Google+ Badge

mercredi 29 mars 2017

" PRIZIOU " L' ULTRA GAUCHE ET LA LANGUE BRETONNE ......

Prizioù 2017 : ultra gauche, musique du monde ….et langue bretonne

priziou_2017_fond_rouge-2895091
29/03/2017 – 08h30 Lannion (Breizh-Info.com) – Pour sa 20ème édition, la cérémonie des Prizioù se tenait cette année à Lannion, dans la salle du Carré Magique, le vendredi 24 mars dernier. 

En résumé, les Prizioù sont une cérémonie annuelle qui, dans différentes catégories, récompense aussi bien des associations que des entreprises mais également des artistes ou tout simplement des personnes ayant oeuvré pour la langue bretonne au cours de l’année passée.

Un prix d’honneur bien mérité

Une récompense inhabituelle a été attribuée à de jeunes lycéens de Carhaix. Ces derniers ont en effet reçu un prix d’honneur pour le combat qu’ils mènent afin de pouvoir, enfin, passer les épreuves du baccalauréat en breton. 
Une demande à laquelle l’Éducation nationale française, plutôt tournée vers la francophonie et l’enseignement d’autres langues plus en vogue, a opposé une fin de non-recevoir.

Maigre source d’espoir pour les jeunes brittophones, trente et un ans après le premier concours du Capes option breton, c’est désormais l’agrégation en breton qui voit le jour puisqu’elle a été annoncée par un communiqué du ministère de l’Éducation nationale jeudi 23 mars. 

Les étudiants bretons ne seront d’ailleurs pas les seuls à pouvoir accéder au diplôme phare de l’enseignement puisque les corses, les basques ou encore les catalans auront eux aussi la possibilité de préparer le concours dans leur langue maternelle.

Yann Tiersen, comme un air de réenracinement

N’étant pas seulement un auteur-compositeur mondialement connu en 2001 en réalisant la bande originale du film Le Fabuleux Destin D’Amélie Poulain, Yann Tiersen est aussi un breton. 

Et un breton qui s’intéresse au breton puisqu’il a décidé de l’apprendre avec sa compagne Émilie Quinquis via une formation intensive de six mois dispensée par Stumdi, organisme de formation en langue bretonne.

Le couple parti s’installer sur l’île d’Ouessant a donc reçu le prix de « Brittophone de l’année ». Une île où Yann Tiersen a par ailleurs réalisé un album intitulé Eusa, du nom breton d’Ouessant. 

Un album où Émilie Quinquis récite même, sur un des morceaux au piano, un texte d’Anjela Duval, la poétesse/paysanne du Trégor, auteur du célèbre Karantez Vro.

Même les Inrocks, habituellement peu sensibles à l’appel des patries charnelles, ont salué la sortie d’Eusa et le retour aux sources de Tiersen .

Le Kêr, quand l’entreprise s’empare du breton

Dans la catégorie « Entreprise », c’est le parc ludo-éducatif Le Kêr, représenté par Hervé Paquet, son énergique dirigeant, qui remporte le premier prix. Un parc ayant pour thème l’histoire de la Bretagne et basé à Vannes. 
Plusieurs brittophones y sont employés et l’intégralité des contenus (panneaux, films) ainsi que les visites guidées sont en langue bretonne.

Plus généralement, nous assistons à une incursion progressive du breton dans le monde de l’entreprise malgré les nombreux obstacles se dressant, comme le recrutement de brittophones notamment.

Turbo Sans Visa, drôle d’interlude musical

Chose étonnante, la prestation du groupe Turbo Sans Visa, au milieu puis à la toute fin de la cérémonie des Prizioù 2017. Un groupe mené par la chanteuse Yuna Le Braz, fille du musicien Dan Ar Braz, et qui se caractérise par un mélange de musique des Balkans, d’électro, de musique bretonne, du Maghreb, d’Afrique noire ou encore d’Inde.

Au-delà du style qui laissa songeur une partie du public quant à son rapport au thème central de la cérémonie, à savoir la promotion et la défense de la langue bretonne, c’est le ton clairement militant affiché sur le site du groupe Turbo Sans Visa qui pose question :
« En ces heures sombres où d’aucuns voudraient que les frontières se referment, Turbo Sans Visa lutte pour la libre circulation, l’ouverture d’esprit sur le monde, sur ses hommes, ses femmes, ses cultures et prône le rassemblement humain… Aussi archaïque que surréaliste, aussi moderne que futuriste. Avec Turbo, toutes les frontières sont explosées ».

Inattention dans le casting ou parti pris des organisateurs ?

Gaël Roblin dans le jury

Alors que la cérémonie est co-organisée par l’Office Public de la Langue Bretonne et France 3 Bretagne, la composition du jury retient l’attention. 

En effet, parmi les sept membres qui le composent, deux sont des membres connus du parti d’extrême-gauche Breizhistance.

Ainsi, Brendan Guillouzic-Gouret mais surtout Gaël Roblin, toujours membre à l’heure actuelle du bureau politique de ce groupuscule principalement basé à Rennes et dans le Trégor, sont deux personnalités qui peuvent conduire à s’interroger quant aux critères de sélection pour faire partie du jury en question.

Bien qu’il se présente pour l’occasion comme un animateur au centre culturel breton de Guingamp, Gaël Roblin n’en reste pas moins l’un des principaux acteurs des milieux de l’ultra gauche en Bretagne.

Des choix de jury qui risquent d’être dommageables en termes d’image pour l’Office Public de la Langue Bretonne.

Les détracteurs du breton qui rappellent régulièrement la mainmise de la gauche sur les milieux bretonnants ont encore de beaux jours devant eux.


Crédit Photos : DR [cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine