Google+ Badge

dimanche 23 avril 2017

ANTIFA: UNE AUTRE VISION DE LA DÉMOCRATIE ???

23 avril 2017



Résultat de recherche d'images pour "Paris : affrontements entre CRS et antifascistes, deux blessés" Des échauffourées ont éclaté avec la police dimanche soir à Paris, en marge d'une manifestation de plusieurs centaines de jeunes «contre» Emmanuel Macron et Marine Le Pen. 

Selon un premier bilan, deux personnes sont blessées dont une adolescente.

La tension grimpe à Bastille (XIIe, XIe, IVe) ce dimanche soir. 

A l'appel de mouvements «antifascistes» et «anticapitalistes», qui entendaient organiser une «nuit des barricades», quelque 300 manifestants s'étaient réunis dans l'après-midi.

Si dans les premiers instants, la manifestation était calme, la tension est montée autour du célèbre monument avec des mouvements de foule.
 Certains militants ont tenté d’arracher les palissades autour de la statue du Génie puis ont lancé sur les CRS des bouteilles et des pétards. 
Les forces de l’ordre ont répliqué en chargeant les manifestants et tentent de les contenir autour de l’Opéra.

Depuis 21 heures, les débordements ont lieu du côté du boulevard Beaumarchais. 
Les manifestants ont cassé des vitrines d’agences bancaires, des Abribus, des conteneurs à verre, plusieurs Autolib' mais aussi des vitres de véhicules appartenant à la préfecture de police.

Vers 22h30, le groupe de casseurs se dirigeait vers le quartier Jaurès (XIXe arrondissement). Selon nos informations, la police a interpellé une grande partie de ce groupe, en ayant notamment recours à du gaz lacrymogène. 
Trois personnes ont été interpellées, selon la préfecture de police.

Concernant la qualification d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, l’un d’eux explique qu’il s’y attendait mais qu’il « allait continuer la lutte ». 

Et d’enchaîner : « Quel que soit le prochain gouvernement ça va être encore 5 ans de misère sociale. 
À nous de leur montrer notre vision de la démocratie ».


Christian, un passant, est écoeuré :
 «Je comprends qu'ils ne soient pas contents du résultat du vote.

 Mais tout casser comme ça, c'est n'importe quoi». 

Les riverains assistent de leurs fenêtres, médusés, aux actes de destruction.

source



Nantes. Incidents après le premier tour [Vidéo]

Incidents Nantes
24/04/2017 – 08h55 Nantes (Breizh-Info.com) – 


 C’était annoncé par les militants « antifascistes » depuis plusieurs jours. 

La soirée de l’annonce des résultats du premier tour de la présidentielle a été marquée par la mobilisation, parfois violente, d’une frange active de l’ultra-gauche nantaise.`

 D’abord réunis sur la place Bouffay, les 250 participants ont décidé d’entamer une manifestation sauvage à 21h15.
Aux cris de « Ni Le Pen, ni Macron, nique les élections ! », les manifestants ont arpenté le centre-ville, n’oubliant pas de taguer les murs, de briser les distributeurs de billet et de jeter des projectiles sur les forces de l’ordre.

Des incidents violents mais prévisibles.

Une manifestation toujours en mouvement

Très mobile, la manifestation a beaucoup vadrouillé dans tout le quartier Bouffay. L’occasion pour les militants de se frotter à la BAC, place du Pilori. 

Flashball et gaz lacrymogène d’un côté, fumigène et feux d’artifices de l’autre. La confrontation tourne à l’avantage de la police, les manifestants fuyant dès que les policiers lèvent le canon de leur arme. 
Malgré tout, le cortège se referme et tente une incursion vers la cathédrale. 

Rue de Strasbourg, nouveaux incidents. Des poubelles sont renversées sur la route et des dizaines de bouteilles brisées. 

Plusieurs barrières sont également jetées sur la chaussée tandis qu’un feu de poubelle est allumé. 

Un jet de bouteille sur un motard plus tard, les « antifascistes » ont déjà fait demi-tour, rentrant à nouveau dans Bouffay.

La mobilisation policière étouffe les incidents

C’est dans la rue des Petites Ecuries qu’a lieu une charge impressionnante de la BAC, tombée nez à nez avec les manifestants qui se repliaient sur la place Bouffay. 

Ne cherchant pas outre-mesure à attraper les « antifascistes », les agents de la BAC ne se lancent pas à la poursuite des manifestants en pleine déroute.

Si les policiers appréhendent bien une femme (cf. la vidéo), ils la relâchent presque aussitôt. Plusieurs autres personnes ont néanmoins été interpellées, en amont de la soirée et pendant la manifestation sauvage.


Pendant ce temps-là, les manifestants ont eu le temps de se rendre jusqu’à Commerce. Des CRS se mettent en position. 
Aux jets de bouteilles répondent les tirs de lacrymogènes. 

Cette fois-ci, la manifestation est véritablement dispersée. Certains courent vers la place du Commerce tandis que d’autres s’échappent par la place Royale puis par la place Graslin. 

A noter la saisie illégale de la batterie de la caméra d’un journaliste indépendant en fin de manifestation par la BAC, au bas de la rue Franklin.


Fin d’une soirée animée, la suite au second tour ?


Crédit Photo : Breizh-Info.com [cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine