Google+ Badge

mercredi 22 mars 2017

SUPERCHERIE INTÉGRALE ! ( FRANÇOIS MARCILHAC )




Supercherie intégrale
Les média de l’oligarchie ont déjà écrit le scénario – le meilleur à leurs yeux, le pire pour la France : le second tour de l’élection présidentielle opposera Emmanuel Macron à Marine Le Pen et ce sera évidemment le premier qui l’emportera haut la main. 

Ce faisant, ils donnent raison à la présidente du Front national qui n’a de cesse de répéter que la vie politique française est désormais scindée entre mondialistes et patriotes. 

Macron n’est en effet que la créature  formé par les milieux d’affaires, les grands média qui sont leurs courroies de transmission auprès de l’opinion publique et cette partie du pays légal qui a définitivement bradé la France. 

Qu’importe qu’il soit le dauphin de François Hollande, le clone de Juppé avec trente ans de moins ou encore le dépeceur d’un Parti socialiste en voie de décomposition avancée. 
Toutes ces éventualités, plus complémentaires qu’exclusives, ne concernent que les écuries électorales. 
Ce qui intéresse les Français, c’est que ce mondialiste décomplexé n’est que le prête-nom d’une finance internationale qui a trouvé en lui son meilleur ennemi, au sens où François Hollande l’a été durant son quinquennat. 


Tout n’est pas écrit d’avance
Le pire n’est évidemment jamais certain. Les Britanniques devaient voter en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne et les Américains élire Hillary Clinton.
 Non seulement Juppé était le vainqueur proclamé de la primaire de la droite, mais il avait déjà remporté l’élection présidentielle. 

Quant à Valls, il était déjà le candidat officiel du Parti socialiste désigné par les primaires citoyennes. Il ne faisait qu’une bouchée de Macron et renvoyait Mélenchon aux marges de la gauche de la gauche. 

Tout cela, c’était avant. Avant que les Britanniques ne choisissent le Brexit, les Américains Donald Trump, les électeurs de la droite parlementaire François Fillon et les socialistes le mari de la responsable des affaires publiques du groupe de luxe LVMH.
 Avant, aussi, que Fillon, devenu le nouvel élu par anticipation de l’élection présidentielle, ne trébuche sur de minables affaires d’assistants parlementaires et de costards, révélées tout exprès à quelques semaines du premier tour. 
Avant, aussi, que des Français médusés par le spectacle particulièrement dégradant d’une campagne électorale située à la page “faits divers” des journaux n’envisagent de bouder le premier tour de l’élection présidentielle. 
Ainsi, le régime aura fini par dégoûter nos compatriotes même de l’élection-phare de la Ve République, à laquelle ils n’avaient pourtant, jusqu’à présent, jamais manqué de participer en masse, leur faisant habituellement délaisser, contrairement à la lettre des institutions dont ils se contrefichent, les législatives qui suivent de peu le scrutin présidentiel : il appartient en effet au gouvernement responsable devant le parlement de déterminer et de conduire la politique de la nation. 

Vestige de mentalité monarchique, qui leur fait considérer le souverain – ou son ersatz républicain – plus déterminant qu’un parlement aux mains des partis politiques…


Bruxelles dicte sa loi
Quoi qu’il en soit, la démocratie représentative est mal en point. Le rejet de la classe politique n’a jamais été aussi unanime… Et comme s’il n’était pas suffisant, celle-ci ne cesse d’aggraver sa fracture avec les Français en portant préjudice à la seule démocratie qui trouvait encore grâce aux yeux de nos concitoyens – et avec raison : la démocratie municipale. 

En adoptant en 2015 le dernier volet de la réforme territoriale (après la création des métropoles et la réforme régionale) qu’est la loi NOTRe, qui contraint progressivement, contre l’avis de la majorité des maires, les communes à se fondre dans de grands touts abstraits et sans personnalité, autre qu’administrative, nos élites éloignent toujours un peu plus les citoyens des centres de décision et les privent des moyens de décider ou de faire pression dans un domaine, la vie communale, où ils sont pourtant les plus compétents et les plus directement intéressés.

 Désormais, la France se divise administrativement en métropoles, intercommunalités, régions artificielles dont les contours ont été dessinés sans autre justification que de répondre au souhait bruxellois de démantèlement des nations. 
Si bien qu’alors même qu’on leur demande d’élire le courtier français de la Commission européenne, dont on leur désigne d’avance le nom, les Français se voient parallèlement dépossédés de leurs pouvoirs de décision dans les affaires qui les concernent au plus près de leur vie quotidienne par l’instauration d’une centralisation à plusieurs étages, qui les prive de leurs libertés politiques fondamentales. Jamais l’analyse de Maurras selon laquelle il est impossible à la République de décentraliser n’a été aussi pertinente.

 Mais ce n’est plus au profit d’un État incapable de régner autrement qu’en imposant un pouvoir sans partage : cette centralisation répond, pour l’oligarchie, à la nécessité, pour asseoir sa dictature, d’éloigner, par la création de structures aussi obèses qu’artificielles, les citoyens des lieux de décision : le maire n’a plus aucun pouvoir. 
C’est l’interco’ qui décide, derrière l’interco’ la région, derrière la région, Bruxelles, l’État français étant désormais aux abonnés absents. Jamais on n’a autant parlé de proximité comme d’une valeur démocratique fondamentale ; jamais on n’a autant privé le pays réel de tout pouvoir de décision.


Démocratie virtuelle
La fracture entre pays légal et pays réel est devenue béante. Vivant en vase clos, ne s’occupant que de ses intérêts particuliers, ne percevant même plus le sens de l’expression “bien commun”, le pays légal a intégré l’idée qu’il faut priver à tous les stades de la vie publique les citoyens de tout regard ou de tout pouvoir. 
La démocratie numérique, tant vantée par nos ténors, surtout à gauche ? Une démocratie virtuelle. La proie pour l’ombre.

 L’Europe a été fondée pour déposséder du pouvoir de décision les politiques au profit de prétendus experts. C’est désormais à tous les stades de la vie publique que ce schéma technocratique, ô combien pervers, est appliqué. 

La démocratie est devenue une supercherie intégrale. Le citoyen-souverain est appelé à désigner directement le chef d’État, les députés, les différentes strates d’élus locaux. Aux deux extrêmes, la dépossession est totale : parce que depuis Maastricht les chefs de l’État ont bradé la souveraineté de la France ; parce que l’oligarchie a décidé de priver progressivement le maire de tout pouvoir. 

Quant aux députés, lorsqu’ils ne valident pas des décisions européennes, les lois qu’ils votent sont hypothéquées par le sacro-saint droit européen… Une élection présidentielle sera insuffisante à nous rendre notre liberté, même si les Français ont la bonne idée d’élire un chef d’État désireux de redonner au pays sa souveraineté – ce que nous souhaitons, évidemment. 

Car, même dans ce cas, il n’est pas certain qu’il trouve dans le régime la force de ses ambitions. Quant à François Hollande, il ne sort de son silence piteux de président discrédité que pour critiquer les « égoïsmes nationaux » et ânonner que le « nationalisme, c’est la guerre » – tarte à la crème de tous les fédéralistes européens.

 Pour, dans le même temps, rompre la solidarité européenne en se couchant devant Erdogan, qui a traité de nazis les dirigeants allemands et néerlandais, parce qu’ils ont refusé, à juste titre, l’organisation sur leur sol d’un meeting à la gloire du dictateur turc. Meeting qui a eu lieu sur le nôtre, en revanche, dimanche 12 mars. 

Jusqu’à la dernière minute, Hollande aura été indigne de sa fonction.

Source:   François Marcilhac

Paru dans l'Action Française 2000 n° 2951 du 16 Mars 2017. 



ET AUSSI



Présidentielles : le débat de toutes les confirmations. Ils se sont testés dans un round largement d’observation


Debat Presidentielles

Présidentielles : le débat de toutes les confirmations. Ils se sont testés dans un round largement d’observation


Raoul Fougax , journaliste ♦

Le premier débat présidentiel aura été sans aucune surprise.

Marine Le Pen est un roc attaqué de toutes parts.
Sur Macron tout glisse, il est le candidat liquide.
Mélenchon est de loin le meilleur tribun et l’orateur au-dessus des autres.
Fillon est solide mais sur la défensive.
Hamon à la peine face à Mélenchon qui occupe sa place.

 

Mais la vraie confirmation est ailleurs.

Dans ce round d’observation où chacun a marqué son territoire et pris ses marques… les médias ont trouvé cependant un vainqueur. 

Et comme par hasard c’est Macron conforté par un sondage – sans rire- sans pouffer- BFM TV.

« Broadcast For Macron »continue à donner le ton et à révéler le jeu médiatique. Ils jouent Macron, seule chance, semble-t-il pour eux, de barrer résolument la route à Marine Le Pen, leur seule vraie bête noire. 

 Donc Macron sortira vainqueur de tous les débats avec en appui des sondages d’opportunité pour le renforcer ou en tout cas le crédibiliser. Reste à savoir si le vainqueur des médias est aussi celui des électeurs. On peut en douter.
Dans ce genre de débats, chaque camp se sent renforcé et se croit vainqueur, mais il ne s’agit que de militants. 
Hier c’était encore plus net puisque personne n’a mordu la poussière.

Alors, pour nous objectivement, avec esprit critique, le meilleur c’est Mélenchon. 

La-dessus, il n’y a pas de doute et sa prestation est une mauvaise nouvelle pour Hamon. Ce dernier pouvait espérer rebondir après son meeting réussi. Le débat n’a pas confirmé le rebond.

La bulle Macron n’a pas crevé. Il a un art consommé pour ne rien dire et ,pour le moment, il a évité la gaffe qui tue. Il reste le joker mondialiste et médiatique choisi contre Marine Le Pen.

Fillon a réussit a écarter les affaires, à mettre en avant son expérience et à parler programme. Mais sans doute inquiet, il a été un ton en-dessous de ce qu’il aurait du être pour s’imposer comme pendant les primaires.

Quand à Marine Le Pen, seule contre tous, elle a confirmé une solidité rassurante pour ses partisans, sans pour autant pouvoir espérer avec ce débat élargir son électorat
.
Les autres débats pourraient donc être plus déterminants, mais il faudra faire une faute criante pour perdre la présidentielle dans un de ces fameux débats qui servent surtout aux médias à faire du spectacle et de l’audience.


Ne me dites pas que je suis dans un débat présidentiel, je pensai être dans «  The voice ».

Source:   http://metamag.fr/2017/03/21 

C’est du Miège…

C’est du Miège…