Google+ Badge

dimanche 12 mars 2017

RETOUR EN BRETAGNE DE LA FÊTE DU PAYS RÉEL !

  Début de séance:  Une minute de silence pour Bastien- thiry !

Rappel !


Publié par Manuel Gomez le 11 mars 2017



Accusé d’avoir organisé et dirigé l’attentat dit du Petit-Clamart, le 22 août 1962, visant de Gaulle, Jean-Marie Bastien-Thiry, ingénieur militaire et lieutenant-colonel de l’armée de l’air, comparait devant la cour de justice militaire, présidée par le général Roger Gardet.

Il est défendu par les avocats Le Coroller, Dupuy, Isorni et Tixier-Vignancour.
Cette Cour de justice militaire a été déclarée illégale par le conseil d’Etat en date du 19 octobre 1962.

Fidèle gaulliste jusqu’en 1959, date à laquelle de Gaulle annonce l’autodétermination en Algérie, Bastien-Thiry n’accepte pas ce virage politique du chef de l’Etat qui, pour lui, est une ignominie, un déshonneur, un crime contre l’humanité :

« Nous n’avons pas à nous justifier devant votre juridiction d’avoir accompli l’un des devoirs les plus sacrés de l’homme, le devoir de défendre des victimes d’une politique barbare et insensée »


Bastien-Thiry cite comme exemple le colonel Claus von Stauffenberg, qui le 20 juillet 1944 tenta de supprimer Adolf Hitler :

« Les officiers allemands ont dû aussi être douloureusement frappés par le génocide hitlérien des juifs, comme nous le sommes par le génocide gaulliste des Français-musulmans ».



Il justifie son acte en déclarant :

« C’est une vérité que l’homme contre lequel nous avons agi est à tout moment passible de la Haute-Cour, et qu’il suffirait d’un minimum de clairvoyance et de courage de la part des parlementaires pour l’y traduire. 
Le dossier de ses forfaitures, de ses crimes et de ses trahisons existe, et des milliers d’hommes sont prêts à témoigner de la réalité de ces forfaitures, de ces crimes et de ces trahisons ».


(Toutes ses forfaitures, ses crimes et ses trahisons sont relatés dans mon livre « J’accuse De Gaulle* »)

Jean-Marie Bastien-Thiry est fusillé au petit matin du 11 mars 1963

Bien que condamnés à mort, ceux qui ont tiré ce jour-là sur la DS de De Gaulle obtiennent sa grâce, mais pas Bastien-Thiry qui, selon De Gaulle, n’a pas pris de risques directs mais mérite d’être exécuté :

« Les Français ont besoin de martyrs [osera-t-il dire], je leur ai donné Bastien-Thiry. Celui-là, ils pourront en faire un martyr, s’ils veulent. Il le mérite. »
Lorsqu’on le réveille, le matin de l’exécution, la première question de Bastien-Thiry est de connaître le sort de ses compagnons, Bougrenet de la Tocnaye et Prévost. Il est soulagé d’apprendre qu’ils ont été graciés.
Jean-Marie Bastien-Thiry est fusillé au petit matin du 11 mars 1963, au fort d’Ivry. Il est inhumé au cimetière de Bourg-la-Reine.





Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.



* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.


 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le PDF/ BRETAGNE ÉTAIT PRÉSENT !

Un article du " PARISIEN " !

Extrême-droite : à la Fête du pays réel, les intégristes de Civitas préparent les législatives

|Marie-Charlotte Dutheil|11 mars 2017, 21h40|1






 Carl Lang, fondateur du Parti de la France, et Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front National, étaient les invités de marque de la Fête du pays réel, organisée par Alain Escada, président de Civitas.
M.-C. D

Marie-Charlotte Dutheil
PolitiqueAlain EscadaMarine Le PenRungisJean-Marie Le PenVal-de-Marne

Jean-Marie Le Pen participait à la première Fête du pays réel organisée ce samedi à Rungis (Val-de-Marne) par Civitas, le mouvement catholique intégriste qui entend présenter des candidats aux législatives. 

C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes, et ça, Jean-Marie Le Pen l’a bien compris. 

Invité de marque de la première Fête du pays réel, organisée ce samedi à Rungis (Val-de-Marne) par Civitas, le toujours président d’honneur du Front National sert aux quelques 300 personnes venues l’applaudir tous les « tubes » qui ont jalonné sa carrière : le « détail de l’Histoire », et les soucis financiers qu’il lui a causés, le « Jeanne, au secours ! » crié le 1er mai 2015, au pied de la statue de Jeanne d’Arc à Paris… Mais aussi « la déferlante africaine [qui] submergera bientôt l’Europe », l’ « affaissement de la religion catholique », ou encore la « mission capitale » que constitue le fait de « transmettre la vie et [d’]élever les enfants » pour les femmes. 

Dans la salle de l’espace Jean-Monnet, on ne boude pas son plaisir, riant et applaudissant à intervalles réguliers.

Lorsqu’Alain Escada prend, à son tour, le micro, le discours gagne encore en radicalité. 

Désormais parti politique, Civitas compte en effet présenter des candidats aux législatives de juin, et son président présente les axes forts de son programme : abrogation de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, annulation rétroactive du mariage pour tous, interdiction de l’avortement, remplacement du droit du sol par celui du sang, sortie de l’Europe… 

« Le temps des demi-mesures s’achèvera, tôt ou tard », promet-il, préconisant le retour à « la France des terroirs et des clochers, de la moralité, du patriotisme et de la préférence nationale ».

«Marine Le Pen est trop socialiste»


Dans la salle, les applaudissements se font fervents. « Normal, c’est son parti qui a organisé la fête », ricane Mathieu, à la sortie. 
Ce chauffeur-livreur, père de six enfants, est venu de Bretagne avec sa femme, Virginie, et leur ami Jonathan, ouvrier.
« Nous sommes adhérents du Parti de France de Carl Lang – lui aussi invité de la manifestation, NDLR -, indique ce dernier.
 C’est comme ça que nous avons entendu parler de cette fête. » « Pour nous, Marine Le Pen est trop socialiste, reprend Mathieu. 
Mais Alain Escada sur l’immigration, ça va, mais sur le reste, il faut vivre avec son temps. 

Du coup, je ne sais toujours pas pour qui voter à la présidentielle. »

Coupe de cheveux à la mode, tatouage dans le cou et sweat à capuche, Ulrich, 28 ans, fait partie des rares jeunes présents. 
« Ma mère est membre de Civitas, et elle va se présenter aux législatives, sourit-il. 
Ce sera peut-être mon cas aussi, il faut que j’en parle avec Alain. 

» S’il se dit monarchiste, le jeune homme envisage de voter pour Marine Le Pen, à la présidentielle. « 
Ce sera un choix par défaut, mais ses positions sont tout de même celles qui se rapprochent le plus de ce que je pense : sur l’immigration, ou la fermeture des frontières, par exemple. 

De tous les candidats, c’est la moins pourrie. »


 Source:   leparisien.fr





ET AUSSI

         Jo et Mathieu  ( Morbihannais ) Porte Drapeaux


                           Jean- Marie Le Pen , Jean-Marie Lebraud et Jo !
  
                                    Jo et Jany Le Pen




ET AUSSI

Pas de charia chez nous ! Tribune libre de Carl Lang dans la revue Confrontation



Rédigé le Mercredi 8 Mars 2017 à 12:35 |


Je remercie en premier lieu la revue Confrontation et Jean-François Touzé de m’offrir une possibilité d’expression dans cette tribune libre sur le thème de la galopante islamisation de notre pays et de la nécessaire résistance.




A l’occasion de mes vœux du Nouvel An, j’ai écrit : « La terre de France n’est pas terre d’islam. Pas de charia chez nous ! ». Je considère en effet que de notre capacité ou non à refuser la colonisation islamique de notre pays dépendent nos libertés futures, notre identité, notre sécurité et notre modèle de civilisation.
Il me parait tout d’abord nécessaire d’en finir avec l’imposture des soi-disant « valeurs de la République » et de laïcité républicaine qui devraient, par simple incantation, nous protéger du communautarisme et de l’islamisation de la société française. Cette République frelatée est non seulement incapable de préserver la France de l’islamisation, mais elle est intégralement responsable depuis 40 ans de la politique d’immigration massive ayant engendré le phénomène culturel, social, communautaire et politique d’islamisation de la France.
Lors des élections européennes et régionales de 2004, je faisais figurer sur mes documents électoraux : « Vous avez aimé l’immigration ? Vous allez adorer l’islamisation !». Aujourd’hui nous pourrions ajouter : « Vous allez adorer l’islamisation, la charia et le terrorisme islamique !». Les militants de l’islam politique et révolutionnaire ont, quant à eux, parfaitement compris que la fameuse laïcité républicaine, c’est-à-dire la totale neutralité de la République à l’égard des religions, ainsi que les soi-disant droits de l’homme étaient le meilleur cheval de Troie leur permettant de façonner petit à petit la société française à leur image. Ils peuvent compter pour atteindre leurs objectifs sur leurs nombreux compagnons de route, adeptes de l’ouverture à l’étranger, de l’accueil des migrants et de la promotion de la diversité devenue, parait-il, une richesse de la République. 
Les internationalistes et mondialistes de tous poils, s’acharnent à détruire l’identité française, la mémoire nationale, nos traditions, notre héritage spirituel et tout ce qui pourrait préserver l’unité française. De fait, les adeptes fanatiques de la République citoyenne et universelle des droits de l’homme font, par haine de tout ce qui est national et chrétien, le lit de la République islamique et servent objectivement les intérêts de la révolution islamique.
Les laïcistes et droit-de-l’hommistes ne sont pas les protecteurs mais les fossoyeurs de la République française. Quant à ceux et celles, candidats et candidates à la fonction présidentielle et autres membres de la caste dirigeante qui déclarent que l’islam est compatible avec les valeurs de la République, nous pouvons les ranger au choix dans deux catégories possibles ; celle des imbéciles ou celle des traîtres. A moins qu’ils ne confondent République française et République islamique
Nous avons aussi le devoir de dénoncer les bêlements ininterrompus du troupeau des islamo-collabos qui s’évertuent à répéter « pas d’amalgame, pas d’amalgame… » en se convaincant eux-mêmes que le terrorisme islamique n’aurait rien à voir avec l’islam. Nous n’avons pas besoin de ces pales idiots pour constater que les musulmans ne sont pas tous des terroristes. Mais en revanche, il est bien clair que tous les terroristes islamistes sont des musulmans. Il suffit d’ailleurs de prendre connaissance des écrits et des propos des dirigeants et doctrinaires islamistes pour comprendre qu’ils se considèrent eux, comme les vrais et seuls représentants de l’islam, un islam des origines, un islam pur, un islam total.
En conséquence, le verbiage droit-de-l’hommiste de la citoyenneté républicaine et du vivre ensemble des « ravis » du paysage audiovisuel et politique français doit provoquer chez les dirigeants de l’islam politique et révolutionnaire de grands moments d’hilarité.
Il faudrait inviter les moutons en chef de la bien pensance islamo-compatible à lire la déclaration islamique universelle des droits de l’homme ainsi que la déclaration de 1990 sur les droits de l’homme en islam. Il est peut-être temps de comprendre que ces gens ne veulent en aucun cas se fondre dans le creuset de la nation française car ils ne reconnaissent qu’une nation, c’est la nation de l’islam. Et leurs lois sont celles établies par le coran et la charia.
Nous avons à relever le défi d’un processus politique et historique d’action révolutionnaire basésur une idéologie politico-religieuse qui est celle d’un islam total et conquérant ayant pour but politique ultime et affiché l’instauration du califat universel. 
L’alternative politique qui se présente donc à nous est simple : le peuple français collabore et se soumet ou bien il s’oppose et résiste à l’islamisation de la France. 
J’ai fait, avec les membres du Parti de la France, le choix politique de m’opposer à l’islamisation-colonisation de la France et de l’Europe. Nous sommes bien évidemment dénoncés par les chiens de garde du discours islamiquement compatible comme des islamophobes. La phobie étant une forme de peur instinctive d’origine psychologique voire psychiatrique, je réponds à ces individus que nous n’avons aucune phobie de l’islam pas plus que nous n’avions de phobie du communisme. Nous n’étions pas communistophobes mais anti-communistes.
Nous sommes fiers aujourd’hui d’être anti-islamistes, comme nous sommes fiers d’avoir étéanti-communistes. 
L’internationale révolutionnaire communiste du 20ème siècle a été combattue et vaincue en Europe. Aujourd’hui nous devons nous engager afin de refuser chez nous l’idéologie politico-religieuse de l’internationale révolutionnaire islamique.
Il en va de notre identité, de nos libertés et de notre sécurité. C’est d’un véritable choix de civilisation pour la France et l’Europe dont il s’agit. Aidez-nous. Aidez la résistance nationale !
Carl Lang
Président du Parti de la France