27.55
Ce bilan de l'IFOP est significatifVoici le nombre de communes dans lesquelles les candidats sont arrivés en tête :
  • Marine Le Pen 19037
  • Emmanuel Macron 7264 
  • François Fillon 5580
  • Jean-Luc Mélenchon 3486
Dans les grandes villes, la droite s'effondre. A Paris, Marine Le Pen a réalisé 4,99% et à Lyon 8,86%. Emmanuel Macron est largement en tête.
Ce décalage entre la France d'en haut et la France d'en bas est illustré par ce maire gauchiste d'Annezin, qui regroupe plus de 5800 habitants dans le Pas-de-Calais. 
Dans cette ville, Marine Le Pen est arrivée en tête au premier tour de l'élection présidentielle avec 38% des suffrages devant Jean-Luc Méléchon qui a obtenu 19,25% et Emmanuel Macron 17,29%. Le maire Daniel Delomez a déclaré :
"C'est catastrophique! Il est possible que je démissionne car je ne veux pas consacrer ma vie à des connards".
Qu'il démissionne : dans les villes dirigées par le FN, les habitants ont l'air heureux puisqu'ils en redemandent.
Marine Le Pen arrive nettement en tête chez les ouvriers (37%). Les retraités préfèrent François Fillon (36%) et les cadres optent pour Emmanuel Macron (33%), qui réalise son plus mauvais score chez les ouvriers (12%).
La candidate du Front national et le représentant de la France insoumise sont les deux candidats les plus soutenus par les chômeurs (21% contre 36%). Emmanuel Macron est boudé par les chômeurs (14%).
Le niveau de revenu a un impact sur le bulletin : Emmanuel Macron convainc 32% des ménages au revenu mensuel supérieur à 3000 euros, tandis qu'il obtient 14% parmi ceux qui disposent de moins de 1250 euros par mois.
Le vote Fillon suit la même évolution. Les foyers les plus défavorisés leur préfèrent largement Jean-Luc Mélenchon (25%) et surtout Marine Le Pen (32%).
 La tendance s'accentue si l'on considère les foyers qui vivent des fins de mois sont difficiles : 43% pour Marine Le Pen, loin devant Jean-Luc Mélenchon (22%). 

Les Français se sentant plus à l'aise financièrement optent davantage pour François Fillon (25%) et, encore plus, pour Emmanuel Macron (32%).